Michael Krauss

Michael E. Krauss (né le à Cleveland (Ohio) et mort le à Needham (Massachusetts)[1]) est un linguiste américain.

Il est spécialiste des langues amérindiennes na-dené, particulièrement du proto-athabaskan, pré-proto-athabaskan, la langue eyak, langue qui a disparu en janvier 2008 avec la mort de son dernier locuteur Marie Smith Jones et pour laquelle Michael Krauss a créé un dictionnaire et une méthode d'apprentissage. Il s'intéresse aussi à d'autres langues athabaskan et aux Langues eskimo-aléoutes.

Michael Krauss
MichaelKraussLinguist
Michael Krauss en 2016.
Biographie
Naissance
Décès
(à 84 ans)
Needham
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaines

Biographie

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Michael Krauss a obtenu un B.A. de l'université de Chicago en 1952, puis M.A. l'université Columbia en 1954 et un Ph.D. de l'université Harvard en 1959. Il commença au début de sa carrière de linguiste par mener des travaux sur le gaélique en Irlande occidentale (1956-1958)

Lors de son intervention en 1991 auprès de la Linguistic Society of America, Michael Krauss fut parmi les premiers à faire prendre conscience du problème global des langues en danger. Il travailla par la suite sans relâche à encourager la documentation et la revitalisation des langues en danger à travers le monde.

Michael Krauss, professeur émérite, rejoignit l'université de l'Alaska de Fairbanks en 1960 et fut directeur du centre des langues indigènes d'Alaska de sa création en 1972 jusqu'à sa retraite en 2000. Il reste actif dans la documentation des langues indigènes d'Alaska et pour la sensibilisation au problème des langues menacées de disparition.

Notes et références

  1. (en) Lex Treinen, « Celebrated linguist of Alaska Native Languages Michael Krauss dies », sur www.ktuu.com, (consulté le 14 août 2019)

Liens externes

  • Portail des langues
  • Portail de la linguistique
  • Portail des Nord-Amérindiens
  • Portail des États-Unis
Décès en août 2019

Portail de la mort Portail des années 2010

Expédition Harriman

L’expédition Harriman (anglais : Harriman Alaska Expedition) est une expédition organisée par Edward Henry Harriman, un magnat du chemin de fer et le financier, pour explorer les eaux côtières et le territoire de l'Alaska en 1899.

Eyak

L’eyak était une langue na-dené parlée jusqu'à il y a peu au sud de l'Alaska, autour de la Copper River.

Cette langue a disparu le 21 janvier 2008 lorsque la dernière personne la parlant, Marie Smith-Jones, une Eyak, est morte à 89 ans. De par la disparition de ses locuteurs, l'eyak est devenu le symbole des langues en danger.

La langue la plus proche de l'eyak est l'athapascan. L'eyak, l'athabaskan et le tlingit[réf. souhaitée] forment un groupe au sein des langues na-dené.

L'expansion de l'anglais au détriment des langues indigènes n'est pas la seule raison du déclin de la langue eyak. La migration vers le nord du peuple Tlingit dans les environs de Yakutat avant l'arrivée des Européens encouragea l'usage du tlingit plutôt que celui de l'eyak le long d'une grande partie de la côte pacifique de l'Alaska. Les Eyaks étaient aussi sous la pression de leurs voisins de l'ouest, les Alutiit de la baie du Prince William (Prince William Sound), ainsi que de celle des populations de la vallée de la Copper River. Les cultures eyak et tlingit commencèrent à fusionner sur les côtes du golfe et nombre de groupes parlant l'eyak furent absorbés par des populations Tlingit de la région du golfe. Il en résulta un remplacement de l'eyak par le tlingit dans presque tous les groupes mixtes en quelques générations, comme reportée dans la tradition orale Tlingit de la région.

La langue eyak, objet principal de l'étude du linguiste américain Michael Krauss, anime depuis les années 1960 plusieurs de ses projets. Une bourse de la National Science Foundation visant à la documentation et la publication d'ouvrages académiques sur cette langue lui a été accordée début 2010. Parmi ces ouvrages sont présents le confidentiel et académique Eyak Dictionary ainsi qu'Eyak Texts, tous deux parus en 1970. La seule publication accessible aujourd'hui demeure In Honor of Eyak : The Art of Anna Nelson Harry, édité à trois reprises à 500 exemplaires. L'intégralité de la documentation de cette langue a été numérisé et est disponible en consultation libre sur le site de l'Alaska Native Language Archive de l'Université de Fairbanks (Alaska).

Guillaume Leduey

Guillaume Leduey (né le 20 mars 1989 au Havre, France) est un linguiste et lexicographe français.

Krauss

Krauss ou Krauß (Kraus signifie frisé) est un nom de famille très répandu en Allemagne dont il existe de nombreuses variantes.

Langues athapascanes

Le terme d'athapascan (ou athabascan) désigne un vaste ensemble de peuples amérindiens répartis en deux groupes principaux situés au sud-ouest et au nord-ouest de l'Amérique du Nord, ainsi que la famille regroupant toutes leurs langues. L'athapascan est la famille de langues la plus importante d'Amérique du Nord, à la fois en nombre de langues et en nombre de locuteurs (cependant, si l'on inclut dans le compte les langues d'Amérique centrale, la famille des langues uto-aztèques, qui s'étend au sud jusqu'au Mexique, la dépasse largement en nombre de locuteurs). Seules les langues algiques couvrent un plus large territoire. Les langues athapascanes font partie du groupe athapascan-eyak, lui-même partie de la famille des langues na-dené.

