Endémisme

L'endémisme caractérise la présence naturelle d'un groupe biologique exclusivement dans une région géographique délimitée. Ce concept, utilisé en biogéographie, peut s'appliquer aux espèces comme aux autres taxons et peut concerner toutes sortes d'êtres vivants : animaux, végétaux ou autres.

Une espèce endémique (ou un taxon endémique) l'est obligatoirement par rapport à un territoire nommé : le koala est endémique de l'Australie, le cyprès de Lambert est un arbre endémique de la Californie (même s'il a ensuite été planté dans le monde entier), l'arganier est un arbre endémique du Maroc.

Les espèces endémiques d'une aire géographique forment un sous-ensemble des espèces présentes naturellement sans que l'homme en soit la cause, appelées espèces indigènes. Mais de nombreuses espèces indigènes peuvent ne pas être endémiques si elles existent naturellement dans d'autres régions de la planète.

Le taux d’endémisme est l'un des indicateurs et éléments d'appréciation de la biodiversité ; par exemple, pour l'Europe, quatre espèces endémiques européennes sur cinq vivent dans la seule zone méditerranéenne[1], aire biogéographique où plus de 50 % des 25 000 espèces de phanérogames et de cryptogames vasculaires vivent (chiffre à comparer aux 15 000 espèces de la flore supérieure d'Australie, qui vivent sur une aire trois fois plus vaste). C'est pourquoi la Méditerranée et ses abords sont considérés comme l'un des « hotspots » planétaires pour la biodiversité.

Hypancistrus zebra4305
Le pléco zèbre (Hypancistrus zebra), espèce endémique du Rio Xingu.

Causes de l'endémisme

L'endémisme peut provenir de deux facteurs :

  • l'apparition de nouvelles espèces, dite « processus de spéciation » liée à l'isolement géographique (divergence progressive des caractéristiques génétiques et/ou morphologiques). On parle parfois d'espèces « néo-endémiques », puisque l'endémisme provient de l'apparition de nouvelles espèces. En général, plus une île ou une île écologique est ancienne plus son taux d'endémisme est élevé (Madagascar au large de l'Afrique, Chypre en Méditerranée[2] ou la Nouvelle-Calédonie dans l'océan Pacifique). La position géographique est également un facteur important ; par exemple Chypre est à la croisée de trois zones biogéographiques (européenne, africaine et asiatiques) ;
  • une espèce peut devenir endémique sur une aire géographique restreinte et isolée si elle a disparu partout ailleurs sur son ancienne aire de répartition ; on parle alors d'espèces « paléo-endémiques ». Par exemple, une formation végétale appelée « Rand Flora » existait en Afrique du Nord et sur les îles Canaries. La désertification a éliminé cette flore du continent africain, mais des vestiges en subsistent sur les îles Canaries. Des invasions biologiques peuvent aussi éliminer une espèce d'un continent alors qu'elle survivra sur des îles isolées. L'avancée de déserts ou des glaciations impliquent certaines migrations vers des zones refuge où des mélanges génétiques d'espèces floristiques, fongiques ou animales (dernièrement lors des épisodes glaciaires du Pléistocène) ont pu induire des phases d’hybridation et de spéciation source d'endémismes locaux[3].

Endémisme région par région

Le phénomène d'endémisme est sous la dépendance du facteur d'isolement davantage représenté dans certains territoires géographiques : île, archipel, péninsule, chaîne de montagnes, montagne, vallée, lac, grotte…

En règle générale, le taux de taxons endémiques d'une région nous indique son degré d'isolement par rapport aux autres territoires. Les massifs montagneux et les lacs peuvent être des zones de fort endémisme. Ainsi, dans le lac Tanganyika, l'endémisme est poussé à l'extrême : les représentants d'une espèce peuvent être inféodés à un rocher, une baie ou un écueil et nulle part ailleurs. Il en va de même dans le lac Malawi.

