Muséum de Toulouse

Le muséum de Toulouse est un musée d'histoire naturelle et d'éthnologie situé dans le Jardin des Plantes de Toulouse, quartier de Busca-Montplaisir. Le Muséum d'histoire naturelle de Toulouse (abréviation officielle : MHNT) abrite une collection de plus de deux millions et demi de pièces sur une superficie d'environ 6 000 m2, sans compter les annexes extérieures[2]. Il est le deuxième plus grand de France après le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) de Paris.

Muséum de Toulouse
Logo museum 100px
Logo du Muséum de Toulouse.
Grand carré MHNT
Informations générales
Type
Ouverture
Surface
6 000 m2
Visiteurs par an
294 567 (2014)
273 932 (2015)
267 583 (2016)[1]
Site web
Collections
Collections
Histoire naturelle, zoologie, ethnologie
Localisation
Pays
Commune
Adresse
35, allée Jules-Guesde
31000 Toulouse
Coordonnées
43° 35′ 39″ N, 1° 26′ 58″ E
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Haute-Garonne
voir sur la carte de Haute-Garonne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Toulouse
voir sur la carte de Toulouse
Red pog.svg

Historique

MHNT PHa 1521 09 006
Galerie des Cavernes, photographie d'Eugène Trutat, conservée au Muséum de Toulouse

En 1796, le naturaliste Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse, obtient du département de la Haute-Garonne les anciens locaux du monastère des Carmes Déchaussés, y installant le jardin botanique et les collections de sciences naturelles de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres. Le lieu est réservé alors à l'usage exclusif des naturalistes qui y professent des cours de botanique.

Le Muséum est créé en 1865 par décision du conseil municipal avec pour mission l’accueil du public, la diffusion des sciences naturelles. Édouard Filhol sera son créateur et donc son premier directeur.

En 1887, à l’occasion de l’Exposition internationale de Toulouse, le jardin botanique est dissocié du Jardin des Plantes et va se transformer jusqu'à la topographie qu'on lui connait maintenant. Il regroupe plusieurs centaines d'espèces de plantes dont de nombreux arbres. Ce jardin, géré par l'université Toulouse 3 - Paul Sabatier, fait partie intégrante du muséum.

Le muséum de Toulouse est le premier musée au monde à ouvrir une galerie de préhistoire : la « galerie des cavernes », grâce à la collaboration d'Émile Cartailhac, Jean-Baptiste Noulet et Eugène Trutat[3] .

En 1950, avec 19 salles accessibles au public, le Muséum est devenu un véritable pôle scientifique. Il s'est enrichi entre les deux guerres de nombreux dons : les collections d’ornithologie du Dr Victor Besaucèle (1847-1924), les collections d’ethnologie et de coquillages de Gaston de Roquemaurel (1804-1878) et la collection Dupuy en malacologie.

En 1971, sous l’impulsion de Claudine Sudre, le Muséum se dote d’un service pédagogique et d'une bibliothèque enfantine.

À cause de la découverte de faiblesses dans le bâtiment du muséum, les locaux sont fermés au public en 1997. En 1999, une nouvelle conception de l’établissement est proposée. Le site a été en chantier pendant plusieurs années et se réorganise en plusieurs lieux autour de Toulouse.

Le Muséum aujourd'hui

Après dix années de fermeture, le muséum rouvre ses portes en décembre 2007 pour les groupes d'enfants constitués (scolaires et centres de loisirs de Toulouse) et le samedi 26 janvier 2008 pour tous[4]. C’est ainsi que la superficie du bâtiment est doublée (6 000 m2) en empiétant sur des terrains voisins. La surface dédiée aux expositions est de 3 000 m2 sur trois étages. Le jardin botanique de l’université Paul-Sabatier, d’une superficie de 5 500 m2, fait également partie de la réorganisation des lieux.

