Feux de forêt de 2019 en Amazonie

Les feux de forêt de 2019 en Amazonie sont une série de milliers d'incendies qui se déroulèrent principalement dans la forêt amazonienne en 2019.

La majeure partie des feux de forêt se sont produits dans la partie de la forêt située au Brésil (plus de 60 % de celle-ci se trouve à l'intérieur de son territoire[1],[2]), mais des pays voisins comme la Bolivie, le Pérou et le Paraguay ont également signalé de nombreux départs de feux[3]. Les incendies ont suscité une importante réaction de la communauté scientifique et internationale en juillet et août 2019 à la suite des publications de l'Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE) faisant état d'au moins 75 336 feux décomptés en huit mois au Brésil, statistiques basées sur des observations satellitaires[4],[5]. De janvier au , plus de 40 000 feux ont été décomptés dans la plus grande forêt tropicale au monde[6], considérée comme « essentielle pour lutter contre le réchauffement climatique ». Il s'agit du nombre le plus élevé depuis le début de la collecte des données en 2013[4],[5],[7],[8].

Depuis le 20 août, de nombreux incendies sont en cours dans quatre états brésiliens : Amazonas, Rondonia, Mato Grosso et Pará[9]. Amazonas, qui est le plus grand état du pays, et qui a la « plus grande étendue de forêt tropicale intacte » dans le monde, déclare l'état d'urgence le 11 août[10], suivi par l'État d'Acre, dans la Région Nord[11].

Les feux de forêt ont suscité des critiques vis-à-vis du gouvernement brésilien, en particulier des ONG environnementales[12] et de la France, qui borde le Brésil en Guyane[13],[14],[15],[16],[17]. Ces agences affirment que le système politique mis en place par le président brésilien nouvellement élu, Jair Bolsonaro, a affaibli la protection de la forêt tropicale. Le gouvernement estime que la déforestation est nécessaire pour reconstruire l'économie brésilienne, et que les données de l'INPE ont été falsifiées dans le cadre d'une campagne de désinformation menée contre lui. Au début du mois d'août, Bolsonaro a limogé le directeur de l'INPE après la diffusion de statistiques par l'agence montrant une augmentation significative de la déforestation au Brésil[18],[19].

Feux de forêt de 2019 en Amazonie
Amazon fire satellite image
Pays
Lieu
Forêt amazonienne principalement
Coordonnées
5° S, 63° O
Statistiques
Date
Date de début
Date de fin
en cours
Superficie brûlée
9 060 100 hectares
Cause

Contexte

Le bassin de l'Amazone, qui fait à peu près la taille de l'Australie, est recouvert d'une végétation dense comprenant 400 milliards d'arbres. La forêt dense et humide fournit un cinquième de l'oxygène de la planète ; elle stocke du carbone vieux de plusieurs siècles et « dévie et consomme une quantité inconnue mais significative de chaleur solaire ». La forêt amazonienne « alimente des systèmes à l'échelle de la planète », y compris les rivières atmosphériques, puisque 20 % de l'eau douce de la planète traverse des cycles dans cette forêt tropicale. Depuis les années 1970, le Brésil a déforesté environ 20 % de la forêt, ce qui représente 777 204 km2 (donnée de 2016), soit une surface quasiment aussi grande que la Turquie. Soixante pour cent de la forêt se situent en territoire brésilien, tandis que 13 % se trouvent au Pérou et 10 % en Colombie, et des portions moindres au Venezuela, en Équateur, en Bolivie, à Guyana, au Suriname et en Guyane.

Au Brésil, l'Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE, ou Institut national pour la recherche spatiale) publie les chiffres de la déforestation chaque année. En 2015 est créé le système DETER (« Système de détection de la déforestation en temps réel »), qui génère une alerte automatique pour tout défrichement de plus de trois hectare} détecté en forêt amazonienne, avec une mise à jour hebdomadaire des données. Le système est doublé par le système de « surveillance par satellites de la déforestation en Amazonie (PRODES) » qui permet de déterminer les taux de déforestation annuels officiels du Brésil, calculés sur système d'information géographique via des images en haute résolution prises par différents satellites[20].

En 2018, 40 136 incendies ont eu lieu dans la même région[21].

Néanmoins, les incendies historiques de 2016 et 2017 furent plus importants. En 2017, 208 278 incendies furent recensés s'approchant du record historique de 2004 (270 295 incendies)[22].

Causes

2019 amazon wildfires purus river 20190816.jpeg
Image satellite INPE prise le le long de la rivière Purus, entre Canutama et Lábrea, dans l'état d'Amazonas, montrant plusieurs panaches de fumée de feux de forêt, y compris dans des zones déboisées.

Les incendies se produisent naturellement pendant la saison sèche en juillet et août. Selon Euronews, les incendies de forêt se sont multipliés du fait que l'activité agricole « s'est étendue dans le bassin amazonien et a encouragé la déforestation ». Certains agriculteurs provoquent des incendies afin de défricher légalement ou illégalement des terres à des fins d'élevage. En août, des agriculteurs de l’état amazonien de Pará ont publié une annonce dans le journal local concernant une queimada ou « journée de feu » en août[4]. Peu de temps après, le nombre d'incendies a considérablement augmenté. Illégalement, ces dernières années, des « accapareurs de terres » (grileiros) ont pénétré profondément les forêts des « territoires autochtones du Brésil et divers endroits protégés de l'Amazonie ».

