IIIe siècle

Voir aussi : Liste des siècles, Chiffres romains

Le IIIe siècle (ou 3e siècle) commence le 1er janvier 201 et finit le 31 décembre 300.

Millénaires :

Ier millénaire av. J.‑C. • Ier millénaire • IIe millénaire


Siècles :
IIe siècle • IIIe siècle • IVe siècle


Décennies :

200210220230240
250260270280290


Années :

201202203204205
206207208209210

211212213214215
216217218219220

221222223224225
226227228229230

231232233234235
236237238239240

241242243244245
246247248249250

251252253254255
256257258259260

261262263264265
266267268269270

271272273274275
276277278279280

281282283284285
286287288289290

291292293294295
296297298299300

Événements

Afrique

Amérique

Asie et Pacifique

Proche-Orient

Europe

  • Un graphiti découvert en 1857 sur les murs du Paedagogium du mont Palatin à Rome, daté du début du IIIe siècle, représente une caricature du Christ, dessiné crucifié avec une tête d'âne, avec à côté un personnage en prière et la légende en grec : « Alexamenos adore son dieu »[13].
Fresque Mithraeum Marino
Mithra et le taureau, fresque de Doura Europos, fin IIe/début IIIe siècle.
  • Le culte de Mithra, venu d’Iran, se répand en occident parmi les marchands et les soldats romains qui ont servi en Asie[14].
  • La découverte d’une inscription sur la pierre tombale d’une jeune fille juive appelée Salomonula, datée du IIIe siècle, à Abdera (Adra), au sud de Grenade (Espagne), atteste de la présence d’une communauté juive en Espagne[15].
  • Une inscription sur une feuille d'or de deux centimètres de côté découverte en 2006 dans la tombe d'un enfant à Halbturn en Autriche, atteste de la présence d’une communauté juive en Pannonie.

Personnalités significatives

Notes et références

  1. J.P. Martin, African Empires : Your Guide to the Historical Record of Africa, vol. 1, Trafford Publishing, (ISBN 9781490777993, présentation en ligne)
  2. François-Xavier Fauvelle-Aymar , Bertrand Hirsch, Les ruses de l'historien. Essais d'Afrique et d'ailleurs en hommage à Jean Boulègue, Karthala, (ISBN 9782811109400, présentation en ligne)
  3. Histoire de l'humanité, vol. 3, UNESCO, (ISBN 9789232028129, présentation en ligne)
  4. Paul B. Henze, Layers of time : a history of Ethiopia, C. Hurst & Co. Publishers, (ISBN 9781850655220, présentation en ligne)
  5. Sylvanus Griswold Morley, Robert J. Sharer, The Ancient Maya, Stanford University Press, (ISBN 9780804721301, présentation en ligne)
  6. Joel W. Palka, The A to Z of Ancient Mesoamerica, Rowman & Littlefield, (ISBN 9780810875661, présentation en ligne)
  7. Catherine Clémentin-Ojha, Les Chrétiens de l'Inde: Entre castes et églises, Albin Michel, (ISBN 9782226270993, présentation en ligne)
  8. Raj Kumar, Encyclopaedia of Untouchables Ancient, Medieval and Modern, Gyan Publishing House, (ISBN 9788178356648, présentation en ligne)
  9. Jean-Yves Leloup, Dictionnaire amoureux de Jérusalem, Place des éditeurs, (ISBN 9782259215800, présentation en ligne)
  10. Claude Gauvard, La France au Moyen Âge du Ve au XVe siècle, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130631361, présentation en ligne)
  11. Guillaume Bourel, Marielle Chevallier, Axelle Guillausseau, Guillaume Joubert, Bescherelle Chronologie de l'histoire de France : des origines à nos jours, Hatier, (ISBN 9782401042230, présentation en ligne)
  12. Paul Petit, La Crise de l'Empire (161-284), Points (ISBN 9782757849330, présentation en ligne)
  13. Jean-Marc Prieur, Hubert Bost, La croix : représentations théologiques et symboliques : Journée d'étude du jeudi 19 septembre 2002, organisée à Strasbourg par le Centre d'Analyse et de Documentations Patristiques, Labor et Fides, (ISBN 9782830911107, présentation en ligne)
  14. Jean-Pierre Martin, Alain Chauvot, Mireille Cébeillac-Gervasoni, Histoire romaine - 4e éd., Armand Colin, (ISBN 9782200615826, présentation en ligne)
  15. Francisco Diez de Velasco, Religiones en España : historia y presente, Ediciones AKAL, (ISBN 9788446030140, présentation en ligne)
  16. Histoire de l'humanité, vol. 3, UNESCO, (ISBN 9789232028129, présentation en ligne)

