Ramsès III

Ramsès III (Ramsès Ousermaâtrê-Méryamon : né de Râ, la justice de Rê est puissante, apprécié d'Amon) est le dernier grand souverain du Nouvel Empire. Pendant son règne, qui dure un peu plus de trente ans, le souverain ne cesse pas de lutter contre la corruption qui gangrène le pays ; il doit également repousser les peuples de la mer, des envahisseurs coalisés.

Ramsès III a régné de -1186 à -1154[1], après un règne que les chroniques (papyrus Harris) indiquent avoir duré 31 ans et 41 jours.

Ramsès III
Tête d'une statue de Ramsès III.

Tête d'une statue de Ramsès III.
Décès
Période Nouvel Empire
Dynastie XXe dynastie
Fonction Pharaon
Prédécesseur Sethnakht
Dates de fonction -1186 à -1154 (selon N. Grimal)
-1182 à -1151 (selon Piccione)
-1183 à -1152 (selon J. von Beckerath)
-1184 à -1153 (selon J. Málek)
-1198 à -1166 (selon D. B. Redford)
-1185 à -1153 (selon A. D. Dodson)
-1194 à -1163 (selon D. Arnold)
-1182 à -1151 (selon A. H. Gardiner)
Successeur Ramsès IV
Famille
Père Sethnakht
Mère Tiyi-Meryaset
Conjoint Iset ou Iset-Tahemdjeret
Enfant(s) Amonherkhépeshef
Ramsès IV
Mériatoum
Ramsès VI
Deuxième conjoint Minéfer
Enfants avec le 2e conjoint Montouherkhépeshef
Troisième conjoint Tiyi
Enfants avec le 3e conjoint Khâemouaset
Pentaour
Parêherounemef
Séthiherkhépeshef
Ramsès VIII
Sépulture
Nom Tombe KV11
Type Tombeau
Emplacement Vallée des Rois
Date de découverte 1737
Découvreur Richard Pococke
Fouilles 1737/1738 : Richard Pococke
1769 : James Bruce
1816/1819 : Giovanni Battista Belzoni
1825 : James Burton
1825/1835 : Robert Hay
1844/1845 : Karl Richard Lepsius
1959/1981 : Marek Marciniak
Objets Momie, Vaisselle

Biographie

Généalogie

Ramsès III a eu de nombreux fils, dont beaucoup ont disparu avant lui : Parêherounemef, Séthiherkhépeshef, Khâemouaset, Amonherkhépeshef[2]. Le prince Ramsès, alors âgé de plus de 45 ans, devient l'héritier légitime du trône.

Accession au trône

Ramses3
Ramsès III représenté sur une fresque dans la tombe de son fils Amonherkhépeshef dans la vallée des Reines.

Ramsès III est le fils du pharaon Sethnakht et de son épouse Tiyi-Meryaset.

Sa date d'accession au trône est le 26e jour du mois de Chémou de l'an 1 et la date de son décès est le 15e jour du mois de Chémou de l'an 32[3].

Dans la description du Couronnement du pharaon (en) dans le temple funéraire de Médinet Habou, quatre colombes ont été « expédiées aux quatre coins de l'horizon pour confirmer que l'Horus vivant, Ramsès III, est (encore) en possession de son trône, que l'ordre de Maât prévaut dans le cosmos et la société »[4],[5].

Règne

Invasions

L'Égypte fut souvent menacée au cours de la période du règne de Ramsès III par des forces extérieures.

En l'an V de son règne, dans l'ouest du delta, il vainc des tribus libyennes dont il intègre une partie des troupes dans son armée. Il les affronte et les vainc une nouvelle fois, six ans plus tard, en l'an XI de son règne[6]. Les vaincus, marqués au fer rouge sont emmenés, avec femmes et enfants, et sont à l'origine des communautés libyennes installées dans le pays[6].

En l'an VIII, le pharaon arrête les vagues dévastatrices des peuples de la mer auxquelles se sont joints des Philistins[6]. Leur flotte est anéantie dans une bataille navale relatée sur les murs de son temple funéraire de Médinet Habou[6]. Les conflits vont durer pendant presque onze ans, souvent remportés par Ramsès III.

Œuvre architecturale

RamesesIII
Statues de Ramsès III représentant Osiris, temple de Karnak.

