Pages roses

Les pages roses sont un ensemble d'expressions et de citations en français, en latin ou en langues étrangères contemporaines, disponibles dans Le Petit Larousse. Ces pages qui s'insèrent entre les parties relatives aux noms communs et celles réservées aux noms propres du dictionnaire sont présentes dès la première édition.

Petit larousse illustre, 1906, pages roses.djvu
Pages roses du Petit Larousse illustré de 1906

Évolution

Les pages roses sont une évolution des locutions latines apparues en 1856 dans la première édition du Nouveau Dictionnaire de la langue française de Pierre Larousse. « L'ouvrage s'achève avec un « Dictionnaire des locutions latines » de 14 pages, de Ab absurdo à Vox populi, vox Dei, qui deviendront les célèbres pages roses du Petit Larousse et serviront dès 1862 de séparation entre les mots de la langue et les noms propres »[1].

En 1980, des proverbes s'ajoutent aux citations latines[2]. Dans l'édition 2010 du Petit Larousse, les pages roses s'enrichissent d'une rubrique intitulée « Petit trésor de locutions francophones », intégrant des expressions québécoises[3].

Lorsqu'en 1996 paraît le Maxidico, dictionnaire en deux parties séparées par des pages bleues, les éditeurs de ce dictionnaire sont condamnés pour contrefaçon[2].

Retentissement culturel

« Vox Populi vexe Dei ! Pages rousses du petit Larose. » Ces jeux de mots figurent dans Spectacle — section « Intermède » — (1951), de Jacques Prévert (1900-1977)[4].

Les pages roses servent d'inspiration à Goscinny (1926-1977) pour les citations latines, dont une mention figure dans Astérix gladiateur (paru en 1964 en album). Selon Sébastien Lapaque, « Après les drapeaux, ce qu'affectionne le lecteur du Petit Larousse, ce sont les pages roses et cette belle collection de maximes latines que Goscinny a glissées dans les phylactères des pirates jetés sur la route d'Astérix »[5].

Pierre Desproges a parodié les Pages roses dans son Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis, publié en 1985, où les locutions originales, parfois déformées, ainsi que quelques-unes inventées, sont assorties de traductions fantaisistes basées sur les mots français qu'évoquent les sonorités des mots d'origine (ainsi « Alea jacta est » est traduit en « Ils sont bavards à la gare de l'Est », « Ad bitam aeternam, amen » est détourné en « Tant qu'on baise, je ne dis pas non », « Chi va piano va sano » donne « Fais pas dans le piano, va aux toilettes », « Mens sana in corpore salo » devient « En tout homme il y a un cochon qui sommeille », etc.) .

Dans La maison Traum (1990) de Michel Host, la Mère-Grand est décrite comme une « redoutable lectrice des pages roses du Petit Larousse illustré ».

L'artiste Jacques Houplain illustre en 2003 des citations latines dans un album intitulé Pages roses, regrettant cette absence d'illustration dans Le Petit Larousse.

Les pages roses ont également inspiré le romancier Teodoro Gilabert pour son roman Les pages roses (OCLC 470624411) publié chez Buchet/Chastel en 2008. Le narrateur du roman évoque sa perception du Petit Larousse, et plus précisément de son exemplaire millésimé 1968. Il a grandi avec ce dictionnaire qu’il considérait comme “Le Livre” et qui a remplacé la Bible dans son “univers familial où l’anticléricalisme a toujours été clairement affiché”. La ligne rose est en fait un livre à l’intérieur du Livre surnommé “les pages roses” par ses utilisateurs. Les pages roses ont d’abord intrigué, puis séduit le narrateur. Elles ont même orienté sa vie professionnelle : il est en effet devenu professeur de lettres classiques. Les Pages roses constitue le récit d’une tranche de la vie du narrateur. Une vie qui trouve une certaine cohérence à travers les citations des pages roses du dictionnaire. Chaque chapitre commence par une citation qui introduit le récit et constitue le fragile fil directeur d’une vie que le narrateur juge de plus en plus décevante. On ne peut pas conduire toute sa vie avec des citations latines, l’idée était belle mais s’avère présomptueuse. La fin se termine sans surprise en queue de poisson (Desinit in piscem). Elle annonce plutôt le début d’une nouvelle vie, plus ancrée dans la modernité et enfin affranchie des pages roses.

