Beth Midrash

Un Beth Midrash (hébreu : בית מדרש ; appelé aussi Beis Medrash, Beit Midrash, pl. batei midrash ou botei medrash) est un centre avancé d'études de la Torah.

Structure

BaisMedrashInterior
Une typique Beth Midrash, Yeshivas Ner Yisroel (en), à Baltimore.

La maison de l'apprentissage se réfère à une salle d'étude, dans une synagogue, une yeshiva, un kollel, ou dans un autre bâtiment. Elle est distincte de la synagogue, bien que de nombreuses synagogues utilisent des batei midrash et vice versa.

Généralement, il y a des bancs ou des chaises et des tables, où les livres servant à l'étude sont placés.

Un beth midrash possède plusieurs centaines de livres, dont au moins plusieurs copies de l'ensemble du Talmud, de la Torah, de Siddurim (en) (livres de prières), Choul'han Aroukh, Mishneh Torah, Arbaah Turim et d'autres ouvrages fréquemment consultés.

Dans les temps modernes, les batei midrash se trouvent habituellement que les halls centraux de l'étude des écoles talmudiques ou de kollels, les deux institutions d'étude de la Torah. L'emplacement et l'institution d'étude sont souvent interchangeables, de sorte que dans le langage populaire, yeshivot sont parfois désignées comme batei midrash. Un beth midrash peut également être logé dans une synagogue, ou vice versa.

Liens internes

  • Portail de la culture juive et du judaïsme
  • Portail de l’éducation
Alexis Blum

Alexis Blum (1942, Limoges-) est un grand-rabbin français contemporain, rabbin à Reims, puis à Paris et à Neuilly-sur-Seine.

Années 210

IIe siècle |

IIIe siècle |

IVe siècle

Années 190 | Années 200 | Années 210 | Années 220 | Années 230

210 | 211 | 212 | 213 | 214 | 215 | 216 | 217 | 218 | 219

Binyamin Lau

Binyamin Zvi (Benny) Lau (né le 20 octobre 1961 à Tel Aviv) est un rabbin israélien. Il dirige la synagogue Ramban dans le quartier de Katamon à Jérusalem, il crée aussi le projet 929 pour l'étude de la Bible en Israël. il est aussi chercheur à l'Institut Israelien de la Démocratie.

Brouria

Brouria (en hébreu ברוריה) est l'une des sages du Talmud et l'une des rares femmes citée dans la Gémara.

Dynastie hassidique de Bobov

Les Hassidim de Bobov (yiddish : חסידות באבוב) sont les adhérents et membres de la dynastie hassidique de Bobov, c'est-à-dire originaire de Bobowa, une ville galicienne dans le sud de la Pologne.

Leur centre actuel se trouve dans les environs du Borough Park de Brooklyn. Les Bobover possèdent également des branches dans la section Williamsburg de Brooklyn, à Monsey, Miami, Montréal, Toronto, Anvers et Londres.

En Israël, les Bobover ont établi des branches à Jérusalem, Bnei Brak, Ashdod, Betar Illit et une enclave, Kiryat Bobov, à Bat Yam.

La synagogue de Bobowa, vandalisée pendant la Seconde Guerre mondiale, a été restaurée et est utilisée régulièrement lors des pèlerinages organisées par les Hassidim de Bobov sur les tombes de leurs Rebbe.

Histoire des Juifs à Białystok

Białystok est une ville polonaise de la voïvodie de Podlachie, située près de la frontière russe. Rattachée au royaume de Prusse en 1795, elle passe sous contrôle russe en 1807. Allemande en 1915, biélorusse en 1918, elle fait partie de la Pologne de 1920 à 1939. Envahie par l'Allemagne nazie en 1940, elle est cédée à l'Union soviétique à la suite du Pacte germano-soviétique. Le 27 juin 1941, cinq jours après le début de l'opération Barbarossa, elle tombe aux mains de l'Allemagne nazie qui immédiatement met en place la procédure de liquidation de la population juive.

Les Juifs sont présents à Białystok dès le XVe siècle, mais deviennent majoritaires lors du développement industriel et commercial de la ville à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, atteignant le nombre de 61 500 personnes. À la suite du pogrom de 1906, de nombreux Juifs émigrent principalement aux États-Unis. L'occupation de la ville par les nazis lors de la Seconde Guerre mondiale, conduit au massacre de la presque totalité de la communauté. Une petite communauté se reforme après la guerre, mais disparait à la suite des campagnes antisémites de 1968.

Jacob Barit

Jakob Barit, né le 12 septembre 1797 à Simno dans le gouvernement de Suwalki, sous domination prussienne puis à partir de 1815 sous domination russe, et décédé le 6 mars 1883 à Vilna à l'âge de 84 ans, est un talmudiste russe et dirigeant communautaire juif. Il est connu aussi sous le nom de Yankele Kovner.