Les îles sont également des zones de fort endémisme. C'est notamment le cas de Madagascar, de Socotra, mais aussi des Mascareignes. Au sujet de ces dernières, voir l'article Endémisme dans les Mascareignes et les articles liés :

Biologie de la conservation

En biologie de la conservation, la notion d'endémisme est prise en compte comme critère déterminant dans les classifications écologiques utilisées par les organisations internationales de protection de la nature :

Notes et références

  1. Olivier & Cheylan, 1991.
  2. Caloi et al., 1988.
  3. Quézel, 1995.

Voir aussi

  • Portail de la biologie
  • Portail de l’écologie
Endémie

Une endémie désigne la présence habituelle d'une maladie dans une région ou une population déterminée.

Par exemple, l'hépatite A est endémique en Thaïlande. Il est prudent d’être vacciné pour visiter ce pays.

Dans l'ordre d'importance, en fonction du nombre de personnes infectées — ou des zones géographiques affectées — il y a l'endémie, l'épidémie et la pandémie.

Endémisme dans les Mascareignes

Voici une liste de listes d'espèces endémiques des Mascareignes.

Flore endémique des Mascareignes

Flore endémique de La Réunion

Flore endémique de l'île Maurice

Flore endémique de Rodrigues

Faune endémique des Mascareignes

Faune endémique de La Réunion

Faune endémique de l'île Maurice

Faune endémique de Rodrigues

Endémisme en Corse

Comme la plupart des îles méditerranéennes (Sardaigne, Baléares...), la Corse présente un fort taux d'endémisme. Certains taxons sont propres à l'île (espèces ou sous-espèces endémiques strictes) tandis que d'autres ont une aire de répartition un peu plus vaste s'expliquant par l'histoire géologique récente (par exemple les endémiques dites «cyrno-sardes»).

La préservation d'un grand nombre de ces taxons, certains à forte valeur patrimoniale, passe par la mise en place d'espaces naturels protégés, tels que le Parc naturel régional de Corse ou encore diverses réserves naturelles et de biosphère. Certaines de ces espèces et sous-espèces sont par ailleurs protégées au titre de la loi française et de conventions internationales.

Voici une liste des taxons endémiques de la Corse dont les noms scientifiques sont classés selon l'ordre alphabétique. S'ils sont connus, les noms vernaculaires français et corses (en italique) sont mentionnés. Figurent également entre parenthèses la répartition géographique lorsqu'elle inclut des îles ou régions voisines, ainsi que la période supposée d'extinction pour les taxons récemment disparus.

Cette liste n'est pas exhaustive et demande à être complétée.

Endémisme à Hawaï

Situées à quelque 4 000 km (2 400 miles) de la côte continentale la plus proche, les îles d'Hawaii sont l'archipel le plus isolé au monde. La faune et la flore y sont le résultat de l'arrivée et la colonisation épisodique de quelques espèces qui ont lentement évolué dans cet isolement du reste du monde pendant une période d'au minimum 70 millions d'années. En conséquence, l'écosystème hawaiien comporte de nombreuses espèces endémiques. Le nombre d'espèces décrites par Charles Darwin aux Îles Galápagos qui fut décisif pour la formulation de sa Théorie de l'évolution est dépassé dans les îles les plus isolées.

Faune endémique de La Réunion

Comme beaucoup d'îles voisines telles que Madagascar, La Réunion présente un fort taux d'endémisme, même animal.

Voici une liste des espèces animales endémiques de La Réunion, dont les noms scientifiques sont classés selon l'ordre alphabétique. Attention, cette liste n'est pas exhaustive et demande à être complétée.

Faune endémique de Rodrigues

Voici une liste des espèces animales endémiques de Rodrigues, dont les noms scientifiques sont classés selon l'ordre alphabétique.

Attention, cette liste n'est pas exhaustive et demande à être complétée.

