Bibliographie

Une bibliographie est une liste structurée de références d'ouvrages ou d'autres documents, notamment d'articles de revues, ayant un sujet commun. L'existence d'autres supports de communication a fait apparaître, sur le même modèle, les termes de filmographie, de discographie et de webographie.

Une bibliographie se différencie d'un inventaire et d'un catalogue, en particulier des catalogues de bibliothèques destinés non pas à identifier des publications mais à les repérer et surtout en localiser des exemplaires dans une ou plusieurs bibliothèques.

La discipline qui s'occupe des bibliographies, c'est-à-dire des répertoires de références de livres, s'appelle aussi bibliographie. Une bibliographie est une liste de références de livres, tandis que la bibliographie est « la discipline concernant la recherche, le signalement, la description et le classement des textes imprimés ou multigraphiés dans le but de constituer des répertoires de livres destinés à faciliter la recherche intellectuelle »[1]. Le mot bibliographie désigne ainsi la science bibliographique ou un répertoire bibliographique : la mise en œuvre et l'objet qui en résulte. Au XIXe siècle, on retrouve plusieurs initiatives développées en France et en Belgique autour de ces deux acceptions : l'Office international de bibliographie[2] créé en 1895 par Paul Otlet et Henri La Fontaine et le Bureau bibliographique de Paris initié par le général Hippolyte Sebert et ses collègues belges.

Étymologie et significations

Le mot « bibliographie » vient du grec ancien biblio (« livre ») et graphie (« écrire »).

Le terme bibliographie, normalement associé aux ouvrages relatifs à un sujet, est souvent utilisé, à tort dans la langue française, par capillarité du terme anglais bibliography, pour désigner la liste des ouvrages publiés par un auteur. Une liste des œuvres d'un auteur peut être qualifiée de bibliographie lorsque cette liste est détaillée, donne les différentes éditions d'un même ouvrage, les variations, indique exhaustivement les auteurs de préfaces, d'avant-propos, etc., c'est-à-dire qu'elle se consacre à l'étude de la liste des œuvres d'un auteur, ce que n'est pas une simple liste des titres des ouvrages avec leur année de publication. À ce titre les travaux scientifiques consistant à reconstituer l'œuvre d'un auteur par description précise et, le cas échéant, étude de ses livres, constitue une bibliographie thématique rétrospective.

Chez les bibliothécaires, on appelle bibliographie l'ensemble des techniques de description des documents (appelées aussi catalogage, voir catalogue de bibliothèque) et de recherche documentaire.

La bibliographie matérielle désigne un domaine de la recherche appelé parfois aussi bibliologie. Elle consiste dans l'étude de la matérialité du livre et recouvre, par exemple, l'étude du matériel typographique utilisé (fontes, matériels de décoration en tous genres), des faux et des contrefaçons.

Histoire

Disciple d’Aristote, Démétrios de Phalère, fondateur de la fameuse Bibliothèque d'Alexandrie vers 300 av. J.-C., institue deux disciplines, la bibliographie et la muséographie.

« Le médecin grec Galien, en écrivant au IIe siècle le De libris propriis, donne la première expression de l'idée bibliographique qui équivaut à “liste d’œuvres”... Les hommes instruits qui se préoccupent, au XVe siècle, de rassembler les titres de livres nouvellement imprimés suivent d'abord la tradition. Le premier d'entre eux est un abbé du monastère des Bénédictins de Spannheim, en Prusse, Johann Tritheim, dont le Liber de scriptoribus ecclesiasticis paraît à Bâle en 1494[3]. »

Types

Une bibliographie thématique regroupe des documents portant sur un même thème. Une bibliographie systématique (ou générale) regroupe des documents parus dans un même lieu ou à une même date.

Une bibliographie courante paraît à intervalles réguliers. Le développement de l'informatique, et surtout d'internet, a transformé de nombreuses bibliographies courantes en bases de données bibliographiques qui sont cumulatives et mises à jour en permanence.

Une bibliographie signalétique ne donne que les caractéristiques essentielles du document. Une bibliographie analytique en donne une description qui se veut neutre. Une bibliographie critique émet un jugement sur les documents listés.