Le nouveau muséum est épaulé par une scénographie contemporaine, conçue et réalisée par l’architecte et scénographe Xavier Leroux-Cauche. Le projet qui a été élaboré par l’architecte Jean-Paul Viguier unifie d’un seul geste les trois composantes du programme d’exposition : partie historique, partie moderne et jardin botanique. La ville de Toulouse souhaite faire du muséum un outil d’éducation, de réflexion et de débat sur l’histoire naturelle, l’homme et l’environnement. Son comité scientifique, animé par le professeur Georges Larrouy, fait appel à d'éminents spécialistes français et européens des domaines abordés.

Il s’agit d'une réinvention totale du muséum, aussi bien de son projet intellectuel que de son architecture physique. Centré sur le visiteur, le muséum fait le lien entre les savoirs scientifiques et son appropriation citoyenne. Il propose un itinéraire de prise de conscience des grandes questions de notre temps. Cette ambition oriente l’ensemble de ses expositions, de ses activités, et de ses animations. Le site web du muséum s’inscrit également dans ce sens : il est une vitrine du muséum mais aussi un « autre » lieu du muséum dans lequel les visites sur place peuvent être prolongées et enrichies, les débats et les échanges peuvent être poursuivis.

Organisation du muséum

Désormais, le muséum d'histoire naturelle devient le Muséum de Toulouse. Cette nouvelle appellation désigne l'ensemble des offres d'expositions et d'animations déployées sur trois sites géographiques[5]:

  • le site historique, intitulé le Muséum d'Histoire Naturelle, situé au cœur du Jardin des Plantes de Toulouse constitué :
    • des bâtiments rénovés du muséum[6].
Le Grand Carré (en accès libre) avec la Ketzal Boutik, le restaurant Le Moaï
Les espaces d'expositions : Terre Active, Classer pour connaître, Ordre du vivant, Ruptures et continuum, Grandes Fonctions, Tableau d'interpellation.
Le Mur des squelettes En ligne ici
Dans le cadre de la rénovation du Muséum de Toulouse en 2008, a été créée une immense vitrine courbe de 120 mètres de longueur pour former « une sorte d’immense vague » Cette vitrine–façade a été conçue par l’architecte Jean-Paul Viguier. À l’intérieur y ont été intégrés des squelettes en posture dynamique : l’ensemble a été numérisé puis mis en scène.
Ces squelettes nettoyés, démontés puis remontés pour leur donner l’attitude dynamique attendue ont été ensuite mis en place dans une paroi de verre. Ils sont désormais visibles de l’intérieur lors de la visite mais aussi de l’extérieur à la tombée la nuit. Nous pouvons voir des prédateurs et des charognards en pleine « chasse ». Des bornes interactives permettent d’identifier les espèces et de comparer les anatomies.
Champs Libres : espace de débats et de rencontres
Service Bibliothèque et documentation Muséum de Toulouse
La bibliothèque Émile Cartailhac. Elle propose 3000 ouvrages de vulgarisation en libre accès, 8000 livres d'étude. 160 abonnements en cours à des revues de vulgarisation et de recherche. La bibliothèque participe au Plan de Conservation Partagée des périodique mené par le Centre Régional des Lettre.
La Médiathèque Jeunesse Pourquoi pas ? (pour les 3-14 ans). Elle propose sur place 2000 ouvrages (documentaires, fictions et BD), 12 titres de périodiques, 4 postes multimédia.Des activités en périodes scolaires et petites vacances.
Le Service Bibliothèque et documentation du Muséum est en ligne ici*
La photothèque conserve notamment des collections photographiques anciennes dont le fonds Eugène Trutat composé de 14 000 plaques de verre, tirages et négatifs papiers[7].
Grand carré MHNT
Le Grand Carré, L'éléphant et le Quetzalcoatlus
MHNT Mur des squelettes
Le "Mur des squelettes"
Bibliothèque Cartailhac MHNT
La bibliothèque Émile Cartailhac
Médiathèque pourquoi pas MHNT
La Médiathèque Jeunesse Pourquoi pas ?
MHNT Jardin Henri Gaussen
Le jardin botanique Henri Gaussen - La spirale ethnobotanique.
Parc de la Maourine 01
Parc de la Maourine
l'ombrière (en accès libre) avec le restaurant la Noria
l'esplanade aux lotus
les potagers du Monde : exposition vivante illustrant la diversité des plantes alimentaires du monde, organisée en carrés thématisés :

potagers d’Asie, carré des Amériques, carré d’Afrique et Méditerranée, carré d’Europe, carré tropical, carré des saveurs, des sucreries, de Bacchus, rizière.

le sentier oublié : un sentier d’interprétation et l’observatoire des oiseaux.
la roselière et l'étang de la Maourine
  • la passe à poisson du Ramier : un espace d’exposition et un poste d’observation sur les eaux de la Garonne.

