L'Encyclopédie canadienne

L'Encyclopédie canadienne, en anglais The Canadian Encyclopedia, d'abord connue comme Encyclopédie du Canada, est une encyclopédie fondée par l'éditeur et homme politique Mel Hurtig ; elle se veut « la source d'information sur le Canada la mieux fondée et la plus complète ». Disponible gratuitement en ligne, à la fois en anglais et en français, elle comprend quelque 14 000 articles sur une variété de sujets, notamment l'histoire, la culture populaire, les évènements, les personnes, les localités, la politique, l'art, les Premières Nations, les sports et la science.

Le site Web donne également accès à l'Encyclopédie de la musique au Canada, à l'Encyclopédie junior (en anglais seulement), aux articles du magazine Maclean's et à une chronologie des événements importants dans l'histoire du Canada.

The Canadian Encyclopedia 1985 Title
version papier, 1985, couverture

Historique

Réalisations antérieures

La première encyclopédie spécifiquement canadienne était intitulée Canada. An encyclopaedia of the country en cinq volumes (1898–1899)[1]. Sous la direction de J. Castell Hopkins, cet ouvrage couvrait de façon détaillée les réalités canadiennes, notamment les voyages de découverte et d'exploration, les relations entre Français et Anglais, les guerres entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, les aspects constitutionnels, l'histoire et le statut des Indiens, le commerce et l'industrie, etc. Parmi les nombreux contributeurs, on note les noms de Benjamin Sulte et de Sandford Fleming.

Une nouvelle encyclopédie est lancée peu après, qui se spécialise sur les aspects historiques : Canada and Its Provinces. A History of the Canadian People and Their Institutions en 23 volumes (1913–1917)[2]. Dirigée par Adam Shortt, elle compte une centaine de collaborateurs, dont l'abbé Camille Roy, qui signe le long article « French-Canadian Literature ».

En 19571958 paraît à Ottawa The Encyclopaedia Canadiana en dix volumes sous la direction de Kenneth H. Pearson. Cet ouvrage est publié par la Canadiana Co., qui est une filiale de Grolier[3]. Cet ouvrage est réédité en 1970.

Le projet de Mel Hurtig

Au début des années 1980, l'éditeur Mel Hurtig, qui se définit comme un nationaliste canadien, lance le projet d'une Encyclopédie du Canada entièrement nouvelle. L'éditeur-en-chef James Harley Marsh recrute plus de 3 000 auteurs pour en écrire les articles. La première édition, parue en 1985, compte trois volumes et est un succès de librairie au Canada, avec 150 000 ensembles vendus en six mois. Une édition révisée et augmentée est publiée en 1988. La compagnie publie 1990 The Junior Encyclopedia of Canada.

Selon une historienne, cette réalisation devait contribuer à générer un « sentiment d'appartenance nationale grâce à l'ampleur et à la diversité du traitement des sujets abordés touchant la culture, la politique et la société canadiennes[4] ».

En 1995 est publiée la première édition en cédérom (ISBN 0771020414).

Depuis 2006, la fondation Historica Canada, à but non lucratif, met en ligne cette encyclopédie en accès libre.

Bibliographie

  • Encyclopédie du Canada, Edmonton, Hurtig Publishers, 1985, 3 vol. (ISBN 088830269X)
  • Encyclopédie du Canada, Edmonton, Hurtig Publishers, 1988, 3 vol. (ISBN 0888303262)
  • The Junior Encyclopedia of Canada Hurtig, 1990 (ISBN 0888303343).

Références

  1. Le titre complet était Canada, an encyclopaedia of the country : the Canadian Dominion considered in its historic relations, its natural resources, its material progress and its national development, Toronto, The Linscott Publishing Company, 5 vol., 1898–1899.
  2. Canada and Its Provinces. A History of the Canadian People and Their Institutions, 23 vol., Toronto, Publishers' Association of Canada, (1913–1917)
  3. abebooks
  4. Fiona A. Black, « L'édition dans les Prairies », dans Carole Gerson et Jacques Michon (dir.), Histoire du livre et de l'imprimé au Canada, vol. III, Presses de l'Université de Montréal, 2007, p.  196.