Kiryat-Yéarim

Kiryat-Yéarim ou Kiryat Ye'arim ((he) קִרְיַת יְעָרִים, ville des forêts) est un village israélien dépendant du conseil local du district de Jérusalem, installé dans les Monts de Judée à une altitude moyenne de 700 mètres, sur la route principale reliant Tel-Aviv à Jérusalem. Il est situé entre Abou Gosh et Neve Ilan.

En 1975, un quartier d'habitation pour un public religieux y a été fondé sous le nom de Kiryat Telz Stone. Le nom de Telz fait référence à une ville de Lituanie célèbre pour avoir abrité la yeshiva de Telshe (aujourd'hui Telšiai). Stone est le nom d'un donateur juif, Erving Stone, qui a contribué à la construction du lieu.

Kiryat-Yéarim (Telz Stone) possède un mausolée commémorant le souvenir du général Mickey Marcus, tombé sur les lieux en 1948, lors de la Guerre d'Indépendance.

Les environs de Kiryat-Yéarim sont aujourd'hui boisés, grâce aux pins plantés par le KKL. On y trouve également de nombreux tamaris.

Le 8 février 2017, la presse y annonce de prochaines fouilles archéologiques.

Presbyter Judaeorum

Le Presbyter Judaeorum était le chef officiel des Juifs d’Angleterre (en) avant l'édit d’expulsion promulgué en 1290 par le roi Édouard Ier d'Angleterre. Une fois nommé, le titulaire occupait le poste jusqu'à sa mort, à l'exception de deux ou trois cas, où le titulaire a démissionné ou a été congédié.

Prynne, dans son "Demurrer" (ii. 62), affirme que le Presbyter Judaeorum n'était qu'un simple officier séculier de l'Échiquier des Juifs (en) ayant une charge de contrôleur, alors que Tovey ("Anglia-Judaica", p. 53-63) soutient que l'utilisation des termes de "sacerdos" et "pontifex" comme synonyme de l'office montre son caractère ecclésiastique.

Entre 1199 et 1290, il n'y a eu six Presbyter Judaeorum, le premier connu étant Jacob de Londres (en), nommé en 1199; les suivants ont été nommés à la faveur d'Eleanor de Provence, reine d'Angleterre de 1236 à 1272 (" Rymer Toedera, "i. 591) :

Josce de Londres (en) (1217-1237);

Aaron d’York (en) (1237);

Elias le Evesque (en) (1237);

Hagin fil Mosse (en) (1257);

Hagin fil Deulacres (1281).Dans l'octroi d'Elias le Evesque, les juges des Juifs ont reçu l'ordre de ne délivrer aucune assignation sans la confirmation dudit Elias, d'où il ressort que le Presbyter Judaeorum a quelque peu agi comme un baron de l'Échiquier des Juifs (en); et il était clairement indiqué que Hagin fil Mosse (en) avait été assermentée par l'Échiquier des Juifs (en) pour assurer la justice au nom du roi et expliquer les lois du roi. Il est donc probable que le Presbyter Judaeorum était le successeur des juges juifs, dont deux sont mentionnés vers la fin du XIIe siècle.

Quatre synagogues séfarades

Les "Quatre synagogues séfarades" sont situées dans le Quartier juif de la vieille ville de Jérusalem. Elles forment un ensemble de quatre synagogues juxtaposées, construites à différentes époques pour les besoins de la communauté séfarade. Dans chaque synagogue les offices sont pratiqués selon un rite différent.

Après la fermeture de la synagogue Ramban, ordonnée par le sultan ottoman Murad III en 1589, il n'existe plus de lieu de prière juif à Jérusalem, et les Juifs, dont beaucoup descendent d'immigrants provenant d'Espagne après leur expulsion en 1492, sont obligés de prier en privé dans leurs propres maisons. Au début du XVIIe siècle, s'ouvre une nouvelle synagogue dénommée synagogue Yohanan ben Zakkaï.

En 1835 Méhémet Ali, vice-roi d'Égypte, qui à cette époque dirige la Palestine et Jérusalem, autorise la remise en état des synagogues, ce qui était interdit depuis leur construction. A l'entrée de la synagogue Istanbuli, une plaque commémorative rappelle cette restauration.

Après la chute du Quartier juif lors de la guerre israélo-arabe de 1948-1949, les synagogues sont brûlées, désacralisées et transformées en écuries. Les synagogues seront restaurées par l'architecte Dan Tanai après la guerre des Six Jours.

