Langue

Une langue est un système évolutif de signes linguistiques, vocaux, graphiques ou gestuels, qui permet la communication entre les individus.

Les familles de langues sans legende
Langues du monde par familles :

Définition : langue et langage

Langue et dialecte

Il n'existe pas de critère strictement linguistique permettant de distinguer une langue d'un dialecte.

Dans une perspective sociolinguistique (étude des langues dans leur rapport aux sociétés), le terme « langue » définit tout idiome remplissant deux fonctions sociales fondamentales : la « communication » (c'est au moyen de la langue que les acteurs sociaux échangent et mettent en commun leurs idées, sentiments, pensées, etc.) et l'« identification » (par son double aspect individuel et collectif, la langue sert de marqueur identitaire quant aux caractéristiques de l'individu et de ses appartenances sociales). Par conséquent, les « langues » sont des objets vivants, soumis à multiples phénomènes de variations et les frontières entre les langues sont considérées comme non hermétiques, car elles relèvent d'abord des pratiques sociales.

Langue naturelle et langue construite

On appelle langue naturelle une langue qui s'est formée au cours du temps par la pratique de ses locuteurs, à partir d'états de langues antérieurs et/ou d'emprunts à d'autres langues. C'est le cas d'une grande majorité des langues parlées dans le monde.

Au contraire, on appelle langue construite, parfois improprement langue artificielle, une langue qui résulte d'une création normative consciente d'un ou de plusieurs individus. C'est notamment le cas de l'espéranto, seule langue construite comptant un nombre significatif de locuteurs dans 120 pays du monde, mais aussi de son dérivé ido, du volapük qu’elle a supplanté, de l'interlingua, du lojban, du pandunia, du toki pona, ou des langues utilisées dans les œuvres de fiction : klingon (Star Trek), na'vi (Avatar), elfique (Seigneur des Anneaux), etc.

Certaines langues ont également été créées historiquement pour permettre l'intercompréhension entre des locuteurs à l'occasion d'échanges commerciaux, comme le kiswahili, mélange de grammaire bantoue et de vocabulaire arabe, développé après la Renaissance par les marchands sur la côte est-africaine.

Langue vivante et langue morte

On appelle langue vivante une langue qui est utilisée oralement par des personnes dont elle est la langue maternelle (ou par une communauté suffisamment nombreuse) de façon suffisamment intensive pour permettre une évolution spontanée de la langue (grammaticale, phonétique, etc.).

On appelle langue morte ou éteinte une langue qui n'est plus pratiquée oralement comme langue maternelle mais qui peut être encore utilisée dans certains domaines (tels que la religion, comme le latin ou le copte). C'est pourquoi certains préfèrent parler de langue ancienne. La connaissance des langues mortes, en permettant l'étude des textes anciens, est utile notamment à la linguistique historique ainsi qu'à l'histoire et à ses disciplines annexes. Les deux langues mortes les plus importantes de la culture occidentale sont le latin et le grec ancien. Celle des cultures indiennes ou influencées par l'Inde est le sanskrit.

Il est possible de « ressusciter » des langues mortes, comme le montre l'exemple de l'hébreu.

Une langue vivante est rarement un système uniforme et rigide, elle varie généralement selon le lieu géographique (dialectes), le milieu social (sociolectes) et les individus (idiolectes) et, bien sûr, selon le temps (diachroniquement), ce qui fait que, considérée à un moment donné, une langue est toujours en évolution et contient plusieurs états. Par exemple, le système phonologique des langues est en évolution constante, ce qu'étudie la phonétique historique. Une langue vivante est définie dans une géographie linguistique internationalement reconnue et se définit par sa frontière linguistique. Si cette dernière est traversée par une frontière, c'est une langue transfrontalière.

Langue parentale

On appelle langue maternelle ou langue parentale d'une personne, une langue que cette personne a apprise dans son enfance au cours de son apprentissage du langage.

Dénominations linguistiques ou politiques

Une même langue définie par la linguistique, par la sociolinguistique et par la typologie sociolinguistique des langues, dont les locuteurs se comprennent spontanément, complètement et sans sans avoir besoin de traducteur ni de dictionnaire, peut avoir plusieurs dénominations et s'écrire avec plusieurs alphabets pour des raisons historiques, politiques et identitaires : c'est par exemple le cas du hindi/ourdou[1], du moldave/roumain[2] ou encore du serbo-croate appelé désormais BCMS pour Bosnien-Croate-Monténégrin-Serbe[3].

Histoire : origine des langues

Le commencement énigmatique du langage et les origines des langues actuelles suscitent des hypothèses parfois contradictoires. Diverses recherches des anthropologues, des archéologues, des généticiens et des linguistes suggèrent l'hypothèse d'une langue commune[4] ; d'autres recherches, tout aussi nombreuses, la réfutent. La Bible, entre autres, suggère que la langue a depuis toujours été utilisée par les humains, et que c'est à cause de l'événement de la Tour de Babel que les différents groupes de langues sont apparus. Mais tous admettent que les langues humaines, constituées de paroles, c'est-à-dire de « conventions arbitraires partagées par tel ou tel groupe d'individus », constituent une forme de langage différente de celles des autres espèces animales, une forme dont la particularité est une très grande plasticité et diversité[5], tandis que, chez les autres espèces, le langage sonore, gestuel, chromatique ou chimique de chacune est unique, et comporte tout au plus quelques « dialectes » (voir l'article Communication animale).

Classification

Nombre de langues

Il est impossible de déterminer avec précision le nombre de langues parlées dans le monde, en raison de la difficulté qu'il y a à tracer des frontières précises entre les langues, notamment à différencier les langues des dialectes. Selon les estimations, il existerait aujourd'hui entre 3 000 et 7 000 langues vivantes[6],[7]. L'ONU reconnaît 141 langues officielles.