Flore endémique de La Réunion

Comme beaucoup d'îles voisines telles que Madagascar, la Réunion, reconnue pour la diversité de ses paysages, présente un fort taux d'endémisme, surtout végétal. La biodiversité est très riche dans le milieu naturel. Ainsi le nombre d'espèces végétales endémiques par unité de surface y serait trois fois supérieur à celui de Hawaï et cinq fois à celui des Galapagos. Il y aurait ainsi 160 plantes à fleurs endémiques dans ce département d'outre-mer français. Ses hauteurs sauvages sont devenues un parc national appelé parc national de La Réunion le 5 mars 2007.

Nombreux sont les villages, lieux-dits ou ravines qui portent le nom d'une plante endémique ou indigène de l'île : Takamaka, Tan rouge, Plaine d'Affouches, Pente Benjoin.

Flore endémique de Rodrigues

Cet article présente une liste des espèces végétales endémiques de Rodrigues, dont les noms scientifiques sont classés selon l'ordre alphabétique.

Attention, cette liste n'est pas exhaustive et demande à être complétée.

Hawaï

Hawaï ou Hawaii (en hawaïen Hawai‘i, prononcé [haˈvaj.ʔi], en anglais Hawaii prononcé [həˈwaɪ(j)i]) est un État des États-Unis. Constitué d'un archipel de 137 îles, il s'agit du seul État américain situé en dehors du continent nord-américain, puisqu'il est situé en Océanie, et de l'un des deux États américains non contigus, avec l'Alaska. Les huit principales îles sont Niihau, Kauai, Molokai, Lanai, Kahoolawe, Maui, l'île d'Hawaï et Oahu, où se trouve la capitale Honolulu. L'archipel fait partie de la Polynésie et se situe dans l'océan Pacifique central, à 3 718 kilomètres au sud de la péninsule d'Alaska, à 3 792 kilomètres à l'ouest-sud-ouest de Punta Gorda, sur la côte californienne, et à 5 713 kilomètres à l'est de l'île d'Hokkaidō au Japon. En outre, il est le 50e et dernier État à avoir été admis dans l'Union, le 21 août 1959. La variété de ses paysages, marqués notamment par un volcanisme très actif (Hualālai, Kīlauea, Mauna Kea, Mauna Loa), un climat tropical humide et un patrimoine naturel endémique en font une destination prisée aussi bien des touristes que des scientifiques.

L'archipel était habité par des peuples polynésiens depuis plusieurs siècles à l'arrivée de l'explorateur britannique James Cook en 1778, qui le baptise Îles Sandwich. Les îles sont unifiées en un royaume vers 1810 par Kamehameha Ier, qui fonde une dynastie qui perdure jusqu'en 1893. Lui succèdent une éphémère République d'Hawaï (1894-1898) et le Territoire d'Hawaï, créé après l'annexion de l'archipel par les États-Unis. En décembre 1941, l'île d'Oahu est le théâtre de l'attaque de Pearl Harbor. Le territoire est dissous en 1959 lorsque Hawaï devient le 50e État américain. Il compte environ 1 360 000 habitants en 2010, principalement dans l'aire urbaine de Honolulu. La population est composée de nombreux groupes ethniques, principalement d'origine asiatique (Philippins, Japonais). Les autochtones hawaïens comptent aujourd'hui pour 22 % de la population.

Situé au cœur de l'océan Pacifique, Hawaï mêle de nombreuses influences culturelles, entre les apports nord-américains et asiatiques, et sa propre culture ancestrale. Proche des cultures polynésiennes et maories, elle demeure très active, notamment autour de traditions musicales. La musique hawaïenne, essentiellement jouée à la guitare hawaïenne et au ukulélé, fut popularisée dans le monde par Sol Hoopii et plus tard par le chanteur Iz. Le mode de vie hawaïen se diffuse également avec la pratique du surf et de la spiritualité locale, le Hoʻoponopono. Ses deux grands parcs nationaux (Parc national des volcans d'Hawaï, Parc national de Haleakalā) et ses nombreuses plages en font une destination touristique majeure. De tradition démocrate, Hawaii est le lieu de naissance du 44e président des États-Unis, Barack Obama.