Selon des scientifiques et des défenseurs de l'environnement, depuis que le président Jair Bolsonaro, élu en octobre, a pris ses fonctions en janvier 2019, il est accusé d'avoir « encouragé les bûcherons et les agriculteurs à défricher la terre », ce qui a entraîné un regain de la déforestation de la forêt amazonienne, soit une augmentation de 88 % en juin par rapport à juin 2018, selon l’INPE[23],[24].

Feux de forêt

Amazon fire satellite image
Feux de forêt en Amazonie le .

Au Brésil

Le mois d'août 2019 connait une forte croissance du nombre d'incendies de forêt. Le 11 août, l'État d'Amazonas déclare l'état d'urgence[25]. La NASA a publié des images deux jours plus tard, montrant la fumée des feux visible depuis l'espace[9]. Cependant, selon la NASA, en raison d'une activité des incendies de forêt inférieure à la moyenne à Mato Grosso et à Pará, l'activité totale des incendies en Amazonie est proche de la moyenne des 15 dernières années[9].

Le 20 août, l'INPE a signalé la détection de « 39 194 incendies dans la plus grande forêt tropicale du monde » depuis janvier[4]. Cela représente une augmentation de 77 % du nombre d'incendies par rapport à la même période en 2018. La NASA a quant à elle signalé une augmentation des incendies de forêt dans l'Amazonas et le Rondonia et une diminution au Mato Grosso et dans le Pará[26]. Au moins 75 336 incendies ont été détectés dans tout le Brésil[27] ce qui représente une augmentation de 84 % par rapport à la même période en 2018[28]. Entre le 19 et le 22 août, 9 507 nouveaux départs de feux ont été enregistrés[29].

Pays voisins

Les incendies s'étendent également aux pays limitrophes. Des pompiers boliviens ont été déployés à la frontière avec le Brésil pour lutter contre les flammes et surveiller la région. L'avancée des feux reste pour l'heure difficile à évaluer, compte tenu de la superficie de la plus vaste forêt tropicale de la planète[30].

En effet, la Bolivie et le Paraguay sont eux aussi confrontés à d’importants feux de forêt. En Bolivie, environ 654 000 hectares sont partis en fumée dans le département de Santa Cruz depuis le mois de mai, avec une forte recrudescence des feux en août. Depuis environ deux semaines, les pompiers boliviens font face à des incendies devenus hors de contrôle. Le 22 août, le président Evo Morales a déployé un avion bombardier d'eau Boeing 747 Supertanker au-dessus de l'Amazonie bolivienne[31].

Au Pérou, la région de Madre de Dios a signalé des niveaux de dioxyde de carbone supérieurs à la normale en raison des incendies au Brésil et en Bolivie, ce qui a suscité des inquiétudes pour la santé de la population[32]. Des incendies isolés ont également été signalés à Madre de Dios, mais les autorités régionales ont indiqué qu'ils n'avaient aucun lien avec ceux du Brésil[33].

Au Paraguay, des incendies sont localisés dans le district d'Alto Paraguay et dans la région du Pantanal, protégée par l'UNESCO. Le président paraguayen, Mario Abdo, travaille en étroite collaboration avec le président bolivien afin de coordonner les interventions[34]. Aucune donnée officielle n’est pour l’heure disponible[3],[35].

