Diocèse

Le diocèse (du latin : diœcesis ou diocesis, qui vient lui-même du grec ancien διοίκησις / dioíkêsis, « administration, gouvernement ») est une circonscription territoriale de l'Empire romain conçue sous Dioclétien, à la fin du IIIe siècle.

Le terme a été adopté par l'Église catholique pour désigner le territoire canonique d'un évêché, qui était initialement appelé paroisse. C'est donc le territoire placé sous la responsabilité d'un évêque. Dans les Églises orthodoxes et les Églises catholiques orientales, on utilise plutôt le mot éparchie : dans les pays slaves orthodoxes sa signification est la même, mais ailleurs, en Grèce notamment, il a acquis une connotation plutôt civile et politique.

Roman Empire with dioceses in 400 AD
Les diocèses dans l'Empire romain, 400 apr. J.-C.

Un sens premier : circonscription de l'Empire romain

Le dioecesis (ou diœcesis, pluriel ou collectif), dans l'Empire romain tardif (à partir de la Tétrarchie fondée par Dioclétien) est une circonscription administrative regroupant plusieurs provinces et sous la responsabilité d'un vicaire, représentant civil de l'empereur ; le diocèse à son tour se décomposait en provinces. Le diocèse était régi par un vicaire du préfet.

Un sens second dans les Églises

Dans le catholicisme, le mot désigne le territoire sur lequel s'exerce l'autorité d'un siège épiscopal c'est-à-dire d'un évêque.

De la période apostolique à 1983

Les apôtres n'ont pas fondé de diocèse. Ils ont fondé des Églises, c'est-à-dire des paroisses, en rassemblant des chrétiens et en les plaçant sous la responsabilité d'un évêque pourvu de la succession apostolique.

Dans les Gaules, on trouve les premiers évêques au chef-lieu des anciennes cités gauloises, devenues circonscriptions romaines, puis laissées en déshérence au Bas-Empire[1]. Elles demeurent le territoire presque inchangé des diocèses jusqu'à la départementalisation à l'époque de la Révolution.

C'est le premier concile de Nicée (premier concile œcuménique) qui a confirmé en 325 ce principe territorial que les apôtres avaient établi aux premiers temps de l'Église.

Dans l'Église catholique depuis Vatican II

Dans l'Église catholique, le diocèse est désormais défini comme une Église particulière, placée sous l'autorité d'un évêque. Un diocèse regroupe plusieurs paroisses territoriales. Il existe cependant des régions qu'on disait Pays de nul diocèse (Nullius dioecesis) parce que les paroisses n'y dépendaient d'aucun évêque[2].

Plusieurs diocèses forment une province ecclésiastique ou encore une province métropolitaine, sous la primauté d'un archevêque.

Selon le Code de droit canonique de 1983, qui reprend les termes du concile Vatican II, le diocèse est « la portion du peuple de Dieu confiée à un évêque pour qu'il en soit, avec la coopération du presbytérium, le pasteur… » (canon 369). La conférence épiscopale précise dans son glossaire : « Diocèse. Peuple chrétien confié à un évêque. Par extension, le territoire correspondant. Le diocèse porte le nom de la ville où réside l'évêque et où se trouve la cathédrale »[3].

Le mot diocèse peut sembler reprendre un caractère profane et désigner simplement un territoire et l'ensemble de sa population, lorsqu'il comprend à la fois des chrétiens et des non-chrétiens. En fait, les évêques avaient aussi la juridiction spirituelle des communautés non chrétiennes qui avaient le droit de résider et de pratiquer leur propre religion dans leur ville, comme les communautés juives, qui relevaient d'une chambre spécialisée de l'Official pour juger en appel du tribunal israélite, des questions matrimoniales ou autres[4].

La signification de cette évolution de sens

Attention donc : évêché et diocèse ne sont pas synonymes.

Archevêque : qui est à la tête d'une province ecclésiastique (plusieurs villes).

Évêque : une seule ville.

