Bacharuddin Jusuf Habibie

Bacharuddin Jusuf Habibie (généralement présenté comme B. J. Habibie ou Rudy Habibie), né le à Pare-Pare (Sulawesi du Sud, Indonésie) et mort le à Jakarta (Indonésie), est un homme politique indonésien, membre du Golkar.

Il est le troisième président de la République d'Indonésie du au .

Bacharuddin Jusuf Habibie
Bacharuddin Jusuf Habibie en 1998.

Bacharuddin Jusuf Habibie en 1998.
Fonctions
Président de la République d'Indonésie

(1 an, 4 mois et 29 jours)
Prédécesseur Soeharto
Successeur Abdurrahman Wahid
Vice-président de la République d'Indonésie

(2 mois et 11 jours)
Président Soeharto
Prédécesseur Try Sutrisno
Successeur Megawati Soekarnoputri
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Pare-Pare, Sulawesi du Sud (Indes orientales néerlandaises)
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Jakarta (Indonésie)
Nationalité Indonésienne
Parti politique Golkar
Conjoint Hasri Ainun Habibie
Religion Islam

Bacharuddin Jusuf Habibie Bacharuddin Jusuf Habibie
Vice-présidents de la République d'Indonésie
Présidents de la République d'Indonésie

Biographie

Bacharuddin Jusuf Habibie est né en 1936 dans la ville de Pare-Pare, au sud de l’île de Célèbes. En 1954, il envisage d'étudier les techniques aérospatiales et la construction aéronautique à l'Université de technologie de Delft, aux Pays Bas. Mais suite au conflit entre les Pays-Bas et l'Indonésie en Nouvelle Guinée occidentale, il privilégie l'Allemagne de l'Ouest, pour mener ses études supérieures, avec une bourse, et étudie à la RWTH Aachen Aerospace Engineering. Il obtient un diplôme d'ingénieur en 1960, puis un doctorat au même endroit en 1965 avec la mention summa cum laude. Il travaille ensuite au sein de Messerschmitt-Bölkow-Blohm[1].

Après son retour en Indonésie en 1974, il dirige la société publique aéronautique Industri Pesawat Terbang Nusantaraa puis est nommé ministre d'État à la Recherche et à la Technologie par Suharto en 1978. Le 10 mars 1998, il devient vice-président et, après la démission de Suharto le 21 mai 1998, troisième président de l'Indonésie depuis l'indépendance[1]. Il organise la transition vers un régime démocratique, stabilise l'économie. La principale crise à laquelle il est confronté est le désir d'indépendance du Timor-Oriental. Après avoir proposé sans succès un « statut spécial », que les dirigeants timorais refusent, il organise, avec l'ONU, un référendum, le 30 août 1999, sur le devenir de ce territoire[1].

Les Timorais choisissent l'indépendance lors de ce référendum sur l'indépendance du Timor oriental[2]. Aussitôt, la province est mise à feu et à sang par des milices pro-indonésiennes ne dépendant pas du gouvernement, mais jouissant d'une impunité totale et refusant de reconnaître l'écrasante victoire au référendum en faveur de l'indépendance. Ces milices indonésiennes s'emparent de Dili, la capitale, et lancent une répression sanglante dans les rangs indépendantistes. Après plusieurs jours de tueries, de déportations et de pillages, l’ONU se décide à envoyer une force internationale pour le Timor oriental sous commandement australien (Interfet) afin d’imposer la paix. Le , le Timor oriental devient un territoire sous administration provisoire des Nations unies[3],[4].

Bacharuddin Jusuf Habibie avait peu de soutien dans le peuple et dans l'armée. Ses réformes - y compris les syndicats libres et les élections libres - n’ont pas accru sa popularité. Il a donc volontairement renoncé en 1999 à une nouvelle candidature. Abdurrahman Wahid est élu pour lui succéder[1].

Il meurt le 11 septembre 2019, à l’âge de 83 ans, à l'hôpital militaire de Djakarta, suite à des problèmes cardiaques[1].

