Bencao gangmu

Le Bencao gangmu (chinois : 本草綱目), est un recueil de médecine chinoise rédigé par Li Shizhen durant la dynastie Ming. Le Bencao gangmu est considéré comme l'ouvrage le plus complet et le plus compréhensible traitant de la médecine traditionnelle chinoise. Il s'agit d'une liste de plantes, d'animaux, de minéraux et d'autres objets réputés pour leurs propriétés médicinales.

Compendium of Materia Medica

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du monde chinois
  • Portail de la médecine
Angélique de Chine

L'angélique de Chine (Angelica sinensis) est une plante herbacée de la famille des Apiaceae, utilisée comme plante médicinale en Asie Orientale depuis l'Antiquité.

Son nom chinois est (pinyin) danggui 当归 / 當歸. La transcription Dong Quai ou Tang Kuei est aussi utilisée.

Artémisinine

L’artémisinine (chinois traditionnel : 青蒿素 ; pinyin : qing hao su) est la substance active médicamenteuse isolée de la plante Artemisia annua (chinois traditionnel : 青蒿 ; pinyin : qing hao) et dont la vertu médicinale est connue en Chine depuis plus de 2 000 ans. Il s'agit d'une lactone sesquiterpénique portant un groupe peroxyde qui semble être le fer de lance de son efficacité thérapeutique.

Elle est la base des médicaments antipaludiques les plus récents et actuellement les plus efficaces. Les essais cliniques de phase III menés démontrent aussi sa bonne potentialité comme médicament pour traiter la bilharziose et de la distomatose. Des essais de phase pré-clinique sont également en cours, notamment avec son dérivé la dihydroartémisinine, dans le but de traiter certains cancers, dont celui du sein, avec moins d'effets secondaires que la chimiothérapie classique.

Buddleia de David

Le Buddleia de David (Buddleja davidii), aussi appelé Buddleia du père David ou plus communément Arbre aux papillons (en raison de son odeur qui attire les papillons), est un arbuste originaire de Chine et appartenant à la famille des Scrofulariacées (classification phylogénétique) et à l'ancienne famille des Loganiacées (classification classique).

Buddleja albiflora

Le Buddleia blanc (Buddleja albiflora), aussi appelé buddleia à fleurs blanches est un arbuste originaire de Chine et appartenant à la famille des Loganiacées (classification classique) ou des Scrofulariacées (classification phylogénétique).

Il existe deux autres orthographes acceptées de Buddleia, soit avec un y (Buddleya) soit avec un j (Buddleja).

Buddleja lindleyana

Le Buddleia de Lindley (Buddleja lindleyana), aussi appelé "arbre aux papillons" , est un arbuste originaire de Chine et appartenant à la famille des Loganiacées (classification classique) ou des Scrofulariacées (classification phylogénétique).

Il existe deux autres orthographes acceptées de Buddleia, soit avec un y (Buddleya) soit avec un j (Buddleja).

Chaenomeles

Chaenomeles est un genre de plantes de la famille des Rosacées, toutes originaires d'Asie Orientale.

Dans la sous-famille des Maloideae, le genre Chaenomeles est étroitement apparenté aux genres des cognassiers (Cydonia), des Docynia, des pommiers (Malus) et des poiriers (Pyrus).

Dracaena cochinchinensis

Dracaena cochinchinensis, le dragonnier de Cochinchine, est une plante arborescente monocotylédone de la famille des Liliaceae (ou Dracaenaceae) selon la classification classique, ou des Asparagaceae (ou Ruscaceae) selon la classification phylogénétique.

Cette espèce est originaire du Vietnam, Cambodge, Laos et Chine du sud (Yunnan, Guangxi).

De toute incision ou blessure s'écoule une résine rouge sang, connue sous le nom de sang-dragon dans les pharmacopées traditionnelles, semblable à celle obtenue avec les dragonniers Dracaena draco des Canaries et Dracaena cinnabari de l'île de Socotra. La Chine qui importait le sang-dragon de l'étranger, découvrit en 1972 qu'il existait des dragonniers sur son territoire susceptibles de lui fournir la précieuse matière médicale.

