Sha'harit

L'office religieux de Sha'harit ou Chaharit (hébreu : תפילת שחרית - Tefilat Cha'harit) est l'ensemble des prières du matin[1] que chaque juif doit faire, qu'il soit grand ou petit, vieux ou jeune.

IDF soldier put on tefillin

Cet office est composé de plusieurs parties :

Dans certaines communautés, après le Kaddish Yatom qui suit l’aleinou lechabeah, on enfile les téfilines de Rabbenou Tam et on récite un certain passage.

Notes et références

  1. Bien que Yosef Caro ait déjà souligné l’importance de l’interdiction généralisée de manger ou de boire certaines boissons avant de Sha'harit, Nachman de Bratslav appréciait ceux qui mangent selon le désir de renforcer l’âme pour exercer la dévotion religieuse de les prières, l'étude de la Torah ou afin d'accomplir des mitzvot, selon cela sans exprimer son opinion sur la question "en cas de besoin pour la santé de la personne en plus des médicaments"; Rabbi Nachman enseigne que, si une personne est méritante et s'efforce de trouver Dieu, son alimentation peut l'élever à un niveau de désir et de volonté pour Dieu qui transcende bien d'autres accomplissements spirituels: dans un tel cas, ses désirs physiques non seulement soutiennent ses aspirations spirituelles mais il devient un instrument intrinsèque de l'âme avec le physique pour ces aspirations! (Likutey Halakhot V) L'abstention de nourriture avant la prière juive du matin suggère donc que l'âme, de nature essentiellement spirituelle, présente cependant des éléments supérieurs à la matière, ou au corps: "Une personne peut être soutenue par l'essence intérieure de la nourriture, par une nourriture spirituelle. On mérite à tout cela avec la paix" (Likutey Halakhot I) . Maimonides aussi (Mishneh Torah) il a déclaré: Cela inclut ceux qui se livrent toujours au jeûne: ils ne sont pas sur la bonne voie, car les Sages ont interdit de se tourmenter avec le jeûne. À propos de cela et de problèmes similaires, Shlomo a déclaré: "Ne soyez pas trop justes ou trop sages, pourquoi devriez-vous être désolés?" (Kohelet Rabba/Ecclésiaste 7:16). L'Halakhah est: Il est interdit d'essayer de la nourriture ou de faire du travail avant de Sha'harit (Maimonides, Mishneh Torah)
  • Portail de la culture juive et du judaïsme
Amida (judaïsme)

La tefillat Haʿamida (hébreu : תפילת העמידה « prière [récitée] debout ») ou tefillat la'hash (hébreu : תפילת לחש « prière murmurée »), plus couramment appelée ʿamida, est un ensemble de bénédictions occupant une place centrale dans les offices de prière du judaïsme.

Il en existe trois versions partageant une structure commune, la prière des dix-huit bénédictions pour les offices des jours ordinaires, la prière des sept bénédictions pour le chabbat et les jours saints et la prière des neuf bénédictions, propre à la fête de Roch Hachana.

Beth Din

Beth Din, aussi écrit Beit Din, est la translittération de l'hébreu « בית דין », qui signifie la maison du jugement et désigne un tribunal religieux.

La forme la plus connue et la plus répandue est le Beth Din rabbinique (composé de rabbins), mais l'institution existe également avec quelques variantes chez les Juifs karaïtes, qui n'ont pas de rabbins.

Gabbaï

Le gabbaï est un homme s'occupant de la synagogue et plus de ce qu'il s'y passe, et c'est en fait ce qui le différencie du chamach. Effectivement, le chamach s'occupe plus des affaires techniques de la synagogue telles que les événements se déroulant à la synagogue ou encore les besoins vitaux de la synagogue tels que le nettoyage (par intermédiaire en général), l'électricité, l'eau, et aussi les besoins financiers de la synagogue. Le Gabbaï, par contre s'occupera par exemple de nommer un 'Hazzan ou un lecteur de la Torah, ou alors de faire monter les fidèles à la Torah.

Hazzan

Le hazzan (hébreu : חַזָּן « superviseur », khazn selon la prononciation judéo-allemande, hassan selon la prononciation judéo-espagnole) est une figure du culte juif.

