1663

1663 est une année commune commençant un lundi.

Chronologies
Années :
1660 1661 1662  1663  1664 1665 1666
Décennies :
1630 1640 1650  1660  1670 1680 1690
Siècles :
XVIe siècle  XVIIe siècle  XVIIIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Droit • Littérature Musique classique Philosophie Santé et médecine Science Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Événements

Amérique

Royal Standard of King Louis XIV
Pavillon de Louis XIV en usage en Nouvelle-France à partir de 1663
  • 30 avril : création du Conseil souverain, premier appareil politique donné à la Nouvelle-France, qui est élevée au statut de province française[12]. Il se compose du gouverneur et de l’intendant, de l’évêque, du procureur général et d’un nombre de conseillers qui augmentera graduellement jusqu’à concurrence de douze membres, d’abord nommés parmi les notables par le gouverneur et l’évêque, puis par le roi. Il siège pour la première fois le 18 septembre[8].

Europe

Érsekújvár 1663
16 août-25 septembre : siège de Ersékujvár par les Ottomans.
Pieter de Hooch 019
Portrait d'une famille de musicien, Pieter de Hooch.

Naissances en 1663

Décès en 1663

Notes et références

  1. J. P. J. Du Bois, Gustaaf Willem Imhoff, Vies des gouverneurs généraux : avec l'abrégé de l'histoire des établissemens hollandois aux Indes orientales, Pierre de Hondt, (présentation en ligne)
  2. Universität Erfurt : JAPANESE FEUDAL LAWS
  3. Catherine Marin, La société des Missions étrangères de Paris : 350 ans à la rencontre de l'Asie : 1658-2008 : colloque à l'Institut Catholique de Paris (4 et 5 avril 2008), KARTHALA, (ISBN 9782811104559, présentation en ligne)
  4. Louis Henry Hubert De Lisle, Tanneguy Feuilhade de Chauvin et Amélina Pignolet Hubert de Lisle, La Réunion sous le Second Empire : témoignage d'un gouverneur créole, KARTHALA, (ISBN 9782865378456, présentation en ligne)
  5. Pat McKissack, Nzingha, Warrior Queen Of Matamba, Scholastic Inc., (ISBN 9780439112109, présentation en ligne)
  6. René Morlet, Le bouddhisme tibétain et ses grands maîtres réincarnés : entretiens avec les grands lamas tulkous réincarnés, XVII Karmapa Trinley Taye Dordje, XIII Shamarpa, SE Bokar Rinpoche, Tulkou Ananda Trinlay Massoubre, Lama Jigme Rinpoche, Éditions L'Harmattan, (ISBN 9782296560628, présentation en ligne)
  7. Jean Des Gagniers, Charlevoix, pays enchanté, Presses Université Laval, (ISBN 9782763772875, présentation en ligne)
  8. Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec, Les éditions du Septentrion, (ISBN 9782894480502, présentation en ligne)
  9. Les Prêtres de Saint-Sulpice au Canada : grandes figures de leur histoire, Presses Université Laval, (ISBN 9782763772837, présentation en ligne)
  10. Cyprien Tanguay, Répertoire général du clergé canadien, C. Darveau, (présentation en ligne)
  11. Xavier Eyma, Les trente-quatre étoiles de l'Union Américaine : histoire des États et des territoires, vol. 2, Paris, Lévy, (présentation en ligne)
  12. Christine Veilleux, Aux origines du Barreau québécois, 1779-1849, Les éditions du Septentrion, (ISBN 9782894480724, présentation en ligne)
  13. Bibliothèque universelle de Genève, vol. 3, Joël Cherbuliez, (présentation en ligne)
  14. Adrien Dessalles et Pierre Régis Dessalles, Histoire générale des Antilles, vol. 1, Paris, Libraire-éditeur, (présentation en ligne)
  15. Junius P. Rodriguez, Encyclopedia of Slave Resistance and Rebellion, vol. 1, Greenwood Publishing Group, (ISBN 9780313332722, présentation en ligne)
  16. Silvio Dumas, Les Filles du Roi en Nouvelle-France : étude historique avec répertoire biographique, Société historique de Québec, (présentation en ligne)
  17. Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu'à la révolution française, vol. 18, F. Alcan, (présentation en ligne)
  18. Shannon L. Venable, Gold : A Cultural Encyclopedia, ABC-CLIO, (ISBN 9780313384301, présentation en ligne)
  19. Sir H. A. R. Gibb, The Encyclopaedia of Islam, Brill Archive (présentation en ligne)
  20. Charles François Dumouriez, Etat présent du Royaume de Portugal, en l'année MDCCLXVI, Chez François Grasset & Comp., (présentation en ligne)
  21. Stanislaw Chaudoir, Aperçu sur les monnaies russes et sur les monnaies étrangères qui ont eu cours en Russie, vol. 1, F. Bellizard et co., (présentation en ligne)
  22. Philippe Joseph B. Buchez et Pierre Célestin Roux-Lavergne, Histoire parlementaire de la Révolution française, Paulin, (présentation en ligne)
  23. David Dobson, Scottish Emigration To Colonial America, 1607-1785, 9780820326436, University of Georgia Press, (présentation en ligne)
  24. Július Bartl, Slovak history : chronology & lexicon, Bolchazy-Carducci Publishers, (ISBN 9780865164444, présentation en ligne)
  25. Christophe de Koch et Frédéric Schoell, Histoire abrégée des traités de paix, entre les puissances de l'Europe, depuis la paix de Westphalie, vol. 1, Gide fils, (présentation en ligne)
  26. Michel Laran et Jean Saussay, La Russie ancienne : IXe-XVIIe siècles, Masson, (présentation en ligne)
  27. Alix Du Cheyron d'Abzac, La mission au Kongo des pères Michelangelo Guattini & Dionigi Carli, 1668, Éditions Chandeigne, (ISBN 9782915540086, présentation en ligne)