Lien externe

  • Portail de l’édition numérique
  • Portail de la culture
  • Portail d’Internet
  • Portail du Canada
  • Sciences de l’information et bibliothèques
Acadie

L’Acadie est généralement considérée comme une région nord-américaine où résident environ 500 000 Acadiens. L'Acadie comprend grosso modo le nord et l'est de la province canadienne du Nouveau-Brunswick ainsi que des localités et des régions plus isolées au Québec et sur l'Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse ainsi que le nord-ouest du Maine aux États-Unis. La communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador, bien qu'ayant une origine différente des Acadiens, est parfois incluse dans cette définition. D'autres définitions, faisant presque toutes allusion à un territoire, comprennent en général la Louisiane – les Cadiens. La question des frontières de l'Acadie est donc fondamentale mais seules celles de la Louisiane sont reconnues. En fait, selon un certain point de vue, l'Acadie serait donc une nation sans reconnaissance explicite.

L'Acadie historique, colonie de la Nouvelle-France, est fondée en 1604 – sur des territoires amérindiens habités depuis 11 millénaires – et peuplée à partir de l'Ouest de la France. La population de l'Acadie comprenait des membres de la Confédération Wabanaki et des descendants d'émigrés de la France. Les deux communautés se sont mariées, ce qui a donné lieu à une partie importante de la population de l'Acadie d'être Métis. Conquise en 1713 par le Royaume de Grande-Bretagne, elle subit le Grand Dérangement, dont la Déportation des Acadiens de 1755 à 1763, et son territoire est morcelé. De retour d'exil, les Acadiens subissent des lois discriminatoires. La renaissance acadienne, dans laquelle est impliquée le clergé, leur permet toutefois de redécouvrir leur histoire et leur culture. Ils acceptent mal la Confédération canadienne de 1867. Des symboles et des institutions sont créés dès la 1re Convention nationale acadienne de 1881. Les Acadiens sont durement touchés par la Grande Dépression et participent activement aux deux guerres mondiales. La communauté néo-brunswikoise fait figure de chef de file et la seconde moitié du XXe siècle est une période contestataire, marquée par le gain de plusieurs droits et libertés.

L'exode rural et l'anglicisation influencent toujours la démographie de l'Acadie. Le rejet de l'assimilation a d'ailleurs une incidence importante sur la politique acadienne. L'Acadie n'a toutefois pas d'organisation politique propre, excepté au niveau local et dans certains domaines comme la santé et l'éducation, tandis que la Société nationale de l'Acadie en est la représentante officielle. L'économie de l'Acadie ne repose plus uniquement sur des activités traditionnelles comme la pêche et est en croissance depuis la fin du XXe siècle. La culture de l'Acadie, fruit d'une longue tradition orale, est mise en valeur depuis les années 1960. L'Université de Moncton, qui a joué un rôle important dans son épanouissement, est également le principal établissement d'enseignement et de recherche. La population dispose en effet d'un vaste réseau de services publics de langue française, quoique peu accessibles dans certaines localités. L'Acadie nouvelle et Radio-Canada Acadie sont les principaux médias. Les liens entre les différentes régions et la diaspora restent forts et sont favorisés par des événements comme le Congrès mondial acadien et les Jeux de l'Acadie.

Acadiens

Les Acadiens forment une ethnie vivant principalement en Amérique du Nord, dans les provinces canadiennes du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse (qui forment l'Acadie) et du Québec, ainsi que dans l'État américain du Maine. Les Cadiens quant à eux forment un groupe ethnique en Louisiane qui compte les Acadiens comme ancêtres.