Nombre de locuteurs par langue

L'estimation du nombre de locuteurs d'une langue (en première et en seconde langue) peut donner d'importantes divergences pour certaines langues. C'est notamment le cas du français ; Ethnologue.com[8] estime le nombre de locuteurs du français à 128 millions en 1999, dont seulement 77 millions en première langue, alors que dans le même temps la francophonie représente un ensemble de 800 millions de personnes.

Dix langues sont parlées par plus de 100 millions de personnes en tant que langue maternelle. En tête l'anglais (1,5 milliard), puis le mandarin (1 milliard), l'espagnol (567 millions), l'arabe (568 millions), l'hindi (381 millions), le français (274 millions), le russe (268 millions), le bengali (267 millions), le portugais (240 millions), le malais et l'indonésien (198 millions) l'ourdou (162 millions), l'allemand (143 millions) et le japonais (128 millions).

Dénominations

Les noms de chaque langue sont multiples et ne doivent pas être confondus avec ceux des peuples, eux-mêmes variables, évolutifs et multiples. D'une part, il existe des différences entre endonymes et exonymes, par exemple pour la langue appelée inuit par ses locuteurs, mais eskimo par les Amérindiens. D'autre part, il existe des langues très proches et en grande partie intercompréhensibles, mais néanmoins différentes et désignées par des noms différents, comme dans les cas du tchèque et du slovaque d'un côté, du macédonien et du bulgare de l'autre. Par ailleurs, pour une même langue totalement intercompréhensible, il peut exister des alphabets, une histoire et des noms différents, comme dans les cas du croate et du serbe, ou encore de l'hindi et de l'ourdou. Enfin, une même langue parfaitement compréhensible par tous ses locuteurs, usant du même alphabet et ayant la même histoire, peut néanmoins changer de nom selon les pays où elle est parlée, comme c'est le cas pour le moldave-roumain.

C'est pourquoi les linguistes préfèrent utiliser des dénominations scientifiques marquées par le suffixe phone, comme lorsque l'on parle d’anglophones ou de francophones nonobstant leurs nationalité, origine ou histoire.

Évolutions et comparaisons

Disparition des langues

La linguiste Colette Grinevald estime qu'environ 50 % des langues disparaîtront d'ici 2100. Dans certaines régions où les langues sont diverses mais les locuteurs de chacune peu nombreux, cela pourrait être de l'ordre de 90 % (comme en Australie et en Amérique)[9]. Début 2008, l'ONG Survival International estimait qu'une langue indigène disparaît « toutes les deux semaines »[10]. Cette estimation est confirmée par un rapport de l'UNESCO qui classe 2 464 langues comme « menacées » de disparition : en moyenne, soit une langue disparaissant tous les quinze jours[11].

Colette Grinevald estime qu'en 2100 les langues majoritaires seront[9] :

Le français est utilisé comme langue de la diplomatie internationale, des « pays non alignés », des organisations internationales, des Jeux olympiques. La francophonie devrait donc bien se porter, notamment à travers son développement au sein de la communauté des pays francophones, son expansion en Afrique et au Maghreb et le concours du dynamisme linguistique des francophones canadiens, belges et suisses. Ainsi, selon le démographe et sociologue Richard Marcoux, le français pourrait en 2050 compter 600 millions de locuteurs[12].

Une langue est considérée comme menacée si elle risque de ne plus avoir de locuteurs d'ici la fin du XXIe siècle. Une langue qui paraît solide, car utilisée par plusieurs millions de personnes, peut être en danger. C'est notamment le cas des langues quechua en Amérique du Sud, car très peu de jeunes les apprennent.

Depuis que la majorité de l'humanité vit dans des milieux urbains, cette disparition s'accélère. Une des causes est l'exode rural, qui conduit à l'absence de transmission des traditions et des langues associées. Souvent, la pression sociale fait que les locuteurs de langues minoritaires (comme les Amérindiens mais aussi de nombre de langues dites régionales, comme en France avec les Bretons durant les années 1950 ou la langue corse, déclarée « en danger » par l'Unesco en 2009) considèrent que parler une langue traditionnelle est un handicap pour l'intégration dans la société et pour trouver du travail. La pression exercée par certains États, qui considèrent que la langue est un des ciments de la société, est également un facteur de disparition de la diversité linguistique.

La disparition de ces langues entraîne avec elle la disparition de pans entiers de la culture traditionnelle de certains groupes. La disparition d'une langue traditionnelle et le mauvais apprentissage de la langue dominante occasionnent un malaise chez certaines personnes, par manque d'intégration, celles-ci ne pouvant se reconnaître dans aucune culture.

Internet joue un rôle ambivalent. C’est d'un côté un accélérateur de la disparition des langues, par l'uniformisation des moyens de communications, mais c’est aussi un moyen de préserver ces langues, par l'établissement de communautés parlant des langues traditionnelles.

L'ONG Terralingua estime que 20 % des langues se sont éteintes entre 1970 et 2005 et prévoit que seuls 10 % des idiomes aujourd'hui menacés passeront le cap du XXIIe siècle.

Création de langues

Certaines langues disparaissent, mais il arrive aussi que des langues soient créées. En général, cela se produit suivant trois axes :

Il existe également un cas plus marginal, avec ce que l'on appelle les langues de fiction (schtroumpf, novlangue, kobaien, quenya, sindarin ou encore klingon, Na'vi). Cette dernière catégorie tient plus du plaisir ludique et littéraire que de la véritable fonctionnalité linguistique (bien que les langues créées dans cette catégorie puissent être fonctionnelles).

