Samarie

La Samarie שומרון (Shomrôn) est le nom historique et biblique d'une région montagneuse du Proche-Orient ayant constitué l'ancien Royaume d'Israël autour de son ancienne capitale Samarie, proche de Sichem שכם (près de l'actuelle ville de Naplouse), et rival de son voisin judéen du sud, le royaume de Juda. Elle se situe aujourd'hui à cheval sur les territoires de Cisjordanie et d'Israël, dans ce qui représente le tiers septentrional de l'actuelle Cisjordanie et la bande côtière s'étendant au nord de Tel-Aviv jusqu'aux frontières libanaises.

Samarie
Ruines hellénistiques de la ville de Samarie, ancienne capitale du royaume d'Israël

Ruines hellénistiques de la ville de Samarie, ancienne capitale du royaume d'Israël

Pays Cisjordanie
Coordonnées 32° 08′ 35″ nord, 35° 15′ 38″ est

Situation de la Samarie parmi les régions antiques d'Israël et de Palestine

Situation de la Samarie parmi les régions antiques d'Israël et de Palestine

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Samarie
Description of the Holy Land WDL2891
Carte du XVIe siècle, avec la Samarie entre la Galilée et la Judée

Aujourd'hui

De nos jours, l'usage du terme de Samarie est maintenu par le service de statistiques officiel de l'État d'Israël et par des personnes parlant hébreu ou attachées à Israël pour insister sur la relation historique d'Israël à cette région, ou pour se référer plus spécifiquement à la Cisjordanie dans le terme "Judée-Samarie" (yéhoudâ we-shomrôn).

Selon la Bible

Selon la Bible, à la mort du roi Salomon au IXe siècle, le royaume de David éclate en deux entités. Au sud, le royaume de Juda avec pour capitale Jérusalem et au nord, le Royaume d'Israël avec pour capitale la ville de Samarie. Historiquement, en -722, les Assyriens conduits par Salmanazar V puis Sargon II détruisent cette dernière mettant fin du même coup au royaume d'Israël.

Une partie de la population est emmenée en exil. Les deux Livres des Rois accuseront par la suite la population de Samarie d'être composée de colons venus de Babylonie ou de Syrie et convertis à une religion hébraïco-païenne. Les Samaritains affirmeront toujours être les purs descendants des 10 tribus ayant habité le royaume de Samarie, et rejetteront toute accusation de paganisme.

Une branche du judaïsme intertestamentaire

Les habitants du royaume de Juda sont à leur tour déportés en -586. Revenant au pays à la fin du Ve siècle, les exilés judéens (devenus des juifs par leur expérience de l'exil) écartent les Samaritains des travaux de reconstruction du Temple. Le nom de Samaritains devient synonyme pour eux d'hérésie et d'impureté. Les Samaritains sont cependant fidèles à la Torah, pratiquent la circoncision et le sabbat. Ils édifient un temple au mont Garizim à la fin du IVe siècle av. J.-C. qui est détruit par Jean Hyrcan I en -108.

Une faible communauté de Samaritains a survécu jusqu'à nos jours dans la région de Naplouse.

La parabole du Bon Samaritain, dans les évangiles, illustre l'opinion généralement mauvaise que les habitants du royaume de Juda avaient des Samaritains au début de notre ère.

La ville byzantine

Vers 30 av. J.-C., Hérode le Grand fait reconstruire la ville et l'appelle Sébaste[N 1] en l'honneur de l'empereur Auguste[1] qui lui a donné la Samarie parmi d'autres territoires pris à la reine d'Égypte Cléopâtre VII[2]. Les ruines de Sébaste ont été retrouvées au lieu-dit sebastiyê[N 2] (en arabe : sabasṭīya, سبسطية ; en hébreu : sebastieh, סבסטיה), dans le Triangle[N 3] non loin de Naplouse.

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Sébaste du grec : Sebastos, Σεβαστός, traduction du mot latin : Augustus, vénérable / vénéré.
  2. Emplacement des ruines : 32° 16′ 36″ N, 35° 11′ 30″ E
  3. Il s'agit du « Grand Triangle » formé entre Jénine, Tulkarem et Naplouse en territoire cisjordanien, par opposition au « Petit Triangle » situé plus à l'ouest en territoire israélien.