Les Acadiens sont en grande majorité francophones et catholiques. Ils sont descendants des premiers colons français et européens établis en Acadie à l'époque de la Nouvelle-France. Durant la déportation des Acadiens de 1755, qui fut un nettoyage ethnique, ces derniers furent déracinés de leurs terres par les Britanniques et déportés en Nouvelle-Angleterre ou au Royaume-Uni. Après cette déportation, des survivants retournèrent, parfois plusieurs décennies plus tard, en Acadie ou se fixèrent dans différentes régions du monde, comme en France, au Royaume-Uni, ou encore en Louisiane.

Bas-Canada

La province du Bas-Canada est une colonie de l'Amérique du Nord britannique qui exista de 1791 à 1841. La colonie est créée par l'Acte constitutionnel adopté par le Parlement britannique qui divise le territoire appelé jusqu'en 1791 Province de Québec en deux entités : le Bas et le Haut-Canada en réponse à la Guerre d'indépendance des États-Unis.

Le Bas-Canada englobe le secteur géographique à plus forte influence française et catholique tandis que le Haut-Canada englobe la région plus protestante et anglophone même si, dans ces 2 territoires, existe des minorités significatives des autres groupes linguistique et religieux.

Le Bas-Canada était caractérisé par son mode de vie catholique où les lois civiles et criminelles étaient mixtes. Cette division était volontairement créée en 1791 afin garantir l'exercice des mêmes droits et privilèges dont bénéficient les loyaux sujets partout ailleurs dans les colonies de l'Amérique du Nord.

La colonie existe sur le plan légal et politique pendant cinquante ans avant d'être fusionnée avec le Haut-Canada, à la suite des Rébellions dans ces 2 territoires en 1837. Le nouveau territoire sera nommé la Province du Canada.

Cris

Les Cris ou Eeyou (anglais : Cree, langue crie : Nehiyawak ou Eenouch/Eeyouch) sont un des Peuples algonquiens d'Amérique du Nord.

Les Cris habitent au Canada et aux États-Unis, entre les montagnes Rocheuses et l'océan Atlantique. Avec plus de 317 000 membres répartis en près de 135 tribus, les Cris forment un des plus grands groupes de Premières Nations au Canada. Parmi la population, il y avait seulement 95 000 locuteurs en 2011. La langue crie reste cependant l'une des langues amérindiennes les plus parlées de l'Amérique du Nord.

Connus pour leur ouverture au mariage inter-tribal, les Cris ont engendré le peuple métis, descendants de l'union de Cris et de Français du Canada.

Haut-Canada

La province du Haut-Canada (en anglais : Province of Upper Canada) est une ancienne colonie britannique qui correspond à l'actuel partie méridionale de l'Ontario. Elle est créée en 1791 par l'Acte constitutionnel dont la principale conséquence est la division de la province de Québec (1763-1791) en Haut-Canada et Bas-Canada. Le Haut-Canada existe sur le plan légal et politique de 1791 jusqu'à l'adoption de l'Acte d'union en juillet 1840 réunissant à nouveau ces deux colonies. Son territoire est reconstitué en 1867 ; à cette date, il est intégré à deux autres colonies de l'Amérique du Nord britannique pour créer le Canada, pays indépendant membre de l'Empire britannique (dominion), et devenir la province de l'Ontario.

Historica Canada

Historica Canada est le plus grand organisme canadien consacré à la sensibilisation à l’histoire canadienne et la citoyenneté. Ses programmes, tous bilingues, rejoignent plus de huit millions de Canadiens chaque année.

Un organisme sans but lucratif national enregistré, Historica Canada est le résultat d’une fusion en 2009 de la Fondation Historica du Canada et de l'Institut Dominion.

À la suite de la fusion, l'organisme était connu sous le nom de Institut Historica-Dominion jusqu’à ce que le nom soit changé pour le nom actuel en septembre 2013.