Ramsès III prend pour modèle l’œuvre architecturale monumentale de Ramsès II.

Il fait construire son temple des millions d'années à Médinet Habou. Situé à proximité du Ramesséum, le temple funéraire est installé sur un site comportant déjà des temples et pylônes érigés durant la XVIIIe dynastie par Amenhotep Ier, Hatchepsout et Thoutmôsis III[7]. Le temple n'est complètement terminé qu'après le décès du souverain. Il servit à la fois de lieu de culte pour Amon-Rê et pour le pharaon. Là sont enterrés les membres de la cosmogonie hermopolitaine, selon la légende, et ils reçurent un culte jusqu'à l'arrivée des Romains.

À Karnak, il fait construire un temple consacré au dieu Khonsou et à la déesse Mout, ainsi qu'un temple-reposoir[8].

D'autres constructions ont été faites durant son règne : dans le temple de Louxor, mais aussi à Pi-Ramsès, Héliopolis, Memphis, Athribis, Hermopolis, Assiout, Thinis, Abydos, ainsi qu'en Nubie et en Syrie, tel que le rapporte le papyrus Harris qui est une chronique du règne de Ramsès III[8].

Première grève de l'histoire

La 29e année du règne de Ramsès III est marquée par la première grève dont l'histoire ait gardé la trace[2],[9]. Les difficultés politiques et économiques de cette période aboutissent à des retards chroniques dans le ravitaillement du village des ouvriers de Deir el-Médineh[2]. Les travailleurs ont arrêté le travail et sont allés se plaindre à divers temples mortuaires sur la rive ouest, ainsi qu'au vizir Ta, au Ramesséum[2].

Le papyrus de la grève, rédigé par le scribe Amennakht et conservé à Turin, fournit un compte rendu détaillé des événements sous Ramsès III, tandis que d'autres papyrus et ostraca offrent de plus amples informations sur les conflits ultérieurs.

Conspiration et meurtre

La conspiration

La fin du règne de Ramsès III voit le déclenchement d'une cabale de palais, la conspiration du harem.

La reine Tiyi, seconde épouse de Ramsès III, fomente une conspiration afin de mettre son fils Pentaour sur le trône[2]. Les conspirateurs comprennent plusieurs femmes du harem, un échanson, un majordome, un général et un commandant des troupes de Koush. Soit vingt-huit personnes connues par les pseudonymes que leur donne le papyrus judiciaire de Turin : « le mal dans Thèbes », « Ra le déteste »[2]. Ramsès III meurt égorgé, comme l'ont constaté en 2012 des médecins après avoir passé au scanner la momie royale[10].

Selon Pierre Grandet[11], les instigateurs profitèrent vraisemblablement de l'annonce imminente de la mort du roi pour passer à l'acte. Lors de la Belle fête de la vallée, les conjurés devaient agir en utilisant, entre autres, l'envoutement[2].

Le procès

Ramsès IV monte sur le trône après la mort de son père. C'est lui qui traduit les conjurés devant un tribunal de douze hauts fonctionnaires civils et militaires[2]. Le papyrus judiciaire de Turin relate le déroulement du procès et de ses rebondissements. Il est également corroboré par une série de fragments, les papyri Lee, Rollin, Varzy et Rifaud.

À son terme, dix-sept des conspirateurs sont exécutés[2] (le texte utilise la formule « leur peine est venue vers eux »). Leurs noms sont transformés pour les vouer à la déchéance éternelle. Sept, dont Pentaour, sont incités au suicide[2], probablement du fait de leur proximité avec la fonction royale.

Cinq des juges eux-mêmes sont mis en cause par les accusateurs, soit pour collusion, soit pour leur parenté avec les accusés. Si un seul est incité au suicide, trois ont le nez et les oreilles coupés, le dernier faisant l'objet d'une simple réprimande[2].

Les sources disponibles ne donnent aucune précision quant au sort de la reine Tiyi et des proches de la famille royale. Il est fort possible que leur position dans la hiérarchie ainsi que leurs fonctions sacerdotales les aient mis à l'abri de la peine capitale.

Ayant réglé la succession de son père défunt et légitimé son accession en présidant aux cérémonies funéraires, Ramsès IV peut commencer son propre règne qui dura six années.