Références

  1. Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques [lire en ligne], XV, VIII, §5
  2. Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques [lire en ligne], XV, VII, §3

Article connexe

Liens externes

  • Portail du Proche-Orient ancien
  • Portail d’Israël
  • Portail de la Palestine
  • Portail Israël antique et Juifs dans l’Antiquité
331 av. J.-C.

Cette page concerne l'année 331 av. J.-C. du calendrier julien proleptique.

Antonius Felix

Antonius Felix (peut-être Marcus Antonius Felix ou Claudius Felix selon Flavius Josèphe) est d'abord procurateur de Samarie depuis une date inconnue, puis procurateur de Judée de 52 à 60.

Cisjordanie

La Cisjordanie (à laquelle Israël fait référence en tant que Judée-Samarie) est un territoire limité au nord, à l'ouest et au sud par la ligne d'armistice de la guerre israélo-arabe de 1948-1949 et à l'est par le Jourdain et la Mer Morte qui font frontière avec la Jordanie. Le territoire couvre une surface de 5 860 km2 et est très majoritairement peuplé de Palestiniens.

La Cisjordanie englobe les villes de Jérusalem-Est, Jéricho, Naplouse, Hébron, Jénine et Tulkarem, de nombreux lieux saints des trois religions abrahamiques et également des colonies israéliennes considérées comme illégales au regard du droit international, telles qu'Ariel, Ma'aleh Adumim, Betar Illit et le Goush Etzion.

La Cisjordanie fait l'objet de nombreuses résolutions de l'ONU dont la 181 et la 242. À la suite des accords d'Oslo (1993) et de l'Accord intérimaire sur la Cisjordanie et la bande de Gaza (1995), Israël en administre seule une partie, la zone C, la zone B étant administrée conjointement par Israël et l'Autorité palestinienne, la zone A étant entièrement sous contrôle palestinien. L'Autorité palestinienne la revendique dans le cadre de l'État de Palestine,. Israël y voit un territoire disputé, tandis qu'une partie de la communauté internationale la considère comme un territoire occupé.

Sous mandat britannique à partir de 1923, une partie du territoire a été proposé pour accueillir un futur État arabe dans le cadre du plan de partage de la Palestine adopté en 1947 par l'Assemblée générale des Nations unies, Jérusalem-Est et ses environs devant être placés sous juridiction internationale. À l'issue de la Guerre israélo-arabe de 1948, elle est occupée et annexée par la Transjordanie en 1949. Cette annexion n'est pas reconnue par la communauté internationale (à l'exception du Royaume-Uni, de l'Irak et du Pakistan) et par la Ligue arabe, qui menace alors d'exclure l'émirat. À la suite de la Guerre des Six Jours, Israël occupe la Cisjordanie. Depuis cette époque, Israël permet l'implantation de colonies. En 1980, Israël annexe Jérusalem-Est et fait de « Jérusalem réunifiée » sa capitale. En 1988, l'OLP déclare la création d'un État palestinien en Cisjordanie et à Gaza avec Jérusalem-Est pour capitale. Entre 1990 et 2001, le statut et le partage du territoire ont fait l'objet de négociations infructueuses entre l'Autorité palestinienne et Israël. Depuis 2002, à la suite d'une vague d'attentats-suicides perpétrés par des Palestiniens et tuant plus de 700 civils israéliens, Israël édifie en Cisjordanie une barrière de séparation, visant à lutter contre « les intrusions de terroristes palestiniens » sur le territoire israélien.

Conseil local (Israël)

En Israël, un conseil local ((he) מועצה מקומית : mo'etsa meqomit) est une commune, qui n'a pas encore atteint le statut de ville (עיר), qui requiert, entre autres, un certain niveau de population.