Nombre des incendies de forêt par année et par État

Nombre d'incendies de forêt détectés par l'INPE du 1er janvier au 22 août[36]
Date
État
2013 Diff% 2014 Diff% 2015 Diff% 2016 Diff% 2017 Diff% 2018 Diff% 2019
Acre 700 10 % 775 4 % 806 134 % 1 890 -58 % 791 7 % 851 197 % 2 533
Alagoas 128 -9 % 116 69 % 196 -60 % 78 5 % 82 -25 % 61 19 % 73
Amazonas 1 494 99 % 2 977 21 % 3 616 26 % 4 577 8 % 4 948 -42 % 2 870 151 % 7 225
Amapá 27 77 % 48 -8 % 44 -13 % 38 -55 % 17 111 % 36 -52 % 17
Bahia 2 133 -28 % 1 528 11 % 1 703 45 % 2 475 -38 % 1 516 -22 % 1 177 90 % 2 245
Ceará 274 4 % 285 22 % 348 29 % 450 -56 % 194 65 % 321 -4 % 306
District fédéral 52 134 % 122 -60 % 48 231 % 159 -30 % 110 -64 % 39 51 % 59
Espírito Santo 179 -35 % 115 119 % 252 44 % 365 -76 % 87 1 % 88 160 % 229
Goiás 1 338 41 % 1 892 -19 % 1 520 57 % 2 393 -25 % 1 792 -24 % 1 346 22 % 1 653
Maranhão 4 003 81 % 7 247 7 % 7 822 -16 % 6 506 -31 % 4 460 -11 % 3 951 23 % 4 880
Minas Gerais 1 933 24 % 2 414 -37 % 1 509 90 % 2 873 -31 % 1 971 -20 % 1 564 75 % 2 739
Mato Grosso do Sul 1 322 -27 % 954 109 % 1 999 7 % 2 153 9 % 2 367 -54 % 1 071 278 % 4 056
Mato Grosso 7 631 34 % 10 267 -15 % 8 695 50 % 13 078 -33 % 8 662 -14 % 7 408 91 % 14 157
Pará 3 092 170 % 8 349 -4 % 7 967 -3 % 7 709 24 % 9 590 -65 % 3 330 198 % 9 952
Paraïba 71 67 % 119 -34 % 78 -6 % 73 -45 % 40 60 % 64 20 % 77
Pernambouc 173 -5 % 164 48 % 244 -63 % 90 36 % 123 -22 % 95 36 % 130
Piauí 1 440 123 % 3 223 -19 % 2 599 -7 % 2 416 -34 % 1 581 85 % 2 933 -25 % 2 176
Paraná 1 298 -23 % 992 20 % 1 196 44 % 1 724 -10 % 1 540 -1 % 1 511 12 % 1 697
Rio de Janeiro 173 101 % 348 -1 % 343 0 % 346 -30 % 241 -41 % 140 182 % 396
Rio Grande do Norte 69 -17 % 57 36 % 78 -28 % 56 23 % 69 21 % 84 -31 % 58
Rondônia 693 210 % 2 151 46 % 3 156 -2 % 3 073 -12 % 2 700 -29 % 1 908 203 % 5 787
Roraima 950 84 % 1 757 -14 % 1 499 136 % 3 541 -82 % 616 221 % 1 981 132 % 4 608
Rio Grande do Sul 890 33 % 1 192 -25 % 894 150 % 2 242 -37 % 1 399 -27 % 1 009 80 % 1 817
Santa Catarina 958 -49 % 481 32 % 635 112 % 1 352 -23 % 1 034 -15 % 873 13 % 988
Sergipe 155 -56 % 68 122 % 151 -53 % 70 -2 % 68 8 % 74 -16 % 62
São Paulo 1 274 46 % 1 872 -42 % 1 078 104 % 2 208 -29 % 1 565 38 % 2 172 -30 % 1 516
Tocantins 4 095 36 % 5 578 -12 % 4 909 50 % 7 375 -32 % 4 995 -23 % 3 829 54 % 5 900
Total 36 545 50 % 55 091 -3 % 53 385 29 % 69 310 -24 % 52 558 -22 % 40 786 84 % 75 336

Impacts

Environnementaux

Carbon monoxide from Amazon fires
Série temporelle du sondeur infrarouge atmosphérique représentant le monoxyde de carbone causé par des incendies dans la région amazonienne du 8 au .

Le panache de fumée des incendies à Rondônia et à Amazonas (à plus de 2 000 km au nord-est) a assombri le ciel sur la plus grande ville du Brésil, São Paulo[10]. Les épaisses fumées sont entrées en contact avec des masses d'air froid et les cendres ont été transportées jusqu'à la côte[29].

L'imagerie satellite a également détecté de grandes quantités de dioxyde de carbone libérées par les incendies et se propageant dans les pays voisins, où normalement la forêt amazonienne stocke et convertit le dioxyde de carbone en oxygène[37]. Le service Copernicus de lutte contre le changement climatique de l'Union européenne a également fait état d'un « pic perceptible » d'émissions de monoxyde et de dioxyde de carbone générées par les incendies[38].

Le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a déclaré : « En cette période de crise climatique mondiale, nous ne pouvons plus nous permettre de nuire davantage à une source majeure d'oxygène et de biodiversité »[39].

En Bolivie, le Bosque seco de Chiquitano, où se trouve la Réserve naturelle de Tucavaca, une réserve de biodiversité où vivent 35 espèces animales endémiques et au moins 55 espèces végétales endémiques, est gravement touché par les incendies, qui lui causent des dommages irréversibles ou impossibles à réparer en moins de 200 ans[40].

Peuples autochtones

En plus des dommages environnementaux, l'agriculture sur brûlis qui provoque ces incendies a menacé les peuples autochtones du Brésil résidant dans la forêt ou à proximité de celle-ci[2]. Des représentants autochtones ont déclaré que les agriculteurs, les bûcherons et les mineurs, encouragés par la politique du gouvernement, ont forcé ces populations à quitter leurs terres, parfois par la violence, assimilant leurs méthodes à un génocide[41]. Certaines de ces tribus ont juré de lutter contre ceux qui sont engagés dans la déforestation afin de protéger leurs terres[42].

Faune

Les scientifiques s'inquiètent du fait que les incendies ont causé la mort d'un grand nombre d'animaux et complètement perturbé leurs habitats naturels, tout en modifiant les conditions climatiques naturelles des vastes zones autrefois boisées[43].