Momie

Ramses III mummy head
Momie de Ramsès III.

Le papyrus judiciaire de Turin est muet sur le sort de Ramsès III, si ce n'est que le procès a lieu après sa mort[12].

Sa momie est retrouvée en 1881 dans la tombe thébaine TT320, où les prêtres d'Amon ont regroupé les momies de la vallée des Rois afin de mieux les protéger des voleurs.

Selon une étude menée par Zahi Hawass et ses collègues et publiée en décembre 2012[13], les données IRM sur le corps du défunt montrent que Ramsès III a eu la gorge tranchée jusqu'aux vertèbres cervicales[12]. Cette blessure ne pouvant résulter du travail des embaumeurs, Ramsès III est mort assassiné durant la tentative de coup d'État, bien que ce dernier ait finalement échoué[12]. C'est donc son successeur Ramsès IV qui s'est chargé de veiller à la bonne marche du procès des conjurés.

Lors de la même étude, une momie anonyme qui se trouvait avec celle de Ramsès III, celle de l'« homme E », a fait l'objet d'analyses. Le scanner a montré qu'il s'agissait d'un jeune homme de dix-huit à vingt ans. Contrairement aux pratiques de momifications, son cerveau et des organes n'ont pas été retirés. Il est recouvert d'une peau de chèvre, considérée comme rituellement impure. L'analyse génétique montre que Ramsès III et l'« homme E » sont probablement père et fils et qu'ils appartiennent tous deux à l'haplogroupe du chromosome Y E1b1a[14].

L'inconnu pourrait être Pentaour qui a participé à l'assassinat[13].

Sépulture

Louvre egyptologie 22
Sarcophage de Ramsès III conservé au Musée du Louvre.

Ramsès III fait commencer la tombe KV3, dans la vallée des Rois. Son creusement est abandonné en cours de construction[15]. La décoration est composée principalement de représentations de Ramsès III, suivie par un prince, devant diverses divinités[16].

Il fait reprendre les travaux dans le tombeau KV11, prévu au départ pour Sethnakht. Lors du creusement du troisième couloir, les travailleurs débouchent dans la tombe KV10. L'axe du tombeau est alors décalé vers l'Ouest[15],[17]. Cette tombe est d'une finesse absolue, les scènes sont fidèles à l'art égyptien. La décoration[18] comprend les litanies de Rê, le livre des Portes, le livre des morts, le livre de la terre, et le livre de la vache du ciel. Les chambres annexes ont des décors uniques portant sur des activités telles que la préparation des aliments, les provisions et l'équipement funéraire[17].

Le tombeau fut cartographié pour la première fois en 1737-1738 par Richard Pococke, puis par James Bruce en 1769, puis par James Burton et Robert Hay en 1825. Les premières fouilles seront faites par Giovanni Battista Belzoni en 1816 et 1819.

Ramsès III meurt dans sa 65e année, selon beaucoup de spécialistes, comme Edward Frank Wente, Charles Cornell Van Siclen, Alexander John Peden et Rolf Krauss, le 15e jour du 3e mois de la saison Chémou.

Titulature

Notes et références

  1. Selon Grimal.
    Autres avis de spécialistes : -1182 à -1151 (Piccione), -1183 à -1152 (von Beckerath), -1184 à -1153 (Málek), -1198 à -1166 (Redford), -1185 à -1153 (Dodson), -1194 à -1163 (Arnold), -1182 à -1151 (Gardiner)
  2. Grimal, [1988], p. 365
  3. E.F. Wente & C.C. Van Siclen, A Chronology of the New Kingdom in Studies in Honor of George R. Hughes, (SAOC 39) 1976, p. 235, (ISBN 0-918986-01-X)
  4. W. J. Murnane, United with Eternity: A Concise Guide to the Monuments of Medinet Habu, p. 38, Oriental Institute, Chicago / American University in Cairo Press, 1980.
  5. Wilfred G. Lambert, A. R. George et Irving L. Finkel, Wisdom, Gods and Literature: Studies in Assyriology in Honour of W.G. Lambert, Eisenbrauns, (ISBN 978-1-57506-004-0, lire en ligne), p. 384–.
  6. Grimal, [1988], p. 358
  7. Grimal, [1988], p. 362
  8. Grimal, [1988], p. 364
  9. « La première grève connue de l'histoire », sur egyptos.net
  10. Le pharaon Ramsès III a eu la gorge tranchée, Cyrille Vanlerberghe, lefigaro.fr , 18 décembre 2012
  11. P. Grandet, Ramsès III
  12. Article du Monde (18 décembre 2012)
  13. Article du British Medical Journal, décembre 2012, en anglais.
  14. « Genetic kinship analyses revealed identical haplotypes in both mummies (table 1); using the Whit Athey’s haplogroup predictor, we determined the Y chromosomal haplogroup E1b1a », Academia.edu, Article du British Medical Journal, mis en ligne le 17 décembre 2012, en anglais.
  15. Grimal, [1988], p. 366
  16. Theban Mapping Project - KV3
  17. Theban Mapping Project - KV11
  18. Theban Mapping Project - Photos du décor