Certaines langues construites sont devenues langue d'État, par exemple le chinois mandarin qui fut créé en 1956 par le gouvernement communiste chinois afin de créer une langue commune pour la Chine.

Comparaison entre les langues

L'existence des Indo-Européens est établie sur la base d'une comparaison entre les langues. Aucun vestige historique (monuments funéraires, œuvres d'art, artisanat, etc.) ne l'atteste par ailleurs de façon sûre. L'existence des Indo-Européens n'est pas une donnée de l'histoire, mais une hypothèse formulée à partir de la comparaison entre des milliers de mots. Par exemple, le mot mère se dit mater en latin, mothar en gothique, mathir en vieil irlandais, matar en sanskrit, etc. Le terme indo-européen a été introduit en 1816 par l'Allemand Franz Bopp pour désigner un ensemble de langues d'Europe et d'Asie dont la parenté structurale s'est révélée remarquable. Le sanskrit, le grec, le latin, le hittite, le vieil irlandais, le gothique, le vieux bulgare, le vieux prussien, etc., présentent des liens communs.

Transmission de l'information

Les langues se valent-elles dans leur capacité à former des pensées, à communiquer des informations ou à fédérer les hommes dans leurs actions ?

Une étude menée en 2012 par des chercheurs du laboratoire Dynamique du langage, à l'Institut des sciences de l'homme, a mesuré la densité d'information transmise par syllabe dans sept langues (japonais, espagnol, italien, français, allemand, anglais et mandarin). Les auteurs observent que le débit d'information varie entre les langues (par exemple, le débit d'un hispanophone est supérieur de 26 % à celui d'un anglophone). Cependant, un autre facteur est à prendre en compte : la quantité d'information transmise par chaque syllabe. La densité d'information transmise par syllabe est inversement proportionnelle au débit. Par conséquent, les chercheurs concluent qu'en moyenne, les sept langues transmettent l'information à vitesse égale[13].

Droit

Les langues peuvent avoir différents statuts dans les organisations internationales, particulièrement, la langue officielle et la langue de travail.

Langues et informatique

Sur la Toile, la langue est gérée dans les langages de balisage qui manipulent du texte en langage naturel dans des documents[14].

Il existe de nombreux besoins, de nombreuses dispositions juridiques, de nombreuses pratiques qui demandent de gérer la langue d'une certaine manière :

Il existe deux usages de la langue dans les langages HTML et XML :

  • la langue primaire ;
  • la langue de traitement.

Voir aussi : langue (métadonnée)

L'arrivée des nouvelles technologies comme l'informatique, Internet et les téléphones cellulaires avec messages textos ont mené à la création d'une nouvelle façon d'écrire les langues,comme le langage SMS ou l'alphabet de tchat arabe[15].

Toutes les langues ne sont pas égales sur internet : certaines bénéficient d'une présence beaucoup plus importantes (comme l'anglais) tandis que d'autres, bien qu'ayant de nombreux locuteurs, sont quasiment absentes du net[16]. Sur les plus de 6000 langues dans le monde, seulement 500 ont une présence numérique[17].

Notes et références

  1. Le hindoustani se nomme hindi en Inde et pour les hindouistes, mais ourdou au Pakistan et pour les musulmans (y compris de l'Inde) : (en) Colin Masica, The Indo-Aryan Languages, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « Cambridge language surveys », , XVI-539 p. (ISBN 978-0-521-29944-2, OCLC 463528424, notice BnF no FRBNF35528738, LCCN 88037096, lire en ligne)
  2. En Moldavie, le nom « Roumain » (limba română /'limba ro'mɨnə/) découle de la déclaration d’indépendance de 1991 et de l’arrêt n° 36 de la Cour constitutionnelle du 5 décembre 2013 ([1], et le nom « Moldave » (limba moldovenească /'limba moldoven'e̯ascə/) découle de l’article 13 de la Constitution (Constitution de la République de Moldavie). Ces deux dénominations concernent la même langue parlée en Moldavie et Roumanie par environ 24 millions de locuteurs, dont 3,5 millions en République de Moldavie.
  3. Thomas, Paul-Louis, « Bosniaque, croate, monténégrin, serbe : de l’étude d’une langue à l’identité des langues », Revue des Etudes slaves, vol. 74, n° 2, 2002, p. 311–325 (consulté le 13 juin 2017).
  4. Merritt Ruhlen, L'Origine des langues, Débats Belin, 1997 (ISBN 2-7011-1757-7).
  5. Boris Cyrulnik, Notre chrysalide, c'est la parole, in : Sciences et Avenir no 664, juin 2002, p. 71.
  6. (fr) « L'Ethnologue[.com] recense les 6.909 langues vivantes de la planète » (consulté le 16 avril 2010).
  7. (ca) Toni Mollà, Manual de sociolingüística, Alzira, edicions Bromera, coll. « graella », , 2e éd. (1re éd. 2002), 246 p. (ISBN 84-7660-733-4), p. 45.
  8. (fr) « French : a language of France », Ethnologue, (consulté le 15 janvier 2008) (source obsolète, à remplacer au moins par la 16e édition, voir (en) Fiche langue[fra]dans la base de données linguistique Ethnologue.).
  9. (fr) Entretien de Colette Grinevald par Laure Belot et Hervé Morin, « En 2100, les Terriens parleront 3 000 langues de moins », Le Monde, (consulté le 19 décembre 2007).
  10. (fr) « Une langue indigène disparaît « toutes les deux semaines » », Survival International, (consulté le 25 février 2008).
  11. Aurélie Rodrigues, « Plus de 2.000 langues sont en train de disparaître », sur slate.fr, .
  12. Thierry Haroun, « L'Afrique, avenir de la francophonie ? - Un Québec « passeur d'idées » », Le Devoir, (consulté le 22 août 2009).
  13. François Pellegrino, Christophe Coupé et Egidio Marsico, « Les langues du monde : un même débit d'information », Pour la Science, no 420,‎ , p. 66-71 (lire en ligne)
  14. (fr) Openweb, spécifier la langue d'un document (X)HTML.
  15. (en) « Purists alarmed at increasing popularity of Franco-Arabic », sur Arab News, (consulté le 31 août 2019)
  16. (en) Pimienta, Daniel, Prado, Daniel and Blanco, Álvaro, « Douze années de mesure de la diversité linguistique dans l'Internet: bilan et perspectives », United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization,‎ (lire en ligne)
  17. NET.LANG: RÉUSSIR LE CYBERESPACE MULTILINGUE MAAYA (coord.), Laurent Vannini et Hervé le Crosnier (eds.), Réseau Maaya, C&F éditions, mars 2012, 446 pp., (ISBN 978-2-915825-08-4)