Collections

Dans cette section, on présente le contenu de chacune des différentes collections du Muséum de Toulouse.

Expositions permanentes

L'exposition permanente comprend cinq thèmes liés

Séquence 1 - Sentir la puissance de la Terre.
Nature du système solaire et sa formation. Nature de la Terre - la tectonique des plaques, activité sismique et volcanique et l'érosion, la pétrologie et la minéralogie.
Séquence 2 - Faire disparaître les notions de hiérarchie
La nature de la vie - La biodiversité, classification et organisation.
Le parcours de cette séquence met en avant le lien entre l'homme et les animaux à travers « L'arbre de la vie phylogénétique » et les différentes installations qui permettent de classer et d'organiser la diversité des espèces. Au début du parcours, sur la droite est proposée une introduction au vivant qui pose les bases de ce que le visiteur a besoin pour bien comprendre les prochaines animations de la séquence : Trier – Ranger – Classer – Reconnaître – Nommer[8].
Séquence 3 - Se familiariser avec la grande échelle du temps.
Histoire de la Terre de 3,8 milliards d'années. Introduit le temps, la paléontologie et l'évolution de la vie
Séquence 4 - Admettre l'évidence
Les principales fonctions des êtres vivants - alimentation, la respiration, la locomotion, la reproduction, la protection et de la communication.
Séquence 5 - Inventer l'avenir.
L'impact de l'activité humaine sur les écosystèmes pression démographique et les ressources naturelles

Botanique

Mauritia flexuosa MHNT.BOT.2005.0.974
Mauritia flexuosa – Fruit
Capsicum annuum var. Fiesta - MHNT
Capsicum annuum – Fruit
Erodium cicutarium MHNT
Erodium cicutarium – Graines

Ethnologie

Les collections d'ethnographie extra- européenne conservées au Muséum de Toulouse comptent 5 000 pièces provenant de quatre zones géographiques principales : Océanie, Afrique, Amérique et Asie.

À l’instar d’autres collections françaises et européennes, la constitution du fonds ancien est fortement liée aux nombreuses missions d'explorations et d’expansion qui se sont multipliées au cours du XIXe siècle, ainsi qu’au passé colonial de la France, tandis que l’enrichissement des collections contemporaines fait l’objet de missions d’études et de collectes de terrain depuis quelques années.

  • L'Océanie représente environ 40 % du fonds avec une majorité d'objets provenant de l'aire mélanésienne (Nouvelle-Guinée, Nouvelle-Calédonie, Vanuatu, Îles Salomon, Nouvelle-Irlande, Nouvelle-Bretagne…). Les collections polynésiennes sont également assez importantes (Îles Fiji, Îles Samoa, Îles Tonga, Îles de la Société, Îles Marquises et Île de Pâques). Gaston de Roquemaurel, second de Dumont d'Urville et grand navigateur lui-même est l'un des donateurs les plus importants du Muséum et de la Ville de Toulouse (dès 1841). La collection océanienne du Muséum de Toulouse compte parmi les plus importantes de France.
Collier en poil de roussette et barillet de jade MHNT ETH AC NC 234 Nouvelle Calédonie Savès
Collier en poil de roussette e Nouvelle-Calédonie
Sac à bétel MHNT ETH AC NG 17 Savès
Sac à bétel - Nouvelle Guinée
  • L'Afrique représente pour sa part environ 30 % du fond avec des objets provenant principalement des anciennes colonies d'Afrique de l'Ouest (Mali, Sénégal, Côte d'Ivoire…) et de Madagascar. Ces objets proviennent de missions ethnographiques, de collections personnelles d'administrateurs coloniaux ou de militaires. Les notabilités locales vont en premier lieu alimenter en objets africains les collections ethnographiques du muséum, tel le Général Galliéni qui fit don de sa collection personnelle au Muséum tout à la fin du XIXe siècle. L'une des pièces majeures de la collection africaine est un masque baga « nimba » de Guinée collecté par Henri Labouret dans les années 1930.
Akan MHNT.ETH.2010.25.041
Peson à poudre or, Culture Akan
Akan MHNT.ETH.2010.25.065
Peson à poudre or, Culture Akan
Akan MHNT.ETH.2010.25.078
Peson à poudre or, Culture Akan
Chapeau de berger MHNT ETH AC 766
Chapeau de berger Soudan français
Bracelets de cheville. Culture Dan
Bracelets de cheville. Culture Dan
Aristide Maria MHNT ETH AC 1176 Porte sculptée
Porte sculptée
Madagascar
Mohara Ody MHNT ETH AC MD 88