Bibliographie

  • Friedrich Abitz, Ramses III. in den Gräbern seiner Söhne, Orbis Biblicus et Orientalis 72, Universitätsverlag, Freiburg, 1986.
  • Paul Barguet, Un complot contre Ramsès III, d'après le papyrus no 1875 de Turin, les papyri Lee I et II, et le papyrus Rollin, Centre culturel de l'Ordre de la Rose-Croix, Paris, 1989.
  • Eric H. Cline et David O'Connor, Ramesses III: The life and times of Egypt's last hero, University of Michigan Press, Ann Arbor, 2012.
  • Pierre Grandet, Ramsès III. Histoire d'un règne, Paris, Pygmalion,
  • Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne [détail des éditions]
  • Violaine Vanoyeke, Ramsès III, trilogie, Éditions Alphée, 2008.

Liens externes

  • Portail de l’Égypte antique
KV11

KV 11 désigne le tombeau du pharaon Ramsès III. Situé dans l'allée principale de la vallée des Rois, sur la rive occidentale du Nil face à Louxor, l'hypogée fut d'abord élaboré par le pharaon Sethnakht (le père de Ramsès III) mais fut abandonné quand on remarqua qu'il empiétait sur celui d'Amenmes (KV10).

Partiellement exploré dès l'Antiquité, le tombeau a été baptisé « tombe des harpistes » en 1768 par James Bruce en raison d'un bas-relief représentant deux harpistes aveugles.

KV3

Situé dans la vallée des rois, dans la nécropole thébaine sur la rive ouest du Nil face à Louxor, KV 3 est le tombeau d'un fils inconnu du pharaon Ramsès III de la XXe dynastie.

Cette tombe est de conception classique pour l'époque, organisée autour d'un axe droit. C'est un ostracon écrit en hiératique de l'époque de Ramsès III qui mentionne la création d'un tombeau pour un prince royal. Les égyptologues pensent que c'est probablement ce tombeau.

Il a la particularité d'être inachevé ce qui suggère que la tombe n'a jamais été utilisée. Certains ont suggéré qu'il était à l'origine destiné à être utilisé par le prince régent, le futur Ramsès IV, qui, une fois monté sur le trône, fit stopper les travaux de la KV3 et ordonna la construction de sa propre tombe (qui est la KV2).

Médinet Habou

Médinet Habou, (ou Medinet Habu, en démotique ; Tjamet ou Djamet, en copte ; Djeme ou Djemi, en arabe : مدينة هابو) est une cité proche de Thèbes en Égypte, sur la rive ouest du Nil, en face de la cité moderne de Louxor et de son ancien temple dédié à Amon-Min.

Aujourd'hui, on la connaît surtout pour le temple des millions d'années de Ramsès III qui fut bâti à proximité d'un temple d'Amon de Djemé, connu aujourd'hui sous le nom de petit temple. C'est ce temple qui donna son nom au site.

Outre ces deux derniers temples on trouve aussi sur le site :

le palais royal,

un lac sacré et un nilomètre proche du temple d'Amon,

le temple d'Aÿ et Horemheb,

les tombes et chapelles des divines adoratrices d'Amon : Amenardis Ire, Chepenoupet II et Nitocris Ire.

Ramsès IV

Ramsès IV est le troisième pharaon de la XXe dynastie du Nouvel Empire de l'Égypte antique.

