Armand Jean du Plessis de Richelieu

Armand Jean du Plessis de Richelieu, dit le cardinal de Richelieu, cardinal-duc de Richelieu et duc de Fronsac, est un ecclésiastique et homme d'État français, né le à Paris et mort le dans cette même ville. Pair de France, il a été le principal ministre du roi Louis XIII.

Initialement destiné au métier des armes, il est contraint d'entrer dans les ordres afin de conserver à sa famille le bénéfice de l'évêché de Luçon. Temporairement ministre des Affaires étrangères en 1616, il est créé cardinal en 1622 et devient principal ministre d'État de Louis XIII en 1624. Il reste en fonction jusqu'à sa mort, en 1642, date à laquelle le cardinal Mazarin lui succède.

La fonction exercée par Richelieu auprès de Louis XIII est souvent désignée par l'expression de « Premier ministre », bien que le titre ne soit utilisé à l'époque que de façon officieuse pour désigner le ministre principal du roi dont l'action englobe aussi bien des dimensions politiques, diplomatiques et coloniales que culturelles et religieuses.

Réputé pour son habileté voire pour son caractère jugé retors, souvent critiqué pour sa fermeté intransigeante, il rénove la vision de la raison d'État et en fait la clef de voûte de ses méthodes de gouvernement et de sa conception de la diplomatie et de la politique. En lutte à l'extérieur contre les Habsbourg, et à l'intérieur contre la noblesse et les protestants, il réprime sévèrement tant les duels meurtriers que les révoltes antifiscales paysannes.

Richelieu est considéré comme l'un des fondateurs majeurs de l'État moderne en France. Son action est un dur combat pour un renforcement du pouvoir royal.

Par son action, la monarchie s'affirme sous une nouvelle forme qui sera plus tard désignée par le terme d'absolutisme, et ce, de manière triomphante sous le gouvernement personnel de Louis XIV (1661-1715), puis de manière plus apaisée sous celui du cardinal de Fleury (1726-1743).

Armand Jean du Plessis de Richelieu
Richelieu, par Philippe de Champaigne.

Richelieu, par Philippe de Champaigne.
Biographie
Naissance
Paris Drapeau du royaume de France Royaume de France
Ordre religieux Ordre cistercien
Décès (à 57 ans)
Paris Drapeau du royaume de France Royaume de France
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Grégoire XV
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Par S.É. Anne de Pérusse d'Escars de Givry
Évêque de Luçon
1605 (confirmé le )
Précédent Alphonse-Louis du Plessis de Richelieu Emery de Bragelongne[1] Suivant
Abbé de Cîteaux
(coadjuteur à partir de 1627)
Précédent Pierre III Nivelle Claude Vaussin Suivant
Abbé et général de Cluny
(coadjuteur à partir de 1627)
Précédent Jacques IV Vény d'Arbouze Armand de II Bourbon-Condé , prince de Conti Suivant
Autres fonctions
Fonction laïque
Principal ministre du roi Louis XIII de 1624 à 1642.

Cardinal Richelieu Signature

Coat of Arms of Cardinal Richelieu
« Candorem purpura servat et dirigit et firmat[2] »
« Expertus fidelem jupiter »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

L'évêque de Luçon

Jeunesse

Richelieu naît à Paris, rue du Bouloi, bien qu'une ancienne polémique situe sa naissance dans le fief familial, au château des Richelieu, en Touraine, polémique née du fait que son acte de baptême a disparu[3]. Il est ondoyé à sa naissance, nourrisson chétif et fiévreux, dont on ne sait s'il survivra[4]. Il n'est baptisé qu'au huitième mois, le 5 mai 1586, à l'église Saint-Eustache de Paris. Sa famille, d'ancienne noblesse (noblesse de robe et d'épée) à la fois poitevine et parisienne mais pauvre, est très honorablement connue : son père, François du Plessis, seigneur de Richelieu, est un soldat et un courtisan qui occupe la charge de Grand prévôt de France ; sa mère, Suzanne de La Porte, est la fille d'un avocat au parlement[5]. Il est le quatrième d'une famille de six enfants[6] :

  • Henri né en 1578 ;
  • Alphonse, né en 1582 ;
  • Armand Jean lui-même ;
  • Françoise, née en 1586 ;
  • Nicole, née en 1587.

Une Isabelle, inconnue des historiens jusqu'en 1901[7] serait une sœur ignorée[8] dont l'existence et l'identité sont contestées[9].

Il est aussi question d'une « Marguerite » dans les registres de naissances de l'église de Braye-sous-Faye, paroisse du château de Richelieu en Poitou, mais, faute d'éléments, on peut penser que cette enfant est morte en bas âge.

Alors que le jeune Armand n'est âgé que de cinq ans, son père, capitaine des gardes d'Henri IV, meurt le 10 juin 1590 de fièvre pernicieuse. Il laisse une famille endettée mais la générosité royale lui permet d'éviter les difficultés financières. Antérieurement, pour la récompenser de la participation de François du Plessis à son service durant les Guerres de religion, le roi Henri III avait donné en 1584 l'évêché de Luçon à sa famille[10]. Celle-ci en perçoit ainsi pour son usage privé la plus grande partie des revenus, ce qui mécontente les ecclésiastiques qui auraient préféré que ces fonds fussent utilisés pour l'Église[11].

À l'âge de neuf ans, le jeune Armand-Jean est envoyé à Paris, par son oncle Amador de La Porte, en septembre 1594 au collège de Navarre, pour étudier la philosophie : il porte alors le titre de « Marquis du Chillou »[12], de l'ancienne possession des seigneurs de Chillo à Jaulnay, arrondissement de Chinon, dont Richelieu est le lointain descendant[13] ; titre qu'il portera également plus tard à l'Académie fondée par ses soins. Il reçoit ensuite une formation à l'académie équestre de Monsieur de Pluvinel, qui forme les gentilshommes à la carrière militaire. Il y apprend l'équitation, mais aussi la voltige équestre, l'escrime, la danse, la littérature, les mathématiques et le dessin. Il vit alors la vie typique d'un officier de l'époque, le médecin Théodore de Mayerne devant le traiter pour une gonorrhée en 1605[14].

Investiture canonique

Destiné à une carrière militaire, Richelieu se trouve dans l'obligation en 1605 de se tourner vers une carrière religieuse : son frère Alphonse-Louis du Plessis refuse l'évêché de Luçon (gardé depuis 20 ans dans la famille) pour devenir moine en entrant à la Grande Chartreuse, et la famille refuse de perdre ce qu'elle considère comme une importante source de revenus. Il est frêle et maladif (migraines dues peut-être à des crises d'épilepsie et à la tuberculose en fin de vie) : la perspective de devenir évêque ne lui déplaît nullement. Les études universitaires l’attirent : il commence des études de théologie en 1605 pour obtenir son doctorat à la Sorbonne en 1607.

Prêtre sans vocation mais attaché à ses devoirs[15], il est nommé évêque de Luçon le par le roi Henri IV, et se rend à Rome où il reçoit l'investiture canonique le des mains du cardinal de Givry[16]. Selon Tallemant des Réaux, il aurait triché sur son âge (il a 22 ans, alors que l'âge requis pour être évêque est de 26 ans)[17] et, après un aveu supposé du nouvel évêque devant le pape Paul V, celui-ci aurait commenté d'une simple phrase : « S'il vit longtemps, il sera un grand fourbe »[17]. Michel Carmona estime néanmoins que l'anecdote, pour plaisante qu'elle soit, n'est pas conforme à la réalité : Richelieu s'étant précisément rendu à Rome pour obtenir une dispense liée à son jeune âge, il ne pouvait guère mentir sur celui-ci[16].

Il rencontre le chapitre de Luçon à Fontenay-le-Comte le et ne se rend à Luçon que l'année suivante. Peu après son installation dans son diocèse, il montre son caractère de réformateur catholique en étant le premier évêque en France à mettre en œuvre les réformes institutionnelles que le concile de Trente avait prescrites entre 1545 et 1563.

Richelieu devient alors l’ami de François Leclerc du Tremblay (plus connu sous le nom de « Père Joseph »), un moine capucin, devenant son confident le plus proche. Cette intimité avec Richelieu (qu’on appelait « Son Éminence ») et la couleur grise de son froc vaut au Père Joseph le surnom d’« éminence grise ». Richelieu l'emploie par la suite souvent comme émissaire et agent à l’occasion de tractations diplomatiques.

Pendant cette période, Richelieu commence également à s'entourer de familiers qui lui resteront fidèles toute sa vie. Les secrétaires Denis Charpentier et Michel Le Masle et le médecin François Citoys furent recrutés en 1608-1609[18].

Ascension politique

Coat of Arms of Cardinal Richelieu
Armoiries cardinalices de Richelieu : d'argent, à trois chevrons de gueules surmontés d'une couronne ducale et d'un chapeau de cardinal[19].

En , à 29 ans, grâce à l'appui du secrétaire particulier de la reine, Denis Bouthillier, il se fait élire député du clergé poitevin aux états généraux de Paris, puis porte-parole de l'assemblée[20].

Il se met alors au service de la régente sur les recommandations du cardinal du Perron qui lui a vanté ses qualités intellectuelles[21] et demeure rue des Mauvaises-Paroles jusqu'en 1617[22].

Marie de Médicis, la reine mère, le fait nommer en Grand Aumônier auprès de la jeune reine Anne d'Autriche puis le ministre des Affaires étrangères au Conseil du roi où il succède à Villeroy. Il fait partie avec Claude Barbin et Claude Mangot des principaux ministres au service de Concino Concini, maréchal d'Ancre et favori de la reine mère[23]. Ce premier ministériat ne durera que 6 mois.