Références

  1. Jean Pruvost, « Le Nouveau Dictionnaire de la langue française de Pierre Larousse » [PDF], sur www.archivesdefrance.culture.gouv.fr (consulté le 18 octobre 2014)
  2. Aline Francoeur, Les dictionnaires Larousse : genèse et évolution, , 323 p. (ISBN 9782760619913), p. 87
  3. Valérie Lessard, « Des dictionnaires qui parlent «québécois» », La Presse, (consulté le 18 octobre 2014)
  4. Jacques Prévert, Œuvres complètes, collection « Bibliothèque de la Pléiade, tome I (ISBN 2-07-011230-6), page 375
  5. Anne Brigaudeau, « Trois raisons de préférer le Petit Larousse au Robert », sur http://blog.francetvinfo.fr, (consulté le 18 octobre 2014)

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

Liens externes

  • Portail de l’édition
  • Langue française et francophonie
Delenda Carthago

Delenda Carthago est une locution latine traditionnellement attribuée à Caton l'Ancien, mort en 149 av. J.-C., qui signifie « Il faut détruire Carthage ! » (littéralement « Carthage est à détruire »).

Parfois on la trouve aussi sous les formes Carthago delenda est ou Delenda est Carthago.

Encyclopédie

Une encyclopédie est un ouvrage (livre, ensemble de livres ou document numérique) de référence visant à synthétiser toutes les connaissances pour édifier le savoir et à en montrer l'organisation de façon à les rendre accessibles au public, dans un but d'éducation, d'information ou de soutien à la mémoire culturelle. Basé sur des autorités ou des sources valides et souvent complété par des exemples et des illustrations, ce genre d'ouvrage privilégie un style concis et favorise la consultation par des tables et des index. Le terme a pris son sens moderne avec l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772).

En principe, une encyclopédie est différente d'un dictionnaire, car ce dernier a pour objet le sens et l'emploi des mots d'une langue, et est donc intraduisible en tant que tel, alors que l'encyclopédie traite des choses ou réalités du monde et de la culture. Cette distinction n'est toutefois pas rigide, car un dictionnaire doit nécessairement aussi « traiter des choses dans la mesure où cela est nécessaire pour déterminer la signification et l'usage des mots », et bien des dictionnaires modernes accentuent leur caractère encyclopédique, tel Le Petit Larousse, afin d'offrir le maximum de renseignements en un seul volume. Quand ils sont suivis de la préposition (de, du ou des), dictionnaire et encyclopédie peuvent l'un et l'autre désigner un livre de proportions modestes portant sur un domaine restreint (par exemple : La Grande Encyclopédie des fées, Dictionnaire de géographie).

Les finalités ont varié au fil du temps : « Au Moyen Âge comme dans l'Antiquité, en Chine comme dans l'Islam classique, l'encyclopédie moralise, instruit, éduque, intègre socialement ; après le XVIIe siècle, elle ne veut plus qu'informer ». Souvent inféodées à des impératifs religieux ou étatiques, les encyclopédies n'ont réussi que tardivement à s'astreindre à « un exposé critique et impartial des faits et des idées », même si des biais idéologiques ou culturels parviennent encore à s'imposer de façon plus ou moins consciente.

La question de l'organisation interne a soulevé des passions et est liée à la conception que l'auteur se fait du savoir et de la façon dont son ouvrage devrait être utilisé. L'organisation dominante a d'abord été purement thématique, en fonction des disciplines. Le classement alphabétique, qui apparaît dans un dictionnaire au Xe siècle, ne s'imposera définitivement dans une encyclopédie qu'au XVIIIe siècle. Organisation thématique et classement alphabétique peuvent être utilisés de façon croisée en intégrant un ou plusieurs volumes d'index à un ouvrage thématique donné.

Les encyclopédies se sont multipliées pour suivre le rythme d'accroissement des connaissances. La révolution numérique a facilité la mise à jour, la consultation et la dissémination des encyclopédies, mais s'est révélée fatale pour la plupart des encyclopédies classiques, alors que Wikipédia devenait la plus grande encyclopédie en ligne. Au XXIe siècle, en raison de l'accélération des découvertes scientifiques et technologiques, une encyclopédie est plus que jamais un projet ouvert, en évolution permanente.

Gilles Barbier

Gilles Barbier de Preville ou Gilles Barbier, né le 6 février 1965 à Port-Vila au condominium des Nouvelles-Hébrides (aujourd'hui Vanuatu), est un artiste contemporain et plasticien français qui vit et travaille à Marseille.

Joconde sur votre indulgence

Joconde sur votre indulgence est un livre de Hervé Le Tellier publié en 2002 aux éditions Le Castor astral (ISBN 2-85920-475-X). Il fait suite à Joconde jusqu'à cent : 99 (+1) points de vue sur Mona Lisa, du même auteur, publié en 1998 (ISBN 2-85920-329-X). En 2012, les deux ouvrages ont été réunis en un seul volume sous le titre Joconde jusqu'à cent : et plus si affinités (ISBN 978-2-85920-888-2) ; on peut y lire une cinquantaine de nouveaux points de vue.