Ramsès IV devient pharaon à l'âge de quarante ans, et règne de -1153 à -1146 (J. Málek, I. Shaw entre autres), d'autres sources donnent de -1154 à -1148 (N. Grimal, K. A. Kitchen) ou -1156 à -1150 (H. W. Helck, R. Krauss).

Ramsès IV est enterré dans la vallée des Rois (tombe KV2).

Ramsès IX

Ramsès IX (-1126 à -1108, ou vers -1129 à -1111 ou encore -1140 à -1121) est le huitième pharaon de la XXe dynastie. Il succède à Ramsès VIII. L'ascendance de ce souverain n'est pas bien établie. Il est généralement avancé par les spécialistes qu'il fut le fils de Montouherkhépeshef (le fils de Ramsès III). Toutefois Edward Frank Wente prétend que Ramsès IX était fils de Ramsès VIII et Kenneth Anderson Kitchen évoque l'hypothèses qu'il fut un fils de Ramsès VII.

Ramsès VI

Ramsès VI (Nebmaâtrê-Méryamon Ramsès-Amenherkhépeschef-Netjerhéqaïounou), est le cinquième pharaon de la XXe dynastie d’Égypte antique. Il règne de -1145 à -1137 environ.

Sous son règne, la situation interne et externe de l'empire égyptien continue à se désagréger malgré la réaction du roi pour conserver le contrôle de la politique face à un pouvoir religieux de plus en plus ambitieux, représenté par les grands prêtres d'Amon.

Ramsès VIII

Ramsès VIII est le septième pharaon de la XXe dynastie du Nouvel Empire d'Égypte antique. Il est le souverain le plus obscur de cette dynastie. Son origine exacte reste encore sujette à discussion entre les spécialistes. Pour certains égyptologues, dont Nicolas Grimal, il est le fils de Ramsès III et de la reine Tiyi. Pour d'autres, il est le petit-fils de celui-ci, par un de ses deux fils, soit le prince Penteouaret (le nom de la mère est inconnu), soit, comme le propose Christian Leblanc, le prince Sethherkhepshef (le nom de la mère est aussi inconnu) et il aurait porté le même nom que son père. Cette hypothèse de Leblanc vient de la représentation des défilés de princes à Médinet Habou, Sethherkhepshef y est représenté en quatrième place.

Il succède à Ramsès VII et a pour héritier Ramsès IX qui n'est pas son fils.

Sethnakht

Sethnakht est le premier pharaon de la XXe dynastie. Il est sûrement déjà âgé lorsqu'il monte sur le trône d'Égypte en -1186. On ignore son origine, il est peut-être le fils d’une des nombreuses épouses de Ramsès II (qui n’est mort que depuis guère plus de vingt-cinq ans). Sa durée de règne est incertaine. On a longtemps pensé qu'elle ne dura que deux ans, proposition qui se basait sur la stèle d'Éléphantine. Or, comme le précisent Jürgen von Beckerath et Peter A. Clayton (entre autres), une troisième année, ou début de troisième année de règne (deux ans et onze mois) est désormais attestée à la suite de la découverte d'une inscription, no 271, sur le mont Sinaï. Dans l'hebdomadaire égyptien Al-Ahram de mi-janvier 2007, des fonctionnaires du service des antiquités égyptiennes annoncèrent la récente découverte d'une stèle en quartz appartenant au grand prêtre d'Amon Bakenkhounsou et explicitement datée de l'an quatre du règne de Sethnakht.

Sethnakht a une épouse attestée, Tiyi-Merinaset, Tiyi aimée d'Isis, qui lui donne un fils Ramsès III qui lui succède.

Du fait de son court règne, la tombe de Sethnakht ne fut pas terminée à temps. Son fils décida de réutiliser et agrandir la tombe KV14 que Taousert s'était faite aménager dans la vallée des Rois.

TT148

La tombe thébaine TT 148 est située à Dra Abou el-Naga, dans la nécropole thébaine, sur la rive ouest du Nil, face à Louxor en Égypte.

C'est la sépulture d'Amenemope (Jmn-m-jp.t), datant des règnes de Ramsès III à Ramsès V (XXe dynastie).