Mazeika Sullivan, professeur associé à l’école de l’environnement et des ressources naturelles de l’Université d'État de l'Ohio, indique que les incendies pourraient avoir des conséquences néfastes sur la faune à court terme car de nombreux animaux vivant dans la jungle ne sont pas adaptés à ce type d'incendie extraordinaire. Les paresseux, les lézards, les fourmiliers et les grenouilles sont les animaux les plus touchés en raison de leur petite taille et de leur faible mobilité. Les espèces endémiques telles que le titi de Milton et le tamarin à selle des Mura seraient également menacées. Les espèces aquatiques pourraient aussi être affectées, les incendies modifiant la composition chimique de l'eau. Les effets à long terme seraient plus catastrophiques. La destruction du couvert dense de la forêt amazonienne par les incendies exposerait ainsi les niveaux inférieurs de l'écosystème, modifiant ensuite le flux d'énergie de la chaîne alimentaire[44].

Dans le sud-est de la Bolivie, environ 500 espèces animales, dont 35 endémiques, sont menacées par les incendies[40]. Le Parc naturel de Otuquis, qui était connu pour sa biodiversité, est dévasté, et de très nombreux animaux sont morts, principalement des mammifères, des reptiles et des escargots géants[45]. Selon les estimations de Sandra Quiroga, professeure à l'université nationale de Santa Cruz qui a consulté les biologistes de Chiquitina, au moins 2,3 millions d'animaux sont morts dans les incendies en Bolivie au 25 septembre 2019[46].

Réponses

La France partage une frontière de 450 km avec le Brésil, et une partie de la forêt amazonienne est située sur le territoire de la Guyane, la forêt guyanaise. L’immigration clandestine importante liée aux différentes crises et à la situation économique en Amérique du Sud est un enjeu électoral important en Guyane. Le président de la République française Emmanuel Macron a qualifié les feux de forêt amazoniens de « crise internationale », en écrivant notamment sur Twitter : « Notre maison brûle. Littéralement »[47] et a appelé la communauté internationale à réagir, notamment les grandes puissances mondiales se réunissant au Sommet du G7 à Biarritz du 24 au [48],[49].

Les incendies se produisent lors des négociations finales relatives à un accord commercial important entre l'Union européenne et le Mercosur, un bloc commercial composé de l'Argentine, du Brésil, de l'Uruguay et du Paraguay. L'accord était en discussion depuis 1999 et les négociations s'étaient accélérées après l'élection du président des États-Unis, Donald Trump[50]. L'Élysée, qui accuse le président brésilien Jair Bolsonaro de n'avoir pas « respecté ses engagements climatiques, y compris en ce qui concerne les incendies », s'oppose à l'accord Mercosur en l'état tant que le Brésil ne s'engage pas à protéger l'environnement, comme il en a été discuté pendant le Sommet du G20 à Osaka (Japon), instance dont est membre le Brésil[51]. Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar annonce dans le même temps la suspension de l'accord[52].

Le ministre des Finances finlandais, Mika Lintilä, suggére l’idée d’une interdiction par l’UE des importations de bœuf brésilien jusqu’à ce que le pays prenne des mesures pour mettre fin à la déforestation[53].

L'OTAN a déclaré que « la forêt tropicale brûlait à un rythme alarmant »[54]. Selon un article de Vox, parmi tous les incendies de forêt de 2019, y compris ceux du Groenland et de la Sibérie, les incendies de la forêt amazonienne sont les plus importants[10].

Dans la soirée du , un déploiement imminent de l'armée brésilienne est annoncé, tandis que, dans la foulée, Donald Trump propose l’aide des États-Unis pour lutter contre les incendies en Amazonie[55].

Gouvernement brésilien

Pronunciamento do Presidente da República, Jair Bolsonaro (cropped)
Le président brésilien, Jair Bolsonaro, a vivement critiqué les réactions internationales face aux incendies de forêt.

À la suite du rapport de l'INPE montrant l'augmentation conséquente de la déforestation au mois de juillet, Bolsonaro déclare d'un ton ferme « les chiffres sont faux ! ». Le 2 août, il limoge le directeur de l'INPE, Ricardo Galvão, un « physicien respecté »[56],[57],[58],[59], accusant celui-ci d'utiliser ces données pour mener une « campagne contre le Brésil »[60],[61],[62].

Le 22 août, Bolsonaro a déploré le manque de moyens nécessaires pour lutter contre les incendies. La veille, il insinua que les ONG environnementales seraient responsables de ce désastre. Il déclara devant des journalistes à Brasilia : « Il pourrait s'agir, mais je ne l'affirme pas, d'actions criminelles de ces ONG pour attirer l'attention contre ma personne et contre le gouvernement brésilien »[29],[61]. WWF Brasil, Greenpeace et l'Institut brésilien de protection de l'environnement contestèrent ces affirmations[12].

Le ministre des Affaires étrangères brésilien, Ernesto Araújo, a également condamné les critiques internationales sur la réaction de Bolsonaro, les qualifiant de « traitement brutal et injuste » à l'égard de Bolsonaro et du Brésil[39].