Le , l'assassinat de Concini, à l'initiative de Louis XIII et du duc de Luynes, entraîne la mise à l'écart de la reine mère de l'entourage du roi. Louis XIII croisant Richelieu au Louvre lui dit « Me voila délivré de votre tyrannie, monsieur de Luçon »[24]. Richelieu doit suivre la reine mère en disgrâce à Blois. Il essaie dans un premier temps de s'entremettre entre la reine mère et le duc de Luynes, puis se retire le dans son prieuré de Coussay sans en avertir la reine, de plus en plus méfiante envers son chef de Conseil. Affligé, voyant sa carrière politique perdue, il y rédige son testament[14]. Le roi le bannit même en à Avignon où il loge à hôtel de Beaumont en entraînant dans sa disgrâce son frère aîné Henri et son beau-frère Pont-Courlay (époux de Françoise)[25]. Il y consacre la majorité de son temps à écrire, composant par exemple L’Instruction du chrétien[14].

Marie de Médicis en résidence surveillée au château de Blois s'en échappe le avec la complicité du duc d'Épernon et prend la tête d'une rébellion aristocratique. Luynes fait alors appel à Richelieu qu'il charge de négocier un accommodement entre la mère et le fils. Il réussit à rapprocher Louis XIII et Marie de Médicis, fait conclure le traité d'Angoulême du et organise la première réconciliation au château de Couzières le [26] acquérant une réputation de fin négociateur. Marie de Médicis, insatisfaite, relance la guerre (« deuxième guerre de la mère et du fils »). Richelieu se trouve cette-fois-ci clairement dans le camp des rebelles mais joue la prudence, ce qui lui permet, après la défaite de la coalition nobiliaire, de participer à la réconciliation solennelle au château de Brissac, en , et au traité d'Angers le suivant.

Même si Luynes se rapproche de Richelieu en mariant son neveu M. de Combalet à sa nièce Marie-Madeleine, Louis XIII et son favori agissent en sous-main contre lui. Alors que le chapeau de cardinal lui a été promis contre son arbitrage, ce sont La Valette et Bentivoglio qui sont nommés par Paul V, sur proposition de la France. Finalement, la mort de Luynes à la suite d'une fièvre crée un vide politique qui profite à Marie de Médicis. Celle-ci obtient du nouveau pape Grégoire XV le cardinalat pour son protégé, qui est intronisé à Lyon le 12 décembre 1622[26]. La même année, Richelieu devenu cardinal est suggéré par Marie de Médicis au jeune roi. Cependant Louis XIII — qui garde un amer souvenir de Concino Concini — refuse dans un premier temps de faire appel au cardinal. Ce n'est que le que Richelieu entre à nouveau au Conseil du roi, avec la protection de la reine mère. Cette nomination marque un tournant décisif dans le règne de Louis XIII.

Marie de Médicis fait don, le , à son favori Richelieu, du Petit Luxembourg, par la suite cadre de la journée des Dupes[27].

La politique d'État du cardinal de Richelieu

Kardinaal de Richelieu
Triple portrait du Cardinal de Richelieu par Philippe de Champaigne, Londres, National Gallery.

À un Louis XIII ombrageux et soucieux d’affirmer l’autorité royale, Richelieu propose le programme suivant :

D’abord méfiant, Louis XIII accorde ensuite sa confiance à Richelieu.

À la tête du parti dévot, Marie de Médicis finit par s’offenser de la volonté de Richelieu de contrer l’hégémonie de la maison catholique des Habsbourg : il est prêt dans cet objectif à s’allier avec des États protestants. Au cours de la journée des Dupes (1630), elle exige du roi la destitution du cardinal qu’elle juge trop indépendant. Ce dernier, qui doit tout à la reine mère, se croit perdu. Son ami le cardinal de La Valette le retient de prendre la fuite. Mais le roi confirme sa confiance à Richelieu : ce sont Marie de Médicis et le chancelier Michel de Marillac qui doivent partir. L’exil de la Reine Mère confirme l'abandon d'une politique qui, pour assurer le triomphe du catholicisme en Europe, consentait à laisser le premier rôle à l’Espagne. Marie de Médicis ne pardonnera jamais à sa « créature » de l'avoir trahie[14].

Soumission politique et militaire des protestants

En 1625, Richelieu s’adresse au roi en son conseil pour le mettre en garde « que c'étoit chose certaine que tant que le parti des huguenots subsisteroit en France, le Roi ne seroit absolu dans son Royaume »[28]. Or, à la suite de l'édit de Nantes, les protestants de France forment un État dans l’État : ils ont leurs assemblées politiques, une organisation territoriale et leurs places fortes militaires. Leur métropole est la ville de La Rochelle qui s’est de fait depuis un demi-siècle affranchie de l’autorité royale. Quand Richelieu accède au pouvoir, le roi a mené plusieurs campagnes militaires contre les protestants, mais vainement, étant mal servi par son favori Charles d'Albert de Luynes. Le cardinal va poursuivre la politique du roi avec une volonté inflexible.

Dans un contexte de tension entre la France et l'Angleterre, cette dernière encourageant la sédition des réformés, la ville de La Rochelle entend préserver ses libertés, notamment celle d’entretenir directement des relations avec des puissances étrangères, en particulier l’Angleterre. Richelieu décide de soumettre définitivement la ville. Il entreprend le siège et ne recule devant aucun moyen : une digue de 1 500 mètres est édifiée qui bloque toute communication de la ville avec la mer. Le siège prend alors une tournure dramatique : La Rochelle résiste pendant plus d’une année au prix de la mort des quatre cinquièmes de sa population. La reddition de la ville (1628) sonne le glas de l’autonomie politique et militaire des protestants. Louis XIII confirme cependant la liberté de culte par l’édit de grâce d’Alès (1629).

Par ailleurs, le climat religieux de l'époque est à l’heure d’une contre-offensive du catholicisme. C’est la contre-réforme : Louis XIII est profondément catholique depuis toujours, contrairement à son père Henri IV qui s’est converti du protestantisme au catholicisme pour accéder au trône. Il impose en 1620 le rétablissement du culte catholique dans la province protestante du Béarn (dans laquelle il avait été interdit depuis 1570, par décision de Jeanne d'Albret). Richelieu lui-même inaugure l'église Saint-Louis de l'ordre des Jésuites à Paris.

Suprématie du pouvoir royal contre les Grands

Dans ses mémoires, Richelieu défend sa politique en soutenant qu'il y avait nécessité absolue à mettre au pas tous ces « Grands qui, abusant des biens que le Roi leur a faits et de la puissance qu'ils tiennent de Sa Majesté, ne s'en sont servis que pour se rendre criminels »[29]. Aussi, face à la noblesse turbulente et ses prises d'armes régulières, Richelieu répond par la fermeté : il supprime les hautes charges que les grands seigneurs exercent auprès du roi et fait raser plus de 2 000 châteaux forts qui ne sont plus utiles à la défense du royaume (notamment Pamiers et Mazéres).

Giovanni-Paolo-Marana-Espion-turc MG 9424
Cardinal de Richelieu.

Il donne davantage de pouvoir aux Intendants qui sont envoyés pour faire appliquer les décisions royales dans les provinces. Les assemblées provinciales (les États) sont parfois supprimées. L'institutionnalisation de cette intendance de police, justice et finances, permet d'imposer à partir de 1635 le « tour de vis fiscal » qui suit l'entrée en guerre de la France, considéré comme abusif et qui accroît l'impopularité de Richelieu à cette époque[30].

Les gouverneurs des provinces, parfois de puissants notables, sont surveillés et Richelieu n'hésite pas à sévir avec les plus grands : il fait décapiter le duc de Montmorency, gouverneur du Languedoc, qui prend les armes avec Gaston d'Orléans en 1632 et défend les réclamations de la province. Il finit par assigner à résidence dans la forteresse de Loches le vieux duc d’Épernon, gouverneur de Guyenne et fidèle de Marie de Médicis qui rapportait les effets négatifs sur la population des prélèvements fiscaux croissants du pouvoir central. Il n'hésite pas à s'appuyer des réseaux mouvants d'alliances et de factions locales en tissant un jeu de relations parfois complexes avec les parlements et la noblesse de robe[31].

Par ailleurs, Richelieu doit déjouer les nombreuses intrigues organisées par tous ceux que son action gêne, notamment la reine mère Marie de Médicis et le frère du roi Gaston d'Orléans. Les comploteurs ne craignent pas d'envisager l'assassinat du cardinal ou de faire appel aux puissances étrangères. Mais les conspirations menées par le comte de Chalais en 1626 et le marquis de Cinq-Mars en 1642 sont des échecs éclatants, les protagonistes étant exécutés (Chalais, Cinq-Mars), mis en prison (maréchal d'Ornano, César et Alexandre de Vendôme) ou disgraciés (la duchesse de Chevreuse, la princesse de Conti, le maréchal de Bassompierre) par Louis XIII. Seul le principal bénéficiaire et complice de ces complots, le frère du roi, Gaston, s'en sort sans trop de dommages ; il perd toutefois ses droits à la régence.

Profondément affecté par la mort, le , de son frère Henri au cours d'un duel, Richelieu réprime avec la plus grande sévérité cette pratique et fait mettre à mort les nobles pris en flagrant délit de se battre. Le sont exécutés François de Montmorency-Bouteville et son cousin François de Rosmadec, comte de Chapelles, meurtriers en duel du marquis de Bussy d'Amboise.

Abaissement de la maison d'Autriche

Après avoir rétabli l’autorité du roi en France, Richelieu entreprend de rabaisser les prétentions de la maison d’Autriche en Europe. Les Habsbourg ont réussi grâce à une heureuse politique patrimoniale à réunir sous leur coupe un grand nombre d’États européens : Autriche, Bohême, Espagne, Milan, Naples, Pays-Bas, Portugal. Au nom d’un catholicisme militant, ils cherchent à établir leur autorité en Allemagne et à y réduire les États protestants lors de la guerre de Trente Ans (1618-1648).