Une bibliographie rétrospective décrit des documents publiés dans le passé.

Une bibliographie exhaustive décrit tous les livres publiés dans le cadre thématique, chronologique ou géographique retenu ; elle s'oppose ainsi à une bibliographie sélective. Une bibliographie sommaire propose une description réduite des ouvrages concernés, souvent sous la forme appelée « short-title » à l’instar des catalogues publiés par la British Library de Londres au milieu du XIXe siècle.

Bibliographies thématiques

Les bibliographies thématiques sont les plus connues des non-spécialistes. Elles peuvent prendre différentes formes, soit comme document distinct, soit à l'appui d'un autre document. On peut ainsi trouver des bibliographies à la fin d'un ouvrage, d’une thèse, d'un article de revue scientifique ou d'encyclopédie. Elles donnent la liste des documents utilisés pour réaliser le travail de recherche. Les bibliographies isolées peuvent être des documents donnés par des enseignants, surtout dans l'enseignement supérieur.

Certaines bibliographies sur des sujets importants peuvent prendre la forme d'un livre entier.

  • Ex. : Juan García-Durán, La Guerra civil española : fuentes, archivos, bibliografía y filmografía, Crítica, Barcelone, 1985 (ISBN 84-7423-266-X)

Des bibliographies exhaustives sont publiées sur les principaux auteurs, ou bien sur des éditeurs ou imprimeurs.

Il peut exister des bibliographies courantes dans un domaine particulier. La plupart ont pris la forme de bases de données, comme MEDLINE, Pascal, Francis, Index Theologicus ou les Chemical Abstracts de Chemical Abstracts Service.

Bibliographies systématiques

Les bibliographies systématiques regroupent des références de documents quel que soit leur sujet, mais qui ont été publiés dans un lieu et à une époque donnée. Certaines peuvent être rétrospectives, une des plus connues étant celles de Conlon sur les livres parus en France de 1680 à 1789 : il s'agit de deux bibliographies rétrospectives non exhaustive, décrivant uniquement les premières éditions des œuvres de littérature.

Toutefois, la plupart des bibliographies sont des bibliographies courantes, soit commerciales, soit officielles. Chaque pays publie en général sa bibliographie nationale grâce au dépôt légal qui permet en principe de voir passer l'ensemble des publications parues dans un pays donné. L'Unesco tente, de cette manière, de faciliter un contrôle bibliographique universel. Les bibliographies nationales des pays développés, à l'image de la bibliographie nationale française, sont généralement diffusées en ligne.

Normes de présentations bibliographiques

Il existe deux principales normes de présentation bibliographique, l'ISBD orientée vers le catalogage et la norme ISO 690, adaptée en France à travers la norme AFNOR NF Z 44-005-2, orientée vers l'édition.

Dans le cas le plus simple une référence bibliographique se présente ainsi :

Norme ISBD
Titre : Sous-titre / Prénom et nom de l'auteur. – Lieu d'édition : éditeur, année d'édition. – Nombre de pages ; Format.
ISBN
Norme ISO 690[4]
  • Pour une monographie : NOM (Prénom), Titre, Lieu d'édition : éditeur, année d'édition.
  • Pour une contribution dans une monographie : NOM (Prénom), « Titre de la contribution », in NOM (Prénom), Titre de la monographie, Lieu d'édition : éditeur, année d'édition, pages de la contribution dans la monographie.
  • Pour un article : NOM (Prénom), « Titre de l'article », Titre de la publication, tomaison, année, page(s).