Liens externes

  • Portail du temps
  • Portail de l’histoire
  • Portail du monde antique
12 avril

Le 12 avril est le 102e jour de l'année du calendrier grégorien, le 103e en cas d'année bissextile. Il reste 263 jours avant la fin de l'année.

C'était généralement le 23e jour du mois de germinal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du marronnier.

11 avril - 12 avril - 13 avril

21 juin

Le 21 juin est le 172e jour de l'année du calendrier grégorien, le 173e en cas d'année bissextile. Il reste 193 jours avant la fin de l'année.

C'était le 3e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l'oignon.

Date la plus fréquente pour le solstice d'été dans l'hémisphère nord, et le solstice d'hiver dans l'hémisphère sud ; c'est le début respectif de l'été ou de l'hiver dans ces deux hémisphères.

20 juin - 21 juin - 22 juin

2 août

Le 2 août ou 2 aout est le 214e jour de l’année du calendrier grégorien, le 215e en cas d’année bissextile. Il reste 151 jours avant la fin de l’année.

C’était généralement le 15e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la brebis.

1er août - 2 août - 3 août

8 avril

Le 8 avril est le 98e jour de l'année du calendrier grégorien, le 99e en cas d'année bissextile. Il reste 267 jours avant la fin de l'année.

C'était généralement le 19e jour du mois de germinal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du radis.

7 avril - 8 avril - 9 avril

Archidiocèse de Poitiers

L'archidiocèse de Poitiers (en latin : Archidioecesis Pictaviensis) est un archidiocèse métropolitain de l'Église catholique en France. Érigé au IIIe siècle, il s'étend depuis le Concordat de 1801 sur deux départements, les Deux-Sèvres et la Vienne. Il a été élevé au rang d’archidiocèse en 2002.

Archidiocèse de Reims

Le diocèse de Reims a été érigé au IIIe siècle et a été élevé en archevêché dès le IVe siècle.

Armée romaine

L'armée romaine (latin : exercitus Romanus ; grec ancien : στρατός Ῥωμαίων) est l'armée de la Rome antique. Elle permet aux Romains de dominer la Méditerranée du IIe siècle av. J.-C. au Ve siècle.

Clément d'Alexandrie

Clément d’Alexandrie, né à Athènes vers 150 et mort en Asie Mineure vers 215, est un lettré grec chrétien, Père de l’Église. Il chercha à harmoniser la pensée grecque et le christianisme. On l’appelle « saint » Clément sans qu’il soit canonisé. On connaît au philosophe une œuvre abondante mais elle est en partie perdue.

Cynisme

Le cynisme est une attitude face à la vie provenant d'une école philosophique de la Grèce antique, fondée par Antisthène, et connue principalement pour les propos et les actions spectaculaires de son disciple le plus célèbre, Diogène de Sinope. Cette école a tenté un renversement des valeurs dominantes du moment, enseignant la désinvolture et l'humilité aux grands et aux puissants de la Grèce antique. Radicalement matérialistes et anticonformistes, les cyniques, et à leur tête Diogène, proposaient une autre pratique de la philosophie et de la vie en général, subversive et jubilatoire. L'école cynique prône la vertu et la sagesse, qualités qu'on ne peut atteindre que par la liberté. Cette liberté, étape nécessaire à un état vertueux et non finalité en soi, se veut radicale face aux conventions communément admises, dans un souci constant de se rapprocher de la nature. Le cynisme a profondément influencé le développement du stoïcisme par Zénon de Kition et ses successeurs à partir de 301 av. J.-C.