La France finance déjà la Hollande et la Suède, puissances protestantes en guerre contre les Habsbourg. Dans un premier temps, Richelieu replace sous contrôle français la vallée de la Valteline, un nœud de communications essentiel en Europe, que l'Espagne lui disputait (1626). Il assure au duc de Nevers le duché de Mantoue et le Montferrat en forçant le pas de Suse (1629) : c'est l'épisode de la guerre de Succession de Mantoue.

En 1632, l'armée du roi occupe les États de Charles IV, duc de Lorraine, hostile à la France.

Louis XIII déclare la guerre à l’Espagne en 1635. Les premiers temps de guerre sont difficiles : la chute de Corbie sur la Somme en 1636 laisse craindre une attaque sur Paris. Richelieu est effondré mais Louis XIII organise la défense de la capitale. À partir de 1640, l’effort de guerre fait basculer le sort en faveur de la France. Richelieu qui s'est attribué le titre de « Grand Maître et Surintendant de la Navigation » développe une armée de terre mais aussi une marine de guerre permanente. Il accroît considérablement les prélèvements fiscaux, entraînant de nombreuses révoltes de la paysannerie qui sont durement réprimées.

Marie de Médicis, conseillée par le pamphlétaire Mathieu de Morgues, tente vainement de ranimer le parti des « bons catholiques » contre sa politique d'alliance avec les États protestants[32].

Richelieu exploite le manque de cohésion au sein de la monarchie espagnole. La Catalogne fait sécession en 1640. Peu après, le Portugal restaure son indépendance, mettant fin à l'Union ibérique à laquelle il avait été contraint soixante ans auparavant sous le règne de Philippe II d'Espagne.

Les armées du roi de France font la conquête de l’Alsace et de l’Artois en 1640, puis du Roussillon en 1642. Après la mort du cardinal, un brillant chef militaire, le futur prince Louis II de Condé remporte les victoires de Rocroi (1643), Fribourg-en-Brisgau (1644), Nördlingen (1645) et Lens (1648).

Autres réalisations d'intérêt général

Il donne une grande extension aux établissements coloniaux, faisant occuper notamment les Petites-Antilles, Saint-Domingue, la Guyane, le Sénégal, etc. Pour soutenir Samuel de Champlain en Nouvelle-France et conserver le poste de Québec, il fonde en 1627 la Compagnie des Cent-Associés, puis rend le Canada à l’autorité française de Champlain par le traité de Saint-Germain-en-Laye (1632), après que la colonie eut été prise par les frères Kirke en 1629. Ce succès permet à la colonie de se développer par la suite et de devenir le centre de la culture francophone en Amérique du Nord.

Richelieu est aussi célèbre pour le soutien qu’il apporte aux arts ; le fait le plus connu est la fondation en 1635 de l'Académie française, société responsable des questions concernant la langue française.

Mort et succession

Cardinal-Richelieu-On-His-Deathbed
Richelieu sur son lit de mort, peint par Philippe de Champaigne.

Richelieu souffre dans les dernières années de sa vie de fièvres récurrentes (peut-être la malaria), de rhumatismes et de goutte (il ne se déplace plus que dans une chaise à porteur et litière), de ténesme (provoqué par des hémorroïdes à répétition et probablement contracté par sa gonorrhée lors de sa formation militaire, ce qui suscite des sarcasmes triviaux au sujet du « cardinal au cul pourri »[33]), de tuberculose intestinale (avec comme conséquence des fistules et une ostéite tuberculeuse qui fait suppurer son bras droit) et de migraine, ce qui accentue son hypocondrie. Les lavements et saignées pratiqués par ses médecins ne font que l'affaiblir. Crachant fréquemment du sang, il meurt le , probablement des suites d'une tuberculose pulmonaire, son autopsie ayant révélé des nécroses caséeuses des poumons[34].

Les exigences de sa politique ont rendu le cardinal tellement impopulaire qu'à l'annonce de sa mort, le peuple allume des feux de joie pour fêter l'événement[35],[36].

Héritage

Richelieu recommande au roi celui qui sera son successeur, Jules Mazarin, dont la trajectoire sera similaire à la sienne. Les deux cardinaux auront passé le même temps au pouvoir ; Richelieu d'avril 1624 à décembre 1642, Mazarin de janvier 1643 à mars 1661. Le premier a subi l'orage de novembre 1630, le second la tempête de la Fronde entre 1648 et 1652. Tous les deux sont parvenus aux affaires grâce à l'appui des reines-mères. Passablement désargentés, dans un pays que la guerre saignait à blanc, tous deux ont édifié d'immenses fortunes.

L'historien Joseph Bergin[37] a analysé les étapes de celle de Richelieu[38]. Elle repose sur une richesse foncière répartie en trois pôles : le complexe Poitou-Touraine, le complexe Aunis-Saintonge, le complexe Paris et Île-de-France. Cela l'amène avec la grande maîtrise de la Navigation à contrôler les activités économiques et financières de la mer. Richelieu profite aussi des recettes fiscales via ses droits sur le roi et ses gouvernements, dont ceux de Bretagne et d'Aunis. Il cumule les bénéfices ecclésiastiques car commendataire des abbayes les mieux dotées du royaume comme Cluny, Cîteaux, Saint-Arnould de Metz, La Chaise-Dieu, Saint-Lucien de Beauvais.

Il laisse à sa mort une fortune de 20 millions de livres. C'est davantage qu'Henri II de Bourbon-Condé, qui pourtant avait reçu l'héritage Montmorency, dont la fortune n’excédait pas 15 millions de livres à sa mort. Mazarin entendit faire mieux[39].

Succession personnelle

Testament

À sa mort, le cardinal-duc de Richelieu laissa une grande fortune, estimée à une vingtaine de millions de livres répartie entre terres, immeubles, bénéfices, prébendes issus des quinze abbayes dont il est abbé commendataire (Cluny, Marmoutiers, Cîteaux la Chaise-Dieu, Redon, Saint-Benoit-sur-Loire[40],[41]), créances, argent et bijoux. Sa répartition était précisée dans un testament rédigé en mai 1642 à Narbonne avec comme exécuteurs testamentaires le chancelier Séguier, le secrétaire d'État Claude Bouthillier et le secrétaire d'État à la guerre Sublet de Noyers. Ceux-ci, avec Alphonse, archevêque de Lyon et frère du défunt, ainsi que de manière officieuse, mais essentielle, la duchesse d'Aiguillon durent régler les contestations soulevées par Mlle de Brézé, oubliée par le cardinal et qui revendiquait un statut d'héritière ab intestat et par le Grand Condé grâce à son mariage avec Claire-Clémence de Maillé, nièce du cardinal-duc. Si un accord fut trouvé avec la première dès 1631, il fallut attendre 1674 pour que le conflit avec le second soit réglé[42].

Légataires

Les légataires de Richelieu étaient :

Famille

La descendance directe d'Armand-Jean de Vignerot du Plessis comprend le maréchal de Richelieu, ami de Louis XV, ainsi que le duc de Richelieu, premier ministre de Louis XVIII de 1815 à 1818.

Quant à Marie-Madeleine de Vignerot d'Aiguillon, un de ses descendants, duc d’Aiguillon fut secrétaire d’état aux affaires étrangères de 1771 à 1774.

Inhumations

Cardinal richelieu tomb statue sorbonne
Statues du cénotaphe de Richelieu dans la chapelle de la Sorbonne.

Le corps du cardinal est inhumé dans la chapelle de la Sorbonne, puis dans un caveau sous un mausolée en marbre de Carrare commandé par son héritière la duchesse d'Aiguillon, sculpté par François Girardon à partir de dessins de Le Brun et achevé qu’en 1694. Ce monument funéraire supporte un groupe sculpté représentant le cardinal demi-couché, une main sur son cœur et sur le cordon de l’Ordre du Saint-Esprit, l'autre ouverte sur le livre, les yeux tournés vers l’autel et le Créateur, s'abandonnant dans les bras de l'allégorie de la Piété et à ses pieds l'allégorie de la Doctrine chrétienne (ou de la Science ?) également affligée de sa mort. Sur les côtés, deux anges portent ses armoiries, qui se trouvent reproduites sur les vitraux des trois fenêtres qui éclairent le porche intérieur. Au-dessus de lui pend, à trente pieds de hauteur, le chapeau rouge authentique du cardinal orné de glands de la même couleur. Selon la légende, lorsque le cordon lâchera, le chapeau tombera et l’âme du cardinal montera au Paradis[43].

Le , les révolutionnaires saccagent son tombeau et ce malgré l'intervention physique d'Alexandre Lenoir. Les assaillants exhument le corps du cardinal, puis le décapitent ; le reste du corps est soit jeté à la Seine soit placé dans un des caveaux de la Sorbonne faisant office de fosse commune avec ceux de plusieurs membres de sa famille, dont le Maréchal de Richelieu. Cette profanation suscite un trafic de reliques sans que l'on puisse attester de leur authenticité, telle la tête, des cheveux et un petit doigt du cardinal[44]. La tête du Cardinal en partie momifiée aurait été emportée par un commerçant parisien nommé Cheval, bonnetier ou épicier rue de la Harpe qui, la Terreur finie, peut-être repentant, offre avec insistance la partie antérieure[45] à l'Abbé Boshamp[46] lequel, à sa mort en 1805, la lègue à son tour à Nicolas Armez, maire de Plourivo. Nicolas Armez étant le grand-oncle paternel de Louis Armez, député des Côtes-du- Nord, ce dernier rapportait parfois la tête momifiée à Paris pour la montrer à ses collègues de l'Assemblée nationale. En 1846, la tête est prêtée au peintre Bonhomé pour réaliser un portrait en pied du cardinal pour le Conseil d'État. Mise à l'abri à Saint-Brieuc où elle est exposée tous les ans aux élèves à la remise des prix du collège, la relique ne retrouve la Sorbonne que le 15 décembre 1866 lors d'une cérémonie funèbre en présence de Victor Duruy, ministre de l'Instruction publique et d'une délégation de l'Académie française[47].