Liens externes

  • Portail de l'époque moderne
  • Portail du XVIIe siècle
Académie des inscriptions et belles-lettres

L’Académie des inscriptions et belles-lettres a été fondée par Colbert en 1663 sous le nom La Petite Académie. C'est en 1816 que son appellation actuelle apparaît. Au début, elle devait établir les inscriptions et devises des monuments et médailles en l'honneur de Louis XIV. Par la suite, elle s'est tournée vers l'histoire et l'archéologie. Aujourd'hui intégrée à l'Institut de France, elle poursuit cette mission.

Académie royale des beaux-arts d'Anvers

L'Académie royale des beaux-arts d'Anvers (en néerlandais : Koninklijke Academie voor Schone Kunsten van Antwerpen) est une académie artistique située à Anvers, en Belgique. Existant depuis 1663, l'académie est la quatrième plus ancienne académie artistique en Europe, derrière Rome, Paris et Florence.

Années 1660

XVIe siècle | XVIIe siècle | XVIIIe siècle

Années 1640 | Années 1650 | Années 1660 | Années 1670 | Années 1680 | Années 1690

1660 | 1661 | 1662 | 1663 | 1664 | 1665 | 1666 | 1667 | 1668 | 1669

Christine de France

Christine de France, parfois prénommée Chrestienne, née à Paris le 10 février 1606, morte à Turin le 27 décembre 1663, fut régente du duché de Savoie de 1637 à 1648. Elle était la fille d'Henri IV, roi de France et de la régente Marie de Médicis.

Comté d'Accomack

Le comté d'Accomack (anciennement Accomac Shire) est un comté de Virginie, aux États-Unis, fondé en 1663. En 2010, la population était de 33 164 pour une superficie de 3 400 km2, dont 1 180 km2 seulement de terre ferme. Son siège est Accomac. Avec le Comté de Northampton il fait partie de la Péninsule de Delmarva.

La population est stable depuis le début du XXe siècle.

Décennie 1660 en architecture

1630 1640 1650 ← 1660 → 1670 1680 1690

Henri II d'Orléans-Longueville

Henri II d'Orléans (aussi appelé Henri II de Valois-Longueville), de la maison Orléans-Longueville, (6 avril 1595 – 11 mai 1663), pair de France, duc de Longueville, d'Estouteville et de Coulommiers, prince et souverain de Neuchâtel et de Valangin, prince de Châtellaillon, comte de Dunois, comte de Tancarville, gouverneur de Picardie puis de Normandie. Sa branche descendait de Jean, bâtard d'Orléans, comte de Dunois, fils naturel de Louis de France, duc d'Orléans (frère du roi Charles VI).

Descendant des Bade-Hochberg, fils du duc de Longueville et d'Estouteville Henri Ier d'Orléans et de Catherine de Gonzague, fille de Louis IV de Nevers, il ne connut pas son père, qui mourut à Amiens deux jours après sa naissance. Le roi Henri IV de France fut son parrain.