L'espèce est maintenant menacée en Chine mais elle y est cultivée pour la production de sang-dragon.

Hiderigami

Hiderigami (日照り神, « Dieu de la sécheresse ») est une sorte de yōkai (créatures du folklore japonais) qui possède le pouvoir de provoquer des sécheresses.

Selon une note du recueil de médecine Bencao gangmu, dans l'encyclopédie Wakan Sansai Zue, le Hiderigami mesure entre six et neuf centimètres de long, a les yeux sur le dessus de la tête, et est aussi rapide que le vent. Dans Cent illustrations de démons du présent et du passé de Toriyama Sekien, il est appelé soit Hiderigami (魃, « Sécheresse ») soit Kanbo (旱母, « mère sécheresse ») et est représenté sous les traits d'une bête avec un seul bras et un seul œil.

En Chine, une créature similaire s'appelle Batsu (魃).

Portail du Japon Portail de la mythologie

Li Shizhen

Li Shizhen chinois simplifié : 李时珍 ; chinois traditionnel : 李時珍 ; pinyin : lǐ shízhēn, 3 juillet 1518-1593) est un médecin, herboriste et naturaliste chinois qui a vécu sous la dynastie Ming. Né à Qizhou, dans ce qui est aujourd'hui le xian de Qichun dans la province de Hubei, en République populaire de Chine. Li Shizhen était fils de médecin.

Liste des sources historiques sur la cuisine chinoise

L'œuvre Zhongguo pengren wenxian tiyao (Vue d'ensemble des documents importants sur la cuisine et les boissons chinoises) fait un tour des sources historiques d'importance au sujet de la cuisine et des boissons chinoises. On y trouve des sources qui ont été jusqu'à présent ignorées des sinologues occidentaux, à l'exception du domaine préhistorique qui sont abordés dans l'ouvrage Xiān Qín pēngrèn shǐliào xuǎn zhùshì (Textes choisis commentés sur l'histoire de la cuisine chinoise pré-Qin) ainsi que dans le premier tome du Zhongguo yinshi shi (Histoire de la cuisine et des boissons chinoises).

Zhouli zhushu 周礼注疏(天官冢宰及其他)

Yili zhushu 仪礼注疏(燕礼、特牲馈食礼、少牢馈食礼及其它)

Liji zhengyi 礼记正义(八珍及其它)

Lüshi Chunqiu 吕氏春秋(本味篇)

Simin yueling jiaozhu 四民月令(部分)

Shijing 食经 (北魏•卢氏 著)

Nanfang caomu zhuang 南方草木状

Qinjing 禽经

Shizhen lu 食珍录

Qimin yaoshu 齐民要术(卷1-7部分)

Shijing 食经 (隋•谢讽 著)

Beitang shuchao 北堂书钞(酒食部)

Yiwen Leiju 艺文类聚(卷72食物部其它)

Beiji Qianjin yaofang 备急千金要方(卷26食治)

Shipu 食谱

Shiliao bencao 食疗本草(1卷残)

Chajing 茶经

Jiancha shuiji 煎茶水记

Shiyi xinjian 食医心鉴

Youyang zazu 酉阳杂俎(酒食)

Lingbiao lu yiji 岭表录异记(部分)

Shanfujing shoulu 膳夫经手录

Shanfulu 膳夫录

Qingyilu 清异录

Taiping yulan 太平御览(卷843-867饮食)

Sunpu 笋谱

Benxinzhai shushipu 本心斋蔬食谱

Shanjia qinggong 山家清供

Rucao jishi 茹草记事

Shidafu shishi wuguan 士大夫食时五观

Shouqin yanglao xinshu 寿亲养老新书

Beishan jiujing 北山酒经

Yushipi 玉食批

Chalu 茶录

Lizhi pu 荔枝谱

Dongxi shichalu 东溪试茶录

Pincha yaolu 品茶要录

Jiupu 酒谱

Julu 橘录

Tangshuang pu 糖霜谱

Xuanhe beiyuan gongcha lu 宣和北苑贡茶录

Beizuan bielu 北苑别录

Xiepu 蟹谱

Xielüe 蟹略

Junpu 菌谱

Dongjing meng Hua lu 东京梦华录(部分)