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • (fr) Cause toujours ! À la découverte des 6 700 langues de la planète, hors-série de mars-avril-mai 2003 de la revue Courrier international.
  • (fr) Bernard Colombat, Jean-Marie Fournier et Christian Puech, Histoire des idées sur le langage et les langues, Klincksieck, Paris, 2010, 277 p. (ISBN 978-2-252-03599-3).
  • (fr) Georges Kersaudy, Langues sans frontière : à la découverte des langues de l'Europe : faits méconnus, idées reçues, aspects nouveaux : problèmes et solutions, méthodes d'apprentissage : avec vocabulaires parallèles de 39 langues d'Europe, Autrement, Paris, 2007 (rééd.), 387 p. (ISBN 978-2-7467-0983-6).
  • (de)(en) Albrecht Klose, Sprachen der Welt : ein weltweiter Index der Sprachfamilien, Einzelnsprachen und Dialekte, mit Angabe der Synonyma und fremdsprachigen Aequivalente / Languages of the world : a multi-lingual concordance of languages, dialects and language-families, K. G. Saur, Munich, 2001 (2e éd.), 556 p. (ISBN 978-3-598-11404-5).
  • (en) Larry Trask, Why Do Languages Change ?, Cambridge University Press, 2010 (nouvelle éd. révisée), 210 p. (ISBN 978-0-521-83802-3).
  • (fr) Henriette Walter, L’Aventure des langues en Occident. Leur origine, leur histoire, leur géographie, Librairie générale française, Paris, 1996 (nombreux tirages ultérieurs), 595 p. (ISBN 978-2-253-14000-9).
  • Portail des langues
  • Portail de la linguistique
Allemand

L’allemand (en allemand : Deutsch, /ˈdɔʏtʃ/ ) est l'une des langues indo-européennes appartenant à la branche occidentale des langues germaniques. Du fait de ses nombreux dialectes, l'allemand constitue dans une certaine mesure une langue-toit (Dachsprache).

Son histoire, en tant que langue distincte des autres langues germaniques occidentales, débute au Haut Moyen Âge, lors de la seconde mutation consonantique.

De nos jours, ses locuteurs, appelés « germanophones », se répartissent principalement, avec près de 100 millions de locuteurs, en Europe, ce qui fait de leur langue la plus parlée au sein de l'Union européenne (UE).

Anglais

L'anglais (English en anglais ; prononcé : /ˈɪŋ.ɡlɪʃ/) est une langue indo-européenne germanique originaire d'Angleterre qui tire ses racines de langues du nord de l'Europe (terre d'origine des Angles, des Saxons et des Frisons) dont le vocabulaire a été enrichi et la syntaxe et la grammaire modifiées par le français anglo-normand, apporté par les Normands, puis par le français avec les Plantagenêt.

La langue anglaise est ainsi composée d'environ 60 à 70 % de mots d'origine normande et française,. L'anglais est également très influencé par les langues romanes, en particulier par l'utilisation de l'alphabet latin ainsi que les chiffres arabes.

Langue officielle de facto du Royaume-Uni, de l'Irlande et d'autres îles de l'archipel britannique (Île de Man, îles anglo-normandes), l'anglais est la langue maternelle de tout ou partie de la population, et suivant les cas, la langue ou une des langues officielles de plusieurs pays, totalement ou partiellement issus des anciennes colonies britanniques de peuplement, dont les États-Unis, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, que l'on réunit sous l'appellation de monde anglo-saxon, bien qu'il n'existe pas de définition universelle de cette expression.

Il est également langue officielle ou langue d'échange dans de très nombreux pays issus de l'ancien Empire britannique, même en l'absence de population d'origine anglo-saxonne significative (Kenya, Nigeria, Hong Kong, Inde, Pakistan, etc.).

Beaucoup de pays dont l'anglais est la langue officielle sont réunis au sein du Commonwealth (bien que pour certains, il ne soit pas l'unique langue officielle).

Il est également l'une des vingt-quatre langues officielles de l'Union européenne.

L'anglais est la langue la plus parlée au monde ; en tant que langue maternelle, il se classe troisième, après le chinois (mandarin) et l'espagnol.

Considérée par beaucoup comme étant la langue internationale prédominante, elle est la langue la plus souvent enseignée en tant que langue étrangère à travers le monde. Il est également la langue la plus utilisée sur internet. L'anglais est l'une des six langues officielles et des deux langues de travail — avec le français — de l'Organisation des Nations unies (ONU).