Il est originellement responsable de la bonne tenue des offices mais son rôle s’élargit vers l’ère des gueonim pour se confondre avec celui de l’officiant de la prière, et devenir l’équivalent du chantre dans la liturgie chrétienne. Il maîtrise par conséquent la cantillation liturgique des textes hébraïques et les arts vocaux, dirigeant la prière chantée de la synagogue.

Dans le judaïsme réformé, cette fonction peut être exercée par une femme.

Histoire des Juifs en Croatie

Cet article présente l'histoire des Juifs en Croatie. La communauté juive en Croatie compterait moins de 3000 membres dans le pays, dont plus de la moitié serait à Zagreb.

Histoire des Juifs en Namibie

L'histoire des Juifs en Namibie débute à partir du XIXe siècle. Inexistants en Namibie auparavant, les Juifs ont joué un rôle important dans l'histoire du pays, malgré une population qui ne cesse de se réduire. Certains Juifs de Namibie ont connu une certaine notoriété, à l'image de l'homme d'affaires et philanthrope Harold Pupkewitz (en) (1915–2012),.

Histoire des Juifs en Zambie

L'histoire des Juifs en Zambie se caractérise par la présence d'une faible communauté depuis le XIXe siècle, jouant un rôle notable dans l'histoire du pays.

Maariv (office)

L'office religieux de ʿArviṯ (hébreu : תפילת-מעריב Tefillaṯ-Maʿariv ou ערבית ʿArviṯ) est la prière du soir que chaque juif doit faire.

L'on prie ʿArviṯ à partir du crépuscule jusqu'à, à priori, la moitié de la nuit. Lors des jours fériés, on commence ʿarviṯ au coucher du soleil et à la fin du jour ferié à la sortie des premières étoiles.

Cet office est composé de plusieurs parties:

Lecture de verset des psaumes voire de psaumes entiers dans certaines communautés ainsi qu'au jours de Hol hamoëd

Shema Israël précédé et suivi de deux bénédictions (Hamaariv aravim et Ahavat olam avant, et Emet véémouna et hachkivénou après).

La Amidah ou Chemoné Essre

Lecture du Psaume 121 (pas dans toutes les communautés)

alenou lechabeah.

Portail de la culture juive et du judaïsme

Matriarches (Bible)

Les quatre Matriarches (hébreu אמהות Imahot « mères ») mentionnées dans le Livre de la Genèse sont les épouses des Patriarches bibliques. Ces femmes sont considérées par les traditions abrahamiques comme les ancêtres des enfants d'Israël.

Il s'agit de:

Sarah, l'épouse d'Abraham

Rebecca, l'épouse d'Isaac

Rachel et Léa, les épouses de Jacob.Elles sont, selon la Bible, enterrées dans le Caveau de Makhpela à Hébron, à l'exception de Rachel, qui l'est dans son propre tombeau.Les servantes de Rachel et Léa, Bilhah et Zilpa, bien que mentionnées dans le texte comme mères biologiques de plusieurs des enfants de Jacob, ne sont pas comptabilisées, leurs enfants ayant été conçus au nom de leurs maîtresses.

Portail de la culture juive et du judaïsme Portail de la Bible

Mikvé

Le mikvé (ou mikveh) (en hébreu : מִקְוָה ; au pluriel : mikvaot) est un bain rituel utilisé pour l'ablution nécessaire aux rites de pureté familiale dans le judaïsme. C'est l'un des lieux centraux de la vie communautaire juive, avec la synagogue et l'école juive (yeshiva).

Min'ha

L'office religieux de Min'ha (hébreu : תפילת מינחה) est l'ensemble des prières de l'après-midi que chaque juifs doit faire, qu'il soit grand ou petit, vieux ou jeune. Elle fait partie des trois prières obligatoires pour un juif pratiquant.

Cet office est composé de plusieurs parties :

un psaume ;

deux extraits de la torah de quatre et huit versets ;

un traité de la michna ;

une explication provenant du Keritoute sur la façon avec laquelle on préparait l'encens au temple ;

Achré

la 'Amida ;

les supplications (Tah'anounims - en hébreu = תחנונים) ;

un deuxième psaume ;

le passage qui conclut toutes les prières que l'on nomme alenou lechabeah (en hébreu עלינו לשבח ).