Le gouvernement s'est également prononcé contre toute surveillance internationale de la situation. Rodrigo Maia, président de la Chambre des députés, a annoncé qu'il constituerait un comité parlementaire chargé de surveiller l'évolution des incendies. En outre, la Chambre réunira une commission générale dans les prochains jours pour évaluer la situation afin de proposer des solutions au gouvernement[63].

Le 27 août, le gouvernement brésilien refuse une aide de 20 millions de dollars pour combattre les incendies, proposée par le G7 aux pays amazoniens[64]. Il conseille aux pays européens d'utiliser « ces moyens pour la reforestation de l'Europe »[65].

En réponse à un rapport du groupe Globo Rural révélant l'implication d'un groupe WhatsApp de 70 personnes à la « journée de feu »[66], Jair Bolsonaro annonce l'ouverture d'une enquête par la police fédérale[67].

Gouvernement bolivien

Les incendies atteignent également la partie bolivienne de l'Amazonie en août 2019, dans l'État de Chiquitano, au sud-est[68]. En plus des pompiers, 500 militaires et 200 policiers sont mobilisés pour lutter contre les flammes[40].

La Réserve naturelle de Tucavaca, située dans le Bosque seco de Chiquitano, réserve de biodiversité endémique, est gravement touchée, des dommages sont infligés à environ 500 espèces animales[40]. Beaucoup de dégâts sont estimés comme irréversibles ou impossibles à réparer en moins de 200 ans[40]. Le 21 août, le vice-président Álvaro García Linera promet de reboiser et d'ouvrir des centres de soin pour les animaux blessés[40].

Le 23 août, le gouvernement bolivien loue un Boeing Supertanker 747-400 bombardier d'eau à une société privée américaine pour lutter contre les incendies[68].

Le 23 août, les gouvernements bolivien et paraguayen mettent en commun leurs moyens pour lutter contre les incendies qui touchent leurs deux pays. Le 25 août 2019, le président bolivien, Evo Morales, en campagne pour sa réélection, suspend la campagne des élections générales le temps de la crise, et accepte l'aide internationale proposée par l'Argentine, le Pérou, le Paraguay, le Chili et l'Espagne[68]. Il demande en outre à son ministre des Affaires étrangères d'examiner la proposition de la France de former une alliance pour la diversité en Amazonie[68]. Il demande aussi une réunion d'urgence des pays de l'Organisation du traité de coopération amazonienne (ACTO)[68].

Au 28 août, le Bolivie a réussi à maîtriser 85 % des incendies sur son territoire[45]. À cette date, plus de 160 000 hectares avaient brûlé, le Parc naturel de Otuquis est dévasté et sa faune très gravement atteinte[45].

Réactions internationales non gouvernementales

Les incendies d'août 2019, et la politique du gouvernement Bolsonaro qui a encouragé la déforestation et a ainsi rendu possible un si grand nombre d'incendies simultanément, ont suscité de vives réactions à l'international.

Internet

Le réseau social Twitter, les hashtags « #PrayforAmazonia » (« Prier pour l'Amazonie ») ou « #ActForTheAmazon » (« Agir pour l'Amazone ») deviennent les deux premières tendances mondiales[69]. Sur Change.org, une pétition en ligne est publiée par l'avocat brésilien Gabriel Santos, qui habite à Rio Branco au cœur de l’Amazonie, pour demander au gouvernement brésilien de plus se mobiliser contre les incendies et pour demander l'ouverture d'une enquête pour en déterminer les causes, est publiée le 21 août[69]. En 48 h, elle avait réuni plus de 2,4 millions de signatures[69].

De nombreuses célébrités et athlètes ont exprimé leurs préoccupations et leurs soutiens à travers Internet[70]. Cependant, beaucoup de ces photographies partagées sur les réseaux sont issues d'événements passés de feux de forêt en Amazonie[71],[72].

L'acteur américain Leonardo DiCaprio, fervent défenseur de l'environnement, annonce faire un don de 5 millions de dollars[73].

Manifestations mondiales devant les ambassades et les consulats du Brésil

Manifestação pela Amazônia, Porto Alegre, 24ago2019
Manifestation à Porto Alegre (Brésil) appelant à la protection de l'Amazonie le .

Le 23 août 2019, à l'appel des mouvements écologistes Extinction Rebellion et Fridays for Future, des manifestations ont lieu devant de nombreux consulats et ambassades du Brésil en Europe[74] et en Amérique[75]. Toutes les manifestations réunissent au moins une centaine de personnes, parfois plusieurs[74]. À Dublin en Irlande et à Copenhague au Danemark, les manifestants occupent les entrées des ambassades[74]. En même temps, deux manifestations de quelques milliers de personnes ont lieu au Brésil même, à São Paulo et à Rio de Janeiro[75]. En réponse aux manifestations, et aux pressions économiques et diplomatiques du président français Emmanuel Macron, une quarantaine de bolsonaristes manifestent devant l'ambassade de France à Brasilia[76].