Dioclétien

Dioclétien, de son nom complet Caius Aurelius Valerius Diocletianus Augustus (né vers le 22 décembre 244 en Dalmatie - mort le 3 décembre 311), est un empereur romain qui régna du 20 novembre 284 au 1er mai 305.

Né dans une famille modeste de Dalmatie, Dioclétien gravit les échelons de l'armée pour devenir commandant de la cavalerie de l'empereur Carus. Après la mort de Carus et de son fils Numérien durant la campagne en Perse, il est proclamé empereur. Le titre est également revendiqué par Carin, le fils survivant de Carus, mais Dioclétien le bat à la bataille du Margus. Avec son accession au pouvoir, Dioclétien met fin à la crise du troisième siècle. Il nomme coempereur (auguste) son collègue Maximien Hercule en 286. Chaque Auguste se choisit un nouveau César, chargé de le seconder dans sa partie d’empire, et destiné à succéder à l’Auguste qu’il assistait dans un premier temps. Le 1er mars 293, les deux généraux choisis furent Galère par Dioclétien, et Constance Chlore par Maximien. En vertu de cette « Tétrarchie », chaque empereur règne sur un quart de l'Empire.

Dioclétien sécurise les frontières de l'Empire et combat toutes les menaces de son pouvoir. Il bat les Sarmates et les Carpes lors de plusieurs campagnes entre 285 et 299, les Alamans en 288, et les usurpateurs en Égypte entre 297 et 298. Galère, aidé par Dioclétien, fait campagne avec succès contre les Sassanides, ennemi traditionnel de l'Empire. En 299, il met à sac leur capitale, Ctésiphon. Il mène ensuite les négociations et réalise une paix durable et favorable. Dioclétien sépare et élargit les services civils et militaires de l'Empire, et réorganise le découpage administratif de l'Empire, instaurant le gouvernement le plus important et le plus bureaucratique de l'histoire de l'Empire. Il crée de nouveaux centres administratifs à Nicomédie, Mediolanum, Antioche et Trèves, plus proche des frontières de l'Empire que la capitale traditionnelle Rome. S'appuyant sur les tendances du IIIe siècle vers l'absolutisme, il se nomme lui-même autocrate, s'élevant au-dessus des masses de l'Empire et imposant un cérémonial de cour et une architecture officielle. La croissance de l'appareil bureaucratique et militaire, les campagnes constantes, et les projets de construction augmentent les dépenses de l'État et nécessitent une réforme fiscale globale. Vers 297, la fiscalité impériale est normalisée, rendue plus équitable, mais à un taux généralement plus élevé.

Toutes les réformes de Dioclétien ne sont pas des succès ; ainsi l'édit du Maximum (301) (réforme monétaire), ses tentatives de freiner l'inflation via un contrôle des prix, ont été contre-productifs et rapidement abandonnés. Bien qu'efficace, le système tétrarchique s'effondre après son abdication sous les revendications concurrentes de Maxence et de Constantin, fils respectifs de Maximien et de Constance. La persécution de Dioclétien (303-11), la dernière et la plus sanglante persécution officielle du christianisme, ne vient pas à bout de la communauté chrétienne de l'Empire, en effet, après 324 le christianisme devient la religion dominante de l'empire sous son premier empereur chrétien, Constantin.

En dépit de ses échecs, les réformes de Dioclétien ont fondamentalement changé la structure du gouvernement impérial romain et contribuent à stabiliser l'Empire économiquement et militairement, ce qui permet à l'Empire de perdurer encore deux siècles, alors qu'il était au bord de l'effondrement durant la jeunesse de Dioclétien. Affaibli par la maladie, Dioclétien quitte le pouvoir, le 1er mai 305, et est ainsi le seul empereur romain à abdiquer volontairement. Il se retire dans son palais sur la côte dalmate. Son palais deviendra le cœur de la ville moderne de Split.