Mohara Ody (Madagascar)
collection Gustave Julien[9]

  • Le fonds américain est en pleine expansion avec les missions de collectes en cours depuis 2010 au Brésil Central auprès des populations amérindiennes (Karajà, culture xinguano…) et représente désormais un peu plus de 20 % des collections. Ce fonds comprend également parmi le fonds ancien un ensemble représentatif de céramiques précolombiennes, un petit ensemble d’Amérique du Nord, ainsi qu’une partie des objets collectés lors de la mission de Cessac.
Panier à couvercle Warabahu MHNT ETH 2010 24 102
Panier à couvercle "Warabahu", culture Karajà
Apyãwa (Tapirape) Mask MHNT.ETH.AC.1732
Masque Apyãwa (Tapirape)
  • Les collections asiatiques sont les moins nombreuses, mais comptent un ensemble d’objets remarquables provenant du Laos et du Cambodge dont certains collectés par Gaston de Roquemaurel.

Minéralogie

Celestite MHNT.MIN.1998.252
Célestine - Turkménistan
Fluorine Peyrebrun
Fluorite - France
Népouite MHNT.MIN.2005.0.63
Népouite - Nouvelle-Calédonie
Scheelite MHNT.MIN.2004.0.88 (p)
Scheelite - Chine
Blende MHNT.MIN.1998.81
Sphalérite - Roumanie

Paléontologie

Les spécimens de la collection de paléontologie se comptent en dizaines de milliers. On peut y trouver des fossiles allant de l'archéen à l'actuel. Leur taille varie de quelques millimètres à quelques mètres pour le Mégacéros par exemple. La collection comporte également un certain nombre de moulages dont certains peuvent mesurer jusqu'à dix mètres de long. Il existe plusieurs holotypes et paratypes.

Invertébrés

Stromatolithe Paléoarchéen - MNHT.PAL.2009.10.1
Une des plus anciennes formes de vie connues
Pseudoasaphus praecurrens MHNT.PAL.2003.439
Pseudoasaphus Ordovicien
MHNT - Ogygopsis canadense
Ogygopsis canadense
Furca mauritanica MHNT
Furca mauritanica
Marocaster coronatus MHNT.PAL.2010.2.2 (Close up)
Marocaster coronatus
Crioceratites emerici MHNT.PAL.2004.024
Crioceratites emerici
Ampullaria Ponderosa MHNT PAL 2012 0 505 1 Noulet
Ampullaria Ponderosa

Vertébrés

Coelodonta antiquitatis
Rhinocéros laineux squelette complet
Coelodonta antiquitatis Crane
Rhinocéros laineux crâne
MHNT - Whiteia woodwardi
Whiteia woodwardi

Préhistoire

Sépulture de Teviec Global
Sépulture de Téviec - Mésolithique (-6740 ; -5680)
Diorite-Reims-Damour 2
Hache polie en diorite période néolithiqueReims France – Collection d’Alexis Damour
Hache Plagne Global
Hache polie période néolithiquePlagne Haute-Garonne
Collier de Penne
Parure en perles de bronze - Holocène

Zoologie

Entomologie

Sur plusieurs centaines de milliers de spécimens, seuls 1200 sont exposés de façon permanente.