Le mot athapascan provient du mot cri désignant le lac Athabasca au Canada.

Les 24 langues athapascanes septentrionales sont parlées dans tout l'intérieur de l'Alaska et du nord-ouest du Canada, dans le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest aussi bien que dans les provinces de Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan et Manitoba. Plusieurs langues athapascanes sont des langues officielles dans les Territoires du Nord-Ouest, notamment le chipewyan, le flancs-de-chien ou tlicho, le loucheux et l'esclave.

Les sept langues athapascanes de la côte pacifique sont parlées dans le sud de l'Oregon et le nord de la Californie. Isolées des langues septentrionales et de celles de la côte, les six langues athapascanes méridionales, comprenant les diverses langues apaches et navajo, sont parlées dans le sud-ouest des États-Unis et le nord-ouest du Mexique.

L'eyak et les langues athapascanes forment un groupe appelé athapascan-eyak. Le tlingit est relié de façon lointaine à ce groupe, avec lequel il forme la famille linguistique na-dené.

Langues dené-ienisseïennes

Les langues dené–ienisseïennes sont le nom donné à une proposition de famille de langues qui regrouperait les langues ienisseïennes parlées en Sibérie centrale et les langues na-dené parlées en Alaska, à l'ouest du Canada et en Arizona. Elles ont été qualifiées de « première preuve d'un lien de parenté entre les familles linguistiques de l'Ancien et du Nouveau Monde qui respecte les critères de rigueur habituellement acceptés en linguistique comparative ».

Si elle s'avère correcte, cette famille serait la seule avec les langues yupik à avoir eu des représentants de part et d'autre du détroit de Béring avant l'époque moderne. Des travaux publiés à partir de 2008 semblent indiquer que les familles ienisseïenne et na-dené ont toutes deux évolué à partir d'une même proto-langue.

Langues na-dené

Les langues na-dené forment une famille de langues amérindiennes principalement parlées en Alaska et dans l'ouest du Canada, ainsi que dans le sud-ouest des États-Unis. Elles comprennent les langues athapascanes, ainsi que les langues eyak et tlingit.

Marie Smith Jones

Marie Smith Jones (14 mai 1918 - 21 janvier 2008) était la dernière locutrice de la langue eyak. Elle était également le chef de la Nation Eyak, qui vit dans le sud de l’Alaska. Elle épousa un pêcheur blanc, William F. Smith, le 5 mai 1948. Mais aucun de ses neuf enfants n'apprit l'eyak à cause de la stigmatisation sociale associée à cette langue à l'époque. Comme beaucoup d'Amérindiens, elle souffrit d'alcoolisme mais cessa complètement de boire dans les années 1950. Elle déménagea à Anchorage dans les années 1970.

Elle avait participé, entre 2000 et 2005, à l’élaboration du « Eyak Language Project », projet visant à créer un mode d’apprentissage de la langue eyak accessible à tous. Elle travailla avec le linguiste Michael Krauss qui créa un dictionnaire et une grammaire de la langue.

La dernière personne avec qui elle échangeait en eyak mourut dans les années 1990. Après cela, Marie Smith Jones s'investit pour la défense des langues indiennes et la protection de l'environnement. Elle s'exprima deux fois aux Nations unies.

Sirenik

Le sirenik était une langue parlée dans le village de Sireniki (Сиреники) et la région avoisinante, dans la péninsule tchouktche, à l'extrême est de la Russie. C'est aujourd'hui une langue morte : sa dernière locutrice, Valentina Wye (Валентина Выйе), est décédée en 1997.

La généalogie linguistique du sirenik est incertaine. Elle est souvent considérée comme une des langues yupik, mais présente assez de singularités pour qu'on la classe alternativement comme une troisième branche indépendante des langues eskimo - les deux autres branches étant les langues yupik et les langues inuit. Les langues eskimo forment avec l'aléoute la famille des langues eskimo-aléoutes.

La langue n'était pas intercompréhensible avec les deux autres langues parlées par les Yupiks de Sibérie, le naukan et le yupik sibérien central; les locuteurs du sirenik utilisaient comme langue véhiculaire une langue tierce, le tchouktche. Aujourd'hui, ils ont adopté pour langue vernaculaire le yupik sibérien central ou le russe.

Tlingit

Le tlingit (Lingít en tlingit, prononcé [ɬɪŋkɪ́t]) est une langue amérindienne parlée par les Tlingits dans le sud-est de l'Alaska et en Colombie-Britannique, dans l'archipel Alexandre et la zone côtière avoisinante. Il fait partie de la famille des langues na-dené, dont il constitue à lui seul une branche distincte. Le tlingit se divise grossièrement en cinq dialectes intercompréhensibles.

Au recensement de 2000, 1 200 personnes ont déclaré parler le tlingit aux États-Unis, mais le chiffre est probablement surestimé : Michael Krauss en 1995 n'a décompté que 845 locuteurs. La langue est en déclin et menacée de disparition.

Université de l'Alaska de Fairbanks

L'université de l'Alaska de Fairbanks (University of Alaska Fairbanks ou UAF) est une université américaine située à Fairbanks dans l'État de l'Alaska. Elle est l'une des trois composantes de l'université d'Alaska.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.