Ducheng jisheng 都城纪胜

Wulin jiu shi 武林旧事

Nan Song shisi ji 南宋市肆记

Mengliang lu 梦粱录

Zhongkuilu 中馈录

Fanshenglu 繁胜录(bufen 部分)

Shiwu bencao 食物本草(Jin Li Gao 金•李杲)

Nongshu 农书(bufen 部分)

Rizong bencao 日用本草

Yinshan zhengyao 饮膳正要

Nongsang yishi cuoyao 农桑衣食撮要(bufen 部分)

Yinshi xuzhi 饮食须知

Yunlin tang yinshi zhidu ji 云林堂饮食制度集

Jujia biyong shilei quanji 居家必用事类全集(gengji 庚集, jiji 己集)

Zhuanshi 馔史

Yiya yiyi 易牙遗意

Tian chu ju zhen miao zhuan ji 天厨聚珍妙馔集

Shenji 神隐(又名:Qu xian shenji shu 臞仙神隐书)(部分)

Jiuhuang bencao 救荒本草

Bianmin tu zuan 便民图纂(卷15食品及其它)

Yecai pu 野菜谱

Songshi yangsheng bu 宋氏养生部

Yunlin yishi 云林遗事

Shiwu bencao 食物本草(明•卢和)

Shipin ji 食品集

Guang junpu 广菌谱

Bencao gangmu 本草纲目

Mo E xiao lu 墨娥小录(饮膳集珍及其它)

Duo neng bi shi 多能鄙事(卷1-4饮食)

Rucao ben 茹草编

Jujia bibei 居家必备(卷7饮馔)

Zunsheng bajian 遵生八笺(饮馔服食笺)

Yesupin 野蔌品

Haiwei suoyin 海味索引

Minzhong haicuoshu 闽中海错疏

Yecai jian 野菜笺83、食鉴本草

Shantang sikao 山堂肆考(羽集衣食部)

Yecai bolu 野菜博录

Shangyi bencao 上医本草

Hangzheng 觞政

Nongzheng quanshu 农政全书

Yangyu yueling 养余月令

Jiushi 酒史

Xianqing ouji 闲情偶寄(饮馔部颐养部)

Min xiao ji 闽小记

Yinshi xuzhi 饮食须知((Qing 清) Zhu Tailai 朱泰来)

Tiaodingji 调鼎集

Shiwu bencao huizuan 食物本草会纂

Jiangnan yuxianpin 江南鱼鲜品

Gui'eryue 簋贰约

Riyong suzi 日用俗字(饮食章菜蔬章)

Shixian hongmi 食宪鸿秘

Fan you shi’er heshuo 饭有十二合说

Yuanjian leihan 渊鉴类函(食物及其它)

Juchang yinzhuan lu 居常饮馔录

Gujin tushu jicheng 古今图书集成(经济汇编食物典卷257~308饮食部)

Xu chajing 续茶经

Gezhi jingyuan 格致镜原(卷6饮食类)

Nongpu bianlan 农圃便览(部分)

Xingyuan lu 醒园录

Zhoupu shuo 粥谱说

Yangsheng suibi 养生随笔

Suiyuan shidan 随园食单

Wu xun pu 吴蕈谱

Yinshi xuzhi 饮食须知(清•朱本中)

Jihai pu 记海错

Zhengsuwen 证俗文(卷1 及其它)

Xilüe 醯略

Yangxiaolu 养小录

Yangzhou huafang lu 扬州画舫录(部分)

Tiaoji yinshi bian 调疾饮食辨(6卷、卷末1卷)

Qing jia lu 清嘉录(部分)

Tongqiao yizhao lu 桐桥倚棹录(卷10市廛)