Arabe

L’arabe (en arabe : العربية, al-ʿarabīyah /alʕaraˈbijja/) est une langue afro-asiatique de la famille des langues sémitiques. Avec un nombre de locuteurs estimé entre 315 421 300 et 375 millions de personnes au sein du monde arabe et de la diaspora arabe, l'arabe est de loin la langue sémitique la plus parlée, bien avant l'amharique (seconde langue sémitique la plus parlée).

La langue arabe est originaire de la péninsule Arabique, où elle devint au VIIe siècle la langue du Coran et la langue liturgique de l'islam. L'expansion territoriale de l'Empire arabe au Moyen Âge a conduit à l'arabisation au moins partielle sur des périodes plus ou moins longues du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et de certaines régions en Europe (péninsule Ibérique, Sicile, Crète, Chypre, territoires d'où elle a disparu, et Malte, où le maltais en constitue un prolongement particulier). Parlée d'abord par les Arabes, cette langue qui se déploie géographiquement sur plusieurs continents s'étend sociologiquement à des peuples non arabes, et est devenue aujourd'hui l'une des langues les plus parlées dans le monde. C'est la langue officielle de plus de vingt pays et de plusieurs organismes internationaux, dont l'une des six langues officielles de l’Organisation des Nations unies.

La langue arabe est marquée par une importante diglossie entre l'arabe littéral, langue véhiculaire surtout écrite, et l'arabe dialectal, langue vernaculaire surtout orale. L'arabe littéral comprend l'arabe classique (pré-coranique, coranique, et post-coranique) et l'arabe standard moderne. L'arabe dialectal comprend de nombreuses variétés régionales, pas toutes intelligibles entre elles.

Les vecteurs du rayonnement culturel de la langue arabe sont l'islam, la littérature de langue arabe et les médias audiovisuels contemporains dont la télévision et Internet. Un vecteur historique important de rayonnement fut l'emprunt lexical de nombreux termes arabes dans des langues étrangères, entre autres les langues romanes dont le français.

La prononciation de l'arabe comporte un nombre assez élevé de consonnes (28 en arabe littéral) et peu de voyelles (3 timbres et 2 longueurs en littéral, souvent un peu plus en dialectal). L'arabe s'écrit au moyen de l'alphabet arabe.

Par sa grammaire, l'arabe est une langue accusative et flexionnelle qui fait un usage important de la flexion interne. La syntaxe suit dans la proposition l'ordre fondamental verbe-sujet-objet, et le déterminant suit le déterminé dans le groupe nominal.

Des sciences linguistiques complémentaires à l'étude de la grammaire sont la sémantique et la stylistique de l'arabe, ainsi que sa lexicographie qui étudie le vocabulaire et permet l'élaboration de dictionnaires.

Espagnol

L’espagnol (en espagnol español), ou le castillan (en espagnol castellano), est une langue romane parlée en Espagne et dans de nombreux pays d'Amérique et d'autres territoires dans le monde associés à un moment de leur histoire à l'Empire espagnol.

La langue espagnole, issue du latin vulgaire parlé autour de la région cantabrique, au nord de la péninsule Ibérique, s'est diffusée en suivant l’extension du royaume de Castille et fut menée en Afrique, aux Amériques et en Asie Pacifique avec l'expansion de l'empire espagnol entre le XVe et le XIXe siècle, circonstances historiques qui en font la langue romane la plus parlée dans le monde actuellement.

L'espagnol est maintenant la langue maternelle d'environ 460 millions de personnes et est utilisé par près de 557 millions de personnes, ce qui la hisse au troisième rang mondial pour le nombre de locuteurs, derrière le chinois mandarin et l'anglais, et au deuxième rang pour le nombre de locuteurs de naissance,. L'espagnol est l'une des principales langues de communication internationale, avec l'anglais et le français.

Français

Le français est une langue indo-européenne de la famille des langues romanes. Le français s'est formé en France (variété de la « langue d’oïl », qui est la langue de la partie septentrionale du pays). Le français est déclaré langue officielle en France en 1539. Il est parlé, en 2018, sur tous les continents par environ 300 millions de personnes, : 235 millions l'emploient quotidiennement et 77 millions en sont des locuteurs natifs. En 2018, 80 millions d'élèves et étudiants s'instruisent en français dans le monde. Selon l'Organisation Internationale de la Francophonie, il y aura 700 millions de francophones dans le monde en 2050.

Le français est une des six langues officielles ainsi qu'une des deux langues de travail (avec l'anglais) de l'Organisation des Nations unies. Il est aussi langue officielle ou de travail de plusieurs organisations internationales ou régionales, dont l’Union européenne. Après avoir été sous l’Ancien Régime la langue des cours royales et princières, des tsars de Russie aux rois d'Espagne et d'Angleterre en passant par les princes de l'Allemagne, il demeure une langue importante de la diplomatie internationale aux côtés de l'anglais.

La langue française est un attribut de souveraineté en France, depuis 1992 « la langue de la République est le français » (article 2 de la Constitution de la Cinquième République française). Elle est également le principal véhicule de la pensée et de la culture française dans le monde. La langue française fait l’objet d’un dispositif public d’enrichissement de la langue, avec le décret du 3 juillet 1996 relatif à l'enrichissement de la langue française.

Particularité de la langue française, son développement et sa codification ont été en partie l’œuvre de groupes intellectuels, comme la Pléiade, ou d'institutions, comme l'Académie française. C’est une langue dite « académique », elle est d'ailleurs surnommée la « langue de Molière ».

Le français est la deuxième langue la plus souvent enseignée en tant que langue étrangère à travers le monde, y compris aux États-Unis . Il est également la quatrième langue la plus utilisée sur internet après l'espagnol, le mandarin et l'anglais.