Termes et abréviations bibliographiques

Les références bibliographiques font couramment appel à des termes, ou à leur abréviation, d'origine latine :

  • cf. (de confer) / comparer (« cf. » ne s'écrit normalement pas en italique) (ne pas confondre avec v. vide, voir) ;
  • in / dans ;
  • infra / ci-dessous ;
  • supra / ci-dessus ;
  • op. cit. (de opere citato) / dans le (dernier) ouvrage cité ;
  • sq. (de sequiturque), au pluriel sqq. (de sequunturque) / et suivante(s) (abrégé et suiv.) ;
  • ibidem - abrégé ibid. - pour signaler qu'il s'agit du même auteur, du même titre, et du même passage que ceux d'une note précédente ;
  • loco citato - abrégé loc. cit. - s'emploie à la place d'ibid. ;
  • et al. (de et alii) / et les autres, permet de ne mentionner que le(s) premier(s) auteur(s) d'un ouvrage écrit à plusieurs mains sans précision de genre (et alii : les auteurs ne sont que des hommes, et aliae : ils ne sont que des femmes) ;

Pour les indications d'édition et de publication, on peut remplacer les inconnues par les abréviations suivantes :

  • s.n. : (sine nomine) sans nom (de maison d'édition) ; indique que le nom de l'éditeur n'apparaît pas sur le document
  • s.l. : (sine loco) sans lieu (de publication) ;
  • s.d. : (sine data) sans date (d'édition) ;
  • s.l.n.d. : sans lieu ni date (l'expression date d'avant les normes ISO qui imposent désormais l'ordre "lieu : éditeur, année").

Les abréviations suivantes sont également employées :

  • art. pour article (par exemple article de loi) ;
  • chap. pour chapitre ;
  • col. pour colonne ;
  • cop. pour copyright (à défaut de date de dl) ;
  • coll. pour collection (mais confusion possible avec collaborateur(s) ou Collectif);
  • dl ou DL pour dépôt légal ;
  • éd. pour éditeur ou édition ;
  • fol. ou ou plus simplement et plus couramment f. pour feuillet ;
  • ill. pour illustration (fig. ne s'emploie plus) ;
  • ms. (mss au pluriel, sans point) pour manuscrit ;
  • no ou n. pour numéro (C'est un o en exposant, et non le symbole degré (°) qu'il faut utiliser. Le o étant la dernière lettre de numéro) ;
  • p., pp. pour page(s) (L’abréviation française de page est p., pp. est un anglicisme typographique) ;
  • paragr. ou § pour paragraphe ;
  • t. pour tome ;
  • vol. pour volume ;
  • ro pour recto (idem que pour numéro) ;
  • vo pour verso (idem que pour numéro).

Bibliographie

  • Louise-Noëlle Malclès, La bibliographie, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » (no 708), , 134 p.

Notes et références

  1. Louise-Noëlle Malclès, La Bibliographie, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », , p. 11
  2. Andrée Despy-Meyer, 1895-1995, Cent ans de l'Office International de Bibliographie, Mons, Editions Mundaneum, (ISBN 2-930071-05-2)
  3. Louise-Noëlle Malclès, La Bibliographie, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », , p. 7
  4. « Le norme ISO 690 (7-44005) » sur revues.refer.org.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Sciences de l’information et bibliothèques
Alethinophidia

Les Alethinophidia sont un infra-ordre de serpents.

Armateur

L'armateur est la personne qui possède à ses frais un ou plusieurs navires marchands ou de pêche, ce qui lui confère des responsabilités particulières, notamment en matière de sécurité maritime.

En France, les armateurs ont créé leur propre organisation professionnelle, « Armateurs de France ».

Dans 21 des pays de l'Union Européenne, il y a des organisations similaires. En 1965, elles se sont associées dans le Comité des Associations d'Armateurs des Communautés Européennes (CAACE ; depuis 1990 ECSA = European Community Shipowners' Associations).

Avril

Avril est le quatrième mois des calendriers julien et grégorien. À l’origine, c’était le deuxième mois du calendrier romain.

Biographie

Une biographie (une bio), du grec ancien βίος, « la vie » et γραφή, « écrire », est un écrit qui a pour objet l'histoire d'une vie particulière ou d'un événement dans la vie du protagoniste. Elle peut être écrite par la personne elle-même (autobiographie) ou par une autre personne.