Le mot « évêché » peut désigner :

  • soit une Église, communauté eucharistique en un lieu donné autour de l'évêque (ex : « l'ange de l'Église de Smyrne ») ;
  • soit l'institution ou personnalité juridique administrée par le chapitre (ex : « cette terre appartient à l'évêché ») ;
  • soit la résidence de l'évêque, le bâtiment (ex : « l'évêché roman d'Angers ») ;
  • soit la ville où il réside (ex : « Dijon fut érigée en évêché ») ;
  • soit éventuellement le territoire plus justement dénommé le diocèse[5]. Cette acception du mot «évêché» correspond également aux principautés ecclésiastiques du Saint-Empire romain germanique. Il s'agissait de l'aspect politique et temporel de la gestion de territoires. Ainsi, des princes laïques voire protestants ont pu administrer des évêchés (sans pour autant prendre possession du siège épiscopal correspondant).

Le mot diocèse ne désigne, en principe, qu'un territoire et sa population : et on dira « L'évêque entretient de bonnes relations avec les communautés juive et musulmane de son diocèse », « Saint Martin fonda des paroisses rurales à la périphérie du diocèse de Tours ». En fait, dans l'Église catholique romaine, le mot diocèse est depuis très longtemps utilisé pour désigner aussi le siège épiscopal, les églises qui en dépendent, leurs clergés et leurs fidèles[6].

Dans l'Église orthodoxe

Dans l'Église orthodoxe, le diocèse n'est pas une Église[7], puisqu'une communauté orthodoxe ne peut se constituer en Église autonome qu'à la condition d'être tout entière contenue dans les frontières géographiques d'un État (alors qu'une partie de la nation peut vivre à l'extérieur des frontières de cet État). C'est le territoire canonique avec sa population sur lequel l'évêque du lieu, chef d'une Église locale ou d’un diocèse, est le seul au nom duquel sont célébrés les offices liturgiques, dispensés les sacrements et assurés les enseignements de l'Église.

Dans les Églises presbytériennes

Dans les Églises presbytériennes où l'évêque n'est pas nécessaire comme fondement et garant de la communauté eucharistique, les chrétiens baptisés d'un territoire donnés, pourvu qu'ils soient organisés, constituent d'emblée une Église.

Dans l'Église d'Angleterre et l'Église luthérienne

Dans l'Église d'Angleterre, et dans quelques unes des Églises luthériennes, comme celles du Danemark, de Norvège et de Suède, le diocèse a la même signification que dans l'Église catholique.

Notes et références

  1. Voir l'Histoire des Francs, Grégoire de Tours, ou les Lettres de Sidoine Apollinaire
  2. Collection de décision nouvelles de la jurisprudence, Jean-Baptiste Denizart, 9e édition, tome II, p. 105, Ve "Diocèse". Il y avait des paroisses de nul diocèse dans le Morbihan; ses recteurs et ses paroissiens relevaient de la juridiction de l'Abbé de Quimperlé.
  3. Définition du terme diocèse
  4. Le jugement de l'official était lui-même sous appel du Parlement dont les archives contiennent un volumineux contentieux d'annulation de mariages ou de répudiations
  5. Selon la 4e édition du Dictionnaire de l'Académie (1768) : "Évêche : L'étendue, le district d'un diocèse sujet à un évêque. Le terme évêché renferme aussi quelquefois les archevêchés. Se dit aussi de la dignité épiscopale. (Prétendre à l'évêché, aspirer à l'évêché) Dans cette acception, on dit qu'une ville a été érigée en évêché, pour dire qu'on y a établi un nouveau siège épiscopal. Et on appelle évêché toute ville où il y a un siège épiscopal. Il signifie aussi le palais ou la demeure de l'évêque (il est logé à l'évêché, on rebâtit l'évêché)
  6. "Évêque. On nomme évêque, un prélat de premier ordre qui est chargé en particulier de la conduite d'un diocèse pour le spirituel. Dictionnaire de la jurisprudence civile et canonique, Jean-Baptise Denizart, 1775, tome II, page 262, Ve Évêque.
  7. Stéphanos, Jolivalt, p. 261 et 263.

Annexes

Bibliographie

  • Métropolite Stéphanos de Tallinn et de toute l'Estonie et Jean-François Jolivalt, La véritable histoire des orthodoxes d'Estonie, L'Harmattan, (ISBN 978-2336006260)

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du Vatican
  • Portail du catholicisme
  • Portail du christianisme
Archidiocèse

Dans l'Église catholique, un archidiocèse (en latin : archidioecesis) est un diocèse dont l'ordinaire a le titre d'archevêque. La résidence de ce dernier est appelée archevêché. Dans les Églises orthodoxes et les Églises catholiques de rite oriental (Église apostolique arménienne, Église copte, etc.), on utilise plutôt le terme archéparchie.