Suixiju yinshipu 随息居饮食谱

Yinengpian 艺能篇(治庖)

Zhongkui lu 中馈录(清•彭崧毓)

Huya 湖雅(卷8酿造、铒饼)

Zhongkui lu 中馈录(清•曾懿)

Zhoupu 粥谱 Guang Zhoupu 广粥谱

Xinbian jiazhengxue 新编家政学(第四编第三章饮食)

Chengdu tonglan 成都通览(卷7饮食类)

Zaoyangfan shu 造洋饭书

Shipin jiawei beilan 食品佳味备览

Qingbai leichao 清稗类钞(第47、48册饮食类)

Pengren yiban 烹饪一斑

Jiating shipu 家庭食谱

Xican pengren mijue 西餐烹饪秘诀

Jiating shipu xubian 家庭食谱续编

Jiating shipu sanbian 家庭食谱三编

Jiating shipu sibian 家庭食谱四编

Sushi pu 素食谱

Jiashi shixi baojian 家事实习宝鉴(第二编饮食论)

Zhijia quanshu 治家全书(卷10烹饪篇食谱)

Jiating wanbao quanshu 家庭万宝全书(卷5烹饪学)

Sushi shenglun 素食养生论

Shanghai kuailan 上海快览(第6篇上海之饮食)

Shiwu xin bencao 食物新本草

Qinan kuailan 济南快览(衣食、中西餐馆)

Beiping caipu 北平菜谱

Minzhong changshi congshu 民众常识丛书(烹饪类)

Jinan daguan 济南大观(第96章中西餐)

Taomu pengrenfa 陶母烹饪法

Yinshi yu jiankang 饮食与健康

Beiping fengsu leizheng 北平风俗类征(饮食)

Feishi shiyang sanzhong 费氏食养三种

Shiyong yinshixue 实用饮食学

Xin shipu 新食谱(第二册普通食物成分表)

Sushi shuolü 素食说略

Chifan wenti 吃饭问题 Portail de la Chine Alimentation et gastronomie

Liu An

Liu An (chinois simplifié : 刘安 ; chinois traditionnel : 劉安 ; pinyin : liú ān, -179 – -122) était un grand féodal chinois, roi de Huainan (淮南王) sous les Han Occidentaux. Sa capitale se trouvait à Shouchun (寿春 / 壽春), actuel xiàn de Shòu 寿县 / 壽縣) dans l'Anhui. Membre de la famille impériale, ses ancêtres venaient de Pei (沛) dans le xiàn de Fēng (丰县 / 豐縣) au Jiangsu. Son père, Liuchang (劉長) était fils de Gaozu, fondateur de la dynastie, et roi Li de Huainan (淮南厲王). À sa mort, l'empereur avait divisé le fief entre ses trois fils. C’est ainsi que Liu An reçut à 16 ans le titre de roi de Huainan, Liu Bo (劉勃) celui de roi de Xishan (稀山) et Liu Ci (劉賜) celui de roi de Lujiang (廬江).

Mizuchi

Les Mizuchi 蛟 sont un type de dragon oriental, ou parfois des créatures légendaires serpentiformes. Ils sont souvent liés à l’eau et peuvent habiter dans des milieux aquatiques. Plusieurs spécialistes les ont décrits comme étant des divinités des eaux. Ils ont été décrits dans les Chroniques du Japon Nihon Shoki ainsi que dans certains poèmes du Man'yōshū.

Le terme Mizuchi est la lecture japonaise de plusieurs types de dragons orientaux, notamment le jiaolong (蛟; kōryū) « dragon aux quatre pattes », le qiulong (en) (虬; kyūryū) « dragon sans cornes » ou encore le chilong (螭; chiryū) « dragon jaune ».

Daniels (1960:157) releva que les divinités serpentiformes japonaises qui avaient pour capacité de contrôler la pluie étaient parfois appelées « dragons ». Toutefois, il affirma qu’il serait imprudent de décrire les formes des « okami » et des « mizuchi » comme étant les mêmes que celles des créatures chinoises qui leur sont associées.