TT158

La tombe thébaine TT 158 est située à Dra Abou el-Naga, dans la nécropole thébaine, sur la rive ouest du Nil, face à Louxor en Égypte.

C'est la sépulture de Tjanefer (Tȝ-nfr), datant des règnes de Séthi II, Taousert (XIXe dynastie) à Ramsès III (XXe dynastie).

TT207

La tombe thébaine TT 207 est située à El-Khokha, dans la nécropole thébaine, sur la rive ouest du Nil, face à Louxor en Égypte.

C'est la sépulture de Horemheb (Ḥr-m-hb) datant du règne de Ramsès III (XXe dynastie).

TT213

La tombe thébaine TT 213 est située à Deir el-Médineh, dans la nécropole thébaine, sur la rive ouest du Nil, face à Louxor en Égypte.

C'est la sépulture de Penamon, serviteur du Seigneur des Deux Terres (Pharaon) et serviteur dans la Place de Vérité durant le règne de Ramsès III. C'est le fils de Baki, qui est enterré dans la tombe TT298 et de Taysen. L'épouse de Penamon se nomme Nebetnouhet.

TT221

La tombe thébaine TT 221 est située à Gournet Mourraï, dans la nécropole thébaine, sur la rive ouest du Nil, face à Louxor en Égypte.

C'est la sépulture de Horimin (Hr.j-Mn.w). Elle date de l'époque de Ramsès III (XXe dynastie).

TT222

La tombe thébaine TT 222 est située à Gournet Mourraï, dans la nécropole thébaine, sur la rive ouest du Nil, face à Louxor en Égypte.

C'est la sépulture de Héqamaâtrênakht (Ḥqȝ-Mȝˁ.t Rˁ-Nḫt), appelé Tor (Twr). Elle date de l'époque de Ramsès III à Ramsès IV (XXe dynastie).

TT9

La tombe thébaine TT 9 est située à Deir el-Médineh, dans la nécropole thébaine, sur la rive ouest du Nil, face à Louxor en Égypte.

C'est la sépulture d'Amenmosé, serviteur dans la Place de Vérité durant la XXe dynastie sous Ramsès III. Sa femme s'appelle Tent-hom.

Temple des millions d'années de Ramsès III

Le temple des millions d'années de Ramsès III est un monument dédié au culte de ce pharaon. Construit à Médinet Habou sur la rive ouest du Nil, face à Thèbes, il ne fut complètement terminé qu'après le décès du souverain vers -1154.

Tombeaux de la vallée des Reines

Liste des tombeaux de la vallée des Reines près de Thèbes :

Portail de l’Égypte antique Portail de l’archéologie

XXe dynastie égyptienne

La XXe dynastie pharaonique est une dynastie « thébaine » dans le sens où la transition avec la XIXe dynastie s'est jouée au cœur de la cité du dieu Amon.

Sethnakht, alors général des armées du pays, prend le pouvoir, évinçant les derniers prétendants au trône de la famille de Ramsès II dont les dernières années avaient particulièrement été troublées. Sans doute, l'anarchie menaçait l'équilibre des pouvoirs et déjà de véritables dynasties de courtisans avaient embolisé le fonctionnement de l'État. Les prêtres avaient acquis encore une fois un pouvoir considérable, gérant à leur profit d'immenses terres qui étaient rattachées aux grands domaines divins. Une caste militaire s'était formée avec l'intégration progressive dans cette société impériale, notamment, de mercenaires, comme les medjaÿ déjà enrôlés à la XVIIIe dynastie, mais également les shardanes depuis Ramsès II puis des Libyens à partir de Mérenptah.

Sethnakht et son fils, le futur Ramsès III, appartenaient à cette société militaire et comme Séthi et Ramsès près d'un siècle avant eux, avaient alors repris le pays en main et mis en place une politique énergique pacifiant la Nubie et reprenant l'initiative au Proche-Orient.

Jusqu'à Ramsès IV, le pouvoir fut garanti par l'administration royale qui est renforcée et se déploie sur tout le territoire à travers de nombreuses fondations et les dons fait aux principaux temples des métropoles du pays.

L'activité architecturale est alors concentrée sur la Basse-Égypte, poursuivant l'œuvre de Ramsès et de son fils et successeur Mérenptah à Héliopolis, Memphis, Bubastis et Pi-Ramsès et Ramsès III fonde un nouveau palais à Tell el-Yahoudieh non loin d'Héliopolis.