Les structures administratives d'un archidiocèse, y compris la division territoriale en paroisses, sont les mêmes que celles d'un diocèse. La majorité des archidiocèses ont un rôle métropolitain, rassemblant un groupe territorial de diocèses en provinces ecclésiastiques : les diocèses sont alors appelés suffragants de l'archidiocèse. Certains services plus importants (tel la cour d'appel ecclésiastique, par exemple) sont organisés au niveau des archidiocèses.

Dans l'Église catholique, le diocèse de Rome, dont l'apôtre saint Pierre fut le premier évêque, a un statut particulier. Comme successeur de saint Pierre, celui qui est élu évêque de Rome devient le pasteur universel de l'Église catholique. Autrement dit il est le Pape.

En 2014, il existe, dans l'organisation de l'Église catholique, 4 archidiocèses majeurs, 551 archidiocèses métropolitains et 77 archidiocèses non métropolitains.

Archidiocèse de Lyon

L'archidiocèse de Lyon (en latin : Archidioecesis Lugdunensis) est un des archidiocèses métropolitains de l'Église catholique en France.

Archidiocèse de Paris

L'archidiocèse de Paris (en latin : Archidioecesis Parisiensis ou Archiepiscopatus Nostrae Dominae Parisiensis) est le principal archidiocèse métropolitain de l'Église catholique en France.

Depuis 2018, l'archevêque métropolitain de Paris est Mgr Michel Aupetit qui a pour évêques auxiliaires Mgr Denis Jachiet, Mgr Thibault Verny et Mgr Philippe Marsset. Le cardinal André Vingt-Trois, atteint par la limite d'âge, est archevêque émérite.

Archidiocèse de Sens-Auxerre

L'archidiocèse de Sens (en latin : archidioecesis Senonensis) est une église particulière de l'Église catholique en France. Son siège est la cathédrale Saint-Étienne de Sens.

Érigé dès le Ier siècle, le diocèse de Sens est élevé au rang d'archidiocèse métropolitain au IIIe siècle. Supprimé en 1801, il est rétabli dès 1822 pour le département de l'Yonne. Depuis 1823, les archevêques de Sens joignent à leur titre celui d'évêque d'Auxerre et le nom complet de l'archidiocèse est archidiocèse de Sens (-Auxerre). Depuis 1954, l'abbaye de Pontigny est le siège de la prélature territoriale de la Mission de France. Bien que la Mission de France soit une Église particulière distincte de l'archidiocèse de Sens, le titre de prélat de Pontigny est porté par l'archevêque. Depuis 2002, l'archidiocèse n'est plus métropolitain mais suffragant de celui de Dijon. Depuis le 5 mars 2015, Hervé Giraud est l'archevêque de Sens, l'évêque d'Auxerre et le prélat de la Mission de France.

Diocèse d'Amiens

Le diocèse d’Amiens (en latin : Dioecesis Ambianensis) est un diocèse de l'Église catholique en France.

Érigé au IIIe siècle, c'est un des diocèses historiques de Picardie. En 1789, il couvrait l'Amiénois, le Ponthieu et le Vimeu, trois pays traditionnels de Haute-Picardie. De 1801 à 1822, il couvre les départements de l'Oise et de la Somme. Depuis 1822, il ne couvre plus que celui de la Somme. Suffragant de l'archidiocèse métropolitain de Reims, il relève de la province ecclésiastique de Reims qui couvre les régions Champagne-Ardenne et Picardie.

Son évêque est Mgr Olivier Leborgne, depuis le 20 février 2014

De 1790 à 1801, Amiens fut le siège épiscopal du diocèse du département de la Somme, un des quatre-vingt-trois diocèses de l'Église constitutionnelle créés par la constitution civile du clergé.

Diocèse d'Angoulême

Le diocèse d'Angoulême (en latin de curie : Dioecesis Engolismensis) a été érigé dès le IIIe siècle.