Le Ministre des Affaires Intérieures a le pouvoir de décider si une commune est apte à devenir une ville. Le ministre doit recueillir les avis et souhaits des résidents de la commune, qui peuvent décider qu'elle reste un conseil local, même si tous les critères pour devenir une ville sont remplis. Ainsi, malgré sa population de plus de 30 000 habitants, Ramat Ha-Sharon n'est devenue une ville qu'en 2002 à cause de la volonté de ses habitants de préserver une image de petite ville.

Conseil régional (Israël)

Les Conseils régionaux sont une des trois formes d'administration territoriale en Israël.

Les deux autres sont les villes et les conseils locaux. Il existe (2003) 53 conseils régionaux en Israël, généralement chargés d'administrer des implantations rurales.

Les communautés administrées par un conseil régional ne dépassent généralement pas 2 000 individus. Chaque conseil local y envoie un nombre de représentants proportionnel à sa taille et fixé avant chaque élection.

Deuxième Livre des Rois

Le Deuxième Livre des Rois est un livre de l'Ancien Testament classé parmi les Livres des Prophètes dans la tradition juive et dans les livres historiques dans le christianisme. Il suit le Premier Livre des Rois, avec lequel il constituait, à l'origine un seul livre.

Depuis le règne d'Ochozias, roi d'Israël, jusqu'à la chute du royaume de Juda, il présente avec plus ou moins de détails chacun des rois d'Israël et de Juda, deux royaumes condamnés par la justice divine après leur rejet des commandements divins.

District (Israël)

Le district (en hébreu : mehoz מחוז, au pluriel : mehozot מחוזות) est une subdivision administrative israélienne.

District de Judée et Samarie

Le district de Judée et Samarie est le terme employé par le Bureau des statistiques israélien pour désigner la division administrative englobant les zones à majorité juive contrôlées par l'État d'Israël, soit la zone C de Cisjordanie, à l'exception de Jérusalem-Est. En effet, bien que le Bureau des statistiques ne réfèrent qu'à 6 districts israéliens et donc exclut ainsi de compter les implantations israéliennes de Judée Samarie comme un district, il enregistre les statistiques relatives aux implantations sous le nom de District de Judée et Samarie.

Bien que le Bureau central de statistiques israélien considère la zone comme un district depuis la fin de la guerre des Six Jours en juin 1967, la communauté internationale la considère comme faisant partie de l'ancienne Cisjordanie, qui fut gérée par le Royaume de Jordanie depuis mai 1948 jusqu'à la conquête par l'armée israélienne de cette partie ancienne de la Palestine .

Dix tribus perdues

Les dix tribus perdues, selon la Bible hébraïque, peuplaient le royaume d'Israël avant la destruction de celui-ci en -722, et ont depuis disparu.

Israélites

Les Israélites étaient un peuple du Moyen-Orient qui habitait une partie de Canaan durant la période tribale et monarchique.

Dans la Torah, le Coran et l'Ancien Testament chrétien, le terme israélite désigne les descendants des douze fils de Jacob, chefs des douze tribus d'Israel.

Le terme israélite est assimilé aux termes juif et hébreux. Il est toutefois donné par la plupart des dictionnaires comme dépassé ou tombé en désuétude. Dans la Torah, le terme juif désigne les peuples du royaume de Judée originellement de la tribu de Juda. Ainsi, les Samaritains se considèrent Israélites du royaume d’Israël au nord (ou royaume de Samarie), en opposition aux Israélites "juifs" du royaume de Judée,. Le terme hébreux pour sa part désigne les descendants des membres de la tribu de Eber, dont descendraient les israélites.

Liste des rois d'Israël

Liste des rois qui, selon la Bible, auraient régné sur le royaume d'Israël.

Palestine

Le nom Palestine (en latin : Palaestina, dérivé du grec ancien Παλαιστίνη / Palaistínê ; en arabe فلسطين / Falistīn et en hébreu : פלסטין) désigne la région historique et géographique du Proche-Orient située entre la mer Méditerranée et le désert à l'est du Jourdain et au nord du Sinaï. Si le terme « Palestine » est attesté depuis le Ve siècle av. J.-C. par Hérodote, il est officiellement donné à la région par l'empereur Hadrien au IIe siècle, désireux de punir les Juifs de leur révolte en 132-135 ap. J.-C.