L'Impromptu de Versailles

L'Impromptu de Versailles est une comédie en un acte et en prose de Molière, créée d'abord à Versailles le 14 octobre 1663, puis au Théâtre du Palais-Royal le 4 novembre 1663. Cette pièce peut s'inscrire dans la catégorie « théâtre dans le théâtre ».

Liste des monarques du Maroc

Liste des monarques du Maroc.

Marsal (Moselle)

Marsal est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est. Ses habitants sont les Marsalais.

Missions étrangères de Paris

Les Missions étrangères de Paris (MEP) sont une société de vie apostolique catholique domiciliée à Paris ayant pour but le travail d'évangélisation dans les pays non chrétiens, spécialement en Asie. À ce titre, elle ne constitue, au sens canonique du terme, ni une congrégation ni un ordre, pas plus que ses membres ne sont considérés comme des religieux. Elle compte en 2015, 208 prêtres, 25 séminaristes.

L’objectif de cette société est l’évangélisation des peuples, par la fondation d’églises et le développement d'un clergé local sous la juridiction d’évêques. Afin de recruter et de former des missionnaires volontaires, une maison fut fondée en 1663 rue du Bac à Paris, où elle est toujours située actuellement. Connue sous le nom de « Séminaire des Missions étrangères », elle reçut l'approbation du pape Alexandre VII et la reconnaissance légale du gouvernement français.

NGC 1663

NGC 1663 est un amas ouvert situé dans la constellation d'Orion. Il a été découvert par l'astronome germano-britanniqueWilliam Herschel en 1784.

NGC 1663 est situé à environ 700 pc (∼2 280 a.l.) du système solaire et les dernières estimations donnent un âge de 2,0 milliards d'années. Le diamètre apparent de l'amas est de 9,0 minutes d'arc, ce qui, compte tenu de la distance, donne un diamètre réel d'environ 6,0 années-lumière.

Selon la classification des amas ouverts de Robert Trumpler, cet amas renferme moins de 50 étoiles (lettre p) dont la concentration est faible (IV) et dont les magnitudes se répartissent sur un intervalle moyen (le chiffre 2).

Prix de Rome

Le prix de Rome, expression qui date du XIXe siècle, désigne couramment le concours des Académies royales de l'Ancien Régime et la pension à Rome puis, à partir de la Révolution française et de l'Empire, le concours et la bourse d'étude de l'Académie des beaux-arts permettant aux jeunes artistes de se former en Italie.

L'expression, parfois déclinée en « grand prix de Rome », est en réalité impropre pour l'Ancien Régime, où réussite aux concours des Académies et attribution de la pension pour Rome ne sont pas nécessairement liées, la pension et le séjour à Rome n'étant déterminés que par la seule faveur royale et non par une quelconque réussite aux concours. Il faut alors parler, s'agissant des concours, de « grand prix d'architecture », « de peinture », « de sculpture » et, s'agissant du séjour à Rome, de « pension royale », les artistes se désignant alors comme « pensionnaires ».

L'expression n'est correcte qu'à compter du moment où la réussite aux concours d'architecture, peinture et sculpture – ainsi qu'aux autres prix créés au XIXe siècle, comme le prix de composition musicale – entraîne l'attribution automatique de la pension et le bénéfice du séjour romain, c'est-à-dire à compter de la création de l'Institut de France et de l'académie des Beaux-Arts, sous la Révolution et l'Empire.

Créé en 1663, le concours d'attribution des prix de Rome a été supprimé à la suite des évènements de « mai 68 ».

Province de Caroline

La Province de Caroline, de 1663 à 1712, était une proprietary colony nord-américaine du Royaume-Uni, contrôlée par huit nobles anglais dont Anthony Ashley-Cooper. Des dissensions sur la gouvernance de la province conduisit à la mise en place d'un gouverneur délégué pour administrer la moitié nord de la colonie en 1691.

La division nord-sud devint totale en 1712, mais les deux colonies restaient aux mains du même groupe de propriétaires. Une rébellion éclata contre les propriétaires en 1719 qui conduisit à la mise en place d'un gouverneur royal en Caroline du Sud en 1720. Après une décennies durant laquelle le gouvernement britannique chercha à reprendre la part des propriétaires, la Caroline du Nord et la Caroline du Sud devinrent deux colonies royales complètement distinctes en 1729.

Régiment Royal (1663)

Le régiment Royal est un régiment d’infanterie du Royaume de France créé en 1644.