Parmi les programmes les plus connus de l’organisme, on compte la collection de plus de 80 Minutes du patrimoine - de courtes vignettes de 60 secondes dépeignant les événements importants et marquants de l’histoire du Canada - ainsi que L'Encyclopédie canadienne, la seule encyclopédie nationale de ce type connue dans le monde occidental.

Jean Lesage

Jean Lesage, né le 10 juin 1912 à Montréal et mort le 12 décembre 1980 à Québec, est un avocat et un homme politique québécois. Il est le 19e premier ministre du Québec, fonction qu'il occupe du 5 juillet 1960 au 16 juin 1966. Il est souvent vu comme le père de la Révolution tranquille. Jean Lesage était associé au Parti libéral du Québec.

Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick (prononcé en français canadien : /nu.vo.bʁɔn.zwɪk/ , en anglais : New Brunswick /njuːˈbɹʌnz.wɪk/) est une province du Canada. Sa capitale est Fredericton et ses plus grandes villes sont Moncton et Saint-Jean. Les langues officielles de la province sont l'anglais et le français.

Situé à l'est du Canada et faisant partie des provinces de l'Atlantique, le Nouveau-Brunswick partage sa frontière nord avec le Québec, sud avec la Nouvelle-Écosse et ouest avec les États-Unis. Les côtes sud et est du Nouveau-Brunswick bordent l'océan Atlantique. D’une superficie de 72 908 km2, la province est aussi grande que la Belgique et les Pays-Bas réunis.

Le Nouveau-Brunswick compte 747 101 habitants. Environ les deux tiers des habitants sont anglophones et à peu près le tiers est francophone. Le Nouveau-Brunswick est la seule province canadienne officiellement bilingue, et ce depuis la Loi sur les langues officielles de 1969.

Le territoire du Nouveau-Brunswick est habité depuis des milliers d'années par les Micmacs et fut le sujet d'une colonisation française puis britannique soutenue à partir du XVIIe siècle. La province est officiellement créée le 16 aout 1784 à la suite de l'arrivée de populations loyalistes. Le Nouveau-Brunswick est l'une des quatre provinces fondatrices de la Confédération canadienne de 1867.

Oliver Mowat

Oliver Mowat, (né le 22 juillet 1820 et mort le 19 avril, 1903) était un homme politique canadien. Il a été le troisième premier ministre de l'Ontario de 1872 à 1896, le mandat le plus long de l'histoire de l'Ontario. Il est l'un des Pères de la Confédération.

Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador

Le Parti libéral de Terre-Neuve-et-Labrador est un parti politique dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador, au Canada. Le parti est une aile provinciale du Parti libéral du Canada.

Parti libéral de la Nouvelle-Écosse

Le Parti libéral de la Nouvelle-Écosse est un parti politique de la province de la Nouvelle-Écosse, au Canada.

Pierre-Joseph-Olivier Chauveau

Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, né le 30 mai 1820 et mort le 4 avril 1890 à Québec, est un homme politique, avocat, écrivain et professeur québécois.

Après la Confédération du Canada en 1867, il devient le 1er premier ministre du Québec,.

Prairies canadiennes

Les Prairies canadiennes sont une grande région de terre sédimentaires plate s'étendant dans l'Ouest canadien entre le bouclier canadien à l'est et les montagnes Rocheuses. Les Prairies canadiennes sont une des régions agricoles majeures dans le monde. Les deux activités les plus importantes sont la culture du blé dans le sud des prairies et l'élevage bovin en Alberta.

Province du Canada

La province du Canada, également désignée en tant que Canada-Uni, est une colonie de l'Amérique du Nord britannique qui exista de 1841 à 1867. Elle est issue de l'union entre les colonies du Haut-Canada et du Bas-Canada, qui deviennent respectivement les régions du Canada-Ouest et du Canada-Est. La proclamation de l'Acte d'Union, le 10 février 1841, crée une administration centralisée sous la gouverne d'un gouverneur général et d'une seule chambre basse, l'Assemblée législative de la province du Canada. Son territoire s'étend sur ce qui est aujourd'hui des portions des provinces canadiennes de l'Ontario, du Québec et de Terre-Neuve-et-Labrador.