En 1896, Gabriel Hanotaux, ministre des Affaires étrangères et biographe du cardinal, s'empare du crâne pour l'examiner une dernière fois, en faire des photographies et des moulages[48],[49], avant de le placer dans un coffret scellé et de le faire recouvrir d'une chape de ciment armé, dans un lieu tenu secret à proximité du tombeau[50]. Le 4 décembre 1971, la tête est inhumée à nouveau dans la chapelle et son cénotaphe replacé à sa place originelle, au centre du chœur, lors d'une cérémonie officielle en présence de Jacques Duhamel, ministre de la Culture, des corps constitués et d'une délégation de l'Académie française[51].

L'héritage de Richelieu

Pensée théologique

Même si Richelieu est principalement connu pour son implication dans les politiques du Royaume, il était d'abord un ecclésiastique. Sa pensée théologique peut être comprise au travers des quelques ouvrages qu'il a écrit avant et après sa nomination comme cardinal, eux-mêmes influencés par la doctrine du concile de Trente adoptée quelque vingt ans avant sa naissance.

À l'image de son Testament politique (1688), sa pensée spirituelle est condensée dans le Traité de la perfection du chrétien, publié après sa mort. Son contenu diverge peu des enseignements du concile de Trente. Sa seule originalité à l'époque était d'affirmer la nécessite du pardon entier en cas d'attrition, c'est-à-dire à quelqu'un voulant se repentir d'une faute sous l'effet de la honte ou de la crainte de l'Enfer, et non par amour sincère envers Dieu (ce qui est la contrition). Cette position diverge légèrement de celle du concile, qui déclara que l'attrition était une « contrition imparfaite » pouvant mener à la rémission du pêché mais pas au sacrement de pénitence[52]. À l'opposé, les théologiens jansénistes dont l'abbé de Saint-Cyran, défendaient la thèse du regret authentique comme condition nécessaire au pardon. L'imbrication du domaine religieux dans des intrigues politiques a pu laisser croire que la position du cardinal visait à s'assurer de la conscience et de la confiance du catholique Louis XIII (mais dont la moralité ne semblait guidée que par la peur de l'enfer) dans certaines de ses impitoyables manœuvres. Quoi qu'il en soit, l'historienne Françoise Hildesheimer interprète plutôt la croisade du cardinal pour l'attrition comme une façon pour lui de se déculpabiliser de sa carrière dans les plus hautes sphères de l'État, d'être en paix avec son âme de chrétien[53].

Pensée politique

Les citations suivantes sont extraites des Mémoires du cardinal de Richelieu, et de son Testament politique.

Écrits

Le cardinal a beaucoup écrit et sous les formes les plus diverses, notamment pour justifier les objectifs de sa politique et ses actes.* Thèse de doctorat à la Sorbonne, 1606.* Ordonnances synodales, 1610.* Brève et facile instruction pour les confesseurs, 1610.* La Défense des principaux points de la foi catholique contre la lettre des quatre ministres de Charenton, 1617.* Œuvres théologiques, 1647.** Tome I « Traité de la perfection du Chrétien », Paris, Honoré Champion éd., 2002, 500 p.** Tome II « Traité qui contient la méthode la plus facile et la plus assurée pour convertir ceux qui se sont séparés de l’Église », Archives de sciences sociales des religions, juin 2007, document 138-75.* Succincte narration des grandes actions du Roy Louis XIII.* Mémoires, nouvelle édition, 10 vol., Paris, Société de l’histoire de France, 1908-1931.* Testament politique.** édition critique, introd. et notes par L. André ; préface de Léon Noèl, de l'Institut. Paris, Robert Laffont, 1947.** édition présentée par Arnaud Teyssier, Perrin, 2011 (ISBN 978-2-262-03592-1).* Pierre Grillonéd.) (préf. Roland Mousnier), Les Papiers de Richelieu : Section Politique intérieure. Correspondance et papiers d'État, t. I : 1624-1626, Paris, Éditions A. Pedone, coll. « Monumenta Europae historica », , 621 p. (ISBN 2-233-00007-2, présentation en ligne).* Pierre Grillonéd.), Les Papiers de Richelieu : Section Politique intérieure. Correspondance et papiers d'État, t. II : 1627, Paris, Éditions A. Pedone, coll. « Monumenta Europae historica », , 773 p. (ISBN 2-233-00041-2, présentation en ligne).* Pierre Grillonéd.), Les Papiers de Richelieu : Section Politique intérieure. Correspondance et papiers d'État, t. III : 1628, Paris, Éditions A. Pedone, coll. « Monumenta Europae historica », , 645 p. (ISBN 2-233-00063-3, présentation en ligne).* Pierre Grillonéd.), Les Papiers de Richelieu : Section Politique intérieure. Correspondance et papiers d'État, t. III bis : Index des tomes I, II et III, corrections et additions (1624-1628), Paris, Éditions A. Pedone, coll. « Monumenta Europae historica », , 167 p. (ISBN 2-233-00076-5, présentation en ligne).* Pierre Grillonéd.), Les Papiers de Richelieu : Section Politique intérieure. Correspondance et papiers d'État, t. IV : 1629, Paris, Éditions A. Pedone, coll. « Monumenta Europae historica », , 780 p. (ISBN 2-233-00085-4).* Pierre Grillonéd.), Les Papiers de Richelieu : Section Politique intérieure. Correspondance et papiers d'État, t. V : 1630, Paris, Éditions A. Pedone, coll. « Monumenta Europae historica », , 778 p. (ISBN 2-233-00110-9).* Pierre Grillonéd.), Les Papiers de Richelieu : Section Politique intérieure. Correspondance et papiers d'État, t. VI : 1631, Paris, Éditions A. Pedone, coll. « Monumenta Europae historica », , 811 p. (ISBN 2-233-00159-1).* Mémoires, par le Cardinal de Richelieu. Réédition, éditions Paleo, coll. Sources de l'histoire de France.* Testament politique, par le Cardinal de Richelieu.* Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Le Cardinal de Richelieu à la conquête de la Lorraine : correspondance, 1633, Paris, L'Harmattan, , 783 p., broché (ISBN 978-2-296-11566-8, OCLC 613308516).* Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Le Trésor pillé du roi : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1634, 2 vol., L'Harmattan, Paris, 2012.

Œuvre architecturale

La Sorbonne

Docteur de la Sorbonne en 1606[54], élu le 29 août 1622 proviseur de la Maison et Société de Sorbonne, Richelieu entreprend un ambitieux programme de rénovation du collège et de sa chapelle pour lequel il a dépensé 500 000 livres[55] et où il est enterré.

Le palais Cardinal (actuel Palais-Royal)

En 1624, Richelieu achète l’hôtel de Rambouillet qui présente pour lui le double avantage d’être proche du Louvre et d’être bordé par un fragment de l’enceinte de Charles V qui peut, s'il est démoli, fournir un grand espace en pleine ville derrière son hôtel. C'est le cas en 1633, un brevet royal lui donnant la propriété des terrains. Il entreprend alors, en faisant appel à l’architecte Jacques Lemercier, la transformation de l’hôtel en un véritable palais, le Palais-Cardinal, avec des appartements somptueux et un théâtre qui demeurera longtemps le plus beau de Paris. Sauval[56] a laissé des témoignages précis sur la galerie des Hommes Illustres du Palais-Cardinal qui comportait, accompagnés de quatre statues et trente-huit bustes de marbres antiques, vingt-cinq portraits (dont celui de Louis XIII et le sien) peints par Philippe de Champaigne et Simon Vouet.

La cité de Richelieu

RichelieuStadt04
Grande-Rue de la cité de Richelieu (Indre-et-Loire).

En 1631, au faîte de sa puissance, il obtient du roi l'autorisation de construire en Touraine le château et le bourg de Richelieu, en lieu et place du domaine de ses ancêtres où il vécut sa prime enfance. Ce lieu est considéré aujourd'hui comme l'un des chefs-d'œuvre de l'urbanisme occidental du XVIIe siècle.

Le château du Val

En 1633, Richelieu acquiert à Rueil le château du Val, qu'il aménage à grand frais pendant des années pour en faire un véritable palais et qui devient sa résidence favorite. Loin des cabales et du bruit de la ville, il est idéalement placé sur la route entre Paris et Saint-Germain-en-Laye, où le roi aime aller chasser.

La petite histoire

Quelques allusions à la galanterie supposée du cardinal

Trois sources, jamais attestées ni documentées par les historiens, prêtent des liaisons au cardinal : les Historiettes de Tallemant des Réaux où il affirme que « le Cardinal aimait les femmes ; mais il craignait que le roi soit médisant »[57], Galanterie des rois de France d'Henri Sauval et l’album du maréchal de Bassompierre. Selon Tallemant des Réaux[58] et l’ouvrage Galanteries des rois de France[59], Marion Delorme, prostituée notoire, serait concernée. Ensuite, Marie-Madeleine de Vignerot d'Aiguillon, la nièce même du Cardinal, femme d’une grande beauté, plus connue sous le nom de Madame d’Aiguillon ; une chanson sarcastique de l’époque lui suppose sans équivoque des relations avec elle et brocarde également la princesse de Condé, maîtresse du cardinal de La Valette : « La Combalet et la princesse, ne pensant point faire de mal, et ne s’en iront point à confesse, d’aimer chacune un cardinal, car laisser lever sa chemise, et mettre ainsi leur corps à l’abandon, n’est que se soumettre à l’église, qui leur donnera son pardon »[60]. Des enfants seraient nés de cette liaison ; le journal d’Olivier Lefèvre d'Ormesson mentionne que, le 16 août 1647, la belle-sœur de Mme d’Aiguillon présente une requête pour désavouer ses enfants, en affirmant qu’ils sont en réalité ceux de Mme d’Aiguillon et du Cardinal[61]. Enfin, toujours selon Tallemant, dans ses Historiettes, il y aurait eu Madame de Chaulnes, femme du maréchal Honoré d'Albert[62].