Thèbes n'est pas pour autant abandonnée et le temple jubilaire de Ramsès III à Médinet Habou sur la rive ouest de l'ancienne capitale devient la fondation dynastique par excellence. Ce temple devait former une nouvelle ville avec le Ramesséum alors encore en activité et dont il s'inspire sur le plan architectural. La vallée des Rois reste la nécropole royale et c'est à cette période que le village de Deir el-Médineh atteint sa plus grande extension avec le doublement des équipes et un art funéraire digne des meilleurs artisans de Thèbes.

Mais c'est aussi sous Ramsès III qu'eut lieu la première grève de la confrérie ouvrière de la vallée des Rois, premier indice de changements dans la société égyptienne qui vont s'accentuer aux règnes suivants.

Ramsès III arrête une nouvelle invasion terrestre et maritime venant des Balkans, d'Asie mineure et du Levant vers -1180 : c'est la migration égéenne. Ce sont les « Peuples de la mer » des documents égyptiens parmi lesquels on compte des Troyens (Thekker) et des Philistins (Peleset) qui finirent eux aussi par s'installer dans les grandes villes d'Égypte comme Memphis ou Pi-Ramsès. Ces peuplades vont balayer les anciens royaumes et cité-État qui s'étaient développés le long de la côte égéenne de la Turquie, en Syrie et au Liban portant en quelque sorte le coup de grâce à un ancien monde dont l'Égypte garda le souvenir. Ces bouleversements géopolitiques laissèrent la place à de nouvelles puissances qui se reconstituèrent plus tard à partir de l'Assyrie, de l'Elam et de la Médie, tandis qu'à l'occident une nouvelle thalassocratie voyait le jour depuis Mycènes et occupa peu à peu le terrain du commerce de la Méditerranée que les Crétois par leur disparition complète et les Phéniciens sous le coup d'invasions incessantes abandonnèrent à leur profit.

La victoire de Ramsès III est le point d'orgue de son règne et il cherchera à imiter en tout l'illustre Ramsès II, y compris dans le choix des noms de ses fils dont le nombre était aussi très honorable. Il voulut ainsi garantir la succession et consolider la dynastie, mais l'absence de choix d'une première grande épouse royale au profit d'une politique de harem eut raison de ses aspirations.

Ainsi, dès le début de la XXe dynastie, les éléments qui vont constituer le déclin de l'empire des Ramsès sont déjà en place. Les différentes classes qui se partagent le pays vont peu à peu le transformer réveillant les oppositions naturelles entre les Deux Terres depuis des millénaires et que seul Pharaon pouvait maintenir en équilibre.

Après Ramsès IV, la crise dynastique s'installe et les différentes branches de la famille royale se disputent l'héritage de Ramsès III, qui lui-même meurt à la suite d'un complot ourdi depuis le harem royal, à Thèbes même.

Tous les successeurs chercheront à imiter leur glorieux ancêtre en adoptant son nom de couronnement, mais aucun n'arrivera à freiner les modifications profondes qui s'opéraient alors.

La fin de la dynastie est marquée par les scandales des pillages de la nécropole thébaine, dont la vallée des Rois et des Reines sous Ramsès IX puis sous Ramsès XI. Sans doute l'éloignement de la cour royale qui s'était désormais installée en Basse-Égypte participa à l'insécurité grandissante de la région thébaine de plus en plus menacée par des incursions des nomades libyens. Le pouvoir royal, n'étant plus assuré et garanti, favorisa ainsi la montée du clergé thébain qui étendit alors son emprise sur toute la Haute-Égypte, annonçant la rupture inévitable qui conduira à l'effondrement de la dynastie et de l'empire.

La suite de la XXe dynastie voit le début de la Troisième Période intermédiaire avec notamment l'ascension des grands prêtres d'Amon qui n'hésitent pas à se faire représenter sur les murs du temple d'égal à égal avec Pharaon, ou à inscrire leur nom dans un cartouche formant ainsi quasiment une titulature royale.