Mōryō

Mōryō ou mizuha (魍魎, 罔両, ou 美豆波), est un terme collectif pour les esprits des montagnes et des rivières, des arbres et des roches, ainsi que les mononoke qui vivent dans des endroits comme les cimetières, ou les kappa et divers autres yōkai. Le terme mizu no kami existe aussi pour les désigner.

À l'origine, ce sont des esprits de la Nature en Chine. Dans le Huainanzi, il est dit que les « mōryō ont la forme d'un enfant d'un à trois ans, sont de couleur rouge foncé, ont les yeux rouges, de longues oreilles, et de beaux cheveux ». Dans le Bencao gangmu on trouve l'affirmation que les « mōryō aiment manger les entrailles des morts. Ils procèdent alors aux « Rites de Zhou », prennent un poignard et entrent dans le trou de la tombe où ils apportent la destruction. De sa vraie nature, le mōryō a peur des tigres et des chênes et porte le nom 弗述. Ils vont sous terre et mangent les cerveaux des morts mais il est dit que quand un chêne est pressé contre leur cou, ils meurent. Ce sont ceux appelés mōryō ».

En ce qui concerne leur habitude de manger les entrailles des mort, au Japon les mōryō sont parfois considérés être les mêmes que les yōkai qui volent les cadavres des morts, c'est-à-dire les kasha et on peut voir des exemples où des histoires semblables à celles des kacha sont classées sous l'appellation « mōryō ». Dans l'essai Mimibukuro de Negishi Shizumori à l'époque d'Edo, un fonctionnaire du gouvernement nommé Shibata a un loyal serviteur qui un soir déclare : Je ne suis pas un être humain, mais un mōryō et il démissionne. Lorsque Shibata en demande la raison au serviteur, celui-ci répond que c'est parce que comme c'est maintenant à son tour de jouer le rôle de voler un cadavre, il doit se rendre dans un certain village. Le lendemain, le serviteur a disparu et à un enterrement dans le village qu'il a mentionné, quelques nuages sombres s'assemblent soudain et quand les nuages ont disparu, il est dit que le cadavre a disparu du cercueil.

Noyau d'abricot

Un noyau d'abricot se réfère à la graine ou noyau d'un abricot. L'amande d'abricot se trouve dans le noyau des abricots frais. Il existe deux types d'amandes d'abricots, les amandes amères et les amandes douces. Les amandes d'abricots amères contiennent un composé nommé amygdaline, laquelle peut libérer du cyanure lorsqu'elle est ingérée par les humains. L'organisme humain détoxifie les petites quantités de cyanure, mais de fortes doses peuvent se révéler fatales. Au contraire, les amandes d'abricots douces et la chair de ceux-ci ne présentent aucun risque d'effets indésirables pour la santé causés par l'exposition au cyanure, car ils ne contiennent qu'une faible concentration d'amygdaline, un hétéroside toxique.

Les experts de l'Autorité européenne de sécurité des aliments estiment que les adultes pourraient consommer une grande amande amère ou trois petites amandes d’abricot amère (370 mg), sans dépasser la dose aiguë de référence. Pour les jeunes enfants, la quantité indiquée serait de 60 mg, ce qui correspond à environ la moitié d'une petite amande. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail française (ANSES) met en garde contre les vendeurs d'amandes qui prétendent qu'une consommation élevée permet de lutter contre le cancer, alors qu'il n'existe aucune preuve en ce sens. Des cas d'intoxication causant vertiges, malaises, céphalées, troubles digestifs, palpitations cardiaques, ou gêne respiratoire, sont en revanche régulièrement rapportés.

Les amandes de certains abricots cultivés en Asie centrale et autour de la Méditerranée sont suffisamment peu amères pour remplacer les amandes. La liqueur italienne amaretto et les biscuits amaretti sont aromatisés d'extraits de graines d'abricot et d'amande. L'huile végétale obtenue des noyaux pressés était utilisée comme huile alimentaire.