Les chats, fidèles compagnons du cardinal

Richelieu et ses chats.jpeg
La distraction de Richelieu, huile sur toile de Charles Édouard Delort (av. 1885, Detroit Institute of Arts).

Le cardinal de Richelieu aimait beaucoup les chats. Il fit installer une chatterie au Palais-Cardinal même, et les diverses chroniques rapportent qu'il avait toujours un chat sur ses genoux lorsqu'il travaillait. Il a contribué à les faire considérer comme des animaux de compagnie. À sa mort, il en possédait quatorze, la plupart des persans au poil Angora, dont les noms sont parvenus jusqu'à nous : Félimare, Lucifer, Ludovic-le-Cruel, Ludoviska, Mimi-Piaillon, Mounard-le-Fougueux, Perruque, Rubis-sur-l'ongle, Serpolet, Pyrame, Thisbe, Racan, Soumise, et Gazette[63].

Représentation de Richelieu dans les arts

Arts plastiques

Richelieu le Bernin M.R.2165 mp3h9004
Buste de Richelieu (1640-1641) par Le Bernin, musée du Louvre, Paris.
  • Richelieu commande plusieurs portraits de sa personne au peintre Philippe de Champaigne, qui est son portraitiste attitré et seul peintre autorisé à le représenter en habit de cardinal. En tout, Champaigne réalise onze portraits de Richelieu.
  • Le Bernin, le plus célèbre sculpteur de l'époque, réalise un buste du Cardinal aujourd'hui conservé au musée du Louvre dans la galerie de sculpture italienne.
  • François Girardon réalise une statue du cardinal de Richelieu (1585-1642) qui se dresse ans la chapelle de la Sorbonne, sur son tombeau.
  • Abraham Dupré grave une médaille du cardinal.

Littérature

Certains voient en lui l'un des plus importants ministres qui aient gouverné la France : Ses visions politiques sont fécondes et sont mises à exécution avec une persévérance, une fermeté inébranlables. La tradition populaire — influencée par le portrait qu'en a tracé Alexandre Dumas — retient l'image d'un personnage froid et machiavélique, presque maléfique[64], qui mérite — au regard de l'histoire réelle — d'être sérieusement nuancé. On lui reproche de s'être montré implacable et d'avoir quelquefois exercé des vengeances personnelles sous le prétexte des intérêts de l'État. La couleur rouge de sa cape ou la couleur pourpre de sa soutane cardinalice s'accordent — disent ses adversaires — à son caractère sanguinaire. Comme en témoigne le vers par lequel se termine Marion de Lorme : « Regardez tous ! Voilà l’homme rouge qui passe ».

  • Corneille a des sentiments mitigés au sujet de Richelieu qui avait encouragé les critiques de l'époque au sujet de La « querelle du Cid », aussi compose-t-il ces vers à la mort du cardinal-ministre (1643)[65] :
  • La Fontaine, dans son Voyage dans le Limousin, écrira « Le cardinal de Richelieu… Cardinal qui tiendra plus de place dans l'Histoire que trente papes[67]. »
  • Voltaire, qui conteste la paternité de son Testament politique, l'admire mais lui reproche son trop grand pouvoir[68], comme Montesquieu dans ses Pensées[69].
  • Alexandre Dumas en fait un des personnages principaux des Trois mousquetaires : il le dépeint comme l'homme d'État par excellence, machiavélique et empli de sa mission gouvernementale, le qualifiant de « grand » cardinal par opposition au « petit » qui lui succède, Mazarin (D'Artagnan devient lieutenant des mousquetaires grâce à Richelieu)
  • Michel Zévaco, dans L'Héroïne, en fait la cible d'une vengeance féminine après l'assassinat de la mère de l'héroïne, Annaîs de Lespars. Richelieu est enterré dans la chapelle de la Sorbonne.
  • Alfred de Vigny, dans son Cinq-Mars paru en 1826, est l'un des premiers auteurs à poser « l'Homme rouge ». Le cardinal y est l'ennemi du jeune marquis d'Effiat, qui va tout tenter pour l'éliminer et affranchir l'infortuné Louis XIII de l'influence de son tout-puissant ministre. Richelieu est dépeint par Vigny comme un être omnipotent, quasi-omniscient, machiavélique, égocentrique et valétudinaire.
  • Victor Hugo sera influencé par cette perception du Cardinal-duc, dans sa pièce Marion de Lorme[70] : « Meure le Richelieu, qui déchire et qui flatte ! L’homme à la main sanglante, à la robe écarlate ! »[71].
  • Certains romantiques reprennent des pamphlets de l'époque du Cardinal pour en faire un débauché, un incestueux amant de ses nièces, un sceptique voire un incroyant[72].
  • Balzac y fait également référence à la fin de son roman Illusions perdues.
  • Robert Merle, dans les tomes 10 à 13 de Fortune de France, dépeint un personnage formidablement subtil et calculateur mais essentiellement obsédé par le service du roi ; l'auteur présente les manœuvres du cardinal comme toujours inspirées par le bien public.
  • Dans Le Rouge et le noir de Stendhal, le cardinal inspire Julien Sorel : « On avait déposé dans sa chambre un magnifique buste en marbre du cardinal Richelieu, qui malgré lui attirait ses regards. Ce buste avait l'air de le regarder d'une façon sévère, et comme lui reprochant le manque de cette audace qui doit être naturelle au caractère français. De ton temps, grand homme, aurais-je hésité ? ».
  • Le cardinal apparaît également dans le roman d'Umberto Eco, l'Ile du Jour d'Avant. La course à la suprématie maritime entre les puissances européennes de son temps donne l'occasion au cardinal, par l'intermédiaire de son collaborateur et futur successeur Mazarin, de confier une mission d'espionnage au héros de ce récit, Roberto de la Grive, à propos du « secret des longitudes ».

Cinéma, télévision et théâtre

Si Richelieu a connu de nombreuses incarnations au cinéma et à la télévision, là encore, le personnage est le plus souvent traité d'après l'œuvre d'Alexandre Dumas.

Interprètes du cardinal de Richelieu (liste non exhaustive) :

Numismatique et philatélie

La médaille Richelieu

En mémoire de celui qui avait tant fait pour l'établissement, l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne a créé la médaille Richelieu, une décoration décernée depuis 2010 à des personnalités « qui par leur position, leurs déclarations et/ou leurs actes, contribuent activement au respect et à la défense des valeurs de l'Université, tout en favorisant la diffusion d'un savoir universitaire d'excellence »[74].

Rose

Une rose gallique de couleur pourpre lui est dédiée en 1840 sous le nom de 'Cardinal de Richelieu'.