Notes et références

  1. « Deforestation dropped 18% in Brazil's Amazon over past 12 months », The Guardian, Sao Paulo,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  2. Alexander Zaitchik, « In Bolsonaro’s Brazil, a Showdown Over Amazon Rainforest », The Intercept and Pulitzer Center on Crisis Reporting, (consulté le 21 août 2019)With contributions by Mauro Toledo Rodrigues
  3. « Incendie en Amazonie: La Bolivie et le Paraguay eux aussi en proie aux feux de forêt », sur 20 Minutes (consulté le 23 août 2019)
  4. Andreoni et Hauser, « Fires in Amazon Rain Forest Have Surged This Year », Rio de Janeiro, (consulté le 21 août 2019)
  5. Jeremiah Rodriguez, « As the Amazon burns, Brazil's president draws global outrage », CTV News,‎ (lire en ligne)
  6. Jessie Yeung et Abel Alvarado, « Brazil's Amazon rainforest is burning at a record rate », CNN, Turner Broadcasting System, Inc.,‎ (lire en ligne)
  7. (en-GB) The Visual and Data Journalism Team, « Amazon fires: How bad have they got? », (consulté le 24 août 2019)
  8. BBC, « 'Record number of fires' in Brazilian rainforest », BBC News Online, BBC Online,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Fires in Brazil », sur The Earth Observatory, NASA, (consulté le 23 août 2019)
  10. Irfan, « Amazon rainforest fire: Forests in Brazil, Greenland, and Siberia are burning », Vox, (consulté le 21 août 2019)
  11. Lisandra Paraguassu, « Amazon burning: Brazil reports record forest fires », Euronews,‎ (lire en ligne)
  12. (pt) « ONGs rebatem fala de Bolsonaro sobre queimadas » [archive du ] (consulté le 22 août 2019)
  13. Tom Phillips et Latin America correspondent, « Amazon rainforest fires: Macron calls for 'international crisis' to lead G7 discussions », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  14. « Amazon fires: France and Ireland threaten to block EU trade deal », sur BBC, (consulté le 23 août 2019)
  15. BFMTV - Incendies en Amazonie: Bolsonaro accuse Macron d'avoir une "mentalité colonialiste", l'Élysée répond - 23/08/2019 - « La France est légitime en s'exprimant sur l'Amazonie car c'est un pays amazonien »... « La Guyane a une frontière avec le Brésil et une partie de l’Amazonie est sur son territoire. »
  16. French Minister for Overseas Answer to Jair Bolsonaro - La plus grande frontière terrestre de la France se partage avec le Brésil. La France est un pays amazonien. La forêt amazonienne, ce patrimoine écologique universel, dépasse les frontières des hommes. Nous avons le devoir d'agir, Monsieur Bolsonaro.
  17. Le Monde - Emmanuel Macron assure le chef amazonien Raoni du soutien de la France - 16/5/2019 - « En tant que pays amazonien » avec la Guyane, « la France est naturellement engagée dans la lutte contre la déforestation » et « défend les droits des autochtones, notamment en tant qu’acteurs essentiels de la préservation des forêts et de la biodiversité, et par conséquent engagés dans la lutte contre les dérèglements climatiques »
  18. « Incendies en Amazonie : « Le gouvernement brésilien cherche à tordre les chiffres », selon un spécialiste du pays », Franceinfo, (consulté le 25 août 2019)
  19. (en-US) « Brazil's Space Agency Head Was Sacked for Defending Climate Science », sur The Kootneeti, (consulté le 25 août 2019)
  20. (pt-BR) Carolina Moreno, « Desmatamento na Amazônia em junho é 88% maior do que no mesmo período de 2018 », Natureza, Globo, (consulté le 22 août 2019)
  21. Rachael D’Amore, « Amazon rainforest fires: What caused them and why activists are blaming Brazil’s president », Global News,‎ (lire en ligne)
  22. « Record Amazon fires stun scientists; sign of sick, degraded forests », Mongabay,‎ (lire en ligne)
  23. (pt-BR) Moreno, « Desmatamento na Amazônia em junho é 88% maior do que no mesmo período de 2018 », G1, (consulté le 28 juillet 2019)
  24. (en) « London climate change protesters daub Brazilian embassy blood red », Reuters (consulté le 15 août 2019)
  25. Cereceda, « Amazonas state declares state of emergency over rising forest fires », euronews, (consulté le 22 août 2019)
  26. Gibbens, « Brazil’s Amazon is burning in historic wildfires—and deforestation is to blame », National Geographic, (consulté le 21 août 2019)
  27. (en) « A Record Number of Fires Are Currently Burning Across the Amazon Rainforest », Time (consulté le 22 août 2019)
  28. (en-US) Pearson et Magalhaes, « Fires Destroy Amazon Rainforest, Blanketing Brazilian Cities in Smog », WSJ, (consulté le 22 août 2019)
  29. Futura, « Au Brésil, les incendies géants plongent São Paulo dans la nuit », sur Futura (consulté le 22 août 2019)
  30. « Amazonie : des images saisissantes des incendies, pourquoi c'est grave », sur L'internaute (consulté le 23 août 2019)
  31. Alisha Ebrahimji CNN, « A firefighting Supertanker plane from the US is helping in the Amazon rainforest », sur CNN (consulté le 25 août 2019)
  32. « Madre de Dios: monitorean calidad del aire por incendio forestal en Bolivia y Brasil », sur Perú.21, (consulté le 24 août 2019)
  33. « Gobernador de Madre de Dios pide declarar en emergencia sanitaria tras incendios forestales », sur Perú.21, (consulté le 24 août 2019)
  34. « SEN en alerta máxima por incendios forestales en el Chaco », sur La Nación, (consulté le 24 août 2019)