Régiment du Roi

Le régiment du Roi est un régiment d’infanterie du Royaume de France créé en 1663 devenu sous la Révolution le 105e régiment d'infanterie de ligne.

Séminaire de Québec

Le Séminaire de Québec est une communauté de prêtres diocésains fondée le 26 mars 1663 par monseigneur François de Montmorency-Laval, à ce moment-là vicaire apostolique de la Nouvelle France. La résidence principale de la communauté est le Pavillon Jean-Olivier Briand situé dans l'arrondissement historique du Vieux-Québec.

Le Séminaire de Québec désigne aussi l’ensemble des bâtiments classé monument historique en 1968. Cet ensemble comprend le Vieux Séminaire de Québec (Aile de la Procure, Aile des Parloirs, Aile de la Congrégation), le Collège François-De-Laval, anciennement le Petit Séminaire de Québec, et la résidence des prêtres qui occupent le Pavillon Jean-Olivier Briand, le Musée de l'Amérique francophone, et le Centre de la Francophonie des Amériques (Pavillon Guillaume Couillard).

Théâtre de Drury Lane

Le théâtre de Drury Lane ou théâtre royal de Drury Lane est un théâtre du West End de Londres situé dans le quartier de Covent Garden (Cité de Westminster). Sa façade se trouve dans Catherine Street, tandis que l'arrière donne sur Drury Lane. Le bâtiment actuel est le dernier d'une série de quatre théâtres construits et reconstruits au même endroit depuis 1663, ce qui en fait le théâtre le plus ancien de Londres. Pendant ses deux premiers siècles d'existence, Drury Lane aurait pu « raisonnablement se déclarer le premier théâtre de Londres », et donc l'un des plus importants du monde anglophone. Pendant la majeure partie de ce temps, il appartenait à la petite poignée de théâtres patentés, qui s'étaient vu accorder une patente royale, leur garantissant des droits de monopole sur la production de pièces "parlées" (par opposition à l'opéra, la danse, les concerts ou les pièces musicales en général).

Le premier théâtre fut construit en 1663 à la demande de Thomas Killigrew, durant le règne de Charles II, dans les premiers temps de la restauration de la monarchie. Il était alors appelé "Théâtre Royal de Bridges Street" et on pouvait y voir jouer des comédiens tels que Nell Gwynne et Charles Hart. Il fut détruit par un incendie en 1672 le 25 janvier.

Il fut remplacé par un bâtiment encore plus prestigieux et grandiose, dont la conception est attribuée à Christopher Wren. Renommé "Théâtre Royal de Drury Lane", il accueillit deux mille spectateurs le jour de son inauguration par Charles II, le 26 mars 1674.

La nouvelle construction resta inchangée pendant 120 ans. Durant cette période le théâtre fut dirigé, entre autres, par les acteurs anglais Colley Cibber, David Garrick — qui y produisit notamment des pièces de Shakespeare —, John Philip Kemble et Richard Brinsley Sheridan

Vers la fin du XVIIIe siècle, l'édifice avait besoin d'être réhabilité ; il fut démoli en 1791 sous la direction de Sheridan. Un troisième théâtre encore plus grand, conçu par Henry Hollande, ouvrit ses portes le 12 mars 1794, avant d'être détruit par un incendie quinze ans plus tard, le 24 février 1809.

L'édifice actuel date de 1812. Il a vu défiler des artistes aussi divers que l'acteur shakespearien Edmund Kean, l'enfant star Clara Fisher, Dan Leno, la troupe des Monty Python, qui y ont enregistré un album-concert, et le compositeur Ivan Novello.

En 1847, la direction de Drury Lane fut confiée au célèbre et excentrique chef d'orchestre et compositeur de musique de danse français, Louis-Antoine Jullien (1812-1860) qui engagera Hector Berlioz comme chef d'orchestre.

Aujourd'hui, le théâtre appartient au compositeur Andrew Lloyd Webber et il s'y joue généralement des comédies musicales populaires. L'édifice est un monument classé au Royaume-Uni.

William Bromley

Sir William Bromley, né vers août 1663 et mort à Londres le 13 février 1732, est un homme politique britannique. Figure dominante du party tory (conservateur) à la fin du règne de la reine Anne, il est remarqué pour son intégrité, son sens civique et l'inflexibilité de son dévouement au principe tory de « Haute Église ».

Dans d’autres langues

This page is based on a Wikipedia article written by authors (here).
Text is available under the CC BY-SA 3.0 license; additional terms may apply.
Images, videos and audio are available under their respective licenses.