Notes et références

Références

  1. A.D. de la Fontenelle de Vaudoré, Histoire du Monastère et des évêques de Luçon, Deuxième partie, Paris, 1847.
  2. « La pourpre (épiscopale) maintient intacte la bonne foi (la candeur, l'innocence…), la dirige et la renforce »
  3. Gabriel Hanotaux, Auguste de Caumont duc de La Force, Histoire Du Cardinal de Richelieu, Plon, , p. 65.
  4. Max Gallo, Richelieu - La foi dans la France, Paris, XO Éditions, , 359 p. (ISBN 978-2-84563-381-0), p. 22.
  5. Tallemant des Réaux, Historiettes, Bibliothèque de la Pléiade (ISBN 2-07-010547-4), notes p. 898.
  6. http://gw.geneanet.org/pierfit?lang=fr;p=francois;n=du+plessis+de+richelieu;oc=2.
  7. Mentionnée pour la première fois en 1901 par Oscar de Poli dans Notice historique et généalogique sur la famille Pidoux qui précise n'avoir trouvé aucun document original à l'appui.
  8. Mousnier 1992, Part. II, ch. IV, p. 84-89.
  9. Pierre Grillon, spécialiste de Richelieu et éditeur des Papiers de Richelieu écrit à ce sujet : « L'histoire s'écrit avec des documents authentiques et des témoignages contrôlés, et non avec des affirmations ou des hypothèses dépourvues de fondement (…) M. Pidoux de la Maduère affirme qu'un de ses lointains parent, nommé Louis, avait épousé, en juin 1613, une sœur inconnue du cardinal de Richelieu (…) Ce silence général observé par les contemporains sur une prétendue « sœur ignorée » du cardinal de Richelieu ne peut avoir qu'une explication : c'est que cette sœur n'a jamais existé, si ce n'est dans l'imagination de ceux qui ont « arrangé », en 1749, la copie de l'acte de mariage de Louis Pidoux de la Maduere » Pierre Grillon, Précision de Pierre Grillon sur la famille de Richelieu.
  10. « La Vendée catholique : Les Richelieu et l'évêché de Luçon », vendee.catholique.fr.
  11. Arnaud Teyssier, Richelieu : la Puissance de gouverner, Éditions Michalon, (ISBN 2841863964), p. 21-22.
  12. Pouvoir et fortune de Richelieu. In-12. Éditions Pluriel, Paris, 1987. Thèse de Joseph Bergin, préface de Pierre Goubert.
  13. Jacques-Xavier Carré de Busserolle (1823-1904), Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, Impr. de Rouillé-Ladevèze, Tours, 1878-1884.
  14. Cécile d'Albis, Richelieu : l'Essor d'un nouvel équilibre européen, Armand Colin, , p. 220.
  15. « Armand-Jean du Plessis, cardinal de Richelieu », larousse.fr.
  16. Michel Carmona, Richelieu : L'Ambition et le Pouvoir, Paris, Fayard, 1983, p. 35.
  17. Gédéon Tallemant des Réaux, Louis Jean Nicolas Monmerqué (éditeur scientifique), Hippolyte de Châteaugiron (éditeur scientifique) et Jules-Antoine Taschereau (éditeur scientifique), Les Historiettes de Tallemant Des Réaux : Mémoires pour servir à l'histoire du XVIIe siècle, t. 1, Paris, Alphonse Levavasseur, , 427 p., 21 cm (notice BnF no FRBNF31430281, lire en ligne), p. 345
    La vue 349, dans la reproduction sur Gallica, correspond à la page 345 du tome 1. « Il alla à Rome et y fut sacré évêque (en 1607). Le Pape Paul V lui demanda s'il avoit l'âge ; il dit que ouï, et après il lui demanda l'absolution de lui avoir dit qu'il avoit l'âge, quoiqu'il ne l'eût pas. Le Pape dit : « Questo giovane sarà un gran furbo » ».
  18. Maxim Boyko, « Denis Charpentier (v. 1580-1647). Étude sociale du premier secrétaire du cardinal de Richelieu », Dix-septième siècle, vol. n°284, no 3,‎ , p. 423 (ISSN 0012-4273 et 1969-6965, DOI 10.3917/dss.193.0423, lire en ligne, consulté le 1er octobre 2019)
  19. Michel Popoff, Armorial de l'ordre du Saint-Esprit, d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Le Léopard d'or, , p. 35.
  20. Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Richelieu ou la Quête d'Europe, Éditions Flammarion, , p. 27.
  21. Pierre-Jean Dufief, L'Écrivain et le Grand Homme, Librairie Droz, , p. 169.
  22. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris.
  23. Françoise Hildesheimer, Richelieu, Flammarion, 2004, p. 65.
  24. Tallemant Des Réaux, Les Historiettes, Bibliothèque de la Pléiade, notes p. 234 (ISBN 2-07-010547-4).
  25. Hildesheimer, op. cit., p. 90.
  26. Hildesheimer, op. cit., p. 98.
  27. M.-N. Baudouin-Matuszek, Béatrice de Andia, Marie de Médicis et le Palais du Luxembourg, DAAVP, , p. 235.
  28. Armand Jean du Plessis Richelieu (duc de), Mémoires du cardinal de Richelieu, Commentaire analytique du code civil, (lire en ligne), p. 356.
  29. Armand Jean du Plessis Richelieu (duc de), Mémoires du cardinal de Richelieu, Commentaire analytique du code civil, (lire en ligne), p. 437.
  30. Guy Saupin, La France à l'époque moderne, Armand Colin, , p. 142.
  31. Servanton, Mathieu, « Factions et robes rouges : parlements et politique provinciale de Richelieu à la Fronde (1624-1654) », http://www.theses.fr/,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2018).
  32. Lim Seung-Hwi, « Mathieu de Morgues, Bon Français ou Bon catholique ? », Dix-septième siècle, 2001/4 (n° 213), p. 655-672. [1]
  33. Paul Servant, Les Derniers Jours de Richelieu, C. Blot, , p. 36.
  34. Augustin Cabanès, « Le Médecin de Richelieu », Le Cabinet Secret de l'Histoire, 4e série, Paris, Dorbon Ainé, 1905, p. 16-43.
  35. http://chrisagde.free.fr/bourb/l13vie.php3?page=9.
  36. https://books.google.be/books?id=r91ICgAAQBAJ&pg=PA28&lpg=PA28&dq=allumer+des+feux+de+joie+mort+de+richelieu&source=bl&ots=xhIxTasGGK&sig=nFXfljTOZadAL9vQv9G8-U3CYV4&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjc4djq0JDTAhVG7hoKHYFgBekQ6AEIQDAH#v=onepage&q=allumer%20des%20feux%20de%20joie%20mort%20de%20richelieu&f=false.
  37. Biographie..
  38. Pouvoir et fortune de Richelieu - Préface de Pierre Goubert - Traduction de Philippe Delamare, éd. Robert Laffont, 1988, p. 381, (ASIN B00YN14VD4).
  39. Michel Dessert, Colbert ou le mythe de l'absolutisme, Paris, Fayard, 2019 (ISBN 2213704961), chapitre V, p. 107.
  40. Jean-Claude Hocquet, Le Sel et le Pouvoir : de l'an mil à la Révolution française, Albin Michel, , p. 327.
  41. Daniel Dessert, L'argent du sel, le sel de l'argent, Fayard, , 298 p. (ISBN 978-2-213-66276-3), p. 91.
  42. Mousnier 1992, Part. IV, ch. XII — La succession de Richelieu, p. 742-747.
  43. Auguste Vitu, Paris, il y a 100 ans, J. de Bonnot, , p. 125.
  44. Jean Chasse, « À la recherche de la tête et du petit doigt de Richelieu », Historia no 196, mars 1963.
  45. À sa mort, son crâne avait en effet été scié pour en extraire le cerveau..
  46. À moins que ce ne soit lui qui ait directement subtilisé la relique.
  47. Clémentine Portier-Kaltenbach, Histoires d'os et autres illustres abattis, Lattès, (ISBN 978-2709628303, lire en ligne), p. 41-56.
  48. La moustache est caractéristique mais la pointe de la barbichette manque, le médecin de Richelieu ayant raconté qu'elle avait été coupée quelques jours avant sa mort, car le cardinal en mettait partout dessus lorsqu'il mangeait alité.
  49. Masque mortuaire du cardinal duc de Richelieu dans une vitrine de la salle des Actes de la Sorbonne.
  50. Les Dernières Demeures de nos célébrités à Paris.
  51. Marie-Louise Marchand-Thébault, Histoire de l'Université de Paris, Chancellerie des Universités de Paris, , p. 152.
  52. Albert Jacquemin, « Richelieu, un évêque tridentin ? », Kephas,‎ (lire en ligne, consulté en (date de consultation).
  53. Françoise Hildesheimer, « Richelieu cardinal-ministre », Comptes rendus de l'Académie des inscriptions et belles-lettres,‎ , p. 381 (lire en ligne, consulté en (date de consultation).
  54. émission Des racines et des ailes https://www.youtube.com/watch?v=TOv64_rl_m4.
  55. Antoine Adam, Richelieu, Hachette, , p. 227.
  56. Henri de Sauval, Histoire et Recherches des Antiquités de la Ville de Paris, Paris, 1724, p. 158-172.
  57. Tallemant des Réaux, Historiettes, Bibliothèque de la Pléiade (ISBN 2-07-010547-4), p. 265.
  58. Tallemant des Réaux, op. cit., p. 264.
  59. Tallemant des Réaux, op. cit., p. 937.
  60. Tallemant des Réaux, op. cit., p. 982.
  61. Tallemant des Réaux, op. cit., p. 985.
  62. Louis Dutens, Mémoires d'un voyageur qui se repose, Chez Bossange, Masson et Besson, , p. 196.
  63. Laurence Bobis, Une histoire du chat : de l'Antiquité à nos jours, Seuil, , p. 258.
  64. Alfred de Vigny, Cinq-Mars.
  65. Louis Mayeul Chaudon, Antoine François Delandine, Nouveau dictionnaire historiqueChez Bruyset, 1804, p. 623.
  66. Franck Ferrand, « Richelieu, l'homme rouge », émission Au cœur de l'histoire sur Europe 1, 21 septembre 2012.
  67. Jean de La Fontaine, Relation d'un voyage de Paris en Limousin, lettre V, p. 409-410, [2].
  68. Voltaire, Supplément au Siècle de Louis XIV (1753), Gallimard, , p. 1272.
  69. Céline Spector, Montesquieu. Pouvoirs, richesses et sociétés, PUF, , p. 104.
  70. La troisième maîtresse de Richelieu selon Guy Patin.
  71. Victor Hugo, Œuvres complètes de Victor Hugo, Volume 1, Adolphe Wahlen et C°, (lire en ligne), p. 59.
  72. Intrigues secrettes et politiques du Cardinal de Richelieu, Paris, (lire en ligne), p. 39.
  73. « Tricentenaire de l'académie française fondée par Richelieu 1635-1935 », sur www.wikitimbres.fr (consulté le 16 janvier 2016)[Voir la fiche technique du timbre-poste].
  74. « Médaille Richelieu », sur www.univ-paris1.fr (consulté le 16 janvier 2016).