Coléoptères

Cerapterus pilipennis (Male)
Cerapterus pilipennis - Zambie
Chrysochroa rajah thailandica MHNT.ZOO.2004.0.520
Chrysochroa rajah thailandica - Chiang Mai, Thaïlande
Hiperantha testacea MHNT.ZOO.2004.0.561
Hiperantha testacea
Bupestre de Colombie
Metaxymorpha gloriosa MHNT.ZOO.2004.0.535
Metaxymorpha gloriosa Bupestre du Nord-Queensland, Australie

Lépidoptères

Historis odius
Historis odius - Colombie
Charaxes varanes vologeses (Mâle)
Charaxes varanes vologeses - Malawi
Morpho didius Male MHNT
Morpho didius - Pérou
Archaeoprepona licomedes Bresil Global
Prepona licomedes - Brésil

Orthoptères

Oedipoda caerulescens MHNT
Oedipoda caerulescens - Etang de la Maourine Toulouse
Titanacris Albipes Vol
Titanacris Albipes- Guyane
Titanacris picticrus picticrus MHNT
Titanacris picticrus- Guyane
Titanacris
Titanacris Albipes- A la Duchêne
Aeolacris caternaulti MHNT dos
Aeolacris caternaulti- Guyane
Prionolopha serrata MHNT double
Prionolopha serrata
OMMATOPTERA PICTIFOLIA MHNT
Ommatoptera pictifolia

Ornithologie

  • La collection d’ornithologie du MHNT s’élève à plus de 30 000 spécimens dont 20 000 œufs et près de 10 000 oiseaux, naturalisés (8 500) ou « mis en peau » (1 500); seuls 480 spécimens font partie de l'exposition permanente.
  • Parmi les collections d’oiseaux naturalisés la collection Besaucèle avec ses 5 000 spécimens constitue une des collections historiques les plus importantes en Europe.
Harfang des neiges MHNT
Harfang des neiges, la plus ancienne pièce naturalisée (1807)
  • La collection d’œufs de Jacques Perrin de Brichambaut (1920-2007) acquise en 2010 par le muséum provient de collectes personnelles, complétées par celles d’ornithologues reconnus comme Guichard, Henri Heim de Balsac et de René de Naurois. Elle comprend toutes les espèces paléarctiques (Europe, Afrique du Nord et Asie), soit environ 1 000 espèces et près de 15 000 œufs, à ce titre elle fait partie des collections d’œufs paléarctiques les plus complètes et les mieux documentées d’Europe.
Prinia molleri MHNT
Œufs de Prinia molleri

Ostéologie

Type

Le Muséum de Toulouse est dépositaire de nombreux holotypes, en paléontologie botanique et zoologie.

Marocaster coronatus MHNT.PAL.2010.2.2
Marocaster coronatus Holotype
Furca mauritanica Pièce entière
Furca mauritanica Holotype
Cadurcotherium nouleti MHNT.PAL.2012.0.90 Paratype

Cadurcotherium nouleti Paratype

Photographie

Fonds photographique Eugène Trutat

Le fonds Trutat se compose de plus de 20.000 plaques de verre dont plus de 14.000 sont conservées à la photothèque du Muséum. Eugène Trutat (né Charles Louis Eugène Trutat le 25 août 1840 à Vernon, Eure, France et mort le 6 août 1910 à Foix, Ariège, France) est un photographe, pyrénéiste, géologue et naturaliste français. Il fut directeur du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse.