C'est la fin du Nouvel Empire, âge d'or de l'art égyptien. La littérature est toutefois peu originale et se contente de recopier les œuvres du Moyen Empire. À mentionner cependant : le livre des Morts. La langue parlée à cette époque est le néo-égyptien dans laquelle est composée une nouvelle littérature, notamment amoureuse.

Époque ramesside

L'époque ramesside est une période de l'Égypte antique, subdivision du Nouvel Empire caractérisée par l'abondance de rois portant le nom de Ramsès. Cette époque est souvent nommée par l'adjectif ramesside qui devient un nom qualifiant la période. Elle s'étend sur les XIXe et XXe dynasties.

Ces deux dynasties sont considérées comme originaires du delta du Nil, et de tradition militaire. De fait Paramessou, le futur Ramsès premier du nom, a entamé sa carrière dans l'armée avant d'être promu vizir par Horemheb, dernier pharaon de la XVIIIe dynastie, lui-même un militaire de haut rang, qui finira par le choisir comme héritier.

Sous leur contrôle le pays gagne en puissance sur toute la région du Proche-Orient et depuis le Soudan jusqu'à l'Euphrate son influence est réelle et sensible dans les différents territoires contrôlés par Pharaon. Acculturation marquée de la Nubie jusqu'à la IVe cataracte, où de nombreux temples égyptiens s'élèvent au milieu de villes rassemblant égyptiens, nubiens et soudanais, et protectorat des cités-états phéniciennes qui assurent avec l'Égypte un commerce florissant sont les deux méthodes employées par l'administration de pharaon pour étendre son pouvoir.

Au niveau international, l'Égypte est une puissance avec laquelle il faut compter. une nouvelle capitale est fondée dans le delta du Nil, Pi-Ramsès, qui devient la porte d'entrée du pays et le centre de la politique de l'empire.

Tout au long de cette période l'Égypte est confrontée à de fréquents conflits armés :

Conquête de Canaan sous Séthi Ier et conflit avec les Hittites.

Guerre ouverte entre l'Égypte et l'empire hittite sous Ramsès II.

Guerre contre les Libyens sous Mérenptah.

Guerre contre les Peuples de la mer sous Ramsès III.Les arts et l'architecture se développent au gré de la puissance des souverains régnant. La richesse du pays est telle qu'un grand nombre d'objets manufacturés sortent des ateliers d'artistes que l'on retrouve à travers tout le pays dans les nombreuses cités et nécropoles. Si au début de la période l'héritage artistique de la XVIIIe dynastie est sensible il paraît s'estomper avec les règnes des Ramsès qui tentèrent de maintenir la puissance du pays malgré une situation internationale défavorable.

C'est aussi une période au cours de laquelle certains troubles menacent le trône. Un grave conflit de succession après le règne de Mérenptah s'achèvera par la destitution de la dynastie en place au profit d'une nouvelle famille de militaire dont Sethnakht était le champion. Un complot de harem attente à la vie de Ramsès III et ses successeurs semblent se maintenir au prix d'alliances avec les grands dignitaires de l'époque et notamment le clergé d'Amon de Karnak qui gagne en puissance et en influence et finira sous le long règne de Ramsès IX par contrôler toute la Haute-Égypte alors que le roi reste maître du delta du Nil et de Memphis.

La guerre civile qui s'ensuit jette les bases des rapports politiques entre les principales forces du royaume de la XXIe dynastie dont le gouvernement hérite par bien des égards de cette situation, avant de céder la place à une nouvelle famille de militaires, cette fois-ci d'origine libyenne, la XXIIe dynastie.

Codage
Translittération (Unicode)
Translittération (ASCII)
Transcription
Traduction
Codage
Translittération (Unicode)
Translittération (ASCII)
Transcription
Traduction
Codage
Translittération (Unicode)
Translittération (ASCII)
Transcription
Traduction
Codage
Translittération (Unicode)
Translittération (ASCII)
Transcription
Traduction
Codage
Translittération (Unicode)
Translittération (ASCII)
Transcription
Traduction
Codage
Translittération (Unicode)
Translittération (ASCII)
Transcription
Traduction
Période prédynastique
Période thinite
Ancien Empire
Première Période intermédiaire
Moyen Empire
Deuxième Période intermédiaire
Nouvel Empire
Troisième Période intermédiaire
Basse époque
Période macédonienne
Période lagide

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.