Bibliographie

Ouvrages anciens

  • Antoine Aubery, Mémoires pour servir à l'histoire du cardinal duc de Richelieu (1660), entrepris sur l'ordre de la duchesse d'Aiguillon, nièce du Cardinal.
  • Armand Jean du Plessis cardinal de Richelieu, dans Charles Perrault, Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, chez Antoine Dezallier, 1697, tome 1, p. 1-2 (lire en ligne).
  • Louis Ellies Dupin, Bibliothèque des auteurs ecclésiastiques du XVIIe siècle, chez André Pralard, Paris, 1719, tome 2, p. 106-108 (lire en ligne).
  • Vincent-Marie de Vaublanc, Mémoires sur la Révolution de France et recherches sur les causes qui ont amené la Révolution de 1789 et celles qui l'ont suivie, 4 vol., Paris, 1833 (disponible sur Gallica : tomes 1, 2, 3 et 4).
  • Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes : Le Cardinal de Richelieu, A. Levavasseur, Paris, 1834 (lire en ligne) ; édition complète Bibliothèque de la Pléiade, 1960 (ISBN 2-07-010547-4).
  • Prosper Levot, A. Doneaud, Les gloires maritimes de la France. Notices biographiques sur les plus célèbres marins, Arthus Bertrand éditeur, Paris, 1866, p. 434-437 (lire en ligne)
  • Edmond Bonnaffé, Recherches sur les collections des Richelieu, Plon, Paris, 1883.
  • Georges d'Avenel, Richelieu et la monarchie absolue, 4 vol., Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1884-1890.
  • L'abbé Lucien Lacroix, Richelieu à Luçon : sa jeunesse, son épiscopat. Paris, Letouzey, 1890. Publié par l'abbé Jean Prim, lettre-préface de Jean Guitton, Paris, 1986 (Archives départementales de Vendée : BIB 7199).
  • Léon-Gabriel Toraude, Les Tribulations posthumes du masque de Richelieu, Imprimerie du Palais, Paris, 1925.
  • Léopold Lacour, Richelieu dramaturge et ses collaborateurs, Librairie Ollendorff, Paris, avril 1925.
  • Gabriel Hanotaux, Histoire du cardinal de Richelieu, Plon, Paris, 1932.
  • Auguste Bailly, Richelieu, Fayard, Paris, 1934.
  • Louis Battifol, Richelieu et le Roi Louis XIII, suivi de Autour de Richelieu, Calmann-Lévy, 1934.
  • Henri Carré, La Jeunesse et la Marche au pouvoir de Richelieu, Bernard Grasset, Paris, 1944.

Études historiques

  • Joseph Bergin (trad. Philippe Delamare), Pouvoir et fortune de Richelieu [« Cardinal Richelieu, Power and the Pursuit of Wealth »], Paris, Robert Laffont, coll. « Les Hommes et l'histoire », , 381 p. (ISBN 2-221-05158-0)
    Réédition : Joseph Bergin (trad. Philippe Delamare), Pouvoir et fortune de Richelieu [« Cardinal Richelieu, Power and the Pursuit of Wealth »], Paris, Hachette, coll. « Pluriel », , 381 p., poche (ISBN 2-01-014519-4).
  • Joseph Bergin (trad. Philippe Delamare), L'ascension de Richelieu [« The Rise of Richelieu »], Paris, Payot, coll. « Histoire Payot », (1re éd. 1993), 365 p. (ISBN 2-228-88272-0, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • (en) Joseph Bergin (dir.) et Laurence Brockliss (dir.), Richelieu and his age, Oxford, Clarendon Press, , XVII-288 p. (ISBN 0-19-820231-8, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • (en) Loïc Bienassis, « Richelieu and Britain (1634-1642) », dans Glenn Richardson (dir.), The Contending Kingdoms' : France and England 1420–1700, Aldershot, Ashgate Publishing, , X-191 p. (ISBN 978-0-7546-5789-7, présentation en ligne), p. 133-146.
  • Pierre Blet, Richelieu et l'Église, Via Romana, 2007.
  • François Bluche, Richelieu, Perrin, Paris, 2003.
  • Jean-Claude Boyer Boyer (dir.), Barbara Gaehtgens (dir.) et Bénédicte Gady (dir.) (préf. Marc Fumaroli), Richelieu, patron des arts, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, coll. « Passages » (no 17), , XIV-555 p. (ISBN 978-2-7351-1195-4, présentation en ligne).
  • Michel Carmona, Marie de Médicis, Fayard, Paris, 1981.
  • Michel Carmona, Richelieu : l'ambition et le pouvoir, Paris, Fayard, , 783 p. (ISBN 2-213-01274-1, présentation en ligne).
  • Michel Carmona, La France de Richelieu, Paris, Fayard, , 783 p. (ISBN 2-213-01346-2, présentation en ligne).
  • Pierre Chevallier, Louis XIII, roi cornélien, Paris, Fayard, , 680 p. (ISBN 2-213-00689-X, présentation en ligne).
  • Jean-François Dubost, Marie de Médicis : la reine dévoilée, Paris, Payot, coll. « Biographie Payot », , 1 039 p. (ISBN 978-2-228-90393-6, OCLC 318870555, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • John Huxtable Elliott (trad. Françoise Hearns-Faure), Richelieu et Olivares [« Richelieu and Olivares »], Paris, Presses universitaires de France, coll. « Histoires », , 219 p. (ISBN 2-13-042877-0, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • Françoise Hildesheimer (préf. Roland Mousnier), Richelieu : une certaine idée de l'État, Paris, Publisud, , 144 p. (ISBN 2-86600-234-2, présentation en ligne).
  • Françoise Hildesheimer, Relectures de Richelieu, Paris, Publisud, coll. « La France au fil des siècles », , 273 p. (ISBN 2-86600-690-9, présentation en ligne).
  • Françoise Hildesheimer, Richelieu, Paris, Flammarion, coll. « Grandes biographies », , 2e éd. (1re éd. 2004), 590 p. (ISBN 978-2-08-127188-3, présentation en ligne).
  • Christian Jouhaud, Richelieu et l'écriture du pouvoir : autour de la journée des dupes, Paris, Gallimard, coll. « L'Esprit de la Cité », , 341 p. (ISBN 978-2-07-073525-9, présentation en ligne).
  • Roland Mousnier, L'homme rouge : la vie du cardinal de Richelieu (1585-1642), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1994), XVI-905 p., Broché, 13,3 × 19,7 cm (ISBN 2-221-06592-1, notice BnF no FRBNF35510620, présentation en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) David Parrott, Richelieu's Army : War, Government and Society in France, 1624-1642, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Studies in Early Modern History », , XXIV-599 p. (ISBN 0-521-79209-6, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Victor-Lucien Tapié (préf. Françoise Hildesheimer), La France de Louis XIII et de Richelieu, Paris, Flammarion, coll. « Champs. Histoire », (1re éd. 1952), 473 p. (ISBN 978-2-0813-2982-9, présentation en ligne).
  • Arnaud Teyssier, Richelieu. La puissance de gouverner, Michalon, 2007.
  • Arnaud Teyssier, Richelieu. L'aigle et la colombe, Perrin, 2014.
  • André Tuilier (dir.), Richelieu et le Monde de l'esprit, Paris, Imprimerie nationale, 1985.
  • Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Le cardinal de Richelieu à la conquête de la Lorraine - Correspondance, 1633, L'Harmattan, 786 p. (ISBN 9782296115668)
  • Françoise Hildesheimer, Richelieu de Luçon à La Rochelle (1618-1628), recueil, opéré par l'historienne française, de 21 articles, consacrés à l’action du cardinal-ministre, et rédigés par les auteurs suivants : Jean André, Laurent Avezou, Françoise Bayard, Yves-Marie Bercé, Joseph Bergin, Stéphane Blond, Bernard Cottret, Hugues Eudeline, Fadi El Hage, Madeleine Haehl, Denès Harai, Nicole Lemaître, Marie-Noëlle Matuszek, Claude Michaud, Pascal Rambeaud, Jean-Marc Roger, Roger Roiland, Solange Ségala, Dominique Souchet, Raymond Williaume ; Centre vendéen de recherches historiques, La Roche-sur-Yon, 2018, 400 pages (ISBN 978-2-911253-86-7).
  • Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au grand siècle, Fayard, , 824 p. (ISBN 978-2213014852)

Études sur la pensée politique

  • Étienne Thuau, Raison d'État et pensée politique l'époque de Richelieu, Albin Michel, , 727 p. (ISBN 2-226-11665-6)

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Généalogie

  1. Généastar : Ascendants d'Armand-Jean DU PLESSIS.
  • Portail du catholicisme
  • Portail du royaume de France
  • Portail de la France du Grand Siècle
  • Portail de l'Académie française
  • Portail de la politique
  • Portail de la théologie
  • Portail de Paris
  • Portail de la Marine française
1633

1633 est une année commune commençant un samedi.

4 décembre

Le 4 décembre est le 338e jour de l'année du calendrier grégorien, le 339e en cas d'année bissextile. Il reste 27 jours avant la fin de l'année.

C'était généralement le 14e jour du mois de frimaire dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du sapin.

3 décembre - 4 décembre - 5 décembre

9 septembre

Le 9 septembre est le 252e jour de l'année du calendrier grégorien, le 253e en cas d'année bissextile. Il reste 113 jours avant la fin de l'année.

C'était généralement le 23e jour du mois de fructidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du houblon.

8 septembre - 9 septembre - 10 septembre

Années 1620

XVIe siècle | XVIIe siècle | XVIIIe siècle

Années 1600 | Années 1610 | Années 1620 | Années 1630 | Années 1640

1620 | 1621 | 1622 | 1623 | 1624 | 1625 | 1626 | 1627 | 1628 | 1629

Duc de Richelieu

Le titre de duc de Richelieu, pair de France, est créé le 26 novembre 1629 pour le cardinal de Richelieu (1585-1642), principal ministre de Louis XIII. Resté dans la famille, le titre s'éteint en 1952.

François IV du Plessis de Richelieu

François IV du Plessis, seigneur de Richelieu (1548, Richelieu - 10 juin 1590, Gonesse) est un capitaine français et un grand officier de la couronne.

C'est le père du cardinal de Richelieu.

Liste des abbés de Moutiers-Saint-Jean

Cet article contient la liste des abbés de l'abbaye Saint-Jean-de-Réome de la commune de Moutiers-Saint-Jean en France.

Liste des cardinaux créés par Grégoire XV

Le pape Grégoire XV (1621-1623) a créé 11 cardinaux dans 3 consistoires, dont 1 français et 1 espagnol. Deux d'entre eux sont neveux du pape, et un est cousin.

Liste des ducs d'Aiguillon

Le duché-pairie d'Aiguillon est constitué en 1599 à partir des baronnies d'Aiguillon, de Montpezat, de Sainte-Livrade, de Madaillan et d'Almayrac, appartenances et dépendances.