Diocèse d'Annecy

Le diocèse d'Annecy est une circonscription de l'Église catholique romaine en France.

Après le départ de Genève en 1533 de Mgr de La Baume, le premier évêque de Genève qui s'établit à Annecy fut Ange Justiniani en 1568. Genève était passée à la Réforme (Jean Calvin) en 1536. Toutefois, le chapitre des chanoines cathédraux s'installe progressivement à Annecy dès 1535-36. En 1539 au plus tard, le chapitre de la cathédrale est replié à Annecy, à l'exception donc de son évêque. Le diocèse dans sa forme actuelle date de la bulle du pape Pie VII, le 15 février 1822.

Diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes

Le diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes (Dioecesis Evriensis-Corbiliensis-Exonensis en latin) est un diocèse de l'Église catholique romaine française couvrant le département de l'Essonne et une partie des Yvelines, dans la région Île-de-France correspondant à la province ecclésiastique de Paris, sur une superficie de 1 823 km2 et 1 197 258 habitants en 2006. Le siège épiscopal constitué le 9 octobre 1966 à Corbeil-Essonnes est aujourd'hui localisé à Évry-Courcouronnes.

Diocèse de Beauvais

Le diocèse de Beauvais (en latin : Dioecesis Bellovacensis) est un diocèse de l'Église catholique en France. Érigé au IVe siècle, il est le diocèse historique du Beauvaisis, pays traditionnel de Picardie. Supprimé en 1801, il est rétabli dès 1822. Il couvre le département de l'Oise. Il est suffragant de l'archidiocèse métropolitain de Reims. Depuis 1851, les évêques de Beauvais relèvent les titres d'évêques de Noyon et de Senlis. Mgr Jacques Benoit-Gonnin en est l'évêque depuis 2010.

Diocèse de Grenoble-Vienne

Le diocèse de Grenoble-Vienne-les-Allobroges (diocesis Gratianopolitana-Viennensis Allobrogum) est un diocèse français suffragant de Lyon. Son évêque titulaire actuel est S.Exc. Mgr Guy de Kerimel, depuis 2006, qui a succédé à Mgr Louis Dufaux.

Le diocèse de Grenoble a été fondé vers 380, par la décision de l'empereur Gratien. Son premier évêque connu est saint Domnin. Les évêques étaient princes de Grenoble. Le territoire du diocèse s'étendait sur une grande partie du Haut-Dauphiné, mais une partie de la Combe de Savoie (70 paroisses autour de Chambéry) en relevait également jusqu'au début du XVIIIe siècle.

L'ancien diocèse de Vienne serait quant à lui le premier évêché fondé en Gaule, par saint Crescent, compagnon de saint Paul, vers 160. Il s'étendait sur l'essentiel du Viennois (Romans, La Tour-du-Pin...) mais aussi sur le Nord du Vivarais, sur la rive droite du Rhône (Condrieu, Annonay). Les archevêques étaient comtes de Vienne. Le diocèse a été supprimé en 1790. La titulature archiépiscopale a été relevée à la Restauration par l'archevêque de Lyon.

C'est le siège épiscopal de Grenoble qui a été retenu en 1791 pour le diocèse correspondant au département de l'Isère. Sont ainsi placées sous la juridiction de l'évêque de Grenoble des territoires relevant jusqu'alors des diocèses de Vienne (Nord-Isère), mais aussi de Die (Trièves) et de Gap (région de Corps). Douze paroisses de l'archiprêtré de Villeurbanne en sont détachées en 1955 pour rejoindre le diocèse de Lyon. Depuis 2006, sa dénomination complète est diocèse de Grenoble-Vienne des Allobroges.

Les 560 paroisses du diocèse ont été regroupées en 1999 en 46 paroisses nouvelles. En 2010, 228 prêtres sont incardinés dans le diocèse.

Diocèse de Metz

Le diocèse de Metz (en latin : dioecesis Metensis) est une église particulière de l'Église catholique latine en France. Il couvre le département de la Moselle. Son évêché se situe à Metz où l’ancienne abbaye Sainte-Glossinde sert de lieu de résidence à l’évêque et de siège pour l’administration diocésaine (secrétariat, chancellerie, service des archives, service de la communication…), l’officialité (tribunal épiscopal, responsable par exemple des procès de nullité de mariage) et les bureaux des pèlerinages diocésains.