Critique littéraire

La critique littéraire est l'étude, la discussion, l'évaluation et l'interprétation de la littérature. Elle peut prendre la forme d'un discours théorique s'appuyant sur la théorie de la littérature ou bien d'un discours plus circonstancié, de présentation ou de compte rendu d'une œuvre littéraire (souvent sous une forme journalistique lors de sa parution). Ces deux acceptions ne sont pas diamétralement opposées bien que la seconde se distingue par le jugement qu'elle porte sur les œuvres étudiées.

Dargaud

Dargaud est une maison d'édition spécialisée dans la bande dessinée, fondée par Georges Dargaud en 1936. La société éponyme fait partie depuis la fin des années 1980 du groupe Média-Participations.

Dessinateur

Un dessinateur (au féminin : une dessinatrice) est une personne pratiquant le dessin. Le dessin résultant du travail d'un dessinateur peut être : artistique, documentaire, technique, ou une base de travail pour d'autres professionnels.

Devise (phrase)

Une devise est une phrase courte ou une expression symbolique décrivant les motivations ou les intentions d'un individu, d'un groupe social, d'une organisation ou d'une institution, qui la choisit pour suggérer un idéal, comme règle de conduite ou pour rappeler un passé glorieux.

Dramaturge

Un ou une dramaturge écrit les pièces de théâtre, la dramaturgie étant l’étude ou l’art de la composition théâtrale.

Cette dernière se pratique aussi au cinéma, et on peut donc également parler de la dramaturgie d'un film, les règles d'écriture d'un scénario pouvant s'apparenter à celles du théâtre. Au cinéma, le « conseiller dramaturgique » devient un « script nurses ».[réf. nécessaire]

Entomologiste

Un entomologiste est un scientifique, professionnel ou amateur, qui pratique l'entomologie ou étude des insectes.

Extrême gauche

Le terme extrême gauche est employé pour classer des individus, des groupes, des mouvements, des organisations et des partis politiques historiquement les plus à gauche du spectre politique même s'il n'existe pas de définition qui puisse réellement circonscrire l'extrême gauche en termes de valeurs ou d'organisations.

Néanmoins, l'extrême gauche milite avant tout pour le renversement du capitalisme par la révolution pour l'instauration d'une société égalitaire. Elle regroupe donc un ensemble de mouvements de gauche comme le communisme, le marxisme, le maoisme, le trotskisme, le léninisme ou encore l'internationalisme et certains courants de l'anarchisme.

Les courants politiques désignés comme d'« extrême gauche » rejettent parfois cette appellation qui peut être interprétée comme une assimilation avec l'extrémisme. Le terme se réfère à l'origine aux emplacements respectifs des partis dans les assemblées parlementaires ; or, certains courants d’extrême gauche rejettent le parlementarisme (d'autres la formation de parti elle-même). En effet, il faut distinguer d'une part l'étymologie et le sens originel du terme extrême gauche, avec d'autre part le sens actuel d'extrême gauche.

Gare

Une gare, dans un réseau de transport en commun, est un lieu destiné à la montée et à la descente des voyageurs. Elle se distingue généralement d'un simple arrêt par son envergure et ses équipements.

Ichtyologie

L’ichtyologie (des termes grecs: ἰχθύς, ikhthus, « poisson » ; et λόγος, logos, « discours ») est la branche des sciences naturelles qui étudie les poissons des points de vue phylogénétique, morphologique, anatomique, physiologique, écologique, éthologique et systématique.

Les animaux étudiés par les ichtyologistes sont les poissons osseux (Osteichthyes), les poissons cartilagineux (Chondrichthyes) et les agnathes (différenciés des poissons mais vivant en milieu aquatique). Les poissons ont traversé des millénaires d'évolution, et on recense autant d'espèces que tous les vertébrés regroupés. Si la plupart des espèces sont certainement aujourd'hui connues et décrites, l'étude biologique et la physiologie comportementale des poissons restent un domaine ouvert.

L'ichtyologie fait appel à la biologie marine, à la limnologie et à l'océanographie. L'étude des poissons fossiles s'appelle la paléoichtyologie.

Longueur hors-tout

La longueur hors-tout ou longueur d'encombrement, en général notée LHT ou LOA pour Length over all, est une mesure d'un bateau utilisée en architecture navale. Elle correspond à la distance entre les points extrêmes avant et arrière de la structure permanente du bateau.