Les noyaux des prunus armeniaca Linne var. ansu Maximowicz (chinois : 有苦杏仁), ainsi que d'autres Prunus armeniaca (chinois : 北杏仁 chinois : 光杏仁), sont par contre utilisées en médecine traditionnelle chinoise. Elles sont citées dans le « Shennong bencao jing » et dans le

« Bencao gangmu » pour leur vertus médicinales.

Palmier sang-dragon

Le palmier sang-dragon (Daemonorops draco) est une espèce de palmiers lianescents de la famille des Arecaceae. Ce palmier grimpant est originaire des régions tropicales du sud-est asiatique (Sumatra et Bornéo).

Il produit une résine rouge, nommée sang-dragon (jernang en indonésien), utilisée comme colorant et matière médicale.

Autres noms communs : Sang-dragon, palmier sang de dragon, palmier à résine rouge, rottang sang-dragon, palmier rotin. Localement, il est appelé rotan jernang (besar) en indonésien.

Peau de tofu

La peau de tofu (tofu skin) ou feuille de tofu (bean curd sheet), aussi appelée yuba (en japonais : ゆば) est un produit alimentaire préparé à base de soja. Lorsque le lait de soja bout dans une casserole non couverte, il se forme un film ou une peau à la surface du liquide. Le film est collecté et séché, formant des feuilles jaunâtres connues sous le nom de peau de tofu,. Puisqu'aucun coagulant n'est utilisé pour produire la peau de tofu, il ne s'agit pas à proprement parler d'un tofu ; toutefois, elle a une texture et une saveur similaire à certains produits à base de tofu.

La première utilisation de peau de tofu a été documentée dans des notes écrites en Chine et au Japon au cours du XVIe siècle. Il est largement utilisé, frais, fermenté ou séché, dans les cuisines chinoises et japonaises.

Penghou

Penghou (chinois : 彭侯 ; pinyin : Pénghoú ; litt. « Marquis Peng »), également connue en japonais sous la translittération Hōkō (彭侯), est un esprit canin de la mythologie chinoise, également utilisé dans la mythologie japonaise, dans lesquelles il est un esprit arboricole.

Selon le Baize tu (白責圖) (IIIe siècle), identifié par un des manuscrits de Dunhuang (P2682), un recueil d'illustrations commentées de créatures fantastiques, « L'esprit des arbres est appelé Penghou. Il apparaît comme un chien noir sans queue et peut être cuit à la vapeur et mangé. »

Il est également décrit dans le livre ancien Soushenji (搜神記, littéralement, « Notes sur la recherche des esprits »), de Gan Bao (IVe siècle) :

Le Penghou dans l'arbre à camphre

Au temps du premier dirigeant de Wu, Lu Jingshu était le chef de la commanderie de Jian'an. Un jour, il envoya un homme couper un grand camphrier. Après quelques coups de hache, du sang sortit soudainement du tronc. Quand l'arbre tomba enfin, une créature avec la figure d'un homme et le corps d'un chien en sortit.

Jingshu expliqua : « C'est ce qu'on appelle le Penghou ». Il le fit cuire à la vapeur et le mangea. Sa saveur était la même que celle de la viande de chien.

Pêcher

Le Pêcher, parfois appelé Pêcher commun, (Prunus persica (L.) Batsch) est une espèce d'arbres fruitiers de la famille des Rosacées, cultivée pour son fruit comestible, la pêche.

Tussilage

Le tussilage (Tussilago farfara) ou pas-d'âne est une espèce de plantes herbacées de la famille des Asteraceae (Composées), la seule espèce encore acceptée du genre Tussilago.

C'est une plante vivace à rhizomes. Elle est typique des sols instables riches en bases : terrains vagues et remués. Elle fait partie des plantes pectorales les plus utilisées en phytothérapie.

Autrefois, appelée Filius ante patrem, le « fils avant le père », parce qu'elle a la particularité de fleurir bien avant la feuillaison.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.