Le Petit Larousse

Le Petit Larousse illustré est un dictionnaire encyclopédique de langue française des éditions Larousse. Il est publié pour la première fois en 1905 par Claude Augé, succédant au Dictionnaire complet illustré (1889) de Claude Augé aussi. Son nom rend hommage à Pierre Larousse (1817-1875), mort trente ans plus tôt, et auteur du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle dont il reprend la conception encyclopédique et le projet pédagogique.

Le Soleil (roman)

Le Soleil est le sixième roman de Jean-Hubert Gailliot paru en août 2014 aux éditions de l'Olivier. La même année, il obtient le Prix Wepler.

Liste de personnages d'Astérix

La liste des personnages d'Astérix recense les diverses figures de la série de bandes dessinées Astérix créée par René Goscinny et Albert Uderzo, ainsi que les personnages originaux créés dans les films d'animation, les films en prise de vue réelle et les jeux vidéo adaptés d'après la série de bande dessinée.

Les 32 albums de la série Astérix contiennent plus de 400 personnages ayant un nom ou une relative importance.

Les personnages sont classés par supports d'apparition, puis par peuples et par ordre alphabétique de noms. La plupart des noms ont été créés sous forme de jeu de mots.

Liste des séries parues dans Spirou

Cet article présente la liste des séries de bandes dessinées parues dans la magazine Spirou depuis sa création en 1938.

Portail de la bande dessinée francophone

Marie Seznec Martinez

Marie Seznec Martinez est une styliste française, ancienne mannequin et ambassadrice de Christian Lacroix, puis directrice de la haute couture chez Christian Lacroix, née le 12 avril 1958 à Quimper (Finistère) et morte à Monaco le 12 novembre 2015 (à 57 ans).

Mix-Cité

Mix-Cité est une association mixte française militant pour l'égalité des sexes et des sexualités, cofondée en 1997 par Clémentine Autain et Thomas Lancelot-Viannais. Elle se présente comme une « association féministe, mixte, antisexiste et universaliste de réflexion et d'action auprès du grand public, des médias et des institutions ». Très active au tournant du siècle et dans les années 2000, l'association a été dissoute le 28 septembre 2013.

Nouveau Dictionnaire de la langue française

Le Nouveau dictionnaire de la langue française est un dictionnaire conçu et écrit par Pierre Larousse et publié en 1856. Considéré comme l'ancêtre du Petit Larousse, il s'est vendu à plusieurs millions d'exemplaires.

Pirates (Astérix)

Les pirates sont des personnages récurrents de la série Astérix. Ils apparaissent pour la première fois dans Astérix gladiateur.

San-Antonio (série)

San-Antonio est une série de romans policiers rédigés par Frédéric Dard mais signés San-Antonio, du nom d'un commissaire de police, Antoine San-Antonio, censé narrer lui-même ses aventures. Elle comporte 175 volumes, publiés de 1949 à 2001.

Teodoro Gilabert

Teodoro Gilabert, né en 1963 à Valence en Espagne, est un écrivain français. Géographe de formation, il est l'auteur d'une thèse de doctorat sur la géographie de l'art contemporain en France (2004).

Tous les chemins mènent à Rome

Tous les chemins mènent à Rome est une expression proverbiale d'origine latine qui possède plusieurs sens,.

Au sens propre, cette expression peut évoquer le réseau routier de l'Empire romain, jalonné de bornes milliaires et en particulier le Milliaire d'or mis en place à Rome par Auguste pour marquer le point zéro des routes impériales et sur lequel sont notés les noms et les distances, depuis Rome, des principales villes de l'Empire.

Cependant, la phrase semble avoir été écrite pour la première fois en latin par Alain de Lille au XIIe siècle, dans une acception chrétienne, Rome étant la cité du Pape : le proverbe affirme que, malgré les difficultés, on peut accéder à Dieu ou, plus généralement, qu'il est possible d'atteindre le même but par des manières très différentes. Le texte original d'Alain de Lille était :

« Mille viae ducunt homines per saecula Romam

Qui Dominum toto quaerere corde volunt. »

Soit, en français :

« Mille routes conduisent depuis des siècles à Rome les hommes qui désirent rechercher le Seigneur de tout leur cœur. »

La signification sur la multiplicité des moyens pour parvenir à une même fin est celle qui est actuellement retenue par le petit Larousse.

Éditions Larousse

Les éditions Larousse sont une maison d'édition française historiquement spécialisée dans les ouvrages de référence, notamment les dictionnaires. Elle a été fondée par Pierre Larousse. La maison s'est diversifiée sur le secteur du pratique, des essais et documents et de la jeunesse. Larousse est une filiale de Hachette Livre depuis juillet 2004. Dessain & Tolra' et Harrap's sont des marques appartenant à Larousse,.

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.