Shimon Gershon Rosenberg

Shimon Gershon Rosenberg (שמעון גרשון רוזנברג ) (né en novembre 1949 à Jérusalem, mort le 11 juin 2007), (connu sous l'acronyme הרב שג"ר HaRav Shagar), est un rabbin et un penseur juif. Il est influencé notamment par le Néo-Hassidisme et la pensée post-moderne. En 1996, il fonde la Yeshivat Siach Yitzchak, située à Efrat.

Synagogue Zoharei Chama

La synagogue Zoharei Chama (en hébreu: בית המדרש זהרי חמה), littéralement « Synagogue du lever du soleil », familièrement connue sous le nom de Bâtiment au cadran solaire ou Tour de l'horloge de Mahané Yehuda, est un bâtiment de trois étages, situé 92, rue Jaffa à Jérusalem, avec un immense cadran solaire de 5 mètres de diamètre sur la façade.

Le bâtiment a été construit par étape de 1908 à 1917 par le rabbin Shmuel Levy pour servir de foyer pour les immigrants et de synagogue. Il a été endommagé par un incendie en 1941 et restauré partiellement par la municipalité de Jérusalem en 1980.

De nos jours, il héberge toujours la synagogue orthodoxe Zoharei Chama où les offices sont célébrés tout au long de la journée pour les hommes d'affaires locaux, les résidents et les touristes. Le cadran solaire continue à être précis à mieux que 15 minutes.

Synagogue de Peki'in

La synagogue de Peki'in (en hébreu : בית הכנסת העתיק בפקיעין ; litt. « la synagogue antique de Peki'in ») est un lieu de culte juif situé dans le centre de Pek'in (en), dans le Nord d'Israël. Ses murs comporteraient deux pierres issues des murs du temple de Jérusalem.

Synagogue de Radom (1844-1939)

Depuis le XIXe siècle, les Juifs ont occupé une place importante à Radom. Á la veille de la Seconde Guerre mondiale, on comptait près de 30 000 Juifs à Radom et ses environs soit à peu près 30 % de la population totale. Très peu survivront à la Shoah.

La synagogue de Radom date des années 1840 et sera détruite par les Allemands lors de la liquidation du ghetto de Radom.

Synagogue tunisienne d'Acre

La synagogue Or Torah (en hébreu: בית הכנסת אור תורה), plus connue sous le nom de synagogue tunisienne d'Acre, est une synagogue construite en 1955 pour les nombreux fidèles juifs originaires de Tunisie habitant Acre et sa région.

Théologie après la Shoah

La théologie après la Shoah est un ensemble de pensées et débats autour du rôle, de la présence de Dieu au cours de la Shoah, et de la légitimité même d’une foi ou d’une théologie à la suite de cet évènement.

Yechiva Talmudique de Philadelphie

La Yechiva Talmudique de Philadelphie est fondée en 1953, sur l'avis du rabbin Aharon Kotler. C'est une yechiva d'inspiration lituanienne.

Yechiva de Radoun

La Yechiva de Radoun, est fondée en 1869, à Radoun, en Pologne, aujourd'hui en Biélorussie par le rabbin Israel Meir Kagan, mieux connu sous le nom du Hofetz Haïm.

Édition de Vilna du Talmud

L'Édition Vilna du Talmud est l'édition la plus diffusée du Talmud de Babylone. Elle a été publiée de 1880 à 1886 par la maison d'édition de la Veuve et des Frères Romm de Vilna. L'impression du Talmud a duré 6 ans. Le premier volume (traité Berakhot) a été publié le 18 Iyyar 5640 selon le calendrier hébraïque, le dernier volume (traité Nida) a été publié le 13 Nissan 5646.

En plus du texte du Talmud, les éditeurs ont fait figurer :

le commentaire de rabbénou Hananel ben Houshiel, dont seule une partie était connue auparavant. Il a été recopié à partir d'un manuscrit de la bibliothèque du Vatican

le commentaire le rabbénou Rabbenou Guershom, transcrit au beth midrash de Berlin à partir d'un manuscrit lui-même recopié d'un manuscrit de Rome

les tossefot d'Isaac ben Samuel de Dampierre (le Ri ha-Zaqen), recopié à partir un manuscrit du British Museum

les tossefot de Samson ben Abraham de Sens sur le traité Sotah, recopié à partir d'un manuscrit de la Bibliothèque bodléienne de l'Université d'Oxford

les tossefot Yechanim sur le traité Yévamot, recopié à partir un manuscrit du British Museum

le commentaire de Jacob Emden (hidoushè ha-Yaavats), publié pour la première fois à partir d'un texte du Talmud sur lequel il avait ajouté ses remarques.

Portail de la culture juive et du judaïsme

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.