Grec ancien

Le grec ancien est l’étape historique de la langue grecque qui s'étend du IXe siècle av. J.-C. au VIe siècle. Principale langue parlée et écrite en Grèce antique, elle devient le vecteur de la littérature grecque antique qui produit de nombreuses œuvres littéraires et scientifiques à l'influence durable, dont l’Iliade et l’Odyssée attribuées dans l'Antiquité au poète légendaire Homère. On distingue en grec ancien plusieurs dialectes bien distincts, le plus employé étant l'attique.

D'abord notée à l'aide du linéaire B, un syllabaire, la langue grecque antique recourt plus durablement à l'alphabet grec, influencé par l'alphabet phénicien. En tant que langue flexionnelle, le grec ancien possède trois grandes déclinaisons structurées selon cinq cas, trois genres (masculin, féminin et neutre) et trois nombres (singulier, duel, pluriel). Les verbes grecs anciens ont trois voix (active, moyenne et passive) et sont classés en deux grands systèmes de conjugaison selon qu'ils sont thématiques ou athématiques. La syntaxe est très souple.

Le grec ancien a exercé une influence durable sur de nombreuses langues pendant et après l'Antiquité, et cela jusqu'à nos jours. De nombreux mots ont été empruntés au grec ancien (parfois par l'intermédiaire du latin). Cette langue continue d'être utilisée pour forger certains néologismes, notamment dans le domaine des sciences.

Grec moderne

Le grec moderne (en grec : (νεο)ελληνική γλώσσα / (neo)ellinikí glóssa « langue grecque (moderne) », ou simplement (νέα) ελληνικά / (néa) elliniká) est la langue maternelle de 15 millions de locuteurs, dont 10,7 millions en Grèce où il est langue officielle, comme à Chypre. Il existe aussi des minorités de langue grecque en Albanie et en Turquie.

Le grec moderne est également appelé romaïque (Ρωμαίικα) ou roméique. Cette appellation, en vigueur jusqu’au XIXe siècle, tend à disparaître.

Elle fait partie de la branche grecque des langues indo-européennes.

Hongrois

Le hongrois ou la langue hongroise (hongrois : magyar nyelv /ˈmɒɟɒr ˈɲɛlv/) est une langue de la branche finno-ougrienne des langues ouraliennes. Il comporte deux fois plus de locuteurs que toutes les autres langues ouraliennes réunies. Les autres langues finno-ougriennes sont le finnois et l'estonien, ainsi que le khanty (ou « ostiak ») et le mansi (ou « vogoul »). Le hongrois est parlé par environ 12,6 millions de personnes, dont 9 780 000 vivent en Hongrie. Il existe aussi des communautés magyarophones dans tous les pays voisins de la Hongrie (Roumanie, Slovaquie, Serbie, Ukraine, Autriche, Croatie et Slovénie), ainsi que d'importantes communautés apparues par émigration aux États-Unis, au Canada, en Israël, etc.

Les dialectes, ou plutôt les variantes parlées du hongrois, sont très peu différenciés de la langue officielle même si les magyarophones de Moldavie (les Csángós) utilisent quelques mots qui leur sont propres (par exemple « mony » à la place de « tojás » [œuf]). Les Hongrois émigrés dans des pays occidentaux ont tendance aussi à ordonner les mots de leurs phrases sur le modèle franco-anglais.

Par sa morphologie, le hongrois est typologiquement une langue agglutinante. Sa phonologie est caractérisée par l'harmonie vocalique. À côté de son vocabulaire hérité ou développé en interne, le hongrois a emprunté historiquement des mots aux langues slaves, au latin, à l'allemand et aux langues turques et indo-iraniennes.

Le hongrois s'écrit depuis le XIe siècle dans une forme adaptée de l'alphabet latin.

Hébreu

L’hébreu (en hébreu ancien לשון הקודש lašon ha-qodeš « langue sacrée » et en hébreu moderne עִבְרִית / ivrit) est une langue chamito-sémitique appartenant à la branche centre-nord de la famille des langues sémitiques du groupe canaanéen. Elle est étroitement apparentée au phénicien et aux langues araméennes ainsi qu'à l'arabe.

L'hébreu classique est la langue rituelle et liturgique de la religion juive, tandis que l'hébreu moderne compte plus de 8 millions de locuteurs en Israël et dans le monde. L’hébreu est la langue officielle de l’État d’Israël.

Italien

L'italien (en italien : italiano) est une langue appartenant au groupe des langues romanes de la famille indo-européenne. Il existe un très grand nombre de dialectes italo-romans.

Dante a donné à l'italien le surnom de langue de sì en le comparant à la langue d'oc (provençal, occitan) et à la langue d'oïl (français), selon la manière de dire « oui » dans ces trois langues.

Comme beaucoup de langues nationales, l'italien moderne est un dialecte qui a « réussi » en s'imposant comme langue propre à une région beaucoup plus vaste que sa région dialectale originelle. En l'occurrence, c'est le dialecte toscan, de Florence, Pise et Sienne, qui s'est imposé, quoique dans sa forme illustre (koinè littéraire à base florentine enrichie par des apports siciliens, latins et d'autres régions italiennes), non pas pour des raisons politiques comme c'est souvent le cas, mais en raison du prestige culturel qu'il véhiculait. Le toscan est en effet la langue dans laquelle ont écrit Dante Alighieri, Pétrarque et Boccace, considérés comme les trois plus grands écrivains italiens de la fin du Moyen Âge. C'est aussi la langue de la ville de Florence, réputée pour sa beauté architecturale et son histoire prospère. C'est donc sans surprise que l'italien fut pendant longtemps la langue internationale de la culture et des arts, et que le vocabulaire de toutes les langues européennes conserve jusqu'à nos jours un grand nombre de termes italiens (notamment en musique, lesquels sont même repris dans d'autres langues comme le japonais).