Eugène Trutat par Nadar Muséum de Toulouse

Eugène Trutat par Nadar

Portraits anthropologiques - Fonds Trutat - MHNT.1521.05.200

Portraits anthropologiques

Nouvelle-Calédonie , casse-tête disques - Fonds Trutat - MHNT.PHa.138.B37.073

Nouvelle-Calédonie , casse-tête disques

Toulouse - Capitole - MHNT PHa 916 03 040

Stéréoscopie : Le Capitole, Toulouse

Cathédrale Sainte-Cécile, Albi, 11 octobre 1899 (3387866718)

La Cathédrale d'Albi

Entretien et rénovation des collections

Taxidermie
Un des laboratoires de préparation. C’est ici que les réalisations d’animaux naturalisés, les moulages ou encore les dégagements de fossiles s’effectuent.
  • Le muséum emploie de nombreuses équipes techniques pour l'entretien des pièces, notamment un grand laboratoire de préparation, pour la taxidermie, qui sert également pour le dégagement et l’entretien des pièces de paléontologie et de minéralogie.
  • Un éléphant d'Asie du Muséum d'histoire naturelle a été rénové pour la réouverture du muséum. Cet éléphant, nommé Punch, a été donné le 11 décembre 1907 par le cirque Pinder. Il était une attraction phare de l'établissement. Il fut naturalisé par Philippe Lacomme qui inventa une procédure de naturalisation qui fait encore de nos jours référence. Elle consiste à réaliser un bâti, garni de liège, qui dessine le contour de l’éléphant. Le tout est démontable en douze pièces. Ensuite la peau de l’animal est placée sur ce bâti une fois remonté dans l’exposition, à l’endroit où le public pourra le découvrir. L'éléphant est actuellement exposé de nouveau dans le hall du muséum[10].

Fréquentation

Chiffres de fréquentation du muséum (2008-2016)[1]
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
329 213 210 432 201 864 195 327 208 185 243 432 294 567 273 932 267 583

Divers

Liste des directeurs et conservateurs du muséum

  • Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse (1744-1818) qui est à l'origine des premières collections (herbiers, minéraux et fossiles) du muséum.
  • 1865-1872 : Édouard Filhol (1814-1883), premier directeur du Muséum et maire de Toulouse de 1867 à 1870 ;
  • 1872-1890 : Jean-Baptiste Noulet (1802-1890), directeur du Muséum, préhistorien.
  • 1873-1876 : Émile Cartailhac, conservateur-adjoint ; membre de la commission de direction à partir de 1901[11].
  • 1890-1900[11] : Eugène Trutat (1840-1910), premier conservateur (1865-1890), directeur du Muséum, naturaliste et photographe.
  • 1901-1907 : régime de la Commission technique.
  • 1908-1921 : Émile Cartailhac,conservateur[11].
  • 1922-1956 : Henri Bégouën, conservateur.
  • 1944-1962 : Gaston Astre (1896-1975), naturaliste géologue, paléontologue et malacologue, directeur[12].
  • 1962-2000 : Claudine Sudre (1934-2009), conservatrice en chef et directrice.
  • 2000-2010 : Jean-François Lapeyre (1946-2010), directeur.
  • 1er janvier 2011- : Francis Duranthon (1961-), conservateur en chef et directeur.

Présence du latin au muséum

La visite du muséum se prête également à une exploration du vocabulaire scientifique au moyen du latin [13]. En effet, à côté de son nom usuel, chaque espèce est désignée par deux mots latins, ou latinisés. Ils sont écrits en italique : le premier mot désignant le genre porte une majuscule, le second, spécifique à l’espèce donne des précisions. Pour illustrer ce que signifie le terme « nommer », le Muséum propose ainsi une représentation de l'Asphodèle entourée des noms vernaculaires ainsi que de son nom scientifique en latin : Asphodelus ramosus. De la même façon, le pigeon ramier (Columba palumbus) est confronté au pigeon des villes (Columba livia) À proximité se trouve un jeu comportant trois rouleaux qui permet d'associer une image, une définition et une étymologie: par exemple le nom quadrumane est expliqué par son étymologie latine : quatuor, quatre et manus, main. Un peu plus loin, l'exemple du lion permet de présenter l'espèce en douze propositions, du plus général au plus particulier :chaque caractère se fonde sur un mot savant, immédiatement expliqué. Par exemple, le terme "carnivore" est précisé par "je me nourris de viande" en raison du radical carn-, issu du latin caro, carnis et du radical vorare, dévorer. De même, "je suis un félidé" est suivi de "mes griffes sont rétractiles comme chez tous les chats" en accord avec le latin feles, is, le chat.