La province du Canada existe jusqu'en 1867, date à laquelle son territoire est intégré avec les colonies britanniques voisines de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick au sein de la Confédération canadienne. Cette fédération prend le nom de dominion du Canada, un pays indépendant membre de l'Empire britannique.

Québec (ville)

Québec /ke.bɛk/ (en anglais : Quebec, prononcé : /kwɪˈbɛk/ ) est la capitale nationale du Québec, une des provinces du Canada. Située au cœur de la région administrative de la Capitale-Nationale, elle est le siège de nombreuses institutions dont le Parlement du Québec. En date de juillet 2016, la ville de Québec compte 531 902 habitants et sa communauté métropolitaine regroupe une population de 807 200.

Le rétrécissement du fleuve Saint-Laurent entre les villes de Québec et de Lévis, sur la rive opposée, a donné le nom à la ville, Kébec étant un mot algonquin signifiant « là où le fleuve se rétrécit ». Fondée en 1608 par Samuel de Champlain, Québec est une des plus anciennes villes d'Amérique du Nord. Les remparts font de Québec la seule ville fortifiée subsistant au nord du Mexique. Le Vieux-Québec a été déclaré patrimoine mondial en 1985 par l'UNESCO,,.

Refus global

Le Refus global est un manifeste artistique publié secrètementle 9 août 1948 à Montréal par les Automatistes sous le couvert de Mithra-Mythe éditeur.

Son auteur, Paul-Émile Borduas, remet en question les valeurs traditionnelles de la société québécoise comme la foi catholique et l'attachement aux valeurs ancestrales, rejette son immobilisme et cherche à établir une nouvelle idéologie d'ouverture sur la pensée universelle. Il considère alors que le surréalisme ne peut coexister avec le dogme religieux et désire plus que tout soustraire les contraintes morales afin d’épanouir sa liberté individuelle.

Ce manifeste est plus radical et libertaire que Prisme d'yeux lancé quelques mois auparavant.

Robert Bourassa

Robert Bourassa , né le 14 juillet 1933 et mort le 2 octobre 1996 à Montréal, est un homme politique québécois. Il est le 22e Premier ministre du Québec, fonction qu'il occupe sous la bannière du Parti libéral du Québec à deux reprises : du 12 mai 1970 au 25 novembre 1976, puis du 12 décembre 1985 au 11 janvier 1994. Il est connu pour avoir été premier ministre lors d'importants moments de l'histoire du Québec comme la crise d'Octobre, l'accord du lac Meech, la crise d'Oka et l'accord de Charlottetown . Robert Bourassa aura aussi transformé l’économie du Québec en tirant parti de son potentiel énergétique et en redistribuant les richesses au moyen d’importants programmes sociaux. Selon le journaliste Julien Brault, qui a publié une biographie sur la vie de Robert Bourassa en 2010, c’était une personne qui gouverner beaucoup par sondage et qui avait surtout comme but de se faire réélire. Ainsi, pour lui, c’était un politicien pur.

Rock canadien

Le rock canadien, désigne le rock produit par des artistes et groupes canadiens. Les pionniers incluent notamment Jack Scott et Paul Anka dès les années 1950, et est le terreau de groupes qui deviendront célèbres. Le Canada a produit nombre d'artistes et groupes musicaux du genre, et des sous-genres incluant pop rock, rock progressif, country rock, folk rock, hard rock, punk rock, heavy metal et rock indépendant,,,.

Règlement 17

Le règlement 17 est un règlement du ministère de l'Éducation de l'Ontario, adopté en 1912 par le gouvernement conservateur du Premier ministre sir James P. Whitney. Le règlement interdit l'usage du français « comme langue d'enseignement et de communication » dans les écoles bilingues des réseaux publics et séparés.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.