Les normes générales de grammaire italienne ne furent pourtant fixées qu'à la Renaissance, avec la réforme linguistique de Pietro Bembo, érudit vénitien collaborateur d'Alde Manuce, qui en exposa les idées fondamentales dans Gli Asolani.

Japonais

Le japonais est la langue du Japon, parlée par le peuple japonais. Néanmoins, aucune loi ne lui donne le statut de langue officielle, même si elle est en revanche la langue des documents officiels et de l'éducation. Le japonais est également utilisé par la diaspora nippone (notamment au Brésil et au Pérou, où d'importantes communautés parlant cette langue sont implantées, comme à Lima et à Sao Paulo), et a un statut de langue officielle sur l'île de Angaur dans les Palaos bien qu'il n'y soit plus parlé.

En japonais, « langue japonaise » se dit nihongo (日本語). Les caractères 日本 désignent le Japon (cf. Noms du Japon), et le dernier caractère, 語, signifie langue. Toutefois, les Japonais eux-mêmes utilisent le mot kokugo (国語, lit. « langue du pays » ou « langue nationale ») pour faire référence à leur langue.

Le japonais appartient à la famille isolée des langues japoniques. Son vocabulaire s'est notablement enrichi, au cours de l'Histoire, par le truchement de divers emprunts : le plus remarquable est la présence de nombreux vocables issus ou dérivés de la langue chinoise écrite, ce qui explique que le japonais soit qualifié de « langue sinoxénique » ; d'autre part, la langue contemporaine effectue de fréquents emprunts à diverses langues européennes, particulièrement à l'anglais.

Langues chinoises

Les langues chinoises (chinois simplifié : 中国语文 ; chinois traditionnel : 中國語文 ; pinyin : zhōnggúo yǔwén) ou langues sinitiques, souvent désignées dans leur ensemble sous le nom de « chinois » (中文, zhōngwén), appartiennent à la famille des langues sino-tibétaines.

On considère la langue écrite (文, wén) comme le plus universelle, qui transcende la prononciation des divers parlers. La langue parlée dans son caractère le plus général est le plus souvent appelée hanyu (汉语 ), soit « langue des Han », même si d'autres groupes ethniques ont progressivement adopté cette langue. Les différents parlers peuvent être considérés comme langue (语, yǔ) ou comme dialecte (chinois : 方言 ; pinyin : fāngyán). Le statut d'un parler comme langue ou dialecte est souvent sujet à controverses en l'absence de références écrites à la prononciation.

Latin

Le latin (en latin : lingua Latīna ou Latīna lingua) est une langue italique de la famille des langues indo-européennes, parlée à l'origine par les Latins dans le Latium de la Rome antique. Bien qu'il soit souvent considéré comme une langue morte, sa connaissance, voire son usage, se sont maintenus à l'université et dans le clergé. De nombreuses écoles et universités continuent à l'enseigner,. Le latin est toujours utilisé pour la production de néologismes dans de nombreuses familles de langues. Le latin ainsi que les langues romanes (dites parfois néo-latines), sont la seule branche des langues italiques à avoir survécu. Les autres branches sont attestées dans des documents datant de l'Italie préromaine, mais ont été assimilées durant la période républicaine ou au début de l'époque impériale.

Langue flexionnelle, elle comporte sept cas, deux nombres et trois genres. L'alphabet latin est dérivé des alphabets étrusque et grec. Enrichi de lettres supplémentaires et de signes diacritiques, il est utilisé aujourd'hui par de nombreuses langues vivantes et comportait à l'époque classique 23 lettres, dont 4 voyelles, 2 semi-voyelles et 17 consonnes.

Néerlandais

Le néerlandais (autonyme : Nederlands, prononciation /ˈneː.dəɾ.ˌlɑnts/) est une langue germanique principalement parlée aux Pays-Bas et dans ses territoires d'outre mer, en Belgique (principalement dans la Région flamande) et au Suriname. Une organisation internationale, l'Union de la langue néerlandaise, est chargée de fixer les règles de la langue. Le néerlandais est parfois appelé par métonymie « hollandais » ou « flamand ».

Le néerlandais standard fait partie du bas-allemand, il est issu plus précisément d'une synthèse de dialectes du bas-francique, notamment du hollandais et du brabançon. Il se distingue de l'allemand standard entre autres par l'absence de la seconde mutation consonantique, l'abandon du système de déclinaisons, et la souplesse de l'ordre de mots. Ces caractéristiques morphologiques et grammaticales, certains aspects lexicaux, dont les pronoms personnels, ainsi que beaucoup de mots de son vocabulaire offrent de nombreuses similitudes avec les autres dialectes du groupe bas-allemand, mais aussi avec les langues frisonnes et l'anglais,.

L’afrikaans est une langue dérivée de quelques dialectes néerlandais du XVIIe siècle et parlée en Afrique du Sud et Namibie, qui est encore largement compréhensible pour les locuteurs du néerlandais, au moins à l'écrit.

Occitan

L'occitan ou langue d'oc (en occitan : occitan , lenga d'òc ou óu(c)citan, lengo d’o(c)) est une langue romane parlée dans le tiers sud de la France, les Vallées occitanes et Guardia Piemontese en Italie, le Val d'Aran en Espagne et à Monaco. L'aire linguistique et culturelle de l'occitan est appelée l’Occitanie ou Pays d'Oc. Les estimations du nombre de locuteurs d'occitan sont extrêmement divergentes selon les sources, toutefois l’occitan ressort comme la langue régionale la plus parlée en France.