Notes et références

  1. Fréquentation sur la plate-forme de données ouvertes du ministère de la Culture et de la Communication
  2. Le Muséum de Toulouse sur le site officiel de l'Office de tourisme de Toulouse
  3. Le Muséum de Toulouse et l'invention de la préhistoire, 2010 (ISBN 978-2-906702-18-9).
  4. Blog du Muséum de Toulouse Blog du Muséum de Toulouse
  5. « Muséum de Toulouse », Muséum de Toulouse (consulté le 24 mai 2007)
  6. Guide découverte Muséum d'histoire naturelle de Toulouse Jardin botanique Henri-Gaussen', 2009 (ISBN 978-2-906702-09-7)
  7. Muséum de Toulouse, « Muséum Collection Eugène Trutat », sur https://www.youtube.com, (consulté le 20 juillet 2016)
  8. calameo.com
  9. Muséum de Toulouse ETH AC MD 88
  10. Billet de blog L’histoire particulière de Punch, l’éléphant d’Asie
  11. « Muséum d'histoire naturelle - Présentation », sur tolosana.univ-toulouse.fr (consulté le 12 mars 2019).
  12. Jean-Jacques Amigo, « Astre (Gaston) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises, vol. 3 Sciences de la Vie et de la Terre, Perpignan, Publications de l'olivier, , 915 p. (ISBN 9782908866506)
  13. [1]

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des musées
  • Portail de l’histoire de la zoologie et de la botanique
  • Portail de Toulouse
Abraxas (papillon)

Abraxas est un genre de lépidoptères (papillons) de la famille des Geometridae.

Abraxas grossulariata

La Zérène du groseillier ou Phalène mouchetée, Abraxas grossulariata, est une espèce de lépidoptères (papillons) de la famille des Geometridae, de la sous-famille des Ennominae, du genre Abraxas et du sous-genre Abraxas (Abraxas).

Azilien

L'Azilien est un faciès culturel de l'Épipaléolithique défini initialement par Édouard Piette en 1889 à partir des industries découvertes dans la grotte du Mas d'Azil en Ariège. Dans ce gisement, des couches à nombreux galets peints et à harpons plats s'intercalent entre les niveaux du Magdalénien et du Néolithique.

Ces éléments sont associés à des lamelles à dos courbe obtenu par retouche abrupte : dénommées « lames de canif » par É. Piette, ces pièces sont connues depuis comme pointes aziliennes et sont considérées comme des armatures de projectiles.

Le manque de précision de la définition initiale a conduit les auteurs à reconnaître des industries aziliennes dans de nombreux contextes différents, des Pyrénées à l'Écosse, de l'Espagne cantabrique à la Suisse et l'Italie méditerranéenne. On l'associe généralement aux groupes à Federmesser. Ces industries, datées d'environ 12 000 à 9 600 ans av. J.-C., présentent des points communs (galets peints ou gravés) mais certaines variantes locales ont reçu des noms spécifiques ou sont simplement qualifiées d'épipaléolihiques (azilianisation). La tendance actuelle consiste à réserver le terme Azilien à l'Azilien typique du Mas d'Azil. « L’art azilien est souvent considéré comme ayant marqué une rupture : l’abandon du figuratif au profit de l’abstraction ».

L'Azilien est généralement associé au rétablissement climatique successif à la dernière Glaciation. Le renne cède la place au cerf, qui devient le gibier favori. Les bois de cerf sont utilisés pour réaliser les harpons plats, souvent grossiers et perforés d'une entaille allongée à la base.

Charaxinae

Les Charaxinae sont une sous-famille de lépidoptères (papillons) appartenant à la famille des Nymphalidae. La sous-famille compte environ 300 espèces décrites réparties dans six tribus et de nombreux genres. Cependant, la monophylie et la classification de nombreux genres et tribus n'ont pas été étudiées à l'aide d'une approche phylogénétique et de ce fait demeurent provisoire.