Notes et références

  1. « L’ancien président indonésien Habibie est mort à 83 ans », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. Tigrane Yégavian, « Timor oriental. La Cendrillon de l'Asie du Sud-Est », Conflits,‎ , p. 25-27
  3. Jean-Baptiste Naudet, « L'Indonésie accepte l'envoi de « casques bleus » au Timor-Oriental », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « L'ONU accélère la mise en place d'une administration provisoire au Timor-Oriental », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes

  • Portail de la politique
  • Portail de l’Indonésie
1998

1998 est une année commune commençant un jeudi.

Abdurrahman Wahid

Abdurrahman Wahid, né le 7 septembre 1940 dans le kabupaten de Jombang dans le Java oriental et mort le 30 décembre 2009 à Jakarta, est un religieux musulman et homme d'État indonésien qui fut le quatrième président de la République d'Indonésie, de 1999 à 2001.

Décès en septembre 2019

Portail de la mort Portail des années 2010

Hasri Ainun Habibie

Hasri Ainun Habibie (née Besari, 11 août 1937 - 22 mai 2010), est la femme du président indonésien Bacharuddin Jusuf Habibie. Elle fut Première dame du pays de 1998 à 1999.

Elle part ensuite vivre en Allemagne où elle est naturalisée.

Helmut Kohl

Helmut Josef Michael Kohl [ˈhɛlmuːt ˈjoːzɛf ˈmɪçaːʔeːl ˈkoːl], né le 3 avril 1930 à Ludwigshafen et mort le 16 juin 2017 dans la même ville, est un homme d'État allemand, membre de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU).

Entré au Parti chrétien démocrate dès 1946, il est le chef du gouvernement allemand pendant seize ans, de 1982 à 1998.

Il parvient à mener à bien la réunification allemande en 1990, ce qui lui vaut le surnom de « chancelier de l’unité ».

Européen convaincu dès son adolescence, il participe à la construction européenne en tentant de mettre en place son grand projet des États-Unis d’Europe. Il contribue à l'instauration de l’Acte unique puis du traité de Maastricht, et est l'un des pères de l’euro, qu’il parviendra à imposer à une population allemande alors profondément attachée au mark. Proche de François Mitterrand, il favorise l'entente franco-allemande, comme lors du 22 septembre 1984, où il apparaît main dans la main avec le président français à l'ossuaire de Douaumont.

En 1998, la CDU/CSU est devancée aux élections fédérales par le SPD, conduit par Gerhard Schröder, qui lui succède à la chancellerie. Helmut Kohl est ensuite mis en cause dans l'affaire des caisses noires de la CDU, ce qui lui entraîne des ennuis judiciaires et le contraint à démissionner de la présidence d'honneur du parti en 2000. Il se tient ensuite en retrait de la vie politique.

Indonésie

L’Indonésie, en forme longue la république d'Indonésie (en indonésien Indonesia et Republik Indonesia) est un pays transcontinental principalement situé en Asie du Sud-Est. Avec, comptabilisées à ce jour, 13 466 îles, dont 922 habitées, il s'agit du plus grand archipel au monde. Avec une population estimée à 265 millions de personnes, c'est le quatrième pays le plus peuplé au monde et le premier pays à majorité musulmane pour le nombre de croyants. L'Indonésie est une république dont la capitale est Jakarta.

Dans les premiers siècles av. J.-C., l'archipel indonésien est une importante région d'échanges avec l'Inde et la Chine au cœur d'un réseau centré sur le Fou-nan. Les chefs de ces cités portuaires indonésiennes adoptent des modèles culturels, religieux et politiques indiens. À partir du VIIe siècle, le centre des échanges se déplace vers le royaume de Sriwijaya dans le sud de Sumatra. Le VIIIe siècle voit se développer dans le centre de Java une riziculture prospère qui permet à différents royaumes de bâtir de grands monuments religieux. C'est le début de la période classique indonésienne.