L'évêque titulaire du diocèse est Mgr Jean-Christophe Lagleize depuis 2013. Depuis 2019, Mgr Jean-Pierre Vuillemin est évêque auxiliaire.

Depuis 1874, il est exempt et relève directement du Saint-Siège.

Diocèse de Quimper et Léon

Le diocèse de Quimper et Léon est une circonscription territoriale de l'Église catholique en France, couvrant le département du Finistère. Il fait partie de la province ecclésiastique de Rennes.

Selon le Code de droit canonique de 1983, qui reprend les termes du concile Vatican II, le diocèse est « la portion du peuple de Dieu confiée à un évêque pour qu'il en soit, avec la coopération du presbytérium, le pasteur ».

L'évêque de Quimper et Léon est depuis le 20 juin 2015, Mgr Laurent Dognin ancien évêque auxiliaire de Bordeaux.

Diocèse de Soissons

Le diocèse de Soissons est un diocèse de l'Église catholique romaine française couvrant le département de l'Aisne, dans la région Hauts-de-France correspondant à la province ecclésiastique de Reims. Le siège épiscopal est localisé à Soissons.

Il a été érigé dès le IIIe siècle. Depuis le 11 juin 1901, son nom complet est diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin.

Depuis le 30 octobre 2015, l'évêque du diocèse est Mgr Renauld de Dinechin.

Suffragant

Suffragant signifie littéralement qui participe au suffrage et désigne dans le vocabulaire chrétien un pasteur qui agit non pas de sa propre autorité mais de celle de l'assemblée qu'il représente, pour les catholiques le chapitre métropolitain. L'adjectif sert à préciser, dans la hiérarchie religieuse, qui ou quoi dépend de qui ou de quoi.

Vicaire général

Un vicaire général (appelé aussi VG, autrefois grand-vicaire) est un clerc qui, muni du pouvoir exécutif ordinaire général, seconde un évêque diocésain ou tout autre Ordinaire ecclésiastique qui lui est équiparé, dans l’exercice de son gouvernement au sein du diocèse (ou d’une communauté de l’Église catholique). Dans un diocèse il est nécessairement prêtre.

Église catholique en Hongrie

L'Église catholique en Hongrie (latin : Ecclesia Catholica Hungariae), parfois nommée improprement Église catholique hongroise (hongrois : Magyar katolikus egyház) est la première confession en Hongrie, avec 54,5 % de la population selon le recensement de 2001, dont 2,6 % pour les Églises de rite grec-catholique. L'Église catholique est une union d'églises locales, ou diocèses, en étroite communion avec le pape. Le catholicisme en Hongrie n'est donc pas organisé comme une église nationale soumise à une juridiction nationale, mais un groupe de diocèses au sein de l'« Église universelle ». Il existe une instance de concertation entre les évêques des différents diocèses hongrois : la conférence des évêques catholiques de Hongrie présidée par Péter Erdő.

Église orthodoxe russe

L'Église orthodoxe russe (en russe : Русская православная церковь / Russkaja pravoslavnaja cerkov') ou patriarcat de Moscou (en russe : Московский патриархат / Moskovskij patriarxat) est la juridiction canonique autocéphale de l'Église orthodoxe de Russie et, de fait, d'une partie de la diaspora russe.

Le chef de l'Église porte le titre de « patriarche de Moscou et de toute la Russie » (ou « de toutes les Russies », cette expression remontant à l'époque des principautés russes : il y avait alors plusieurs « Russies » au pluriel, constituant le territoire primaire du Patriarcat). Sa résidence est au monastère Danilov à Moscou. Le titulaire depuis le 27 janvier 2009 est le patriarche Cyrille.

Évêché

L'évêché est, dans la tradition catholique, la plus petite communauté qui puisse être appelée « Église ». D'autres termes ont une signification proche sans être pleinement synonymes : le siège épiscopal, l'Église locale. Les Églises luthériennes de France parlent d'inspection ecclésiastique.

Évêque catholique

Dans la hiérarchie catholique, un évêque est un ecclésiastique qui dirige un diocèse.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.