  35. « La forêt amazonienne est en feu au Brésil, et en Bolivie aussi », sur HuffPost (consulté le 23 août 2019)
  36. (pt-BR) « Situação Atual », sur queimadas.dgi.inpe.br, (consulté le 23 août 2019)
  37. « The Amazon is on fire - how bad is it? », sur BBC, (consulté le 22 août 2019)
  38. Meilan Solly, « Three Things to Know About the Fires Blazing Across the Amazon Rainforest », sur Smithsonian, (consulté le 22 août 2019)
  39. Tom Phillips, « Merkel backs Macron's call for G7 talks on Amazon fires », sur The Guardian, (consulté le 23 août 2019)
  40. « La Bolivie et le Paraguay eux aussi en proie aux feux de forêt », sur sciencesetavenir.fr, Sciences et Avenir, (consulté le 23 août 2019)
  41. Jorge Barrera, « Amazon wildfires part of 'genocide' facing Brazil's Indigenous peoples, advocate says », sur CBC, (consulté le 24 août 2019)
  42. Jake Spring, « Brazil's indigenous people swear to fight for Amazon 'to last drop of blood' », Reuters, (consulté le 24 août 2019)
  43. (en) Katie Pavid, « Experts explain the effect of the Amazon wildfires on people, animals and plants », sur www.nhm.ac.uk, (consulté le 24 août 2019)
  44. Natasha Daly, « What the Amazon fires mean for wild animals », sur National Geographic; Animals, (consulté le 24 août 2019)
  45. « Incendies en Bolivie: pour de nombreux animaux il est déjà trop tard », sur france24.com, (consulté le 28 août 2019)
  46. France Télévision avec AFP, « Bolivie : au moins 2,3 millions d'animaux ont péri dans les feux de forêts », sur francetvinfo.fr, (consulté le 26 septembre 2019)
  47. Greta Thunberg, « 'Our house is on fire': Greta Thunberg, 16, urges leaders to act on climate », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  48. « France's action at the G20 and the G7 », sur diplomatie.gouv.fr (consulté le 9 juin 2018) : « France will preside over the G7 in 2019 »
  49. « Trump trade fury torpedoes Canada's G7 summit », sur France 24, (consulté le 25 août 2019)
  50. « EU and Mercosur agree huge trade deal after 20-year talks », sur BBC, (consulté le 23 août 2019)
  51. « Macron accuse Bolsonaro d'avoir «menti» sur le climat, la France s'oppose à l'accord UE-Mercosur », Le Figaro, (consulté le 23 août 2019)
  52. « Amazon fires: France and Ireland threaten to block EU trade deal », sur BBC, (consulté le 23 août 2019)
  53. « Finland urges EU to consider banning Brazilian beef over Amazon fires », Reuters, (consulté le 24 août 2019)
  54. Brown, « The Amazon rainforest is on fire: Cause, scope, and how you can help - CNET », (consulté le 21 août 2019)
  55. « Amazonie: l’armée va être déployée face aux feux », L'Union, (consulté le 24 août 2019)
  56. « Forest fires in the Amazon blacken the sun in São Paulo - Darkness on the edge of town », sur The Economist, (consulté le 22 août 2019)
  57. Dom Phillips, « Brazil space institute director sacked in Amazon deforestation row », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  58. Jonathan Watts, « Jair Bolsonaro claims without evidence that NGOs are setting fires in Amazon rainforest », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  59. (en-US) Ernesto Londoño, « Bolsonaro Fires Head of Agency Tracking Amazon Deforestation in Brazil », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  60. (pt) « Diretor do Inpe é demitido após desafiar Bolsonaro », sur Congresso em Foco,
  61. Jonathan Watts, « Jair Bolsonaro claims NGOs behind Amazon forest fire surge – but provides no evidence », The Guardian, (consulté le 22 août 2019)
  62. Londoño, Ernesto (A August 2019). "Bolsonaro Fires Head of Agency Tracking Amazon Deforestation in Brazil". The New York Times. ISSN 0362-4331. Retrieved 22 August 2019.
  63. IstoÉ, ed. (22 August 2019). "Secretário-geral da ONU diz estar preocupado com incêndios na Amazônia". 22 August 2019
  64. « Le Brésil rejette l'aide du G7 de 20 millions de dollars pour combattre les incendies en Amazonie », sur francetvinfo.fr, 27 août 2019 (france) (consulté en 26 août 2019 (consulté depuis le mexique avec le décalage horaire))
  65. https://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/amazonie/le-bresil-rejette-l-aide-du-g7-de-20-millions-de-dollars-pour-combattre-les-incendies-en-amazonie_3592161.html
  66. (langue non reconnue : brazilian + pt) « Grupo usou whatsapp para convocar "dia do fogo" no Pará » [archive du ] (consulté le 25 août 2019)
  67. (langue non reconnue : brazilian + pt) « PF investigará se houve convocação para queimadas no Pará em 'dia do fogo' » [archive du ] (consulté le 25 août 2019)
  68. « Incendies en Bolivie: le président accepte l'aide internationale et suspend sa campagne », Sciences et Avenir, .
  69. « Une pétition pour sauver la forêt amazonienne en feu connaît un succès monstre », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 24 août 2019)
  70. Manuela Andreoni, Letícia Casado et Ernesto Londoño, « With Amazon Rain Forest Ablaze, Brazil Faces Global Backlash », sur The New York Times, (consulté le 24 août 2019)
  71. Niraj Chokshi, « As Amazon Fires Spread, So Do the Misleading Photos », sur The New York Times, (consulté le 24 août 2019)
  72. « Dans son message pour l’Amazonie, Macron utilise une photo vieille… d’au moins 16 ans », L'Obs,‎ (lire en ligne) :