La zone n'est pas clairement définie. Elle est centrée sur les régions de la Galilée, de la Samarie et de la Judée. Ses limites sont au nord la Phénicie et le mont Liban et au sud la Philistie et l'Idumée. À l'époque des croisades, le Pérée au nord-est de la mer Morte, la Batanée et la Décapole au-delà du Jourdain y étaient attachés. La Palestine peut désigner le territoire situé uniquement à l'ouest du Jourdain. Le terme est aussi utilisé comme équivalent à la terre d'Israël.

La région comprend aujourd'hui l'État d'Israël, les territoires palestiniens occupés, la bande de Gaza et parfois également une partie du royaume de Jordanie, le Liban du Sud et le plateau du Golan,.

Historiquement, elle correspond à Canaan, à la Terre d'Israël et fait partie de la région de Syrie (Syrie-Palestine). Dans les traditions abrahamiques, elle est la Terre promise aux enfants d'Israël, la Terre sainte du christianisme et une terre sainte de l'islam.

Philippe (diacre)

Philippe est un Juif helléniste faisant partie des Sept, les premiers diacres choisis par les membres de l'Église primitive de Jérusalem à l'initiative de l'assemblée des disciples et des apôtres afin d'aider ces derniers. Il ne faut pas le confondre avec l'apôtre Philippe mentionné dans les Évangiles, même si, dans la formation des légendes, les biographies des deux Philippe ont été reliées. Il a également une fonction d'évangéliste en Samarie et favorise la christianisation de l'Éthiopie. Il fait aussi partie des Septante disciples choisis par Jésus-Christ.

Royaume d'Israël

Le royaume d'Israël est un royaume du Proche-Orient ancien établi par les Israélites dans le nord de la Palestine à l'Âge du fer. Il existe pendant environ 200 ans, de la fin du Xe au VIIIe siècle av. J.-C. (environ 930-720 av. J.-C.). Les historiens le nomment souvent royaume de Samarie ou royaume du Nord pour le différencier du royaume de Juda, au sud. Selon la Bible hébraïque, il succède au royaume uni d'Israël et de Juda. Il est aussi appelé « Ephraïm ». Il est dirigé par plusieurs dynasties successives. Sa capitale est d'abord Sichem, avant que Jéroboam n'opte pour Tirça. Plus tard, Omri fonde la ville de Samarie qui est la capitale du royaume jusqu'à sa chute. La Bible donne une vision assez négative du royaume, sa population étant accusée de s'être éloignée de l'enseignement de Moïse en tombant dans l'idolâtrie. Le royaume d'Israël est conquis vers 720 av. J.-C. par l'empire assyrien.

Samarie (ville ancienne)

Samarie (en arabe السامرة « As-samera », en hébreu שומרון « Shomron ») est une ancienne ville de la Terre d'Israël.

Samaritains

Les Samaritains (autoethnonyme : Shamerim, qui signifie « les observants » ou « ceux qui gardent » ; en hébreu moderne : Shomronim - שומרונים, c'est-à-dire « de Shomron », la Samarie ; ou « Israélites-Samaritains ») sont un peuple peu nombreux se définissant comme descendant des anciens Israélites, et vivant en Israël et en Cisjordanie. On appelle parfois leur religion le samaritanisme.

Les Samaritains sont une des plus petites populations du monde, puisqu'ils sont 712 en 2007. Ils sont dotés d'une histoire écrite, attestée au Ier millénaire av. J.-C. en Samarie. Ils ont dominé cette région jusqu'au VIe siècle, dans le nord de l'actuelle Palestine.

Leur religion est fondée sur le Pentateuque samaritain, comme le judaïsme. Cependant, contrairement à celui-ci, ils refusent la centralité religieuse de Jérusalem. Bien qu'ils soient apparus avant le développement du judaïsme rabbinique et que cette différence ne soit donc pas à l'origine de leur divergence, ils n'ont pas de rabbins et n'acceptent pas le Talmud du judaïsme orthodoxe. Les Samaritains refusent également les livres de la Bible hébraïque postérieurs au Pentateuque (Livres des prophètes et livres hagiographes).