Au cours de son histoire, l'occitan a connu différentes appellations générales, notamment provençal,, limousin, gascon, catalan, languedocien, roman.

L'occitan présente une certaine variabilité. Chaque auteur moderne adapte plus ou moins un système graphique et littéraire. La graphie classique de l’occitan est la seule à être utilisée sur l’ensemble de l’espace occitan.

Comme toutes les langues, l'occitan est composé de dialectes. La négation de l'existence de la langue occitane par la mise en avant systématique de son caractère dialectal, et l'utilisation du terme équivoque de patois, ont conduit les Occitans à avoir honte de parler leur langue. Ce phénomène est appelé de manière populaire « la vergonha », et de manière scientifique schizoglossie (en). Encore aujourd'hui, de nombreux locuteurs naturels considèrent qu'ils ne parlent pas le bon occitan ou que l'occitan n'est pas une langue,,.

Polonais

Le polonais (język polski, polszczyzna) est une langue appartenant au groupe des langues léchitiques des langues slaves. Elle a le statut de langue officielle en Pologne, mais est parlée dans le monde entier du fait de la présence des minorités polonaises. La langue s’écrit avec l’alphabet latin, certaines lettres étant surmontées de diacritiques.

Malgré la pression exercée par les administrations non-polonaises du territoire polonais, qui ont essayé de supprimer la langue, une littérature très riche s'est développée et aujourd'hui, le polonais est la seconde langue slave la plus parlée, après le russe mais devant l'ukrainien.

Portugais

Le portugais (en portugais português) est une langue appartenant à la branche romane de la famille des langues indo-européennes. Les locuteurs du portugais s'appellent les « lusophones ».

Le portugais occupe la sixième place des langues les plus parlées dans le monde si l'on tient compte du nombre de personnes dont c'est la langue maternelle. Il est la langue la plus parlée en Amérique du Sud et de l'hémisphère sud, mais seconde en Amérique latine, après l'espagnol (plus du tiers de la population de l'Amérique latine parle le portugais). En Afrique, le portugais se présente comme une importante langue véhiculaire dans les anciennes colonies portugaises. Il représente au total 234 millions de locuteurs dont c'est la langue maternelle dans le monde et est ainsi la troisième langue européenne la plus parlée en tant que langue maternelle après l'espagnol (406 millions) et l'anglais (335 millions), et représente 4 % du PIB mondial. C'est aussi la cinquième langue par le nombre de pays ayant le portugais comme langue officielle et la septième pour le nombre de traductions à destination du portugaisLa « langue de Camões » est parlée au Portugal, y compris l'archipel de Madère et celui des Açores, au Brésil, en Angola, au Mozambique, au Cap-Vert, en Guinée-Bissau, en Guinée équatoriale, à Sao Tomé-et-Principe, au Timor oriental, à Goa (Inde), à Daman et Diu (Inde), Malacca en Malaisie et à Macao (Chine). Il appartient à la famille des langues ibéro-romanes et présente de nombreuses similitudes avec le castillan. Au-delà de ses origines fortement latines, 20 % du lexique portugais tire ses racines ailleurs, en particulier de la langue arabe mais aussi notamment de l'occitan. En Galice (Espagne) est parlé le galicien, avec qui il est très étroitement apparenté. Au Brésil, le tupi-guarani en a influencé le vocabulaire.

Les normes de la langue portugaise sont régies par l’Instituto Internacional da Língua Portuguesa et la Comunidade dos Países de Língua Portuguesa.

Des créoles à base portugaise sont parlés au Cap-Vert, en Guinée-Bissau, au Sénégal et à Sao Tomé-et-Principe.

Russe

Le russe (en russe : Русский) est une langue appartenant au groupe des langues slaves orientales de la famille des langues indo-européennes, auquel appartiennent aussi l'ukrainien et le biélorusse. Il compte plus de 280 millions de locuteurs (comme langue maternelle ou langue seconde). Il est la langue officielle de la Fédération de Russie et l'une des langues officielles des républiques de Biélorussie, du Kazakhstan et du Kirghizistan, langue de communication au sein de la Communauté des États indépendants (CEI), dominante dans certaines régions d'Ukraine (notamment le Sud et l'Est ukrainien ainsi que la capitale Kiev). Il est également une des langues officielles de l'ONU.

Il est régi par l'Académie des sciences de Russie (russe : Росси́йская Акаде́мия Нау́к).

Serbe

Le serbe (en alphabet cyrillique serbe cрпски, en alphabet latin serbe srpski, prononcé [sr̩̂pskiː]) est une langue indo-européenne faisant partie de la famille des langues slaves, du groupe des langues slaves méridionales et du sous-groupe occidental de ces langues, parlée par les Serbes. Du point de vue de la sociolinguistique, c’est l’une des variantes de la langue Abstand commune aux Serbes, aux Croates, aux Bosniaques et aux Monténégrins, appelée « langue serbo-croate » à l’époque de l’ancienne Yougoslavie et aujourd’hui BCMS, Chtokavien ou diasystème slave du centre-sud, ce qui correspond au point de vue de la linguistique comparée. Toujours du point de vue de la sociolinguistique, c’est en même temps une langue Ausbau, c’est-à-dire une langue à part ayant son propre standard. Celui-ci a pour base le dialecte chtokavien de la langue Abstand, tout comme le croate, le bosnien et le monténégrin.

Le serbe est aussi la langue des minorités nationales serbes des pays voisins de la Serbie, ainsi que d’un grand nombre de Serbes émigrés en Europe de l'Ouest, en Amérique du Nord et en Australie.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.