Diogène Laërce

Diogène Laërce (en grec ancien Διογένης Λαέρτιος / Diogenês Laertios) est un poète, un doxographe et un biographe du début du IIIe siècle.

On sait peu de choses sur Diogène Laërce. Le fait est d'autant plus ironique qu'il représente souvent l'unique source que nous ayons sur la vie et les doctrines de nombreux philosophes. C'est, par exemple, uniquement par lui que nous connaissons les lettres d'Épicure et ses maximes capitales, ainsi que les testaments de certains philosophes.

Fabien (pape)

Fabien est évêque de Rome du 10 janvier 236 au 20 janvier 250. Il est le vingtième dans la liste des papes. Il est considéré comme saint par l'Église catholique romaine.

IIIe siècle av. J.-C.

Voir aussi : Liste des siècles, Chiffres romains

Le IIIe siècle av. J.-C. commence le 1er janvier -300 et finit le 31 décembre -201.

IIIe siècle en Lorraine

Cette page concerne les événements qui se sont produits au troisième siècle en Lorraine.

IIe siècle av. J.-C.

Voir aussi : Liste des siècles, Chiffres romains

Le IIe siècle av. J.-C. commence le 1er janvier -200 et finit le 31 décembre -101.

Laurent de Rome

Laurent de Rome serait né vers 210 ou 220 à Huesca, en Aragon, Espagne. Il est mort martyr sur un gril, en 258 à Rome, comme diacre du pape Sixte II. Il est célébré comme saint et martyr le 10 août (le 6 août en Suisse) par l'Église catholique.

Listes des circonscriptions catholiques en France

L'article recense les diocèses et les autres églises particulières de l'Église catholique qui ont leur siège en France ou dont le ressort couvre une partie du territoire français.

Perse

La Perse (en grec ancien ἡ Περσίς / hê Persís) est le nom métonymique hérité des Grecs de l'Antiquité pour désigner le territoire gouverné par les rois achéménides. L'apogée de la Perse antique est représentée par la dynastie achéménide, dont les conquérants Darius Ier et Xerxès Ier ont étendu le territoire allant jusqu'en Inde.

Convoitée, cette région sera ensuite conquise par Alexandre le Grand au IVe siècle av. J.-C., par les Parthes dans la seconde moitié du IIIe siècle av. J.-C., par les troupes musulmanes au VIIe siècle, par Gengis Khan au XIIIe siècle, par Tamerlan au XIVe siècle. Les Iraniens continuent aujourd'hui à parler persan et à célébrer les fêtes religieuses zoroastriennes qui se sont ancrées dans le patrimoine culturel au fil des siècles.

Au IIIe siècle, sous la dynastie sassanide, apparaît le mot Ērān ou Ērānšahr, qui signifie « pays des Aryens », traduit aussi par « pays des Iraniens ». Au VIIe siècle, après la chute des Sassanides, le pays reprend à l'étranger le nom de « Perse », qui est utilisé jusqu'en 1934, date à laquelle Reza Pahlavi remplace par un décret le nom de « Perse » par « Iran ».

Tertullien

Quintus Septimius Florens Tertullianus, dit Tertullien, né entre 150 et 160 à Carthage (actuelle Tunisie) et décédé vers 220 à Carthage, est un écrivain de langue latine issu d'une famille berbère, romanisée et païenne. Il se convertit au christianisme à la fin du IIe siècle et devient le plus éminent théologien de Carthage.

Auteur prolifique, catéchète, son influence fut grande dans l'Occident chrétien. En effet, il est le premier auteur latin à utiliser le terme de Trinité, dont il développe une théologie précise. Il est ainsi considéré comme le plus grand théologien chrétien de son temps. C’est également un polémiste qui lutte activement contre les cultes païens et contre le gnosticisme de Marcion.

Sa figure est toutefois controversée, car il rejoint le mouvement hérétique montaniste à la fin de sa vie. Il est, ainsi, avec Origène, un des auteurs à être étudié avec les Pères de l'Église sans en être un à proprement parler, car il n'a pas été canonisé par l’Église catholique.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.