Ceci inclut les éventuels espars tels que le beaupré ou une queue de malet ainsi que les balcons. En revanche, les grues ne sont en général pas incluses.

Cette mesure est notamment utilisée pour allouer l'espace dans un port ; en revanche, pour les calculs de vitesse ou de jauge c'est la longueur de flottaison ou la longueur entre perpendiculaires qui est utilisée.

Ce terme est également utilisé en architecture et dans la construction en général, de la même manière. Il désigne la mesure d'encombrement totale d'un objet (par exemple une huisserie) et donc l'espace minimal nécessaire (hors jeux) pour l'insérer quelque part.

Maître-bau

Le maître-bau d'un navire correspond à sa plus grande largeur (beam en anglais).

Morphological Catalogue of Galaxies

Le Morphological Catalogue of Galaxies (MCG), ou Morfologiceskij Katalog Galaktik ( « Catalogue morphologique des galaxies » ), est un catalogue de galaxies russe d'environ 34 000 galaxies compilé par Boris Vorontsov-Velyaminov et V. P. Arkhipova, et publié entre 1962 et 1974. Il est basé sur un examen approfondi de tirages des plaques du Palomar Observatory Sky Survey (POSS), et est réputé complet jusqu'à une magnitude photographique de 15.

Musicologie

La musicologie (en allemand : Musikwissenschaft) est l'étude scientifique de la musique. Elle forme un domaine des sciences humaines. Un chercheur qui participe à cette étude est un musicologue. Le terme provient du grec μουσική [mousikē] (« musique ») et -λογoς [-logos] (« connaissance, étude »).

Depuis le XIXe siècle, la musicologie a été souvent subdivisée en deux domaines : musicologie historique et musicologie systématique. Cette subdivision avait été officialisée dans un article du musicologue autrichien, Guido Adler, « Étendue, méthode et buts de la musicologie » (1885), dans lequel il propose le tableau suivant :

Au XXe siècle, la dernière colonne de ce tableau, qu'Adler avait nommée en allemand simplement Musicologie (à opposer à Musikwissenchaft), est devenue un domaine distinct, celui de l'ethnomusicologie. Pour le reste, la musicologie d'Adler paraît concerner surtout la musique occidentale.

Adler donne aussi une liste de disciplines annexes ou de sciences auxiliaires :

pour la musicologie historique, histoire générale, paléographie musicale, chronologie, diplomatique, bibliographie, bibliothéconomie, archivistique ; histoire littéraire, linguistique ; histoire de la liturgie ; histoire du mime et de la danse ; biographie des musiciens, statistiques des associations, des institutions et des exécutions musicales.

pour la musicologie systématique, acoustique, mathématiques ; physiologie (perception du son) ; psychologie (représentation du son, éléments du son, sensation du son) ; logique (pensée musicale) ; grammaire, métrique, poétique ; pédagogie ; esthétique, etc.Aujourd'hui, on peut y ajouter encore la sociologie ou les sciences cognitives.

Au XXIe siècle, la musicologie semble se diviser en trois disciplines principales : la musicologie historique, la théorie et l'analyse musicales, et l'ethnomusicologie, complétées par de nombreuses disciplines annexes.

Patronyme

Le mot « patronyme », d’origine grecque, signifiant étymologiquement « nom du père », a été introduit dans la langue française au sens large de « nom commun à tous les descendants d'une race et tiré du nom de celui qui en est le père ». Le patronyme d'une personne n'est donc pas toujours son nom de famille.

Résistance française

La Résistance française, souvent considérée comme synonyme de résistance intérieure française, comprend aussi la résistance extérieure organisée par la France libre. C'est pendant cette période complexe qu'est apparu, entre autres, le réseau des Francs-tireurs et partisans (FTP), créé par la direction du Parti communiste français, à la fin de l'année 1941.

Stade

Un stade (du grec ancien : στάδιον stadion, du verbe ἵστημι istêmi, « se tenir droit et ferme ») est un équipement culturel à but sportif.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.