Portail de la culture juive et du judaïsme

Mohel

Le mohel (מוהל en hébreu, mohalim au pluriel) est la fonction de celui qui exécute la Brit milah selon la tradition juive, c'est-à-dire la circoncision rituelle d'un enfant mâle au huitième jour après sa naissance ou lors d'une conversion.

Moussaf

Moussaf (hébreu מוסף, rajout) est une prière juive récitée aux jours de joie fixés par la Torah tels que Pessa'h, Shavouot, Souccot ou Rosh HaChanna. Elle fut instaurée à l'instar du sacrifice en plus du sacrifice journalier que l'on sacrifiait au Temple à Jérusalem en ces jours. Cette prière peut être récitée à n'importe quel moment du jour (faire la différence entre jour et journée), bien que les juifs aient l'habitude de la réciter tout de suite après Sha'harit.

Cet office est essentiellement composé de la Amidah, non comme les autres, dans laquelle on rappelle le Temple, les sacrifices et autres rituels d'antan, ainsi que l'impossibilité de les réaliser aujourd'hui étant donné l'absence du Temple.

Portail de la culture juive et du judaïsme

Mouvement du Moussar

Le mouvement du Moussar est un mouvement pour l'éducation éthique visant à promouvoir et développer les enseignements et les pratiques adoptées par Israël de Salant (1810-1883).

Prière dans le judaïsme

La prière (hébreu : תפילה tefilla, yiddish occidental : אורען oren, yiddish oriental : דאַווענען davenen, judéo-espagnol : oración) est considérée dans le judaïsme comme une prescription biblique et forme une importante part de sa pratique.

Elle se substitue au culte du temple après la destruction de celui-ci, et est donc modelée sur celui-ci. Un jour ordinaire comprend par conséquent trois offices de prière — matinal (sha’harit), vespéral (arvit ou maariv) et la min’ha qui se tient dans l’après-midi — auxquels s’ajoutent un office supplémentaire (moussaf) lors des chabbat, néoménies et jours de fête, et un office dit de clôture (ne’ila) propre au jour des propitiations. Ces prières se font idéalement dans une maison de prière qui sert de substitut au temple et nécessitent un quorum de dix hommes âgés de treize ans au moins.

La liturgie juive se constitue vraisemblablement à l’ère du second temple. Elle est fixée dans la période des gueonim où apparaissent les premiers siddourim (« rituels »), destinés aux orants qui requièrent désormais un support écrit pour prier correctement, et enrichie par diverses pièces conçues pour l’embellir et la diversifier.

Psouqei DeZimra

Les psouqei DéZimra (en hébreu : פסוקי דזמרה, littéralement "les versets de chant") sont un ensemble de versets bibliques qui louent le Dieu créateur qui a choisi le peuple juif pour être le sien, qui l'a sorti d'Égypte, qui lui a donné la Terre d'Israël,... Ces louanges sont récités dans la deuxième partie de la prière de Sha'harit, et composent "le monde de la construction" (la prière de Sha'harit étant composée de quatre "mondes"). Ils sont précédés de "barou'h Chéamar", et suivis de "Ychtaba'h", bénédictions au Dieu créateur qui a créé des louanges pour le louer.

Shtiebel

Un shtiebel (pluriel : shtiblekh) en yiddish, qui veut dire « petite pièce » est une petite synagogue (ou un local) utilisée par les hassidim pour la prière et l'étude.

Zougot

Au sens général dans la culture judaïque, un zoug (au pluriel zougot, de l'hébreu זּוּגוֹת « paires ») désigne un couple ou une paire d'objets ou d'individus de nature similaire.

L'historiographie judaïque utilise ce terme en référence aux cinq binômes de Sages d'Israël les plus importants de leur époque, associés dans la direction de la Grande Assemblée, puis du Sanhédrin.

Général
Vie juive
Principes de foi
Textes
Dirigeants
Culte
Figures du culte
Courants
Culture
Histoire du
peuple juif
Articles liés

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.