    « Une certaine forme de désinformation »

  73. Amante Falkenstein, « Leonardo DiCaprio gives $5m for Amazon rainforest », (consulté le 27 août 2019)
  74. « Amazonie: devant les ambassades du Brésil, des centaines de manifestants anti-Bolsonaro », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 23 août 2019)
  75. « Amazonie: des manifestations pour sauver «les poumons en feu» de la planète », sur journaldemontreal.com, Journal de Montréal, (consulté le 24 août 2019)
  76. « Le Brésil entre en action contre les incendies en Amazonie », sur sciencesetavenir.fr, Science et Avenir, (consulté le 25 août 2019)

Voir aussi

Articles connexes

Droit international

Lien externe

  • Portail des risques majeurs
  • Portail de l’Amazonie
  • Portail de la sécurité civile et des sapeurs-pompiers
  • Portail du bois et de la forêt
  • Portail du Brésil
  • Portail des années 2010
2019 par pays en Amérique

Les événements de l'année 2019 dans les différents pays du continent américain

2017 par pays en Amérique - 2018 par pays en Amérique - 2019 par pays en Amérique - 2020 par pays en Amérique - 2021 par pays en Amérique

Pour les pays d'Amérique du Nord, voir : 2019 au Canada, 2019 aux États-Unis, et 2019 au Mexique.

Amazonie

L’Amazonie (en portugais Amazônia, en espagnol Amazonia) est une région naturelle d’Amérique du Sud. Au sens strict, elle correspond au bassin amazonien, l'immense bassin versant de l'Amazone et de ses affluents. Au sens large, elle comprend aussi le plateau des Guyanes, adjacent au nord et similaire en termes de climat et de végétation. L'Amazonie est couverte en grande partie par la forêt amazonienne. Sa superficie est de 5 500 000 km2.

Le climat amazonien est chaud et humide durant toute l'année. La température moyenne régnant en Amazonie est de 25 °C. Les précipitations moyennes sont de 2 100 mm/an à 2 450 mm/an, avec cependant des zones au nord-ouest atteignant plus de 10 000 mm/an. L'Amazonie est la deuxième plus grande forêt du monde, derrière la taïga et l'une des régions les plus humides de la planète, d'où une grande richesse en biodiversité.

Cette biodiversité est très menacée ; 17 % de la forêt ont disparu en raison des actions humaines. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) a lancé un programme pour sauver l'Amazonie : le Living Amazon Initiative. Il cherche des solutions de rechange avec les gouvernements, les entreprises et les communautés locales afin de protéger la biodiversité en Amazonie. De son côté, l'UNESCO y a fondé plusieurs réserves de biosphère et inscrit le parc national de Manú, le parc national Noel-Kempff-Mercado et le complexe de conservation de l'Amazonie centrale sur la liste du patrimoine mondial.

Au nord de l'Amazonie existe un phénomène très rare : deux bassins fluviaux sont reliés par un cours d'eau naturel qui franchit la ligne de partage des eaux (invisible dans cet espace parfaitement horizontal) : le canal du Casiquiare, qui relie le bassin de l'Orénoque à celui du rio Negro, affluent de l'Amazone.

En portugais ou espagnol, le rio Amazonas, qui donne aussi le nom officiel Amazonas en portugais ou espagnol de plusieurs États ou régions administratives dans les pays traversés par le fleuve, des régions aussi appelées communément « Amazonie » en français. Quoique l'impact de l'Amazonie sur la production d'oxygène soit neutre, elle est souvent et non scientifiquement considérée comme le « poumon de notre planète ». Néanmoins, la poursuite de sa destruction engendrerait de très graves conséquences écologiques, environnementales et humaines, non seulement sur les 200 peuples indigènes (soit près de 1,3 millions de personnes), mais pour l'ensemble de l'humanité et de la vie sur Terre, ayant notamment un fort impact sur le réchauffement climatique.

Australie
Bolivie
Canada
Chili
Chine
Espagne
États-Unis
France
Grande-Bretagne
Grèce
Israël
Italie
Portugal
Russie
Suède
Brésil

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.