Chiasmia

Chiasmia est un genre de lépidoptères de la famille des Geometridae, de la sous-famille des Ennominae, de la tribu des Macariini.

Conque

La conque est un mollusque dont le coquillage est utilisé comme instrument de musique à vent et où l'instrumentiste souffle pour produire le son selon le même principe que la trompe de chasse ou la corne. C'est l'un des plus anciens instruments de musique qui nous soient parvenus, comme le montre l’exemplaire de la conque de Marsoulas du Magdalénien, conservé au Muséum de Toulouse.

Danainae

Les Danainae sont une sous-famille d'insectes lépidoptères de la famille des Nymphalidae.

Ennominae

Les Ennominae forment une sous-famille de lépidoptères (papillons) de la famille des géométridés.

Eugène Trutat

Charles Louis Eugène Trutat, né le 25 août 1840 à Vernon (Eure) et mort le 6 août 1910 à Foix (Ariège), est un photographe, pyrénéiste, géologue et naturaliste français.

Il fut directeur du muséum d’histoire naturelle de Toulouse.

Son cousin Félix Trutat (1824-1848) est un peintre français reconnu de l'École de Dijon.

Félix Régnault

Félix Régnault est un éditeur, libraire, naturaliste et spéléologue toulousain, né à Toulouse le 29 octobre 1847 et mort le 29 mars 1908 à Toulouse. Ses découvertes concernant la Préhistoire l’ont rendu célèbre. Toutefois son absence de formation scientifique ne lui a pas permis de traiter en profondeur les multiples sujets auxquels il s’est intéressé.

Galerie des Cerambycidae

Galerie d'identification visuelle des Cerambycidae.

Grotte du Placard

La grotte du Placard est une grotte ornée située sur la commune de Vilhonneur, en Charente, à une trentaine de km à l'est d'Angoulême.

Macroglossinae (lépidoptère)

La sous-famille des Macroglossinae regroupe des lépidoptères (papillons) de la famille des Sphingidae.

Nucléus (Préhistoire)

Dans le cadre de l'étude des industries lithiques, préhistoriques ou non, le terme nucléus désigne un bloc de matière qui a été taillé afin d'en détacher des éclats au sens large (éclats, lames ou lamelles). Les éclats sont ici les produits recherchés et le nucléus est un sous-produit, à l'opposé des techniques de façonnage (où le bloc façonné est l'objet recherché et les éclats sont des déchets).

Le détachement des éclats peut être effectué soit par percussion (à l'aide d'un percuteur dur en pierre, d'un percuteur plus tendre en bois végétal ou en bois de cervidé, etc.), soit par pression.

Dans le cadre de certaines méthodes de débitage telles que le débitage Levallois ou le débitage laminaire, le nucléus est préparé de manière à prédéterminer avec précision la morphologie des éclats qui en seront détachés .

Pseudopanthera

Pseudopanthera est un genre de lépidoptères (papillons) de la famille des Geometridae, de la sous-famille des Ennominae.

Saturniinae

Les Saturniinae forment une sous-famille de lépidoptères (papillons) appartenant à la famille des Saturniidae.

Satyrini

Satyrini est une tribu de lépidoptères (papillons) de la famille des Nymphalidae et de la sous-famille des Satyrinae.

Selenia

Selenia est un genre de lépidoptères (papillons) de la famille des Geometridae, de la sous-famille des Ennominae et de la tribu des Ennomini.

Selenia tetralunaria

Selenia tetralunaria, l’Ennomos illustre, est une espèce de lépidoptères (papillons) de la famille des Geometridae et de la sous-famille des Ennominae.

Plus de 1 000 000 visiteurs
Entre 500 000 et 1 000 000 visiteurs
Entre 300 000 et 500 000 visiteurs
Entre 200 000 et 300 000 visiteurs
Entre 150 000 et 200 000 visiteurs
Entre 100 000 et 150 000 visiteurs

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.