Indigène (écologie)

En biogéographie, une espèce, un taxon ou une population est définie comme indigène (ou autochtone) à une région donnée ou à un écosystème si sa présence dans cette région est le résultat de processus naturels, sans intervention humaine.

Chaque organisme naturel (par opposition à un organisme domestiqué) a sa propre distribution dans laquelle il est considéré comme indigène. À l'extérieur de cette zone de distribution naturelle, une espèce peut être introduite par l'activité humaine ; c'est alors une espèce introduite.

En botanique, l'indigénat caractérise un taxon, une population ou un groupement végétal dont la présence dans le lieu où il se trouve aujourd'hui est tellement ancienne (notion d'archéophyte) qu'on ne peut présupposer de son caractère natif ou introduit.

Lindmania

Lindmania est un genre de plantes de la famille des Bromeliaceae, originaire d'Amérique du Sud, principalement du Venezuela bien que l'on rencontre quelques-unes de ses espèces au Brésil et une au Guyana. Il porte le nom du botaniste suédois Carl Axel Magnus Lindman (1856-1928).

Malacologie

La malacologie (du grec ancien μαλακός malakos, mou) est la branche de la zoologie consacrée à l'étude des mollusques.

Une subdivision de la malacologie, la conchyliologie, est consacrée à l'étude des mollusques à coquille. Une autre, la teuthologie, est consacrée à l'étude des céphalopodes.

Cette discipline est souvent divisée en malacologie continentale et marine, et sur les continents, les mollusques aquatiques constituent à eux seuls un champ d'étude particulier.

Mont Roraima

Le mont Roraima est une montagne d'Amérique du Sud partagée entre le Brésil, le Guyana et le Venezuela. Il s'agit d'un tepuy, une montagne tabulaire caractéristique du plateau des Guyanes. Délimité par des falaises d'environ 1 000 mètres de hauteur, son plateau sommital présente un environnement totalement différent de la forêt tropicale humide et de la savane qui s'étendent à ses pieds. Ainsi, la forte pluviométrie est à l'origine de formations pseudokarstiques, dont de nombreuses et grandes grottes, ainsi que du lessivage du sol. La flore s'est adaptée à ces conditions climatiques et géologiques avec un fort endémisme et une abondance de plantes carnivores qui trouvent dans les insectes capturés les nutriments absents dans le sol. La faune est peu présente mais marquée elle aussi par un endémisme prononcé, notamment chez les reptiles et les amphibiens. Cet environnement est protégé au sein du parc national Canaima au Venezuela et du parc national du Mont Roraima au Brésil. Le point culminant de la montagne s'élève sur le rebord méridional de la falaise, en territoire vénézuélien, à 2 810 mètres d'altitude ; cette proéminence constitue le plus haut sommet de l'État de Bolívar. Une autre petite antécime constitue le point culminant du Guyana à 2 772 mètres d'altitude dans le Nord du plateau, non loin de la borne marquant le tripoint entre les frontières brésiliennes, guyaniennes et vénézuéliennes.

Découvert et exploré tardivement au XIXe siècle, le mont Roraima n'est gravi qu'en 1884 par une expédition britannique et sa faune, sa flore et sa géologie restent encore largement méconnues malgré de nombreuses campagnes d'étude. Un récit de l'une de ces expéditions a largement inspiré Arthur Conan Doyle pour l'écriture de son roman d'aventures Le Monde perdu en 1912, lui-même à l'origine de nombreux autres ouvrages, films et téléfilms. Avec l'arrivée du tourisme notamment dans les années 1980, le mont Roraima constitue un sommet apprécié des randonneurs en raison de son environnement singulier et de ses conditions d'accès et d'ascension relativement aisées. Celle-ci se fait quasi exclusivement par le côté sud, par un passage naturel à flanc de falaise. L'escalade d'autres faces de la montagne est en revanche très technique mais permet l'ouverture de nouvelles voies.