Louis de Monteclerc

Louis-Joseph de Monteclerc (1602-1650), est un militaire et marin français du XVIIe siècle.

Ministres de Louis XIII

Ministres de Louis XIII de 1610 au 14 mai 1643 :

Ministre Principal :

29 avril 1624 – 4 décembre 1642 : Armand Jean du Plessis de Richelieu ;

4 décembre 1642 : Jules Mazarin.Secrétaire d'État à la Maison du Roi :

1588 – 1613 : Martin Ruzé de Beaulieu ;

1606 – 1638 : Antoine de Loménie de La Ville-aux-Clercs ;

1615 – 1643 : Henri-Auguste de Loménie.Secrétaire d'État des Affaires étrangères :

30 décembre 1594 – 9 août 1616 : Nicolas IV de Neufville de Villeroy ;

30 novembre 1616 – 24 avril 1617 : Armand Jean du Plessis de Richelieu ;

24 avril 1617 – 11 mars 1626 : Pierre Brûlart, marquis de Sillery ;

11 mars 1626 – 2 mai 1629 : Raymond Phélypeaux d'Herbault ;

2 mai 1629 – 18 mars 1632 : Claude Bouthillier ;

18 mars 1632 – 23 juin 1643 : Léon Bouthillier.Secrétaire d'État de la Guerre :

1er janvier 1589 – 1613 : Martin Ruzé de Beaulieu ;

1er janvier 1589 – 1613 : Nicolas IV de Neufville de Villeroy ;

4 mars 1606 – 1616 : Nicolas Brûlart de Sillery, seigneur, puis marquis de Sillery ;

4 mars 1606 – 1616 : Claude Mangot ;

1616 – 1617 : Armand Jean du Plessis de Richelieu ;

1617 – 1624 : Nicolas Brûlart de Sillery, seigneur, puis marquis de Sillery ;

5 février 1624 – 1630 : Charles Le Beauclerc, seigneur d'Hacheres et de Rougemont ;

11 décembre 1630 – 1636 : Abel Servien ;

12 février1636 – 1643 : François Sublet des Noyers ;

13 avril 1643 – 1651 : Michel Le Tellier.Secrétaire d'État de la Marine :

15 septembre 1588 – 6 novembre 1613 : Martin Ruzé de Beaulieu ;

7 novembre 1613 – 10 août 1615 : Antoine de Loménie de La Ville-aux-Clercs ;

13 juillet 1615 – février 1643 : Henri-Auguste de Loménie ;

23 mars 1643 – 1662 : Henri du Plessis-Guénégaud, marquis de Plancy.Secrétaire d'État de la Religion prétendue réformée :

1610 – 1621 : Paul Phélypeaux de Pontchartrain ;

1621 – 1629 : Raymond Phélypeaux d'Herbault ;

1629 – 1681 : Louis Ier Phélypeaux de La Vrillière.Garde des sceaux de France :

1604-1624 : Nicolas Brûlart de Sillery ;

23 septembre 1622 – 21 janvier 1623 : Louis Lefèvre de Caumartin ;

23 janvier 1623 – 2 janvier 1624 : Nicolas Brûlart de Sillery ;

6 janvier 1624 – 31 mai 1626 : Étienne Ier d'Aligre ;

1er juin 1626 – 12 novembre 1630 : Michel de Marillac ;

14 novembre 1630 – 25 février 1633 : Charles de L'Aubespine ;

28 février 1633 – 19 décembre 1635 : Pierre Séguier ;

19 décembre 1635 – 14 mai 1643 : Pierre Séguier.Chancelier de France :

10 septembre 1607 – mai 1616 : Nicolas Brûlart de Sillery (chancelier) ;

25 avril 1617 – 2 août 1621 : Guillaume du Vair (chancelier) ;

3 août 1621 – 15 décembre 1621 : Charles d'Albert, duc de Luynes (chancelier) ;

23 janvier 1623 – 18 décembre 1635 : Étienne Ier d'Aligre (chancelier) ;

19 décembre 1635 – 1er mars 1650 : Pierre Séguier (chancelier).Grand chambellan de France :

1596 – 1621 : Henri de Mayenne ;

1621 – 1643 : Claude de Lorraine.Connétable de France :

août 1621 - décembre 1621 : Charles d'Albert, duc de Luynes ;

juillet 1622 - 1626 : François de Bonne de Lesdiguières.Surintendant des finances :

1597 – 1611 : Maximilien de Béthune, duc de Sully ;

janvier 1611 – 1616 : Conseil de trois directeurs : Guillaume de L'Aubespine, Pierre Jeannin et Jacques-Auguste de Thou ;

1616 – 1617 : Claude Barbin ;

1617 – 1619 : Pierre Jeannin ;

septembre 1619 – 1622 : Henri de Schomberg ;

janvier 1623 – 1624 : Charles de La Vieuville ;

août 1624 – janvier 1626 : Jean Bochart, seigneur de Champigny ;

août 1624 – juin 1626 : Michel de Marillac ;

1626 : François Sublet des Noyers ;

juin 1626 – 1632 : Antoine Coëffier de Ruzé d'Effiat ;

juillet 1632 – 1640 : Claude de Bullion ;

juillet 1632 – 10 juin 1643 : Claude Bouthillier.Grand maître de France :

1594 – 1612 : Charles de Bourbon (1566-1612) Comte de Soissons et Comte de Dreux ;

1612 – 1641 : Louis de Bourbon (1604-1641) Comte de Soissons, Comte de Clermont et de Dreux.Grand maître de l'artillerie de France :

1599 : Maximilien de Béthune, duc de Sully ;

1610 : Maximilien II de Béthune ;

1634 : Charles de La Porte.Grand-maître de la navigation :

1626 – 1642 : Armand Jean du Plessis de Richelieu ;

1642 – 1646 : Jean Armand de Maillé. Portail de l’histoire Portail de la politique française Portail du XVIIe siècle Portail de la France du Grand Siècle Portail du royaume de France

Richelieu

La famille de Richelieu a eu plusieurs membres célèbres. Le plus notoire d'entre tous est Armand Jean du Plessis de Richelieu appelé également cardinal ministre de Richelieu (1585-1642) : ministre de Louis XIII et représentant le plus illustre de la famille Richelieu, le premier à porter le titre de duc de Richelieu, il fonde la notoriété de cette famille, dont :

Henri du Plessis de Richelieu, frère aîné du précédent, marquis de Richelieu (1579-1619) ;

Alphonse-Louis du Plessis de Richelieu, frère puiné du précédent, lui-même cardinal, (1582-1653), évêque de Luçon en 1605 (renonce), puis archevêque de Lyon de 1628 à 1653.Aucun des trois frères n'eut de descendant. La famille de Richelieu continua toutefois par la postérité de François de Vignerot de Pont-Courlay, fils de Françoise du Plessis, soeur des précédents.

Armand-Jean de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu (1629-1715), général des galères de France, petit-neveu du cardinal et fils de François de Vignerot ;

Jean-Baptiste Amador de Vignerot du Plessis, frère du précédent, marquis de Richelieu (1632-1662), abbé, puis général et gouverneur du Havre ;

Emmanuel-Joseph de Vignerot du Plessis, frère des précédents, abbé puis comte de Richelieu (1639-1665), participant à la bataille de Saint-Gothard ;

Louis-François-Armand de Vignerot du Plessis de Richelieu, duc de Richelieu, dit le maréchal de Richelieu, (1696-1788), maréchal de France, fils d'Armand-Jean. Il laissa des mémoires scandaleux ;

Louis-Antoine-Sophie de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu (1736-1791), fils du maréchal, lieutenant général ;

Armand-Emmanuel du Plessis de Richelieu (1766-1822), fils du précédent, académicien français, gouverneur d'Odessa de 1803 à 1814, Premier ministre français.Le titre de duc de Richelieu passe à son neveu, Armand-François-Odet Chapelle de Jumilhac.

Richelieu (série télévisée)

Richelieu est un feuilleton télévisé français en 6 épisodes de 52 minutes, réalisé par Jean-Pierre Decourt sur un scénario de Jean-François Chiappe et Jean-Pierre Decourt d’après l’œuvre de Philippe Erlanger, et diffusé à partir du 13 octobre 1977 sur TF1.

Statue équestre de Louis XIII

La statue équestre de Louis XIII est un marbre réalisée en 1821 par Jean-Pierre Cortot sur un modèle de Charles Dupaty. Elle est installée au centre du Square Louis-XIII (Place des Vosges) depuis 1825, en remplacement d'une précédente statue commandée par Armand Jean du Plessis de Richelieu, réalisée par Pierre II Biard, inaugurée en 1639 et détruite pendant la Révolution française.

Armand Jean du Plessis de Richelieu
Orn ext cardinal duc et pair OSE
Blason ville fr Chambellay (Maine-et-Loire).svg
Précédé par Suivi par
Création du duché
Duc de Richelieu
(et pair de France)
(1629-1642)
Armand-Jean de Vignerot du Plessis
François III d'Orléans-Longueville, comte de Saint-Pol et duc de Château-Thierry
Duc de Fronsac
(et pair de France)
(1634-1642)
Jean Armand de Maillé-Brézé
Création de la charge
Grand-maître, chef et surintendant général de la navigation et du commerce de France
(1626-1642)
Nicolas III de Neufville de Villeroy
Ministre des Affaires étrangères
(1616-1617)
Pierre Brûlart, marquis de Sillery
Claude Mangot
Secrétaire d’État à la Guerre
(1616-1617)
Nicolas Brulart de Sillery
Pons de Lauzières-Cardaillac, marquis de Thémines
Gouverneur de Bretagne
(1627-1642)
Anne d'Autriche

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.