Buṣeirah

Buṣeirah (arabe : بصيرا) est un site archéologique situé à 10 km de Tafila et à 45 km au nord de Pétra en Jordanie. Il s’agit de la principale ville du territoire d'Édom dans l'Antiquité. Buṣeirah est identifié à la ville biblique de Botsra (ou Bozrah)[1], même si aucune inscription ne permet de le confirmer. Elle est souvent considérée comme la capitale d'Édom[2].

La ville s’étend sur 8 hectares. Elle est habitée à partir de la fin du IXe ou début du VIIIe siècle av. J.-C.. et connaît son maximum de prospérité au VIIe siècle av. J.-C.. Un palais et un temple y sont construits après la conquête assyrienne[3]. C’est le site édomite de Jordanie qui a livré le plus d'artefacts archéologiques. La ville est prise par le dernier roi de l'empire néo-babylonien Nabonide vers -553. Le temple et le palais sont alors détruits[4].

Références

  1. Es 63,1, Jr 49,13
  2. (en) Piotr Bienkowski et Leonie Sedman, « Busayra and Judah : sylistic parallels in the material culture », dans Amihai Mazar (dir.), Studies in the Archaeology of the Iron Age in Israel and Jordan, Sheffield Academic Press, (ISBN 0567194175, OCLC 277006090)
  3. (en) Ephraim Stern, Archeology of the land of the Bible, volume II : The Assyrian, Babylonian and Persian Periods 732-332 BCE, (ISBN 978-0-300-14057-6)
  4. (en) Bradley L. Crowell, « Nabonidus, as-Silaʿ, and the Beginning of the End of Edom », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, no 348,‎ , p. 75-88 (JSTOR 25067039)

Bibliographie

  • (en) Piotr Bienkowski, « Buṣeirah », dans Eric M. Meyers (dir.), Oxford Encyclopaedia of Archaeology in the Ancient Near East, vol. 1, Oxford et New York, , p. 387-390
  • Portail du Proche-Orient ancien
  • Portail de la Bible
  • Portail de l’archéologie
Ein Hazeva

˓Ein Ḥaṣeva ou ˓Ein Ḥaẓeva (en hébreu עין חצבה) est un site archéologique dans le nord de la vallée de la Aravah à 40 km au sud de la mer Morte en Israël. Dans l'Antiquité, le site se trouvait au sud du royaume de Juda. Il est occupé à l'âge du fer par deux forteresses (Xe – VIe siècle av. J.-C.). 500 ans plus tard, les Nabatéens y installent un caravansérail, puis les Romains y construisent un grand fort faisant partie du limes chargé de protéger les frontières de l'empire. Le site occupe un carrefour commercial important entre la mer Méditerranée, la mer Rouge et l'Arabie. Cette situation explique la présence des deux forts judéens et du fort romain. À proximité, on trouve des sources d'eau abondantes. Il est possible que le site corresponde à la ville biblique de Tamar. On a aussi proposé de l'identifier avec le fort romain de Tamara.

Sela

Sela (de se'lah, « pierre ») est un village édomite mentionné dans la Bible hébraïque. Elle est identifiée aux ruines de Silaʿ, à l'est de Tafileh (le Tophel biblique) et près de Bozrah, en Jordanie.

Selon la Bible, elle est située dans la grande vallée s'étendant de la mer Morte à la mer Rouge, elle était établie près du mont Hor, lui-même localisé près du désert de Zin. Quand Amasias prit la ville, il l'appela « Joktheel ». Elle est mentionnée par les prophètes comme condamnée à la destruction.

Plus tard dans l'histoire, elle apparaît sous le nom de Pétra[réf. nécessaire] dans la Vulgate : « Les caravanes de tous les âges, de l'intérieur de l'Arabie et du golfe Persique, de l'Hadramaout sur l'océan, et même de Sabea ou du Yémen, ont pris Pétra comme centre commun ; et de Pétra la marée semble se répandre dans toutes les directions, en Égypte, en Palestine et en Syrie, en passant par Arsinoé , Gaza, Tyr, Jérusalem et Damas, et par d'autres routes, se terminant sur la Méditerranée. »

Édom

Édom est un petit royaume du Proche-Orient ancien situé au sud de la mer Morte, au sud de la Transjordanie et de la Judée, de part et d’autre de la vallée de l'Arabah. Le terme Édom désigne à la fois un peuple, les Édomites, et une région. Comme les royaumes israélite et moabite voisins, le royaume d'Édom apparaît à l'âge du fer. Il perdure pendant trois siècles, du VIIIe au VIe siècle av. J.-C. environ, durant lesquels il se confronte à ses voisins : Juda à l'ouest et Moab au nord.

Les Édomites connaissent leur plus grande prospérité à l'époque assyrienne et babylonienne. Sous la pression des tribus nomades du désert, leur position se fragilise en Transjordanie. Alors que le royaume de Juda s'affaiblit, ils s'installent graduellement au sud de la Judée. L'installation continue de populations arabiques finit par les rendre minoritaires dans leur territoire historique. À partir de la période perse achéménide, le terme apparenté « Idumée » est utilisé pour désigner une région du nord du Néguev et s'étendant dans la Shéphélah, peuplée d'Édomites ou Iduméens.

Comme pour les Israélites, l'origine des Édomites est obscure. Contrairement aux Israélites, les Édomites n'ont pas laissé de littérature semblable à la Bible hébraïque. Les sources contemporaines assyriennes et égyptiennes donnent peu d'information sur Édom. La Bible quant à elle rapporte des traditions biaisées et plutôt hostiles. Selon la Bible, son ancêtre fondateur serait Ésaü, frère de Jacob. Il est allégoriquement identifié dans la tradition juive avec l'empire romain, et plus tard, avec la chrétienté.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.