Paléarctique

Le paléarctique est l'une des huit écozones ou régions biogéographiques terrestres. Elle correspond essentiellement aux écorégions terrestres de l'Europe, de l'Afrique du Nord (jusqu'au Sahel septentrional), des deux-tiers nord de l'Asie (jusqu'à l'Himalaya), et du Moyen-Orient (sauf l'Arabie).

D'un point de vue physique, c'est une écozone de très grande surface, mais relativement peu variée[réf. nécessaire], car de climat essentiellement tempéré ou froid[réf. nécessaire]. Ses parties les plus chaudes ont un climat méditerranéen (tout le bassin méditerranéen) ou subtropical aride (Afrique du Nord). En raison de sa grande surface, elle est souvent subdivisée en deux zones, le paléarctique occidental et le paléarctique oriental, l'Oural constituant la limite entre les deux. Le paléarctique et le néarctique présentent beaucoup de similitudes en ce qui concerne la faune et la flore, en raison des liaisons terrestres du détroit de Béring ayant existé par le passé. Ces similitudes permettent de considérer ces deux écozones comme un seul ensemble appelé Holarctique.

Parc national de Kahurangi

Le parc national de Kahurangi est situé au nord-ouest de l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Fondé en 1996, il a une superficie de 4 515 km², le faisant le second parc national le plus grand du pays. Avant l'année de sa fondation il faisait partie du North West Nelson Forest Park.

On y trouve le point Kahurangi, vu comme la frontière entre les régions de la côte ouest et Tasman. Il y existe un chemin de randonnée, le Heaphy Track, et le mont Owen.

Les visiteurs y font du trekking, du rafting, et de la spéléologie. Au sud du parc, le bassin de l'Oparara est un endroit remarquable par son endémisme et ses arches naturelles.

Salmo trutta

Salmo trutta est une espèce de poissons de la famille des Salmonidés qui correspond à la truite commune européenne. L'espèce est polymorphe. Selon les variétés locales et la situation côtière ou continentale d'un cours d'eau, une proportion très variable des truites qui y naissent peuvent migrer en mer. C'est potentiellement une espèce invasive en Amérique du Nord. Dans la plupart des pays (dont en France, au moins depuis les années 1960), sa pêche est réglementée (permis, dates et lieux de pêche, taille légale, etc.).

Subendémisme

Le subendémisme caractérise chez un taxon :

soit une présence naturelle pratiquement limitée dans une zone géographique ou biogéographique principale, ne débordant que légèrement le territoire voisin ;

soit une présence dans une unique écorégion qui est disjointe en plusieurs entités politiques.Il se distingue de l'endémisme strict, où l'aire de répartition du taxon est uniquement comprise dans le territoire considérée.

Régulièrement, il s'agit d'une notion résultant d'un découpage politique artificiel. Une espèce peut être subendémique dans deux ou plusieurs États tout en étant endémique d'une écorégion particulière. Par exemple : le Lézard des Pyrénées (Iberolacerta bonnali) est une espèce subendémique de France et d'Espagne, bien qu'en réalité ce reptile est caractérisé par un vrai endémisme (en l'occurrence des Pyrénées).

Tepuy

Un tepuy est un haut plateau à contours particulièrement abrupts, fréquent dans la Gran Sabana vénézuélienne et dans les régions voisines (au Guyana, en Guyane française, au Brésil et en Colombie). Ce sont des reliefs tabulaires résiduels (mesa), dont les altitudes s'échelonnent de 1 200 à 3 050 m. Outre leur forme, les tepuys présentent des milieux naturels spécifiques, riches en espèces endémiques en raison de l'isolement de ces reliefs et de leurs contrastes climatiques forts.

Le mot tepuy ou tepui proviendrait de la langue caribe des pemóns et signifierait « montagne ». Il correspond également aux mesa, table mountain et tafelberg (en tant que toponymes, voire en synonymes géomorphologiques) dans d'autres régions du monde.

Épithète spécifique

L’épithète spécifique, parfois appelée nom spécifique, est le second terme du nom binominal ou binôme linnéen, qui correspond au nom scientifique d'une espèce biologique, le premier terme étant le nom générique ou nom du genre.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.