Avec le déclin de la route de la soie, le détroit de Malacca devient un carrefour maritime majeur pour le commerce entre l'Indonésie et la Chine d'une part et l'Inde et le Moyen-Orient d'autre part. L'archipel indonésien est intégré à un réseau commercial international bientôt dominé par des marchands musulmans. Les princes des ports se convertissent progressivement à l'islam.

Au XVIe siècle, l'âge des Grandes découvertes, les puissances européennes cherchent à accéder directement aux Moluques, région productrice d'épices. En 1511, les Portugais de Goa conquièrent Malacca et s'y établissent. Les Néerlandais les chassent en 1605. Au XVIIe siècle, ils éliminent leur rival dans l'Est de l'archipel, dans ce qui deviendra le royaume de Gowa, et s'établissent à Java. L'île est minée par les guerres de succession du royaume de Mataram qui cède peu à peu une partie de ses territoires aux Néerlandais. Au XIXe siècle, les colonisateurs peuvent commencer l'exploitation économique de l'île et imposer leur loi au reste de l'archipel. Un mouvement national naît au début du XXe siècle. En 1945, Soekarno et Mohammad Hatta proclament l'indépendance de l'Indonésie. Les années 1950 sont marquées par de nombreux mouvements séparatistes. À la suite des événements de 1965-66, le général Soeharto prend le pouvoir. Il démissionne en 1998, ce qui permet au pays d'entamer le début d'un processus de démocratisation.

À travers ses nombreuses îles, l'Indonésie comprend de nombreux groupes distincts culturellement, linguistiquement et religieusement. Les Javanais forment la population la plus représentée sur le plan du nombre et de l'influence politique. En tant qu'État unitaire et que nation, l'Indonésie a développé une identité commune en définissant une langue nationale appelée « indonésien » (qui est une des formes du malais), et en respectant sa diversité et le pluralisme religieux au sein de sa majorité musulmane.

Malgré sa forte population et ses régions densément peuplées, l'Indonésie comporte de vastes zones sauvages, ce qui donne au pays une grande biodiversité même si ce patrimoine régresse à cause d'activités humaines en forte augmentation.

Soeharto

Soeharto (également retranscrit Suharto), né le 8 juin 1921 et mort le 27 janvier 2008 à Jakarta, est un militaire et homme d'État indonésien, président de la République de 1967 à 1998.

Né dans l'île de Java de parents paysans, Soeharto fait sa carrière dans l'armée jusqu'à atteindre le grade de major-général. Une tentative de coup d'État le 30 septembre 1965, contrée par les troupes dirigées par Soeharto, est imputée au Parti communiste indonésien, tandis que Soeharto arrache le pouvoir au président fondateur de la République d'Indonésie, Soekarno. Sous sa dictature, l'armée conduit aussitôt une sanglante purge anti-communiste par la suite étendue à d'autres secteurs de la société (immigrants, chrétiens, etc.) provoquant de 500 000 à 1 million de morts en quelques mois.

Il est nommé président par intérim en 1967 et président l'année suivante. En 1975, les troupes indonésiennes envahissent le Timor oriental, dont 200 000 habitants sont tués durant les premières années d'occupation.

Son règne de 31 ans à la tête de l'Indonésie est marqué par un développement de l'économie du pays, mais également par un très fort autoritarisme et par une importante corruption. Transparency international le considère comme le dirigeant le plus corrompu de la planète dans les années 1980 et 1990.

Après trois décennies passées au pouvoir, le soutien à la présidence de Soeharto s'érode à la suite de la crise financière asiatique de 1997-1998. Contraint de démissionner de la présidence en mai 1998, il meurt dix ans plus tard.

Université Trisakti

L’université Trisakti (encore appelée Usakti) est une université privée située dans l'Ouest de Jakarta, en Indonésie. Cette université a été fondée le 29 novembre 1965. Dans la seconde moitié du XXe siècle, l'université édifiée en ce lieu a été un endroit emblématique durant des épisodes violents de l'histoire politique indonésienne, notamment en 1965 et en 1998.

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.