Ils ne se considèrent pas comme Juifs, mais comme des descendants des anciens Israélites du royaume antique de Samarie. À l'inverse, les Juifs orthodoxes les considèrent comme des descendants de populations étrangères (des colons Assyriens de l'Antiquité) ayant adopté une version illégitime de la religion hébraïque, et à ce titre refusent de les considérer comme Juifs, ou même comme des descendants des anciens Israélites. Ils sont cependant reconnus comme Juifs par l'État d'Israël.

Simon le Magicien

Simon le Magicien ou Simon le Mage, selon les chrétiens, ou Simon de Samarie, né à Gitton en Samarie (Israël actuelle) et mort probablement à Rome au Ier siècle, est un mage et chrétien gnostique, considéré comme hérétique par l’Église.

Transjordanie (région)

La Transjordanie est une région située à l’est de la vallée du Jourdain, du bassin de la mer Morte et de la Arabah. Elle s’étend du mont Hermon au nord, au golfe d'Aqaba (ou d'Eilat) au sud. C’est une région essentiellement située dans l’actuelle Jordanie. Dans la Bible, elle est appelée la région « au-delà du Jourdain ». C’est là que sont installées la demi-tribu de Manassé et les tribus de Gad et de Ruben. À l’âge du fer, la région est dominée par les royaumes d’Ammon, de Moab et d’Édom.

Durant la période des rois en Israël elle est sous la domination du royaume de Samarie mais elle est conquise par le roi d'Aram-Damas, Hazaël qui l'emporte contre le roi de Samarie Jéhu.

Pendant les Croisades, la Seigneurie d'Outre-Jourdain est établie en Transjordanie méridionale.

Zachée

Zachée ou Zacchée (en grec : Ζακχαῖος, Zakchaios ; en araméen Zakkaï « le Juste ») est un personnage qui dans la tradition chrétienne est un disciple de Jésus dès avant sa crucifixion (Lc 19, 1-10). Comme Lévi, l'un des apôtres de Jésus, avant sa conversion, il était publicain, c'est-à-dire qu'il organisait la collecte des impôts pour le compte des Romains. Pour adhérer au mouvement il aurait donné « la moitié de [ses] biens aux pauvres ». Selon Clément d'Alexandrie, le surnommé Zachée (le Juste) s'appelait Matthias et est celui qui a pris la place de Judas Iscariote après la « trahison » et la mort de celui-ci comme cela est mentionné dans les Actes des Apôtres (Ac 1, 21-26), ce qui explique probablement que très peu de traditions soient connues sous le nom de Matthias, alors qu'il s'agit d'un des douze apôtres. D'après les Reconnaissances, c'est lui qui aurait écrit à Jacques le Juste, le frère de Jésus dirigeant le mouvement pour lui signaler que Simon le Magicien séduisait un grand nombre des fidèles ralliés à la « doctrine de vérité » (le mouvement de Jésus) en Samarie (Rec, I, 72, 1-2). Jacques décide alors d'y envoyer Pierre (Rec, I, 72, 1). Tout comme dans les Actes des Apôtres cet envoi de Pierre en Samarie (Ac 8, 14-15) se situe juste après la persécution de l'église de Jérusalem par Paul de Tarse (Ac 7, 58 ; 8, 1-3), avant que celui-ci se convertisse lui-aussi, ce que les historiens situent en général en 37. Les Constitutions apostoliques indiquent que « Zachée le publicain », a été le premier évêque de Césarée, nommé directement par les apôtres.

Une tradition chrétienne assimile Zachée avec saint Amadour, venu en Gaule et qui s'installa dans une grotte du Quercy (Rocamadour), avec son épouse Véronique (Bérénice), où tous deux terminèrent leur vie.

À Er-Riha (Jéricho), se trouve une tour carrée, qui par tradition est nommée la Maison de Zachée.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.